Welcome Assange & FIFDH in Geneva

Julian, you are welcome in Geneva, Switzerland.

WIKILEAKSGeneva politicians vote to propose Julian Assange asylum

THIS CONTENT WAS PUBLISHED ON FEBRUARY 7, 2019 4:26 PM

The Geneva city parliament has adopted a motion demanding that the Swiss government offer asylum to controversial WikiLeaks founder Julian Assange.
The somewhat surprising resolution was the result of an hour-long debate on Wednesday evening, framed in the context of providing better protection for whistleblowers.
The text was proposed by Eric Bertinat of the conservative right People’s Party – a party not usually known for backing acts of “civil disobedience”, in the words of Social Democratic politician Albane Schlechten.
Nevertheless, the proposition picked up enough support from left-wing politicians to withstand opposition from the centre-right Radical Liberals.
The People’s Party have also tried to push through legislation on the Geneva cantonal level to better protect whistleblowers, while at the federal level in Bern, one of its parliamentarians has raised Assange’s case before the Federal Council (government).
Assange initially sought asylum in the Ecuadorian embassy in London since 2012 to avoid being extradited to Sweden, where authorities wanted to question him as part of a sexual assault investigation. That investigation was dropped.
Assange, whose website published thousands of classified US government documents, denied the Sweden allegations, saying the charge was a ploy that would eventually take him to the United States where prosecutors are preparing to pursue a criminal case against him.


Day 3010 of the unlawful and arbitrary detention of WikiLeaks editor and 2019 Nobel Peace Prize Nominee Julian Assange in the United Kingdom.
#ItsTime #UK abide by the UN rulings and#FreeAssange NOW!! 
#auspol #StandUpFightBack #BringAssangeHome –defend.wikileaks.org

Events in Geneva from this Friday evening 8 March in Geneva at FIDH to free Julian Assange.
Opening 6 PM ( come before, thank you  05h45 , 17h45, if you come, please inform  ouverture@fifdh.org) to Saturday evening 16 March 2019 & Sunday 17 March ...


https://www.facebook.com/events/278452019718867/?active_tab=about



https://fifdh.org/fileadmin/user_upload/Documents/Programme/Magazine_FIFDH2019.pdf

