Aux Etats-Unis, par contre, ils ont déjà commencé à vacciner les gens, depuis le 6 octobre (étape n° 8).
Mais les gens n'ont pas été vaccinés avec les vaccins injectables préparés contre le H1N1 (ils n'étaient pas prêts), mais ils ont été vaccinés avec un vaccin dont PERSONNE, JE DIS BIEN PERSONNE, n'a parlé pendant les cinq mois et demi de propagande de peur. Ce vaccin, j'ai découvert son existence le mardi 6 octobre 2009, après ma conférence donnée à Québec. Il s'agit d'un vaccin intranasal, appelé FluMist (littéralement brouillard de grippe). Lorsque j'ai entendu l'interview du docteur Rima Laibow ( http://www.youtube.com/watch?v=Rqe40-REclU ), lorsque j'ai lu plusieurs de ses articles relatifs au FluMist (http://www.healthfreedomusa.org/docs/TamiFlu.pdf ), mon sang s'est glacé d'effroi. Pourquoi ? Pour quatre raisons :

  • Premièrement, le FluMist contient deux séquences d'ADN génétiquement modifiées du virus de la grippe H5N1 (le virus de la grippe aviaire). Ce sont les deux séquences qui manquent actuellement pour transformer le virus naturel H5N1 en un virus pandémique extrêmement mortel ;
  • Deuxièmement, le FluMist contient le virus vivant, et non atténué, contrairement aux autres vaccins, ce qui le rend évidemment beaucoup plus dangereux. Je rappelle que le vaccin oral Sabin contre la polio contenait, à l'époque, un virus vivant. Lors de campagnes massives de vaccination faites par l'OMS partout dans le monde, ce vaccin a été reconnu responsable de la recrudescence spectaculaire des cas de polio, ce qui a obligé l'OMS de stopper ses campagnes ;
  • Troisièmement, les fabricants du FluMist (MedImmune) avertissent dans la notice du vaccin ( http://www.medimmune.com/pdf/products/flumist_pi.pdf ) que la personne qui vient de recevoir ce vaccin est potentiellement contagieuse pendant 21 jours. Car les virus vivants vaporisés dans les muqueuses nasales peuvent être réexpulsés pendant trois semaines. MedImmune recommande donc aux personnes vaccinées de se tenir à l'écart de toutes les personnes immunodéprimées. Ils ajoutent d'ailleurs dans la même notice que ce virus peut être très dangereux pour les personnes immunodéprimées recevant le vaccin. Quand on sait qu'aux Etats-Unis, on compte 65 millions de personnes immunodéprimées, quand on sait que les vaccinations de masse ne prévoient plus les procédures de diagnostic médical avant la vaccination, on imagine le carnage que ça peut faire chez les vaccinés immunodéprimés et dans l'entourage des vaccinés au FluMIst ;
  • Quatrièmement, je me suis souvenu d'un article que j'avais lu en mai 2009, écrit par un des grands opposants français à cette campagne de vaccination de masse, le Docteur Marc Vercoutere (http://www.lepost.fr/article/2009/09/04/1681457_dossier-grippe-a-les-3-documents-emis-par-le-docteur-marc-vercoutere.html ). Ce qu'il disait avait retenu toute mon attention : Le virus H1N1 (humain-porcin) est très contagieux, mais très peu virulent (ça, on l'a constaté). Le virus H5N1 (aviaire) est très peu contagieux, mais très virulent (ça aussi, on l'a constaté, puisque seulement 248 personnes sont mortes entre 1998 et 2008 de la soi-disant pandémie de grippe aviaire). Par contre, si le virus H1N1 entrait en contact avec le virus H5N1, il pourrait se produire une commutation qui créerait un virus résultant de la combinaison H1N1 + H5N1 qui serait à la fois très contagieux et très virulent.
Ce dernier point, la combinaison des différentes souches, je l'avais mentionné à l'étape n° 9. Sauf que je m'étais trompé sur la méthode. Je pensais que ce mélange serait fait au sein des vaccins officiellement préparés. En fait, le FluMist était un moyen bien plus pratique pour contaminer non seulement les vaccinés, mais aussi l'entourage des vaccinés. Pas étonnant que les Etats-Unis n'ont commandé que 40 millions de doses. Amplement suffisant pour contaminer également l'entourage porteur du virus H1N1.