www.fifdh.org

Festival du film et forum international
sur les droits humains
FIFDH
Genève
8-17 mars
2019
photo : © Getty Images – Zuko Wonderfull Sikhafungana / graphisme : superposition.info
PROGRAMME
SOMMAIRE
Introduction
02 Équipe
03 Messages
06 Hommage à Evdokia Romanova
07 Bruno Boudjelal, l’Agence VU’ à l’honneur
08 Jurys
Forum
15 Soirée d’ouverture du Forum – Responsabilité et droits humains
15 Sur leurs épaules : le combat des femmes défenseuses des droits
humains
16 Soudan du Sud : la plus jeune nation du monde à la recherche de la
paix, avec Forest Whitaker et Magdalena Nandege
17 Les femmes journalistes : cibles de choix du cyber-harcèlement ?
18 Faire du droit au logement décent une réalité
19 Les droits humains sont-ils universels ?
20 Une croix sur les valeurs suisses ?
21 Masculinités : des questions qui font mal
22 Hackathon pour les droits humains
23 Le Web a 30 ans, mettons-le au service de toutes et tous
24 Reconstruire l’Irak : les défis de l’après-Daesh
25 Les humain·es du futur : trop parfait·es ?
26 RDC : une révolution de la jeunesse ?
27 Pour les peuples, contre les populismes
28 Qui parle encore des Palestinien·nes ?
29 Épidémies d’Ebola : les virus de la gouvernance mondiale de la santé
30 Rencontre avec Roberto Saviano
31 Migrations : quand la solidarité est criminalisée
32 Les patrimoines culturels : victimes de guerre
33 Guatemala : pour la mémoire, contre l’impunité Palestinien·nes ?
34 Les nouveaux damnés de la Terre : Discussion avec Édouard Louis
autour de Qui a tué mon père
Films
36 Index des films
37 Prix
38 Compétition documentaires de création
40 Compétition grands reportages
44 Compétition fictions
46 Films thématiques
Autour d’un film
52 Autour d’Opération Papyrus
52 Delphine & Carole : caméra au poing !
53 Autour de Dick Marty, un cri pour la justice 
53 Des procès peu ordinaires : le procès Ratko Mladić
54 Autour de Still Recording : Syrie , des images face à l’oubli
54 Autour de The Sentence : en Suisse, peut-on punir l’entourage
d’un·e criminel·le ?
Évènements
56 Carte blanche à Leo Kaneman –
Agir sans plus tarder : transition écologique et droits humains
57 Empreintes Négatives, les graffitis de Mai 68 à nos jours
57 Rencontre avec Leïla Slimani
58 Rencontre avec Rithy Panh
58 Haïti – En bas la ville, avec Laurent Gaudé et Gaël Turine
59 Impact Day
60 Rencontre avec Laurent Gaudé
60 Première mondiale de XIMEI, en présence de Ai Weiwei
61 Projection spéciale de The Edge of Democracy :
le Brésil au bord du gouffre
61 Rencontre avec Amos Gitaï
Rencontrez nos invité.e.s
62 Women’s Power and Media – Pat Mitchell in conversation with
Giving Women
62 Rencontre avec Bruno Boudjelal, photographe
62 Filmmakers at Risk – Rencontre avec Julie Trébault
63 Rencontre avec Hussain Currimbhoy
63 Retour sur l’édition 2019 du FIFDH : la parole est à vous !
avec La Carologie et François Sergent
Grand Genève
65 Présentation
66 Programme
Évènements partenaires
70 Les Voyageurs, un temps de rêve 
70 The Scavengers
70 Café des libertés
70 Shahin Najafi : The Third Gender
71 Docteur Junod, Le Troisième Combattant
71 La créativité de l’enfant : clé de l’empathie émotionnelle
71 Fleurs du bitume
71 Concert de Kala Jula
72 Promenade Rousseau
72 Rétrospective de Jean-Gabriel Périot
72 La Dame aux camélias
72 Lampedusa, un rocher de survie
73 Grand concert de la Francophonie
Pour le jeune public
73 Atelier à la Maison de la Créativité
73 Filles et soie
73 The Boy Who Harnessed the Wind
74Programme pédagogique
76Programme en milieu carcéral, jurys spéciaux
77 Les personnes migrantes vous accueillent
78 Expositions
82 Grille horaire
87 Index des invité·es
96 Lieux du festival
97 Informations pratiques
98 Remerciements
99 Partenaires
ÉQUIPE COMITÉS ÉDITO 2019
Directrice générale et des programmes Isabelle Gattiker
Administratrice Rachel Gerber
Coordinateur général et des programmes James Berclaz-Lewis
Responsable partenariats et relations publiques Laura Longobardi
Assistante de direction Laila Alonso Huarte
Responsable éditoriale du Forum Caroline Abu Sa’da
Adjointe éditoriale en charge de l’organisation du Forum Célia Burnand
Conseillère éditoriale stratégique du Forum Beata Godenzi
Assistante du Forum Delphine Virnot
Responsable programmation documentaire Daphné Rozat
Responsable programmation fiction Jasmin Basic
Responsable des programmes hors les murs Maryke Oosterhoff
Assistante des programmes hors les murs Juliette Papaloïzos
Responsable programme pédagogique Dominique Hartmann
Assistante programme pédagogique Sara Kasme
Responsable programme prisons et hôpital de jour Claudia Dessolis
Consultant·es sélection Sara Cereghetti, Xavier Colin, Jacqueline Coté,
Juan José Lozano, Anne Pictet et Delly Shirazi
Responsable communication Florence Lacroix Bernier
Responsable communication digitale et promotion Stéphane Decrey
Chargé des médias sociaux Lionel Devaux
Assistante communication digitale Elisa Antonio
Chargée de promotion Iris Petit
Responsable développement médias Sara Dominguez
Responsable relations médias Luisa Ballin
Assistante médias Canelle Labro
Chargée d’édition et graphisme Marie Marcon
Assistant·es graphisme Anouk Henry et Adrian Oxnam
Ligne graphique superposition.info
Édition textes Jean-Marie Banderet et Raphaëlle Pralong
Traductions Marguerite Davenport et Georges Wyrsch
Photographes Miguel Bueno et Marie de Lutz
Site internet hemmer.ch
Web design May-Kou Ku Moroni
Responsables accueil du public Marine Merenda et Mélissa Catoquessa
Responsable accueil des invité·es Nicole Marsens
Assistante accueil des invité·es Anaïs Vivarié
Responsable bénévoles et soirées Thierry Bouscayrol
Assistante bénévoles et soirées Lucie Emch
Secrétaire jury documentaire Mireille Vouillamoz
Secrétaire fiction Célia Zariatis
Responsable logistique Yves Herren
Responsable technique Adrien Boulanger
Technique projection et vidéos Fabien Jupille
Technique programme hors les murs Félix Michel
Captations et Livestream VisuaLive Productions
Capsules vidéos Antoine Harari et Valeria Mazzucchi
Sous-titrage Sublimage
Responsable des interprètes Anne Woelfli
Hospitalité Sippi Maquieira
Responsable bar Ludovic Cachin
Et aussi, un immense merci à tous nos bénévoles !
Conseil de fondation du FIFDH
Président Bruno Giussani, curateur international des conférences TED
Vice présidente Marie Heuzé, vice-présidente de la Fondation
Cartooning for Peace
Secrétaire Cyril Troyanov, avocat au barreau, associé senior de l’Étude
Altenburger LTD legal+tax
Trésorier Jacques de Saussure, ancien associé senior du Groupe Pictet
Membres
Yves Daccord, directeur général du CICR
Antonella Notari Vischer, entrepreneuse agricole, ancienne déléguée
du CICR et directrice de la Fondation Womanity
Aude Py, scénariste cinéma
Anne-Frédérique Widmann, cinéaste
Président d’honneur et fondateur du festival
Leo Kaneman
Parrains et marraines du FIFDH
Barbara Hendricks, cantatrice, ambassadrice de bonne volonté
du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR)
Abigail Disney, cinéaste, activiste
Ruth Dreifuss, ancienne Présidente de la Confédération suisse
Gael García Bernal, comédien et cinéaste, co-fondateur du Festival
Ambulante
William Hurt, acteur
Rithy Panh, cinéaste
Feu Sergio Vieia De Mello, premier parrain du Festival, ancien HautCommissaire des Nations Unies aux Droits de l’Homme (OHCHR)
Cercle des Mécènes
Mme et M. Jasmine et Arthur Caye
Mme Michèle Claudel
Mme Valentine Demole et M. Claude Demole
M. Thierry Lombard
Mme et M. Atalanti et Michael Moquette
M. Ivan Pictet
Cercle des Ambassadrices et Ambassadeurs du FIFDH
Marietta Budiner, Jasmine Caye, Lillian Chavan, Xenya Cherny
Scanlon, Andrew Cohen, Marie-Thérèse Julita, Alia Chaker, Atalanti
Moquette, Elisabeth Pfund, Carmen Queisser de Stockalper, Della
Tamari, Roberta Ventura
Comité des thématiques
Laurence Boisson de Chazournes, Université de Genève
Saskia Ditisheim, Avocats Sans Frontières (ASF) Suisse
Sévane Garibian, Universités de Genève et de Neuchâtel
Leslie Haskell, Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge
et du Croissant-Rouge
Michael Ineichen, Service International pour les Droits de l’Homme (ISHR)
Nicolas Levrat, Global Studies Institute (GSI) de l’Université de Genève
Manon Schick, Amnesty International suisse
François Sergent, journaliste
Gerald Staberock, Organisation Mondiale contre la Torture (OMCT)
Eric Tistounet, Haut Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme
(OHCHR)
Pour la Fondation FIFDH : Marie Heuzé, Yves Daccord, Aude Py,
Anne-Frédérique Widmann
Un monde à la renverse
Nous pouvons facilement citer le début de la
Déclaration universelle des droits de l’Homme :
« Tous les êtres humains naissent libres et égaux
en dignité et en droits. Ils sont doués de raison
et de conscience »…. Et la suite ? Elle est étrangement moins connue : « ils doivent agir les uns
envers les autres dans un esprit de fraternité. ».
Qui sont ces êtres humains ? C’est nous… mais
de quel « nous » s’agit-il ? Un nous lisse, où nous
sommes interchangeables ? Par « liberté », faut-il
comprendre la liberté du Mâle dominant, bâtie
sur l’ignorance, la liberté d’insulter, de menacer,
d’arrêter tout ce qui barre mon passage ?
Nous vivons un assaut sans précédent contre
tout ce qui nous semblait acquis : nos libertés fondamentales, la liberté d’expression, la
protection des artistes et des journalistes, la
solidarité, le droit du travail, tout est remis en
question. Pour la première fois depuis la fin de la
Seconde guerre mondiale, l’Europe occidentale
entre dans l’ère de l’intranquillité.
De cette intranquillité, nous faisons notre force.
Il y a une beauté du geste dans le fait d’accepter l’incertitude et la fragilité du monde. Le
« nous » que nous défendons est celui d’une
société vivante, faite de personnalités uniques,
pas forcément d’accord sur tout mais d’accord
de vivre ensemble et de s’entraider. Nous
présentons des films qui célèbrent l’engagement, le courage, la créativité, la joie, qui
défendent la sensibilité et l’intelligence avec
panache. A la certitude d’avoir raison, nous
préférons le raisonnement, entendu comme un
débat ouvert, où l’on cisèle soigneusement ses
arguments, où l’on écoute ceux des autres, où
l’on accepte aussi de changer d’avis.
Dans un monde qui semble de plus en plus gelé,
cette 17ème édition du FIFDH brûle. Elle brûle
par son immense ouverture, son questionnement constant, sa réaffirmation des valeurs
fondamentales, son sens de l’urgence et sa
liberté de ton. Elle brûle du désir des cinéastes,
elle brûle de la passion de ces activistes qui
partout, font entendre leur voix pour dire haut
et fort leur refus d’une situation inacceptable.
Elles et ils se lèvent et résistent, proposent,
écoutent, encouragent, et recherchent chaque
jour à faire percer la lumière. Ces 10 jours sont là
pour les faire entendre, les rendre vivant·es, et
interroger avec force les résistances artistiques,
culturelles et politiques.
Avec dignité, avec fraternité, et pourquoi pas,
avec poésie.
Nous vous souhaitons une magnifique édition
du Festival !
A world in upheaval
ENG Many of us can quote the beginning of the
Universal Declaration of Human Rights: “All
human beings are born free and equal in dignity and rights. They are endowed with reason
and conscience.” What comes next is much
less known: “and they should act towards one
another in a spirit of brotherhood”.
Who are these human beings? We are… but
which “we” do we speak of? A smooth “we”, in
which we are all interchangeable? By “free”,
must we understand the freedom of the
alpha Male, built on ignorance, the freedom to
insult, threaten and destroy whatever stands in
our way?
We are living through an unprecedented
assault on everything we believed we had won:
our fundamental freedoms, freedom of expression, the protection of artists and journalists,
solidarity, labour laws… Everything is being
called into question. For the first time since the
end of the Second World War, Western Europe is
entering an era of unrest.
Of this unrest we choose to make our strength.
There is beauty in accepting the uncertainty
and fragility of the world. The “we” we choose
to defend is that of a society full of life, made
up of unique personalities who don’t necessarily
agree with each other, but who are willing to
live together and help one another. We present
films that celebrate commitment, courage,
creativity, joy, sensitivity and intelligence with
panache. To being right, we prefer thoughtfulness, understood as an open debate in which
we carefully chisel out our arguments, listen
to those of others and open ourselves to the
possibility of changing our mind.
To a world that appears ever more frozen, this
17th edition of the FIFDH brings a flame. It burns
with its openness, its constant questioning, its
reaffirmation of fundamental values and its
freedom of tone. It burns with the filmmaker’s
desire, it burns with the passion of activists who
make their voices heard to express, loud and
clear, their refusal of an unacceptable situation.
These artists and activists stand up and resist,
suggest, listen, encourage and research every
day so the light can pierce through. These 10
days are here so these voices may be heard and
to vigorously interrogate the artistic, cultural
and political resistance.
We wish you a wonderful edition of the Festival!
Isabelle Gattiker
Directrice générale et
des programmes
2 3
5
MESSAGES OFFICIELS
I celebrate this festival’s voice, its astonishing reach, and the inspiration it brings all of us, with its
stories of courage and principle. In an era of intense polarisation and miscommunication, this
festival incarnates the spirit of universal understanding and respect. And amid the thicket of legal
and diplomatic discussions, it brings to Geneva the human stories that give life to the principles
we work to uphold: the hopes and pain of human beings that inspire us to educate, empower,
advocate and struggle on.
Thank you for your continued attention to these most vital principles. Thank you for reaching so
diverse an audience. Thank you for standing up for human rights.
« Toute personne a le droit de former, d’exprimer et de répandre librement son opinion ». Ce droit
fondamental est inscrit à l’art. 16 de notre Constitution. Cela signifie que nous avons tous le droit
de dire tout haut ce que certains pensent tout bas. Même si cela fâche. Dans certains pays,
cela peut être parfois dangereux. Dans certains pays, les gens ne sont pas libres de dire ce qu’ils
pensent. Il s’agit de continuer à encourager celles et ceux qui – en Suisse ou ailleurs – font preuve
de courage et osent aller à l’encontre de la pensée unique !
Le Festival du Film et Forum international sur les droits humains constitue un lieu unique
d’échanges et de réflexions qui ne cesse d’atteindre de nouveaux publics et d’aborder de nouvelles
perspectives de réflexion et d’action.
Je suis particulièrement heureuse que, cette année, le Festival ait décidé de mettre en exergue le
courageux combat de Nadia Murad, Prix Nobel de la Paix 2018, contre les crimes et les violences
sexuelles et psychologiques dont sont victimes les femmes et les filles dans le monde entier. Ce
choix est pleinement en accord avec les priorités de l’Organisation internationale de la Francophonie (l’OIF) qui vient d’adopter une nouvelle stratégie pour la promotion de l’égalité entre les
femmes et les hommes.
Je félicite votre engagement constant en faveur des droits et libertés, qui contribue à réaliser les
aspirations légitimes de nos peuples, notamment en matière de progrès économique et social.
Des mots qui résonnent, des images qui s’impriment.
L’incroyable puissance des films et les témoignages qu’ils apportent à nos consciences rappellent
que rien n’est jamais acquis et que le combat continue. Les droits humains se défendent encore
et toujours.
Notre univers est en constante expansion et pourtant, les États semblent se replier, s’« ethnocentrer » de façon inquiétante. Les initiatives telles que le FIFDH n’en sont que plus nécessaires pour ne
pas fermer les yeux et défendre, notamment, la condition féminine. Le rôle joué par les communes
est entier : la base démocratique de notre pays répond présent et 24 d’entre elles participent au
festival.
Permettre à la liberté et à la vie de s’exprimer, un objectif qui nous semble évident ici, mais qui
ne l’est pas ailleurs.
Ignazio Cassis
Chef du Département fédéral
des Affaires étrangères
de la Confédération suisse
Michelle Bachelet
UN High Commissioner
For Human Rights
Xavier Magnin
Président de l’Association
des Communes Genevoises (ACG)
Louise Mushikiwabo
Secrétaire générale
de la Francophonie
4
Droits humains : de la compassion à l’action politique
Les défenseurs des droits humains devraient passer de la compassion à l’action politique.
Dénoncer les atteintes à la dignité humaine, défendre les victimes, est nécessaire mais cela
doit être complété par un combat politique. Par leur intégrité et leur esprit non partisan, les
défenseurs des droits de l’homme, qui font un travail admirable, imposent le respect.
Comment restaurer le bien commun ? Comment se joindre aux luttes menées par la société
civile ? Les réponses existent. Sortir les individus de leur isolement, c’est possible ! Les politiques
d’austérité du néolibéralisme se sont accaparés des pans entiers d’espaces publics jusque-là
gérés par l’État pour le bien de tous. Ces espaces privatisés sont à reconquérir. Des chemins
existent pour défendre la dignité humaine ; ils ne sont pas seulement humanitaires, ils sont
politiques.
L’année 2018 s’est terminée avec la célébration des 70 ans de la Déclaration universelle des droits
humains qui, faut-il le rappeler, a été rédigée en grande partie à Genève. Cette célébration a eu le
grand mérite de replacer la Déclaration dans l’espace public, de la faire vivre, de permettre à des
jeunes, par exemple, de se l’approprier.
Le Festival du film et forum international sur les droits humains (FIFDH) fait de même. Chaque
année, il nous invite à repenser notre action, nos engagements, notre responsabilité ici et maintenant. Parce que la violence ne renvoie pas forcément au sang qui s’écoule et à des contrées
lointaines. La violence surgit notamment là où il y a malheur, incompréhension, crainte de l’autre.
Une fois de plus, grâce aux artistes, aux journalistes, aux intellectuel·les notamment, le FIFDH va
se faire le porte-parole de la défense de la dignité humaine.
Bon festival
Cette année, le FIFDH s’ouvre un 8 mars, Journée internationale des droits des femmes. Une date
symbolique, importante, qui permet de rappeler qu’il reste encore beaucoup à faire pour que les
droits des femmes soient reconnus en tant que droits humains. Partout, les femmes sont en effet
victimes de violences de genre, de discrimination et de comportements sexistes. Parfois, ce sont
les gouvernements eux-mêmes qui soutiennent ouvertement des politiques et des lois qui les
assujettissent. Comme souvent, le FIFDH n’hésitera pas à dénoncer cette réalité, via de grands
films et des débats engagés. Il brisera également le silence entourant d’autres situations intolérables, encourageant toujours le débat, les rencontres et la mobilisation. Un événement donc
essentiel, indispensable, dont la Ville de Genève est particulièrement fière d’être cette année
encore partenaire.
Le cinéma, un art et un outil
Du cinéma, on dit beaucoup de choses. Qu’il est un art, bien sûr, mais aussi une industrie. Qu’il
est une fenêtre ouverte sur le monde, mais en même temps un miroir déformant. Le cinéma que
défend avec ferveur le FIFDH, pour la 17e fois cette année, c’est un peu tout cela à la fois. Mais
c’est surtout un cinéma qui offre à comprendre le monde, à le décrypter. Un cinéma engagé qui
a quelque chose à dire, à nous dire, quitte à parfois se faire militant, à dénoncer, à interpeler, à
choquer. Le 7e art comme outil démocratique, tout simplement. Le FIFDH est un festival essentiel
défendant d’essentielles valeurs humanistes, peut-être plus encore en ces temps troublés par
d’effrayants élans nationalistes. Des valeurs qui sont également celles du « Temps ».
Mettre en images les enjeux des droits humains et donner au débat une actualité plus vive encore :
c’est la belle mission que s’est fixée le FIFDH depuis 16 ans.
La RTS partage cette vision. Elle apporte cette année encore sa contribution au festival en présentant plusieurs coproductions de qualité. Notamment la soirée du 11 mars qui consacrera une
projection et un débat au film Opération Papyrus de Béatrice Guelpa et Juan José Lozano. Tourné
pour Temps Présent (qui fête cette année ses 50 ans d’existence !), ce reportage fait référence à
l’Opération Papyrus, projet pilote visant la régularisation de 13’000 sans-papiers dans le canton
de Genève.
La liberté d’expression est au cœur des droits humains. La RTS, comme le FIFDH, la défend
avec conviction. C’est avec plaisir que nous nous engageons dans cette 17e édition, que nous
vous souhaitons riche en moments forts. Nous remercions toutes celles et ceux, journalistes,
réalisateurs, techniciens et producteurs mais aussi spectateurs qui nourrissent la qualité de ce
rendez-vous unique.
Leo Kaneman
Fondateur et Président
d’honneur du FIFDH
Sami Kanaan
Maire de Genève
Sandrine Salerno
Conseillère administrative en charge
du Département des finances et du
logement, Ville de Genève
Stéphane Gobbo
Chef de la rubrique culture,
Le Temps
Pascal Crittin
Directeur de la
Radio Télévision Suisse
Ami.e.s
du FIFDH
JOIN THE FRIENDS
OF FIFDH!
You love the FIFDH
and wish to support it ?
By joining the Friends of the FIFDH
you will contribute to strengthen
our actions and have
access to exclusive
advantages all year long.
Please right to
lesamis@fifdh.org
REJOIGNEZ
LES AMI.E.S DU FIFDH!
Vous aimez le FIFDH
et voulez le soutenir ?
En adhérant aux ami.e.s du FIFDH
vous contribuez à renforcer
les actions du Festival
et accédez à des avantages
exclusifs tout au long de l’année !
Ecrivez-nous
lesamis@fifdh.org
Le FIFDH et la Commune de Meyrin mettent à
l’honneur l’Agence VU’, fondée à Paris en 1986,
une référence incontournable dans le monde
de la photographie qui rassemble le travail de
70 artistes internationaux.
Le photographe Bruno Boudjelal, membre de
l’Agence, s’est toujours questionné sur sa propre
identité, lui qui a découvert le pays de son père,
l’Algérie, à 32 ans. À partir de cette exploration
personnelle, il a construit un puissant travail
qui tisse l’histoire collective, l’autobiographie
et le documentaire, la couleur, le noir et blanc.
Régulièrement publié dans la presse internationale, lauréat de prix prestigieux, il est l’auteur de
6 monographies, et ses œuvres font l’objet de
nombreuses expositions à travers le monde.
Bruno Boudjelal a pris ses quartiers à Meyrin
de janvier à mars 2019. L’artiste a longuement
rencontré des hommes et des femmes arrivé.es
à Genève après un parcours migratoire difficile.
À partir de ces mots puissants : Ne mourrons pas
fatigués, Boudjelal leur a proposé de raconter
comment, pris dans des flux incessants, ils et
elles parviennent à ne pas perdre pied, à tenir,
s’inscrire dans la vie. L’artiste les a écouté·es,
photographié·es, et a relaté ces histoires dans
des textes. Il a également réalisé un workshop
avec 10 jeunes migrant·es.
Un extrait de ce travail sera exposé rue du Mont
Blanc, et il sera présenté dans sa version complète au CAIRN de Meyrin.
Ce projet a été co-organisé par le Service de la
culture de la Commune de Meyrin. Il a été soutenu par la Fondation Meyrinoise du Casino.
Bruno Boudjelal,
Agence VU,
à l’honneur
Artiste en résidence
Ne mourrons
pas fatigués
Rencontre avec
Bruno Boudjelal
Samedi 9.03 15:00
Espace Pitoëff – Théâtre
Une rencontre animée par
Marie Richeux, France Culture
Ne mourrons pas fatigués
Du 2.03 au 20.03
Zone piétonne rue du Mont-Blanc
Exposition de Bruno Boudjelal
La traversée des apparences
Du 9.03 au 7.04
Le Cairn, espace culturel
Une exposition qui regroupe l’ensemble des
photographies du projet Ne mourrons pas fatigués, ainsi que d’autres travaux de l’artiste et un
diaporama réalisé par les jeunes migrant·es du
Canton qui ont participé à la résidence.
Vernissage le dimanche 10.03 à 17h,
en présence de l’artiste
Ouvert du mercredi au dimanche
de 14h à 18h
ENG The FIFDH and the City of Meyrin are
proud to honour the Agence VU, founded in
Paris in 1986 and a major reference in the world
of photography, which brings together the work
of 70 international artists.
Photographer Bruno Boudjelal, a member
of Agency VU, has always wondered about
his identity, discovering his father’s country,
Algeria, at the age of 32. From his personal
exploration, he created a powerful piece of
work that weaves collective history, autobiography and documentary, using both colour
and monochrome. Published regularly in the
international press and a winner of prestigious
awards, he is the author of six monographs, and
his work is the subject of numerous exhibitions
around the world.
Bruno Boudjelal took up an artist’s residence
in Meyrin from January to March 2019. The
artist met at length with men and women who
arrived in Geneva after difficult migrations.
Taking the statement Let us not die tired as a
starting point, Boudjelal asked them to recount
how, amongst the incessant flows, to hold on,
to keep their balance, and to re-establish their
lives. The artist listened to them, photographed
them, and recounted these stories in texts. In
addition, Boudjelal conducted a workshop with
10 young migrants.
An excerpt from this work will be exhibited on
the Rue du Mont Blanc and will be presented in
its full version at CAIRN in Meyrin.
This project was co-organized by CAIRN (Jardin
Alpin villa) and supported by the City of Meyrin
and the Casino Foundation of Meyrin.
Hommage à
Evdokia Romanova
Née en 1990, Evdokia Romanova est membre du mouvement Avers, qui défend
les droits des personnes LGBT+ en Russie et leur offre assistance. Elle collabore
également avec la Coalition de la jeunesse pour les droits sexuels et reproductifs,
la fondation féministe Frida, et le groupe antiraciste United. Elle a été condamnée en 2017 à une amende pour « propagande homosexuelle » par le Tribunal de
Samara, où elle réside, après avoir partagé sur Facebook deux articles du Guardian et de Buzzfeed. Malgré les nombreuses menaces et intimidations, elle fait
actuellement appel de cette décision, et elle est soutenue par Amnesty International. En avril prochain, le Prix Martine Anstett 2019, dont le FIFDH est partenaire,
lui sera remis. Le Festival lui dédie cette 17e édition.
ENG Born in 1990, Evdokia Romanova is a member of the Avers movement, which
defends the rights of LGBTI+ people in Russia and offers them assistance. She
also collaborates with the Youth Coalition for Sexual and Reproductive Rights,
the Frida Feminist Foundation, and the anti-racist group United. She was fined
in 2017 for “homosexual propaganda” by the court of Samara, where she resides,
after sharing two articles from the Guardian and Buzzfeed on Facebook. Despite
numerous threats and intimidation, she is currently appealing this decision, and
is supported by Amnesty International. Next April, she will receive the Martine
Anstett 2019 Prize, of which the FIFDH is a partner. The Festival dedicates its 17th
edition to her.
HOMMAGE ARTISTE À L’HONNEUR
Now is not the
time to give up
7
Hussain Currimbhoy
Programmateur documentaire,
Festival de Sundance (États-Unis)
Hussain Currimbhoy est programmateur documentaire pour le Festival de Sundance. Né au
Canada, il a travaillé en Australie, au Japon, aux
Pays-Bas et au Royaume-Uni avant de s’installer à Los Angeles. En 2002, tout juste diplomé
du Victorian College of Art de Melbourne, il crée
RVO4, un festival de court métrages itinérant,
et devient curateur pour le Australian Centre
for the Moving Image. Il a également écrit et
réalisé 8 courts métrages qui ont circulé dans
de nombreux festivals internationaux. Il a été
directeur de la programmation du Festival de
Sheffield, de 2008 à 2014, avant de rejoindre le
prestigieux Festival de Sundance. Il intervient
régulièrement comme conférencier dans des
festivals et des écoles de cinéma à travers le
monde. Une rencontre avec Hussain est prévue
le jeudi 14 mars à 14h30, à l’Espace Pitoëff –
Théâtre (p. 63).
ENG Hussain Currimbhoy is a documentary
programmer for the Sundance Film Festival.
Before joining Sundance, he was, from 2008
until 2014, the director of programming for the
Sheffield Doc/Fest in the UK. Currimbhoy was
born in Canada, and has spent time living and
working in Australia, Japan, the Netherlands,
and the UK before settling in Los Angeles. After
graduating from the Victorian College of Art
in 2002, he started RVO4, a touring short film
festival, and curated film programs for the
Australian Centre for the Moving Image. He has
written and directed 8 short films which have
played at international film festivals. Currimbhoy is a regular guest speaker at film festivals
and film schools around the world. A meeting
with Hussain is scheduled on Thursday 14 March
at 14:30, Espace Pitoëff – Théâtre (p. 63).
Muhammed Muheisen
Photographe (Jordanie)
Photographe jordanien né en 1981, Muhammed
Muheisen est deux fois lauréat du Prix Pulitzer
et nommé Best Wire photographer par le TIME
Magazine. En tant que responsable du service
photo de l’Associated Press pour le MoyenOrient, l’Afghanistan et le Pakistan, il a silloné
ces régions avant de rejoindre le magazine
National Geographic. En tant que photoreporter, il a couvert les funérailles de Yasser Arafat,
la capture de Saddam Hussein, la révolution
yéménite ou encore la guerre en Syrie. Son
travail personnel s’est toujours concentré sur
les populations déplacées, l’éducation et les
minorités, et il a crée la fondation Everyday
Refugees. Son travail est présenté pendant le
Festival à la Fondation Fluxum, avec l’exposition
Light on the Move.
ENG Born in 1981, Muhammed Muheisen is a
two-time Pulitzer Prize winner and was named
Best Wire Photographer by TIME Magazine. As
the Associated Press Chief Photographer for
the Middle East, Afghanistan and Pakistan, he
toured these regions before joining National
Geographic. As a photojournalist, he covered
the funeral of Yasser Arafat, the capture of
Saddam Hussein, the Yemeni revolution and
the war in Syria. His personal work has always
focused on refugees, internally displaced
people, education and minorities, and he is also
the founder of the Everyday Refugees Foundation. During the festival, Fluxum Foundation will
exhibit his work Light on the Move.
Julie Trébault
Directrice du programme Artists at Risk, PEN
America (France, Etats-Unis)
Fondée en 1922, PEN America est la branche
maîtresse du réseau PEN International, qui
rassemble 7200 écrivain·es à travers le monde
pour défendre la création artistique et la liberté
d’expression. En son sein, Julie Trebault dirige
Artists at Risk Connection (ARC), qui soutient
spécifiquement artistes et cinéastes en danger.
Passionnée et engagée, Julie Trébault a commencé sa carrière à la tête des évènements
du prestigieux Musée du Quai Branly à Paris. En
2008, elle rejoint le Musée national d’Ethnologie
à Leyde, aux Pays-Bas, où elle crée un réseau
de 116 musées internationaux. Elle déménage
ensuite à New York pour devenir directrice des
programmes du Museum of the City of New
York, avant de rejoindre PEN America. Julie Trébault animera une rencontre avec le cinéaste
Eddy Munyaneza, pour présenter le réseau filmmakers at Risk, le samedi 9 mars à 14:00 (p. 62).
ENG Founded in 1922, PEN America is the largest branch of the PEN International network,
which brings together 7,200 writers from around
the world to defend artistic creation and
freedom of expression. Julie Trébault leads the
organisation’s Artists at Risk Connection (ARC),
which specifically supports artists and filmmakers at risk. Passionate and well connected, Julie
Trébault began her career as the Head of Higher Education and Academic events at the prestigious Musée du Quai Branly in Paris. In 2008,
she joined the National Museum of Ethnology in
Leiden, the Netherlands, where she created a
network of 116 international museums. Prior to
joining PEN America, she served as director of
public programs at the Museum of the City of
New York. Julie Trébault will host a meeting with
filmmaker Eddy Munyaneza, about filmmakers
at Risk (p 62).
9
Leïla Slimani
Romancière (Maroc, France) –
Présidente du Jury
Romancière franco-marocaine née en 1981,
Leïla Slimani est lauréate du prix Goncourt
2016 pour son roman Chanson douce, édité par
Gallimard et traduit en 44 langues, qui l’a hissée
au rang « d’auteur francophone la plus lue
dans le monde ». Écrivaine virtuose, féministe
et profondément engagée, sa plume acérée
suscite des débats passionnés. Elle aborde de
front la nymphomanie dans Dans le jardin de
l’ogre, le meurtre d’enfants et la misère sociale
dans Chanson douce, et la violence du patriarcat dans Sexe et mensonges : la vie sexuelle
au Maroc. Leïla Slimani est la représentante
personnelle d’Emmanuel Macron pour la Francophonie, mais a interpellé publiquement en
novembre le Président de la République en soutien aux personnes migrantes. Une rencontre
publique avec Leïla Slimani est organisée par la
Société de Lecture, le mardi 12 mars à 12h.
ENG A Franco-Moroccan novelist born in 1981,
Leïla Slimani was awarded the 2016 Goncourt
Prize for her novel The Perfect Nanny, published
by Gallimard and translated into 44 languages,
making her the “most widely read French-speaking author in the world”. An acclaimed author,
feminist and committed activist, her fearless
writing has sparked many a passionate debate.
She addresses issues such as sexual addiction
In the Garden of the Ogre, the story of a double
child murder and social struggle in The Perfect
Nanny, and the violence of patriarchy in Sex
and Lies: Sexual Life in Morocco. Leïla Slimani is
French president Emmanuel Macron’s personal
representative for French language and culture,
but has used her position last November to
publicly challenge his stance on migrants. A
public discussion with Leila Slimani is organized
by the Société de Lecture on Tuesda 12th March,
at 12:00.
Fellipe Barbosa
Cinéaste (Brésil)
Né en 1980 à Rio de Janeiro, Fellipe Barbosa est
l’un des figures les plus emblématiques du jeune
cinéma d’auteur brésilien. Après avoir réalisé un
court métrage remarqué, Salt Kiss, il est admis
à l’Institut Sundance en 2008, où il développe
puis réalise son premier long métrage de fiction,
Grand Case, présenté à Rotterdam en 2014. En
2017, il part sur les traces d’un ami disparu au
Malawi, accompagné de ses proches qui jouent
leur propre rôle. Gabriel et la montagne, film
puissant et personnel, est primé à la Semaine
de la Critique à Cannes et fait le tour des festivals internationaux. Fellipe Barbosa prépare
actuellement un long métrage consacré à Leïla
Alaoui, photographe franco-marocaine décédée lors des attentats de Ouagadougou, à qui
le FIFDH avait dédié son édition 2016.
ENG Born in 1980 in Rio de Janeiro, Fellipe Barbosa is one of the most emblematic figures of
contemporary Brazilian cinema. After directing
the short film Salt Kiss, he was admitted to the
Sundance Institute in 2008, where he developed and directed his first feature film, Casa
Grande, presented in Rotterdam in 2014. In 2017,
he went on the trail of a missing friend in Malawi, accompanied by friends and relatives who
recount their versions of the story. Gabriel and
the Mountain, a powerful and personal film,
was awarded at the Critics’ Week in Cannes.
Fellipe Barbosa is currently preparing a feature
film dedicated to Leïla Alaoui, a Franco-Moroccan photographer who died during the attacks
in Ouagadougou and to whom the FIFDH dedicated its 2016 edition.
8
JURY
Compétition
Documentaires
de Création
10 11
JURY
Compétition
Fiction
Shahin Najafi
Musicien (Iran)
Issu de la scène underground, Shahin Najafi,
né en 1980, est un poète sonore, musicien et
compositeur de premier plan dans le paysage
musical en Iran. Il aborde de front des sujets
aussi variés et engagés que la théocratie, la
pauvreté, le sexisme, la censure, l’esclavage des
enfants, les exécutions sommaires, la toxicomanie et l’homophobie. En 2012, le « Rushdie du
rap » a été victime de plusieurs fatwas pour sa
chanson Ay Naghi!, et le site web HonareNab.ir
a posté un jeu vidéo intitulé Shoot the Apostates invitant les internautes à l’assassiner. Il est
l’auteur d’une bouleversante autobiographie
intitulée Quand Dieu est endormi, et il vit en
exil en Allemagne. Najafi donnera un concert à
l’Alhambra mercredi 13 mars (p. 70).
ENG Originally from the underground scene,
Shahin Najafi, born in 1980, is a prominent
sound poet, musician and composer in Iran’s
musical landscape. He tackles issues as diverse
and engaged as theocracy, poverty, sexism,
censorship, child slavery, summary executions, drug abuse and homophobia. In 2012,
the “Rushdie of Rap” was the target of several
fatwa death sentences for his song Ay Naghi!,
and the website HonareNab.ir posted an online
video game called Shoot the Apostates inviting
internet users to murder him. He is the author
of a poignant autobiography entitled When
God Sleeps, and currently resides in Germany,
where he was forced into hiding. Najafi will give
a concert at the Alhambra on Wednesday, 13th
March (p.70).
Anne Deluz
Cinéaste et productrice (Suisse)
Née en 1964, Anne Deluz commence sa carrière
professionnelle auprès de cinéastes suisses
emblématiques : Michel Soutter, Alain Tanner
avec qui elle collabore pendant une quinzaine
d’années, Claude Goretta, ou encore Francis
Reusser. Dans les années 90, elle part s’installer en Espagne. Elle alterne les productions
avec des cinéastes comme Fernando Trueba,
l’écrivain cinéaste David Trueba, Mateo Gil,
la Cuadrilla ou le norvégien Bent Hamer. Elle
anime également des stages de mise en scène
à l’école de cinéma San Antonio de Los Banos à
Cuba. Elle revient en Suisse en 2001 et passe à
la réalisation dans différents genres télévisuels :
comédies, drame psychologique, séries de fiction et documentaire pour les télévisions suisse
et française. Elle a depuis produit les longs métrages La Reina de España de Fernando Trueba
(2016) et My Little One de Frédéric Choffat et
Julie Gilbert (2019). Actuellement, elle co-écrit
et réalise une série TV, Bulle, et développe le
long métrage d’animation Red Jungle de Juan
José Lozano et Zoltan Horvath.
ENG Born in 1964, Anne Deluz began her
professional career alongside emblematic
Swiss filmmakers: Michel Soutter, Alain Tanner
with whom she collaborated for some fifteen
years, Claude Goretta, and Francis Reusser. In
the 1990s, she moved to Spain. She alternates
between productions with filmmakers such as
Fernando Trueba, writer-director David Trueba,
Mateo Gil, la Cuadrilla or the Norwegian Bent
Hamer. She also leads directing workshops at a
cuban film school in San Antonio de Los Banos.
She returned to Switzerland in 2001 and began
directing in various television genres: comedies, psychological dramas, fiction series and
documentaries for Swiss and French television.
She has since produced Fernando Trueba’s La
Reina de Espana (2016) and Frédéric Choffat
and Julie Gilbert’s My Little One (2019). She is
currently co-writing and directing the TV series
Bulle for RTS and developing the animated
feature Red Jungle by Juan José Lozano and
Zoltan Horvath.
Pat Mitchell
Productrice, entrepreneuse, activiste
(États-Unis) – Présidente du Jury
Pat Mitchell est une entrepreneuse, productrice
et activiste américaine. Elle a été la première
femme présidente de PBS après avoir été la
présidente de CNN Productions. Sa carrière est
guidée par la volonté d’employer les médias
comme une force de changement social,
tout particulièrement en ce qui concerne la
représentation des femmes. Les projets qu’elle
a produits ont reçu 35 Emmy Awards et 5
Peabody Awards. En 2009, elle entre dans le
Broadcasting and Cable Hall of Fame et est
nommée l’une des Femmes les Plus Puissantes
de Hollywood. Elle est consultante auprès de
nombreuses entreprises, et membre du Conseil
de fondation du Festival de Sundance. Pat
Mitchell termine actuellement un livre intitulé
Becoming a Dangerous Woman: On Embracing
Purpose and Power. Elle rencontrera le public
du Festival lors d’un déjeuner professionnel le
vendredi 8 mars, organisé avec Giving Women
(p. 62).
ENG Pat Mitchell is an American entrepreneur,
producer and activist. She was the first woman
President and CEO of PBS after being the president of CNN Productions. Her career is guided
by the desire to use media as a force for social
change, especially with regard to women’s
representation. The projects she produced
have received 35 Emmy Awards and 5 Peabody
Awards. In 2009, she joined the Broadcasting
and Cable Hall of Fame and was named one
of Hollywood’s Most Powerful Women. She is
a consultant to numerous companies, and a
member of the Sundance Festival Foundation Board. Pat Mitchell is currently finishing a
book entitled Becoming a Dangerous Woman:
Embracing a Life of Power and Purpose. She will
meet the Festival audience at a professional
lunch on Friday, 8 March, organized with Giving
Women (p. 62).
Uzodinma Iweala
Romancier, médecin, producteur (Nigeria)
Né en 1982 aux États-Unis, originaire du Nigéria,
Uzodinma Iweala est à la fois diplômé en littérature à Harvard et en chirurgie à Columbia.
À 23 ans, il publie un premier roman stupéfiant, Beasts of No Nation, récit intime d’un
enfant-soldat traduit dans le monde entier et
adapté au cinéma par Netflix. Il est l’auteur
de nombreux romans et essais, et a produit le
film Waiting for Hassana. Tout en continuant
à exercer la médecine, il a fondé le magazine
Ventures Africa, avant de diriger le Africa Center à New York. En 2017, Uzodinma Iweala a fait
sensation à Genève avec un discours provocateur et virtuose sur la philanthropie : Me voler
1000 dollars puis m’en rendre un, ce n’est pas
de la bonté. Il participera au débat « Les Droits
Humains sont-ils universels ? » le 10 mars, aux
côtés de Ratna Kapur (p. 19).
ENG Born in 1982 in the United States, and of
Nigerian descent, Uzodinma Iweala is a graduate in both literature from Harvard University
and surgery from Columbia University. Aged 23,
he published his breathtaking first novel, Beasts
of No Nation, the intimate story of a child soldier, translated around the world and adapted
to the screen by Netflix. He is the author of
many novels and essays, and produced the
film Waiting for Hassana. While continuing to
practice medicine, he founded Ventures Africa
before becoming the CEO of the Africa Center
in New York. In 2017, Uzodinma Iweala caused a
sensation in Geneva with a provocative speech
about philanthropy, where he stated, “stealing
a thousand dollars and then giving me a dollar
as you pass by on the street cannot be called
philanthropy”. He will participate in the debate
“Is it the end of Human Rights Universality ?” on
10 March, alongside Ratna Kapur (p. 19).
Philippe Cottier
Avocat (Suisse)
Philippe Cottier est un avocat suisse. Membre
du conseil de la Fondation Hélène et Victor
Barbour depuis 1995 et Secrétaire du Conseil de
la Fondation depuis 2005, il représente celle-ci
dans les différentes activités culturelles qu’elle
déploie. Il a toujours porté un intérêt particulier
au cinéma et sa participation au Jury du Grand
Prix fiction offert par la Fondation Hélène et
Victor Barbour pour l’édition 2019 du FIFDH
s’inscrit dans la continuité de son travail.
ENG Philippe Cottier is a Swiss lawyer. Since
1995, he has served as board member of the
Helene and Victor Barbour Foundation and
Secretary of the Board of the Foundation since
2005, representing it in various cultural activities. He has always been particularly interested
in cinema and his participation in the Fiction
Grand Award, offered by the Hélène and Victor
Barbour Foudation for the 2019 edition of the
FIFDH is a continuation of his work.
FORUM
Lisez lesmeilleurs articlestraduitsde lapresse
dumonde entier.
Suivez l’actualité internationale toute la journée
Naviguez en mode hors-connexion
Et toujours, l’hebdo en version numérique
Vousêtes abonné(e) à la formulepapier ?
Activezgratuitement votrecomptesur notresitepourprofiterdetoutenotreoffrenumérique
Et aussisur iOS
Disponiblemaintenant surGooglePlay
Nouvelle applicationAndroid
Courrier international
INTERNATIONAL NEWS IN 12 LANGUAGES
ACROSS TV & DIGITAL PLATFORMS
GWI Q4 2017 – Q3 2018 – TV Daily reach – Europe excl. Turkey
ALL VIEWS
INTERNATIONAL
NEWS CHANNEL
IN EUROPE
15
FORUM
INTERNATIONAL
Vendredi 8 mars
Espace Pitoëff -Théâtre
18:00
DISCOURS
Dr. Chaloka Beyani
Ancien Rapporteur spécial auprès des Nations
Unies sur les droits des personnes déplacées,
Professeur à la London School of Economics
INTRODUCTION
Catherine-Lune Grayson
Conseillère politique et diplomatie
humanitaire, CICR
Espace Pitoëff -Théâtre
20:00
Co-présenté avec Amnesty International
Suisse, le Parlement européen, le service
Égalité de l’Université de Genève et le Ser