Aux Etats-Unis, on observe depuis quelques jours, une augmentation du nombre de morts de la grippe, que les autorités attribuent, évidemment, à la mutation du virus H1N1 sous une forme beaucoup plus dangereuse et mortelle que la souche qui a circulé jusqu'à présent (étape n° 10). Évidemment, personne ne pensera à attribuer la cause de la mortalité à la vaccination. Bien sûr que non. De toute façon, le peuple hypnotisé par six mois de propagande médiatique ne réfléchit plus. Pour eux, c'est trop tard, et personne ne pourra rien faire.

C'est là que la logique voudrait qu'on arrête de vacciner, même quand on croit à l'efficacité du vaccin. Car si le virus mute, le vaccin préparé depuis fin mai 2009, ne sera plus d'aucune utilité. Mais ça, c'est un détail qui ne dérangera même pas les experts prostitués du Monde entier à la solde des consortiums pharmaceutiques.

C'est la raison pour laquelle il a été très facile pour le très méritant prix Nobel de la Paix, Barak Hussein Obama (c'est son vrai nom), de décréter l'état d'urgence sanitaire (étape n° 11), qui est l'étape préalable à l'instauration d'un état totalitaire et dictatorial. Je rappelle quand même que la FEMA (Federal Emergency Management Agency) aura la gestion de toute cette campagne de vaccination massive que j'annonce comme obligatoire depuis fin août. Quand on sait, par ailleurs, que c'est à la FEMA qu'on a confié la gestion des 800 camps de concentration vides disséminés sur tout le territoire des Etats-Unis, ça donne des frissons. Mais on n'en est pas encore là, mes amis. Ça, c'est l'étape n° 12 que je vous prédisais le 10 septembre dernier.

Dans les autres pays :

À noter que la France sera, d'après moi, le premier pays européen à déclarer l'état d'urgence sanitaire. En effet, son Führer Nicola SS arkozy ne voudrait quand même pas être à la traîne de son modèle américain, le dictateur Obama. Comme le FluMist n'est pas autorisé en Europe, la stratégie est différente, mais le principe est le même. Il faut savoir qu'un premier lot de vaccins a été livré à la France le 27 août dernier, en provenance de l'entreprise pharmaceutique la plus criminelle du monde : Baxter (je vous rappelle que c'est Baxter qui avait contaminé 72 kg de matériel vaccinal en février 2009, en mélangeant « par accident » le virus de la grippe H3N2 à celui de la grippe H5N1 – je ne recommence pas mon explication sur les commutations. C'est la même chose que ci-dessus). Ces vaccins livrés fin août à la France sont très certainement des vaccins contenant le virus de la grippe aviaire H5N1, issus de ce qui avait été produit antérieurement par Baxter en préparation de la pandémie de grippe aviaire (il faut bien recycler les invendus, non ?). D'ailleurs, il est impossible que ce soit des vaccins contenant le H1N1 – les délais de fabrication étant trop courts, par rapport à la date de livraison de la souche Californienne qui a servi à la production des vaccins. Ces vaccins ont été gardés sous haute surveillance militaire à Miramas, en Provence (Sud de la France). Et ce sont eux qui sortent les premiers…

Donc, attendez-vous, chers amis Français, que la France décrète, elle aussi l'état d'urgence sanitaire dans quelques jours, car c'est dans ce pays que la deuxième vague va frapper dur ! Entraînant, à sa suite, la déclaration de l'état d'urgence sanitaire dans tous les pays européens. Et que mes amis belges ne se croient pas protégés par l'amendement obtenu il y a quinze jours, garantissant la liberté de vaccination ! Si l'OMS déclare l'obligation, pour tous les pays signataires de sa charte, de procéder à des vaccinations de masse, le gouvernement belge et Madame Onkelinx auront beau jeu de déclarer que ce n'est plus sous leur contrôle…

Alors, bonne campagne de désobéissance à tous et à toutes !

Restons debout et conscients !

Jean-Jacques Crèvecoeur
Montréal (Québec)

PS : Voici les liens pour trois de mes interventions dans les médias au Québec. Pour ceux qui ont de la difficulté à me comprendre à la lecture.

http://www.theflucase.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1451%3Aswitzerland-to-delay-start-of-the-qswine-fluq-vaccination-campaign-until-december&catid=41%3Ahighlighted-news&Itemid=105&lang=fr

Traduction »
Aller à la barre d’outils