vice International pour les Droits de l’Homme
(ISHR)
DÉBAT
Sareta Ashraph
Analyste au sein de l’équipe d’enquête de
l’ONU sur le crimes de Daseh
Tetiana Pechonchyk
Directrice du Centre d’information
sur les droits humains en Ukraine
Hajer Sharief
Co-fondatrice de
Together We Build It en Libye
MODÉRATION
Lyse Doucet
Cheffe des correspondant·es
internationaux à la BBC
INTRODUCTION
Ivan Mikulic
Coordinateur du Prix Sakharov,
Parlement Européen
Manon Schick
Directrice générale
d’Amnesty International Suisse
Sur leurs épaules : le combat des femmes
défenseuses des droits humains
Défendre ses droits, porter une cause ou dénoncer des
injustices : un travail essentiel, épuisant et d’autant plus
difficile quand on est une femme.
Quel est l’état des droits humains dans
le monde en 2019 ? Face à la montée des
populismes et des inégalités, à la remise en
cause des institutions multilatérales telles que
le Conseil des Droits de l’Homme, et face aux
conflits durables et aux paix instables, quelles
sont les perspectives de résistances ?
En s’ancrant autour de ces principales lignes de
fracture et avec une attention particulière en

vers les questions migratoires (Amérique Latine,
Myanmar, région du lac Tchad, Méditerranée,
etc.), le Dr. Chaloka Beyani présente un tour
d’horizon de ces enjeux politiques, sécuritaires,
identitaires et sociaux.
Cette soirée rend hommage à celles qui ont
fait de la défense des droits humains leur
combat au quotidien. La parole est donnée à
trois militantes : Hajer Sharief, co-fondatrice de
Together we build it, une organisation libyenne
pour la participation politique des femmes et
des jeunes, Tetiana Pechonchyk, directrice du
Centre d’information sur les droits humains en
Ukraine, dont le travail se concentre sur la liber

té d’expression, la protection des défenseur·ses
et la prévention de la torture ainsi que Sareta
Ashraph, analyste au sein de l’équipe d’enquête
de l’ONU sur la responsabilité de Daesh. Elles
mettront en lumière leurs luttes, les obstacles
qu’elles rencontrent dans leur travail ainsi que
les répercussions sur leur vie.
Le film d’ouverture du Festival, On Her
Shoulders d’Alexandria Bombach, raconte le
combat de Nadia Murad, Prix Nobel de la Paix
2018, qui est devenue la voix du peuple yézidi
après avoir survécu aux violences et crimes
perpétrés par Daesh.
ENG On Their Shoulders: The Life of Women
Defending Human Rights
Advocating for one’s own rights, supporting a
cause or exposing injustice: an essential but
exhausting and challenging task, even more so
as a woman.
This evening pays tribute to those who have
made the defence of Human Rights their daily
strife. Three women activists will be given the
floor: Hajer Sharief, co-founder of Together we
build it – a Libyan organization dedicated to
political participation of women and youth. Te

tiana Pechonchyk, director of the Human Rights
Information Centre in Ukraine that focuses
among other things on freedom of expression,
protection of human rights defenders and pre

vention of torture. Sareta Ashraph, Chief Legal
Analyst of the UN Commission of Inquiry on
Syria from 2012 to 2016. They will highlight their
struggles, the obstacles they face as well as the
impact of their work on their lives.
The Festival’s opening film, On Her Shoulders by
Alexandria Bombach recounts the story of the
2018 Nobel Peace Prize winner Nadia Murad,
who after surviving Daesh’s violence and crimes
against the Yezidi people, became the voice of
her people and of all Iraqis.
Discours d’ouverture
Responsabilité et droits humains
ENG Opening Speech: Accountability for
Human Rights
Dr. Chaloka Beyani, Former UN Special Rap

porteur on the Human Rights of Internally Dis

placed Persons and Professor of International
Law and Human Rights at the London School of
Economics, will give us some keys to understanding some of today’s burning issues: the
rise of populism and of inequality, the question

ing of multilateral institutions such as the UN
Human Rights Council, protracted conflicts, as
well as the prospects for resistance. Dr. Chaloka
Beyani will provide an overview of the political,
security, identity and social challenges that
face us by focusing on these main fault lines,
with an emphasis on migrations.
FILM
ON HER SHOULDERS
Alexandria Bombach, États-Unis,
2018, 95’, vo ang
/ar, st fr
/ang
14 15
Soirée d’ouverture
du Forum
FORUM
INTERNATIONAL
Samedi 9 mars
Espace Pitoëff – Grande salle
14:00
Co-présenté avec Interpeace et soutenu par
le Service de la Solidarité Internationale du
Canton de Genève (SSI)
DÉBAT
Magdalena Nandege
Militante pour la construction de la paix
au Soudan du Sud, membre du réseau
de Jeunes pour la Paix au sein de la Whitaker
Peace & Development Initiative
Forest Whitaker
Acteur, réalisateur et président
de la Whitaker Peace & Development Initiative
MODÉRATION 
Scott Weber
Président d’Interpeace
INTRODUCTION 
Maria Jesus Alonso Lormand
Directrice du Service de la Solidarité Internationale du Canton de Genève (SSI)
Soudan du Sud:
la plus jeune nation du monde
à la recherche de la paix
Le processus de transition vers la paix et la démocratie au
Soudan du Sud doit inclure toutes les composantes de la
société pour éviter de retomber dans le cycle de violences.
FORUM
INTERNATIONAL
Samedi 9 mars
Espace Pitoëff -Théâtre
17:00
Faire pression sur les journalistes via les réseaux
sociaux n’a jamais été aussi aisé. Ils et elles
font quotidiennement face à des attaques
issues autant de « haters » isolés que de réseaux
extrêmement organisés. Les femmes sont
tout particulièrement ciblées : injures sexistes
et racistes, appels au viol et au meurtre, ces
attaques visent à humilier, terroriser et réduire
au silence celles qui font leur métier. Des agressions dont les auteurs sont toujours ou presque
des hommes, qui engendrent une peur de voir
les harceleur·ses « passer à l’acte ». Face à ces
déferlements de haine, quels sont les moyens
pour permettre aux femmes journalistes de
faire leur travail sans mettre en péril leur santé
et leur vie ?
Dans le film A Dark Place, Javier Luque Martinez aborde les enjeux de genre, de liberté
d’information et d’expression cristallisés dans
les expériences personnelles de femmes journalistes victimes de violences en ligne suite à
des articles ou des enquêtes.
Co-présenté avec le Département fédéral
des affaires étrangères (DFAE), le Service
Agenda 21 – Ville durable de la ville de
Genève, Délégation de l’Union européenne
auprès de l’ONU et des autres organisations
internationales à Genève, l’Organisation
pour la Sécurité et la Coopération en Europe
(OSCE) et le Service Égalité de l’Université de
Genève.
DÉBAT
Nadia Daam
Journaliste à l’émission 28 minutes, Arte
Arzu Geybulla
Journaliste freelance, Azerbaïdjan
Kiran Nazish
Directrice et fondatrice de The Coalition For
Women In Journalism, Pakistan
MODÉRATION
Célia Héron
Cheffe de la rubrique Société
au sein du journal Le Temps
INTRODUCTION
Harlem Desir
Représentant pour la liberté des médias de
l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe
Markus Seiler
Secrétaire général du Département fédéral
des affaires étrangères
Walter Stevens
Ambassadeur de l’Union européenne auprès de
l’Office des Nations Unies et des organisations
internationales à Genève
prise de parole par la Ville de Genève
Après une guerre sanglante, le Soudan du Sud
obtient son autonomie par référendum en
2011 et devient le plus jeune pays du monde,
mais aussi l’un des plus pauvres malgré ses
ressources en pétrole. Le conflit, interne cette
fois-ci, reprend en 2013. Cette nouvelle guerre
déclenche une crise majeure causant près
de 380’000 mort·es et plus de 2,4 millions de
réfugié·es et déplacé·es. Comment sortir de ce
cycle de violences et reprendre le chemin de
la paix ? Quelles sont les stratégies et actions
nécessaires pour garantir la paix et prévenir les
violations des droits humains sur le long terme ?
Le défi consiste à valoriser et encourager des
initiatives locales et nationales de construction
de la paix, d’un vivre ensemble dans un État
démocratique qui parle au nom de tou·tes les
Sud-Soudanais·es.
ENG South Sudan: World’s Youngest Nation at
the Crossroads to Peace
To avoid falling back into a cycle of violence,
the process of transition to peace and democracy in South Sudan must include all components of the society.
Following a brutal civil war, South Sudan gained
autonomy by referendum in 2011 and became
not only the youngest country in the world,
but also one of the poorest in spite of its oil
resources. In 2013, the conflict resumed, this
time internally. This new war has triggered a
major crisis causing nearly 380,000 deaths and
more than 2.4 million displaced persons. How
can we escape this cycle of violence and return
to the path of peace? What strategies and actions are needed to ensure peace and prevent
human rights violations in the long term? The
challenge, now, is to value and encourage local
and national peace-building initiatives in order
to live in a democratic State that speaks for all
South Sudanese.
ENG Women Journalists: Prime Targets of
Cyberbullying?
Being both a woman and a journalist: a double
burden? Targeted on social networks, women
journalists simultaneously experience gender-based violence and mistrust of the media.
Pressures on journalists through social networks
are increasingly common. They face daily
attacks, both from isolated haters and from
highly organized networks. Women are particularly targeted: through sexist and racist insults
or calls for rape and murder, perpetrators aim
to humiliate, terrorize and silence those who
do their jobs. Almost always conducted by men,
these virtual assaults generate a fear of seeing
stalkers act on their threats. In the face of
such outbreaks of hatred, how can we enable
women journalists to pursue their work without
endangering both their health and lives?
In A Dark Place, Javier Luque Martinez addresses the issues of gender, freedom of information and of expression though the personal
experiences of women journalists who have
fallen victims to online violence in reaction to
their work.
FILM
A DARK PLACE
Javier Luque Martinez, Autriche, 2018, 57’,
vo ang/esp/catalan/turc, st fr/ang
16 17
Les femmes journalistes :
cibles de choix du
cyber-harcèlement?
À la fois attaquées sur les réseaux sociaux à cause de leur
métier et victimes de violences sexistes, ces femmes mènent
un combat quotidien pour faire entendre leur voix.
FORUM
INTERNATIONAL
Samedi 9 mars
Espace Pitoëff – Grande salle
19:30
La financiarisation de l’immobilier, l’industrie
touristique et la gentrification des quartiers populaires forcent continuellement les
populations modestes à se loger toujours plus
en périphérie des villes. Le logement devient
matière à spéculation, un nouveau champ de
bataille des inégalités et de la violence sociale,
à Genève, comme à Rio ou à Nairobi. Quelles
sont aujourd’hui les possibilités de lutte pour
récupérer l’espace et la ville ? Comment rendre
concret le droit au logement ?
La séance s’ouvrira avec la signature par M.
Sami Kanaan, Maire de Genève, du manifeste
« The Shift » impulsé par la Rapporteuse spéciale
sur le logement convenable, Leilani Farha, pour
reconnaître le droit au logement en tant que
droit humain à Genève.
Push rough cut montre le combat de la Rapporteuse spéciale de l’ONU pour le droit au
logement Leilani Farha, qui se fait la porte-parole des plus précaires et remet la question de
l’humain au centre du débat.
Co-présenté avec le Haut-Commissariat des
Nations unies aux droits de l’homme (HCDH)
Q&A
Fredrik Gertten
Réalisateur du film
DÉBAT
Leilani Farha
Rapporteuse spéciale de l’ONU
sur le droit au logement
Maria Lúcia de Pontes
Juriste, avocate publique et militante
contre les expulsions et les déplacements de
favelas, Brésil
Saskia Sassen
Professeure de sociologie à l’Université
de Columbia
MODÉRATION
Kate Gilmore
Haut-Commissaire adjointe des
Nations Unies aux droits de l’homme
Faire du droit au logement
décent une réalité
Le droit au logement décent, à un loyer abordable dans les
villes est de plus en plus bafoué. Expulsions, conditions
insalubres: le logement devient un enjeu de spéculation mondiale.
ENG Turning the Right to Adequate Housing
into a Reality
In cities, the right to decent housing and
affordable rent is increasingly undermined.
Evictions, unhealthy conditions: housing is
becoming a subject of speculation.
Because of real estate financialisation, the
tourist industry and the gentrification of
neighbourhoods, people of modest means are
continually forced to move further away from
the city centres. Housing becomes a matter for
speculators, a new battleground for inequality
and social violence. What are the current possibilities for reclaiming space and the city? How
can we make the right to adequate housing a
reality?
The panel will open with the signature by the
Mayor of Geneva, Mr. Sami Kanaan, of the
manifesto “The Shift” initiated by Leilani Farha
in an effort to recognize the right to suitable
housing as a human right.
Push rough cut is about the struggle of Leilani
Farha, the UN Special Rapporteur on Housing
Rights, who acts as a spokesperson for the most
vulnerable and puts the human rights issue
back at the centre of the debate.
FILM
PUSH (ROUGH CUT)
Fredrik Gertten, Suède, 2019, 93’, vo
ang/esp/ita/coréen, st ang/fr
18
FORUM
INTERNATIONAL
Dimanche 10 mars
Espace Pitoëff – Grande Salle
19:00
DÉBAT
Uzodinma Iweala
Directeur du The Africa Center,
écrivain, médecin
Ratna Kapur
Professeure de droit international au Queen
University of London et ancienne directrice
du centre de recherche juridique féministe
de New Delhi
MODÉRATION 
Tammam Aloudat
Directeur médical adjoint,
Médecins Sans Frontières Suisse
Les droits humains
sont-ils universels?
La violation des droits humains est plus universelle que leur
reconnaissance. L’universalité des valeurs et de l’application
de ces droits sont questionnées : il existe un sentiment de
deux poids, deux mesures.
Sur la scène politique, de nouveaux arguments
s’affrontent pour promouvoir ou au contraire
récuser l’universalité des droits humains : la
justice internationale à deux vitesses, les indignations sélectives en fonction des origines des
victimes. Tandis qu’une partie de l’« Occident »
démantèle des droits qui semblaient acquis (le
retrait des États-Unis du Conseil des Droits de
l’Homme de l’ONU, ou encore les accords de
l’UE afin de contenir les migrations dans des
pays où les droits des migrants seront violés),
le combat pour reconnaître notre humanité
commune doit être continuellement mené.
Questionner l’indignation sélective et l’impunité
de certain·e·s doit aller de pair avec la défense
des droits humains et de notre dignité.
Le film Zero impunity est l’histoire contemporaine d’une ironie. Alors que nous disposons d’un
arsenal juridique qui permettrait de condamner les violences sexuelles en temps de guerre,
l’impunité reste totale.
ENG Is it the End of Human
Rights’ Universality?
The violation of human rights is more universal than their recognition. As we question the
universality of values and of the application of
these rights, a feeling of “double standards”
emerges.
On the political stage, the universality of human
rights is either promoted or denied: two-tier
international justice or selective indignation
based on the origins of the victims for example.
While part of the “West” is dismantling rights
that were previously taken for granted – the
withdrawal of the United States from the UN
Human Rights Council, or the EU agreements to
contain migration in countries where migrants’
rights are violated – the struggle to recognize
our common humanity must be fought. Questioning the selective indignation and impunity
of some must go hand in hand with the defence
of human rights and our dignity.
Zero Impunity is a bitterly ironic contemporary story. While we have a legal arsenal to
condemn sexual violence in wartime, impunity
remains the rule.
FILM
ZERO IMPUNITY
Nicolas Blies et Stéphane Hueber-Blies, Luxembourg, France,
2019, 90’, vo arabe/ ang/fr/ukrainien, st ang/fr
19
FORUM
INTERNATIONAL
Dimanche 10 mars
Espace Pitoëff -Théâtre
16:00
La promotion de la paix, de la sécurité et d’un
monde sans pauvreté sont officiellement au
centre de la stratégie de la politique étrangère
suisse. La Suisse est reconnue pour son engagement en faveur des droits humains et des
principes humanitaires. Pourtant aujourd’hui,
dans les coulisses du Conseil fédéral, certaines
voix osent publiquement porter une autre vision
qui écorne cette image d’Épinal de l’identité
helvétique : vente de matériel de guerre, politique migratoire restrictive ou encore multinationales peu regardantes sur les droits des
travailleur·ses. Entre tradition humanitaire et
réalités politiques et économiques, de quoi la
Suisse est-elle symbole aujourd’hui ?
À mi-chemin entre fiction et documentaire, La
Preuve scientifique de l’existence de Dieu met
en scène une équipe de retraité·es qui se réunit
pour mettre sur pied un plan d’attaque contre
l’industrie suisse de l’armement.
Co-présenté avec Public Eye et Heidi.news
DÉBAT
Christine Beerli
Avocate, politicienne et ancienne
vice-présidente du CICR
Tim Guldimann
Ancien ambassadeur et conseiller national
Dick Marty
Ancien procureur général du canton du Tessin
et député au Conseil des États
MODÉRATION
Serge Michel
Rédacteur en Chef, Heidi.news
INTRODUCTION
Géraldine Viret
Responsable médias à Public Eye
Une croix
sur les valeurs suisses?
Les prises de positions individuelles qui s’éloignent du
consensus helvétique ont parfois permis à la politique
étrangère ou intérieure suisse de faire des avancées
majeures : discussions avec l’Iran, reconnaissance des
prisons secrètes de la CIA en Europe.
ENG What’s left of Swiss values?
Non-consensual individual statements have
sometimes enabled Swiss foreign or domestic
policy to make major progress such as discussions with Iran and recognition of the CIA’s
secret prisons in Europe.
The promotion of peace, security and of a poverty-free world are at the heart of Switzerland’s
official foreign policy strategy. Switzerland is
known for its commitment to human rights
and humanitarian principles. Yet today, behind
the scenes of the Federal Council, some public
voices tend to undermine this idealistic image
of Swiss identity: arms sales, restrictive migration policies or even multinationals with little regard for workers’ rights. Between humanitarian
tradition and political and economic realities,
what does Switzerland stand for today?
Halfway between fiction and documentary, La
Preuve scientifique de l’existence de Dieu (The
Scientific Proof of God’s Existence) features
a group of retired friends who come together
again to set up an action against the Swiss
arms industry.
FILM
LA PREUVE SCIENTIFIQUE
DE L’EXISTENCE DE DIEU
Fred Baillif, Suisse, 2018, 85’, vo fr
Un film RTS
20
FORUM
INTERNATIONAL
Lundi 11 mars
Espace Pitoëff -Théâtre
20:15
Co-présenté avec le Service Égalité de
l’Université de Genève et Service Agenda 21 –
Ville durable de la Ville de Genève
Q&A
Cécile Denjean
Réalisatrice du film
DÉBAT
Mélissa Blais
Sociologue spécialiste de l’antiféminisme,
Université du Québec à Montréal
Lénaïg Bredoux
Journaliste à Mediapart
João Gabriell
Militant guadeloupéen et panafricain,
auteur du Blog de João
MODÉRATION 
Sébastien Chauvin
Professeur associé, Centre d’Études Genre,
Université de Lausanne
ENG The Best Men Can Be?
Misogyny, rape culture, homophobia, calls to
violence or repression of emotions: How can we
fight against toxic masculinity?
Approaching gender through the prism of
masculinities is first of all about questioning
the dominant male identity –which is predominantly white, virility and patriarchy, and
thus defy a whole system of domination that
is further exacerbated by race or social class.
From media influences to social and family
pressures, myths about masculinity are persistent. Faced with feminist and LGBT+ currents
and movements such as #MeToo that challenge
them, how can we redefine what it means to be
a man? Furthermore, how can we include them
in a reflection on the notions of privilege and
relationships of domination?
La Virilité (Manhood), by Cécile Denjean, gives
the floor to several men and women to discuss
their relationship to masculinities and femininities, and to explore some new models for
building gender identity.
FILM LA VIRILITÉ
Cécile Denjean, France, 2018, 71’, vo fr, st ang
21
Aborder le genre par le prisme des masculinités,
c’est tout d’abord questionner l’identité masculine dominante majoritairement blanche, la virilité et le patriarcat, et ainsi remettre en cause
tout un système de domination multiplé par la
race ou encore la classe sociale. Des influences
médiatiques aux pressions sociales et familiales, les mythes autour de la masculinité sont
tenaces. Face aux courants féministes et LGBT+
ainsi qu’aux mouvements tels que #MeToo qui
les remettent en cause, comment redéfinir les
masculinités ? Comment, également, intégrer
les hommes dans la réflexion autour des notions
de privilèges et des rapports de domination ?
La Virilité, de Cécile Denjean, donne la parole
à plusieurs hommes et femmes sur leur rapport
aux masculinités et féminités, sur les modèles
de construction de l’identité de genre à revoir
aujourd’hui.
Masculinités : des questions
qui font mal
Misogynie, culture du viol, homophobie, encouragement
à la violence ou encore refoulement de ses émotions : comment combattre les masculinités toxiques?
FORUM
INTERNATIONAL
Lundi 11 mars
Café Babel
13:00
À ses débuts, le cyberespace était un monde
animé par des scientifiques et des technohippies, avides de partage et de gratuité du
savoir, ainsi que d’expérimentations en tous
genres. Aujourd’hui, le cyberespace semble être
celui du e-commerce et des géants de la tech
prédateurs de vie privée et de notre attention.
Malgré les apparences d’un paradis perdu,
l’esprit de la licence « open source » – inventée
il y a 35 ans par Richard Stallman et inspirée de
l’approche scientifique – a percolé dans toute
la société de l’information, afin de faire face
aux plus grands challenges du cyber espace.
Parmi ces challenges se trouvent aujourd’hui
l’alphabétisation numérique (i.e., savoir écrire
du code), mais aussi une révolution du partage,
véritablement solidaire à l’échelle planétaire,
incluant des lieux encore déconnectés d’Internet. Ce Hackathon lance différents défis pour
une révolution du partage solidaire et inclusive,
au cœur du futur des droits humains numériques.
À la suite du Hackathon, les participants auront
l’occasion d’échanger avec Richard Stallman,
fondateur du mouvement du logiciel libre, dont
GNU/LINUX est le résultat le plus célèbre.
Co-présenté avec Le Temps, Open Geneva et
l’Université de Genève (UNIGE)
INTERVENANT
Richard Stallman
Président de la Free Software Foundation
(par vidéo-conférence)
Inscription : fifdh.org/edition-2019/hackathon
Hackathon
pour les droits humains
Les droits humains numériques se gagnent!
Science et données ouvertes, logiciels libres :
Lors de ce Hackathon, participez par vous-même
à la révolution digitale en faveur des droits humains.
ENG Hackathon for Human Rights
Earn your digital human rights! Open science
and data, free software: At this Hackathon,
participate in the digital revolution in defence
of human rights.
In its early days, cyberspace was a world driven
by scientists and techno-hippies, eager for
shared and free knowledge, as well as experiments of all kinds. Today, cyberspace seems
to be that of e-commerce, technology giants
thirsty for our private lives and our attention.
Despite the appearance of a lost paradise, the
spirit of open source licensing has in fact infiltrated the entire IT society in order to address
the greatest challenges of the web. Among
these are digital literacy (i.e., knowing how to
write code), but also a revolution in sharing,
truly united on a global scale, including places
that are still disconnected from the Internet.
This Hackathon presents different challenges
for a revolution in solidarity and inclusive sharing, at the heart of the future of digital human
rights.
Following the Hackathon, participants will
have the opportunity to interact with Richard
Stallman, founder of the Free Software Movement, of which GNU/LINUX is the most famous
product.
22
FORUM
INTERNATIONAL
Lundi 11 mars
Espace Pitoëff – Grande Salle
18:30
Co-présenté avec Le Temps et le CERN
Soutenu par l’Aéroport de Genève et la
Fondation Yves et Inez Oltramare
ALLOCUTION (AVANT LE FILM)
Tim Berners-Lee
Inventeur du World Wide Web
INTRODUCTION (AVANT LE DÉBAT)
Sami Kanaan
Maire de Genève, Conseiller Administratif
DÉBAT
Alexandra Elbakyan
Fondatrice de Sci-Hub, Kazakhstan
(par vidéo-conférence)
Thomas Maillart
Maître d’enseignement et recherche
à l’Université de Genève
Gagnant·e du pitch du Hackathon
MODÉRATION
Bruno Giussani
Curateur international des conférences TED et
Président du Conseil de Fondation du FIFDH
La soirée débutera avec une interview de Tim
Berners-Lee, co-inventeur du web, à l’occasion
des trente ans de sa création. En octobre 2018,
il a annoncé qu’il prenait un congé sabbatique
de ses activités au MIT pour se concentrer sur
« l’évolution du Web afin d’en rétablir l’équilibre –
en donnant à chacun·e d’entre nous le contrôle
des données, personnelles ou non, de manière
révolutionnaire ». Berners-Lee nous présentera
Solid, son nouveau projet de web décentralisé.
Le panel adressera ensuite les questions
d’accès à la connaissance. Comment rendre
l’information libre afin de faire progresser le
savoir collectif ? Comment rendre à internet
son objectif initial de démocratisation de la
connaissance ?
Le documentaire Internet ou la Révolution du
partage met en lumière le pouvoir des industries sur la connaissance et l’information et
propose des pistes alternatives.
ENG Thirty Years On: Let the Web Serve
Humanity
Thirty years after the creation of the web, an
assessment is needed: Who can really access
information?
The evening will begin with an interview with
Tim Berners-Lee, co-inventor of the web, on the
occasion of the 30th anniversary of its creation.
In October 2018, he announced that he was
taking a break from his activities at MIT to
focus on “the evolution of the Web to restore its
balance – by giving each of us complete control
over data, personal or not, in a revolutionary
way”. He will then present, his new decentralized web project, Solid.
Following a speech by Mr. Sami Kanaan on his
year as digital mayor, the panel will address
the issue of access to knowledge. How can we
make information free in order to advance
collective wisdom? How can the Internet
recover its initial role in the democratization of
information?
The documentary Internet ou la révolution du
partage (Hackers for Freedom) highlights the
power of industries over information and knowledge and opens the discussion to alternative
paths.
FILM INTERNET OU LA RÉVOLUTION
DU PARTAGE
Philippe Borrel, France, 2018, 56’, vo ang/fr/hindou, st fr/ang
Un film Arte
23
Le Web a 30 ans, mettons-le
au service de toutes et tous
Trente ans après la création du web, un bilan s’impose :
quelle est la réalité de l’accès à l’information pour tous?
FORUM
INTERNATIONAL
Mardi 12 mars
Espace Pitoëff – Grande salle
19:30
Depuis la reprise de Mossoul par les forces
irakiennes appuyées par la coalition internationale en 2017, nombre d’observateur·trices
annoncent la fin de l’État Islamique (Daesh) et
par conséquent, la fin de la guerre en Irak. Ceci
restera un voeu pieux si les tensions sociales et
politiques, ainsi que les enjeux de mémoire et
de représentation de toutes les communautés
ne sont pas entendus. Comment reconstruire
un pays comme l’Irak avec de telles fractures
sociales, politiques et sociétales, comment
œuvrer à la réconciliation nationale, socle
d’une reconstruction politique et d’une paix
possible ? Aujourd’hui, les éléments d’une
refonte du tissu social doivent être mis en place
et les acteur·trices locaux, nationaux et internationaux en prendre la responsabilité.
Pour réaliser son film Mossoul après la guerre,
Anne Poiret a suivi pendant un an, les efforts
des Irakiens pour reconstruire leur ville. À
travers des personnages clés, la réalisatrice a
documenté les difficultés auxquelles se heurte
la population, le laxisme de l’administration
irakienne et plus largement les hésitations de la
communauté internationale.
Co-présenté avec Courrier International
Q&A
Anne Poiret
Réalisatrice du film
DÉBAT
Maha Alsakban
Pédiatre consultante à l’hôpital de Diwaniya,
présidente de Human Rights Advisory Board
of Iraq
Francesco Motta
Représentant du Haut Commissariat
des Nations Unies aux droits de l’homme
Mustafa Saadoon
Directeur de l’observatoire irakien
des droits de l’humains
MODÉRATION
Donatella Rovera
Conseillère principale des situations
d’urgence, Amnesty International
Reconstruire l’Irak:
les défis de l’après-Daesh
Comment reconstruire un pays meurtri par des décennies de
sanctions internationales, de conflits armés internationaux et
de tensions, et développer un nouveau contrat social irakien?
ENG Rebuilding Iraq in a Post-ISIS era
How can Iraq, a country that has suffered
from decades of international sanctions,
international armed conflicts and tensions, be
rebuilt in order to conceive a new Iraqi social
contract?
Since Mosul was retaken by Iraqi forces supported by the international coalition in 2017,
many observers have announced the end of
the Islamic State (Daesh) and consequently the
end of the war in Iraq. However, this will remain
wishful thinking as long as we do not address
social and political tensions, as well as issues
of memory and representation for all communities. How can Iraq be rebuilt, a country
fractured both socially and politically? How can
the path towards national reconciliation be
achieved? What is the foundation for political
reconstruction and possible peace? Today, a
redesign of the social fabric must be undertaken and local, national and international actors
must take responsibility for it.
Over the course of a year, Anne Poiret followed
the Iraqis’ efforts to rebuild their city. Through
key figures, she documented the difficulties
faced by the population, the complacency of
the Iraqi administration and, more broadly, the
hesitations of the international community.
FILM MOSSOUL APRÈS
LA GUERRE
Anne Poiret, France, 2019, 52’,
vo arabe, st fr/ang
Un film Arte
24
FORUM
INTERNATIONAL
Mercredi 13 mars
Espace Pitoëff – Grande salle
20:15
Co-présenté avec la Maison d’Ailleurs
DÉBAT
Marc Atallah
Directeur de la Maison d’Ailleurs, Maître
d’enseignement et de recherche à l’Université
de Lausanne
Bertrand Kiefer
Médecin, rédacteur en chef
de la Revue Médicale Suisse
MODÉRATION 
Daniela Cerqui
Anthropologue, Maître d’enseignement et de
recherche à l’Université de Lausanne
Les humain·es du futur:
trop parfait·es?
La quête de la perfection de l’être humain ressemble
à la science fiction: modification de l’ADN, bébés
génétiquement modifiés, création d’armées de soldats
résistants aux maladies.
FILM
BÉBÉS SUR MESURE
Thierry Robert, France, 2017, 90’,
vo fr/ang/espagnol/hindou/gujarati, st fr
Un film Arte
25
L’accélération des innovations scientifiques
rend envisageables les modifications du
génome et de la race humaine, bouleversant
les débats éthiques, politiques et scientifiques.
D’une part, pourrait-on créer des humains
capables de résister à certaines maladies, par
exemple à des fins militaires ? La modification
génétique de l’humain devient ainsi une nouvelle « conquête de l’espace », faisant rivaliser
les États pour la maitrise de ces technologies. D’autre part, la fascination entourant le
transhumanisme technologique (hybridation
de l’humain avec les ordinateurs) et eugéniste
(mythe de la perfection et de santé) est ravivée.
Mais un être humain n’est-il pas par définition
imparfait·e ? Comment envisager cette volonté
d’échapper à sa condition humaine ?
Bébés sur mesure, de Thierry Robert, analyse
l’évolution des techniques de la reproduction.
De la FIV à la résistance au VIH, tout semble
maintenant possible et permis, mais à quel
prix ?
ENG Humans of the Future: All Perfect?
The quest for human perfection resembles
science fiction: DNA alteration, genetically
modified babies, armies of disease-resistant
soldiers.
The growth of scientific innovations makes genome and human race modifications increasingly conceivable, disrupting ethical, political
and scientific debates. On the one hand, what
if we created humans capable of resisting
certain diseases for military purposes? Genetic
modification of humans could become a new
“space race”, pushing States to compete for the
control of technologies. On the other hand, the
fascination with technological transhumanism
(hybridization of the human with computers)
and eugenics (myth of perfection and health)
is reawakened: but isn’t a human being by definition imperfect? How can we understand this
desire to escape from the human condition?
Bébés sur mesure (Dream Babies), by Thierry
Robert, analyses the evolution of reproductive techniques. From IVF, to HIV resistance,
everything now seems possible, but at what
cost?
FORUM
INTERNATIONAL
Jeudi 14 mars
Espace Pitoëff – Grande salle
20:00
Les larges mobilisations sociales actuelles sont
notamment l’expression d’une défiance vis-àvis des institutions et traduisent une crise de la
représentation politique. Mais les populismes
sont-ils vraiment une réponse adéquate à
cette crise ? On peut en effet argumenter
qu’ils constituent une menace pour la démocratie. Les avis différents, les dissidences sont
immédiatement taxés d’ennemis de ce peuple
absolutiste et prétendument unanime… Comment comprendre le retour d’« hommes forts »
qui excluent les minorités ? Quelles en sont les
conséquences, à la fois sur les droits humains
fondamentaux ainsi que sur le vivre ensemble
de nos sociétés ? Enfin, comment avoir une
lecture féministe de ces populismes ?
When the War Comes, de Jan Gebert, retrace le
parcours glaçant d’une milice paramilitaire slovaque, la montée en puissance de ces groupes,
et le laisser-faire des autorités.
Co-présenté avec le Club Diplomatique de
Genève et la revue Internazionale
Q&A
Jan Gebert
Réalisateur du film
DÉBAT
Annalisa Camilli
Journaliste italienne d’investigation spécialisée en migration et droits humains
Ninotchka Rosca
Romancière et journaliste philippine
Ludimilla Teixeira
Militante brésilienne, initiatrice de « Grupo
Mulheres Unidas contra Bolsonaro »
MODÉRATION
Bertrand Badie
Professeur émérite à Sciences-Po Paris
INTRODUCTION
Raymond Loretan
Président du Club Diplomatique de Genève
Pour les peuples,
contre les populismes
La montée des populismes effraie autant qu’elle fascine car
les leaders populistes mettent en scène le peuple comme
argument irréfutable de leurs légitimités. Trois femmes
proposent une lecture féministe de ces populismes, largement dirigés par des «hommes forts».
ENG For the People, Against Populism
The rise of populism is both frightening and
fascinating, especially because populist leaders
use the people as an unquestionable argument
for their legitimacy. Three women suggest a
feminist reading of these populisms, which are
so often led by “strong men”.
Societies are agitated by broad social mobilizations that are an expression of mistrust
towards institutions and reflect a crisis of
political representation. But is populism really
an adequate response to this crisis? One could
argue that populism is a threat to democracy. Those who voice dissenting opinions are
immediately accused of being enemies of this
absolutist and supposedly unanimous people…
How can we understand the return of “strong
men” who exclude minorities? What are the
consequences, both for fundamental human
rights and for the coexistence of our societies?
Finally, how can we have a feminist interpretation of these populisms?
When the War Comes, by Jan Gebert, traces
the path of a Slovak paramilitary militia, the
rise of these groups, and the authorities’ permissive attitude.
FILM
WHEN THE WAR
COMES
Jan Gebert, République Tchèque/ Croatie,
2018, 80’, vo slovaque, st ang/fr
26
FORUM
INTERNATIONAL
Jeudi 14 mars
Espace Pitoëff -Théâtre
18:15
Co-présenté avec TRIAL International,
le Département fédéral des affaires
étrangères, TV5MONDE et la Délégation
Genève Ville Solidaire
Q&A
Marlène Rabaud
Co-réalisatrice du film
DÉBAT
Fred Bauma
Membre dirigeant du mouvement congolais
pro-démocratique LUCHA
Rebecca Kabuo
Étudiante, militante à la LUCHA,
protagoniste du film
Sonia Rolley
Journaliste, Radio France Internationale
MODÉRATION 
André Crettenand
Directeur de l’information, TV5MONDE
INTRODUCTION
Heidi Grau
Cheffe de la Division Sécurité humaine du
Département fédéral des affaires étrangères
Philip Grant
Directeur de TRIAL International
RDC: une révolution
de la jeunesse?
Comment permettre aux Congolais·es et en particulier
à la jeunesse congolaise de se réapproprier les clés du jeu
politique sans interférence étrangère ni appropriation
des richesses immenses de ce pays?
Il y a aujourd’hui en République Démocratique
du Congo un espoir de renouveau démocratique au-delà des élections présidentielles
controversées, notamment auprès des jeunes
qui n’ont souvent connu que les guerres. À l’est
du pays, la plupart des militant·es du mouvement LUCHA sont né·es au début des années
90, lorsque leur région a basculé dans un conflit
meurtrier. Devenu·es adultes, ils et elles luttent
à mains nues pour sauver l’embryon de paix qui
existe dans leur pays, seule manière selon eux
d’espérer un jour reconstruire la démocratie.
Que peut espérer cette jeunesse congolaise ?
Le film Congo Lucha de Marlène Rabaud relate
l’engagement de ces jeunes, parfois au péril
de leur vie. Ce panel est aussi un moyen de
rendre hommage à Luc Nkulala, militant de la
première heure de la LUCHA, tué à cause de cet
engagement.
ENG DRC: Will Change Come From the Youth?
How can Congolese people and in particular
the Congolese youth regain influence within
politics without foreign interference and with
a fair distribution of the country’s immense
wealth?
Today, the Congolese people strive for democratic renewal, despite a contested presidential
election. Among them, the young generation
is the most hopeful; some of them have only
known war. In the East, most LUCHA activists
were born in the early 1990s, at a time when
their region fell into a deadly conflict. As adults,
they fight to maintain whatever peace remains
in their country, convinced that it is the only
path to build a democracy. What hope for the
can congolese youth?
Marlène Rabaud’s film Congo Lucha tells of the
commitment of these young activists, sometimes at the risk of their lives. This panel is also
a tribute to Luc Nkulala, a LUCHA activist who
was killed in 2018.
FILM
CONGO LUCHA
Marlène Rabaud, Belgique, 2018, 62’,
vo fr/swahili, st ang/fr
27
FORUM
INTERNATIONAL
Vendredi 15 mars
Maison de la Paix (IHEID)
18:30
Ces dernières années, le potentiel épidémique
de maladies comme Ebola a non seulement
révélé les faiblesses des systèmes de santé
nationaux, mais aussi les lacunes du système
de santé mondial. Celui-ci est fragmenté et
dominé par les priorités de sécurité intérieure
des pays occidentaux plutôt que par un
raisonnement global sur la gestion de la santé
publique. Les conflits et l’instabilité politique
empêchent la mise en place de réseaux de
surveillance nationaux de la santé publique
crédibles et la capacité de contrôler les
menaces épidémiques au niveau mondial. Face
à ces contraintes, comment créer une politique
de santé globale juste et égalitaire ?
Survivors présente un portrait au cœur de l’épidémie d’Ebola en Sierra Leone en 2014, révélant
la complexité d’une pathologie qui est aussi
politique et sociale.
Co-présenté avec l’Institut de Hautes Études
Internationales et du Développement (IHEID)
et Médecins Sans Frontières (MSF)
INTRODUCTION
Arthur Pratt
Réalisateur du film
Dr. Annie Sparrow
Pédiatre et spécialiste en Santé Globale,
Professeure à l’Icahn School of Medicine
DÉBAT
Prof. Ilona Kickbusch
Directrice du Centre de Santé Globale, IHEID
Dr. Joanne Liu
Présidente internationale de Médecins Sans
Frontières (MSF)
MODÉRATION
Karl Blanchet
Directeur du Health in Humanitarian Crises
Centre de la London School of Hygiene and
Tropical Medicine.
Épidémies d’Ebola:
les virus de la gouvernance
mondiale de la santé
Comment contrer la propagation de virus
hémorragiques tels qu’Ebola au sein d’un système
sanitaire mondial divisé et affaibli qui ne semble
réagir que lorsque la menace atteint l’Occident?
ENG Ebola Outbreaks: The Viruses of Global
Health Governance
How can we prevent the spread of haemorrhagic viruses such as Ebola within a divided
and weakened Global Health system that only
seems to respond when the West is threatened?
The epidemic potential of diseases such as
Ebola has revealed not only the weaknesses
of national health systems, but also the gaps
in the World Health Organization, fragmented
and dominated by Western countries’ internal
security priorities rather than by a comprehensive approach to public health management.
Finally, conflict and political instability prevent
the establishment of credible national public
health surveillance networks and the ability to
control global epidemic threats. Faced with
these constraints, how can we create a fair and
equal global health policy?
Survivors offers an immersion experience at
the heart of the Ebola epidemic in Sierra Leone
in 2014, revealing the complexity of a deeply
political and social outbreak.
FILM
SURVIVORS
Banker White, Anna Fitch,
Lansana (Barmmy Boy) Mansaray,
Arthur Pratt, États-Unis, Sierra Leone,
2018, 84’, vo ang, st ang
28
FORUM
INTERNATIONAL
Vendredi 15 mars
Espace Pitoëff -Théâtre
18:00
DÉBAT 
Noura Erakat
Avocate spécialisée dans les droits humains
et Professeur Assistante
Pierre Krähenbühl
Commissaire général de l’Office de secours
et de travaux des Nations Unies pour
les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient
(UNRWA)
MODÉRATION 
Christophe Ayad
Grand Reporter, Le Monde
Qui parle encore
des Palestinien·nes?
La Palestine serait-elle la grande oubliée d’une nouvelle
grille de lecture de la politique moyen-orientale?
FILM
THE OCCUPATION OF
THE AMERICAN MIND
Jeremy Earp, Loretta Alper, États-Unis, 2016, 85’, vo ang, st fr
29
La rivalité entre l’Arabie Saoudite et l’Iran, les
guerres syrienne et yéménite, l’accès aux ressources naturelles, l’importance grandissante
de la Turquie et la nouvelle politique de l’héritier
saoudien Mohammed Ben Salmane sont devenus les nouveaux curseurs géopolitiques moyen
orientaux, au détriment de la question palestinienne. Israël et les États Unis sont désormais
en train d’enterrer la solution de deux États,
et l’Autorité palestinienne devra-t-elle choisir
entre devenir un pantin international et/ou un
régime autoritaire et corrompu ?
The Occupation of the American Mind (la
guerre des relations publiques d’Israël aux
États-Unis), de Alper et Earp, analyse comment
l’avenir de la question palestinienne se joue
plus dans les newsrooms américaines que sur le
terrain.
ENG Who Is Still Talking About the Palestinians?
Is the Palestinian question bound to be forgotten in the new Middle-Eastern political stage?
The rivalry between Saudi Arabia and Iran,
the Syrian and Yemeni wars, access to natural
resources, the growing importance of Turkey
and the brutal politics of Saudi heir Mohammed Bin Salman have become the new Middle
Eastern geopolitical cursors, to the detriment
of the Palestinian question. As Israel and the
United States have clearly buried the two-State
solution, does the Palestinian Authority have
to choose between becoming an international
puppet and/or an authoritarian and corrupted
regime?
Alper and Earp’s Occupation of the American
Mind shows how the future of the Palestinian
question is more likely to be discussed in USA
newsrooms than in Palestine.
FORUM
INTERNATIONAL
Vendredi 15 mars
Espace Pitoëff – Grande salle
21:00
Co-présenté avec les Éditions Gallimard
DÉBAT
Roberto Saviano
Écrivain
Rencontre avec Roberto Saviano
Une discussion avec Roberto Saviano autour des enjeux
politiques et culturels dans son œuvre.
FILM
LA PARANZA DEI
BAMBINI (PIRANHAS)
Claudio Giovannesi, Italie, 2019, 105’, vo
italien, st fr/ang
30
FORUM
INTERNATIONAL
Samedi 16 mars
Espace Pitoëff – Grande Salle
14:30
DÉBAT
Sara Mardini
Militante humanitaire et réfugiée syrienne
Chamseddine Marzoug
Pêcheur de la ville de Zarzis, membre
de la Croix-Rouge Tunisienne
Jordi Vaquer
Directeur régional pour l’Europe, co-directeur
de l’Open Society Initiative for Europe
MODÉRATION
Xavier Colin
Journaliste, RTS
Migrations : quand la
solidarité est criminalisée
Fuir la guerre, chercher un refuge ou venir en aide à des
personne en détresse : toutes ces actions peuvent nous
mener en prison. Comment la migration et la solidarité
sont-elles devenues des délits?
En Suisse comme en Tunisie, en France ou en
Grèce, la solidarité est de plus en plus criminalisée. Non seulement les États n’assument
pas leurs responsabilités d’accueil et d’asile,
mais ils mettent de nombreux obstacles à la
mise en place de mécanismes de solidarité et
de soutien. Alors que des personnes décèdent
chaque jour sur les routes migratoires les plus
dangereuses du monde telles que la Méditerranée, il devient urgent de réfléchir à des solutions
concrètes. Voulons-nous vivre dans un monde
où la solidarité est criminalisée alors que les
institutions étatiques ne sont pas à même ou
pas désireuses de remplir leurs responsabilités
d’accueil, d’intégration et de prise en charge ?
« Il y a des gens qui ont peur des morts. Moi je
me dis qu’il faut plutôt avoir peur des vivants ».
Strange Fish, de Giulia Bertoluzzi, met à l’honneur les pêcheurs de Zarzis qui ramassent et
enterrent les corps sans noms échoués sur les
plages tunisiennes.
ENG Migrations : When Solidarity Is Criminalized
Fleeing war, seeking refuge or helping people
in distress: all these actions can lead to prison.
How did migration and solidarity become
crimes?
Be it in Switzerland or Tunisia, France or Greece,
solidarity is criminalized. Not only do States not
assume their responsibilities for reception and
asylum, but rather they are putting more and
more obstacles in the way of civilian initiatives
that help migrants. As people die every day on
the world’s most dangerous migration routes
such as the Mediterranean Sea, it is becoming
urgent to think about concrete solutions. Do
we want to live in a world where solidarity is
criminalized and where State institutions are
unable or unwilling to fulfil their responsibilities
for reception, integration and care of vulnerable populations?
“Some people are afraid of the dead. I believe
that we should be afraid of the living.” Giulia
Bertoluzzi’s Strange Fish honours the fishermen
of Zarzis who collect and bury the anonymous
bodies stranded on Tunisia’s shores.
FILM
STRANGE FISH
Giulia Bertoluzzi, Italie, 2018, 55’,
vo arabe/fr, st ang/fr
31
Roberto Saviano, écrivain italien, s’est imposé
comme l’un des meilleurs observateurs de
la violence sociale et politique en Italie. Son
roman La Paranza Dei Bambini (Piranhas dans
sa version française) décrit de manière glaçante la constitution d’un gang de très jeunes
Napolitains qui sombrent dans l’ultra-violence,
la criminalité et l’argent facile.
Suite à la projection du film tiré de l’ouvrage,
Roberto Saviano abordera les questions qui
traversent à la fois son œuvre et son engagement politique.
ENG A Conversation with Roberto Saviano
Italian writer and essayist Roberto Saviano
has established himself as one of the sharpest
observers of social and political violence in Italy.
His novel Piranhas (in italian, La Paranza Dei
Bambini) describes the formation of a gang of
very young Neapolitans who sink into ultra-violence, crime and easy money. Following the
screening of the film derived from the book,
Roberto Saviano will address transversal issues
that appear both through his work and his
political commitment.
FORUM
INTERNATIONAL
Samedi 16 mars
Espace Pitoëff – Théâtre
17:00
Les destructions de patrimoines archéologiques et les pillages de biens culturels ont
atteint un niveau sans précédent depuis la
Seconde Guerre Mondiale. Face visible d’un
trafic tentaculaire, les pillages font partie d’un
marché parmi les plus lucratifs au monde après
celui de la drogue et des armes. Un monde
où les profits sont faramineux, et les risques
minimes. Pour quelle raison les armées et
groupes armés ont-ils concentré leur stratégie
militaire sur la destruction quasi-systématique
du patrimoine ? L’éradication du passé rend
plus difficile la construction d’un présent apaisé
post-conflit.
L’Apollon de Gaza, le film de Nicolas Wadimoff,
s’intéresse à la découverte et la disparition
d’une statue d’Apollon au large de Gaza, de ce
trésor convoité par tous au cœur d’un territoire
meurtri par les guerres et les déprivations mais
où la vie subsiste, digne et insoumise.
Co-présenté avec l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), Le Temps et
la RTS
Q&A
Nicolas Wadimoff
Réalisateur du film
DÉBAT
Géraldine Chatelard
Anthropologue et historienne
Yves Daccord
Directeur Général du CICR
Najeeb Michael
Archevêque Chaldéen de Mossoul
MODÉRATION
Luis Lema
Journaliste, Le Temps
INTRODUCTION
Bakary Bamba Junior
Conseiller pour les questions Paix, sécurité et
droits de l’Homme à l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF)
Rémy Pagani
Conseiller Administratif de la Ville de Genève
Les patrimoines culturels :
victimes de guerre
Les groupes armés attaquent systématiquement le
patrimoine des pays en guerre. La destruction et la spoliation
des biens culturels relèvent de la volonté de la destruction
d’une société et de l’anéantissement des communautés.
ENG Cultural Heritages: Victims of War
Armed groups systematically attack the
heritage of countries at war. The destruction,
spoliation and trafficking of cultural property
are part of the desire to destroy a society, its
people and communities.
The destruction of archaeological heritage and
pillaging of cultural property have reached an
unprecedented level since World War II. Looting
is part of one of the most lucrative markets in
the world after drugs and weapons, as well as
being the visible face of a much larger, sprawling smuggling business. A world in which profits
are staggering, and risks are minimal. Why have
armies and armed groups focused their military
strategy on the almost systematic destruction
of heritage? Because the eradication of the
past considerably hampers the building of a
peaceful post-conflict society.
The Apollo of Gaza, by Nicolas Wadimoff, focuses on the discovery and disappearance of
a statue of Apollo near the coast of Gaza. This
highly coveted treasure embodies a territory wounded by wars and deprivation but in
which life nevertheless remains dignified and
rebellious.
FILM
L’APOLLON
DE GAZA
Nicolas Wadimoff, Canada, Suisse, 2018,
78’, vo fr, arabe, ang, st fr/ang
32
FORUM
INTERNATIONAL
Dimanche 17 mars
Espace Pitoëff – Grande Salle
13:30
Co-présenté avec l’Organisation Mondiale Contre la Torture, Casa Alianza
Suisse, Interpeace, Délégation Genève
Ville Solidaire et Right Livelihood Award
Foundation
DÉBAT
Lenina Garcia
Secrétaire Générale de l’Association
des étudiants « Oliverio Castañeda de Leon »
de l’Université San Carlos
Juana Bacà Velasco
Directrice de l’Association des organisations
de femmes Ixhiles
Iván Velásquez Gómez
Juriste et diplomate, président
de la Commission internationale
contre l’impunité au Guatemala
MODÉRATION
Arnoldo Galvez Suarez
Chargé de communications Interpeace,
écrivain et ancien journaliste
INTRODUCTION
Margot Brogniart
Secrétaire Générale de Casa Allianza
Gerald Staberock
Secrétaire Général de l’Organisation Mondiale
Contre la Torture
Guatemala: pour la mémoire,
contre l’impunité
À la veille des élections présidentielles de juin 2019,
le Guatemala cherche toujours à construire une démocratie
viable dans un pays profondément inégalitaire et violent.
Après des décennies de guerre civile et malgré
un processus démocratique en développement,
le Guatemala peine à faire face à la violence
et à l’impunité généralisées dans le pays. Entre
crime organisé, corruption, élites politiques
intangibles et criminels de guerre rarement
poursuivis en justice, comment réinstaurer la
légitimité de l’État dans son cadre démocratique et politique, et permettre ainsi au peuple
guatémaltèque de retrouver un vivre-ensemble
durable ?
Burden of Peace relate le travail de la première
femme procureure générale du Guatemala,
Claudia Paz y Paz, sa lutte contre la corruption
et l’impunité, ainsi que sa persévérance pour
amener justice et vérité sur les crimes commis
pendant la guerre civile, malgré l’impact profond sur sa vie privée et sa sécurité.
ENG Guatemala: For Memory, Against Impunity
On the eve of the June 2019 Presidential elections, Guatemala is still seeking to build a viable
democracy in a deeply unequal and violent
environment.
After decades of civil war and despite a developing democratic process, Guatemala is
struggling to cope with widespread violence
and impunity in the country. Between organized
crime, corruption, unchanged political elites
and rarely prosecuted war criminals, how can
the legitimacy of the State be restored within
its democratic and political framework and
thus enable the Guatemalan people to restore
the social fabric?
Burden of Peace tells the story of Claudia Paz y
Paz, Guatemala’s first female attorney general,
and her fight against corruption and impunity,
as well as her perseverance to bring to justice
crimes committed during the civil war, despite
the impact on her private life and personal
security.
FILM
BURDEN OF PEACE
Joey Boink, Pays-Bas, Guatemala, 2015,
76’, vo espagnol, ang, st fr/ang
33
FORUM
INTERNATIONAL
Dimanche 17mars
Espace Pitoëff – Grande salle
18:30
Dans Qui a tué mon père, Édouard Louis écrit
sur la misère qui gangrène nos sociétés, sur
cette violence sociale difficile à mettre en
mots, à entendre, à voir. Il égrène les politiques
et leurs auteurs, qui ont eu un impact direct
sur le corps meurtri de son père ouvrier. À la
suite d’écrivain·es et activistes tels que James
Baldwin ou Didier Eribon, Édouard Louis veut
la conjonction des luttes considérées comme
minoritaires : féministes, anti-racistes, LGBT+,
visibilité des classes populaires dans l’espace
médiatique, à la recherche d’une littérature qui
a un sens, qui se confronte au monde, et qui
met en lumière le seul conflit qui compte finalement : celui entre les dominés et les dominants.
Sean McAllister, à travers A Northern Soul,
raconte l’histoire de Steve, ouvrier endetté et
professeur de hip-hop bénévole qui décide de
mobiliser son temps libre pour les enfants de sa
communauté en donnant des cours à bord de
son « Beats Bus ».
Co-présenté avec le Théâtre de Vidy
et le magazine 360°
INTERVENANT
Édouard Louis
Écrivain
MODÉRATION 
Caroline Abu Sa’Da
Responsable Éditoriale du Forum du FIFDH
Les nouveaux damnés de la Terre :
discussion avec Édouard Louis
autour de Qui a tué mon père
Trois ouvrages, En finir avec Eddy Bellegueule, Histoire
de la Violence et Qui a tué mon père, ont permis à Édouard
Louis, écrivain français, de s’imposer comme un pionnier
de la littérature de confrontation.
ENG The New Wretched of the Earth:
Discussion with Édouard Louis on Who
Killed My Father
Three books, The End of Eddy, History of Violence and Who Killed My Father, have enabled
Édouard Louis to establish himself as a pioneer
in confrontational literature.
In Who Killed My Father, Édouard Louis wants
to focus his attention on the misery that
plagues our societies, to hear and to see this
social violence which cannot be translated into
words. He named and shamed those politicians
and their authors who had a direct impact
on his father’s wounded body. Following in
the footsteps of writers and activists such as
James Baldwin or Didier Eribon, Édouard Louis
wants above all the convergence of “minority” struggles: feminists, anti-racists, LGBT+,
visibility of the working classes in the media. His
quest for meaningful literature is a search for
confrontation, the only conflict that ultimately
matters: the one between the dominated and
the dominant.
In A Northern Soul, Sean McAllister tells the story of Steve, a low-wage warehouse operative
who also drives a musical bus called “Beats Bus”
around neighbourhood and schools to share his
love for hip-hop with local children.
FILM
A NORTHERN SOUL
Sean McAllister, Royaume-Uni, 2018, 73’,
vo ang, st fr
34
Usciamo dal paese.
Ogni settimana il meglio dei giornali di tutto il mondo.
pubb per chiara.indd 1 07/02/19 17:21
PRIX
COMPÉTITION
DOCUMENTAIRES
DE CRÉATION
Grand Prix de Genève
doté de 10’000 CHF
Offert par la Ville
et l’
État de Genève
Décerné par le Jury
international
Prix Gilda Vieira de Mello,
en hommage à son fils
Sergio Vieira de Mello,
doté de 5’000 CHF
Offert par la Fondation
Barbara Hendricks
pour la Paix et la Réconciliation
Décerné par le Jury
international
Prix du Jury des jeunes
doté de 500 CHF
Offert par Peace Brigades
International (PBI)
COMPÉTITION
FICTION
Grand Prix fiction
doté de 10’000 CHF
Offert par la Fondation
Hélène et Victor Barbour
Décerné par le Jury
international
Prix du Jury des jeunes
doté de 500 CHF
Offert par la Fondation Eduki
COMPÉTITION
GRANDS
REPORTAGES
Prix de l’Organisation
Mondiale contre la Torture
(OMCT)
doté de 5’000 CHF
Décerné par le Jury de l’OMCT
Attribué à un·e cinéaste dont
le film témoigne de son enga

gement en faveur des droits
humains, pour soutenir l’écri

ture de son prochain film.
JURY SPÉCIAUX
Prix des Jurys en milieu
carcéral
HUG – Hôpital de jour, prison
de la Brenaz, de Champ-Dol

lon et de la Clairière
Récompense trois productions
(p. 76)
FILMS
FILMS
COMPÉTITION DOCUMENTAIRE DE CRÉATION
A NORTHERN SOUL
Sean McAllister
DELPHINE ET CAROLE,
INSOUMUSES
Callisto Mc Nulty
L’ÉPOQUE
Matthieu Bareyre
GHOST FLEET
Jeffrey Waldron, Shannon Service
LÉA TSEMEL, AVOCATE
Philippe Bellaïche, Rachel Leah Jones
ON HER SHOULDERS
Alexandria Bombach
STILL RECORDING
Ghiath Ayoub, Saeed Al Batal
LES TOMBEAUX SANS
NOMS
Rithy Panh
HORS COMPÉTITION
L’APOLLON DE GAZA
Nicolas Wadimoff
THE EDGE OF DEMO
– CRACY
Petra Costa
COMPÉTITION GRAND REPORTAGE
CONGO LUCHA
Marlène Rabaud
HAMADA
Eloy Domínguez Serén
ILS N’ONT PAS CHOISI
!
Youlouka Damiba, Gideon Vink
IN SEARCH…
Beryl Magoko
OPÉRATION PAPYRUS
Béatrice Guelpa, Juan José Lozano
MOSSOUL APRÈS LA
GUERRE
Anne Poiret
STRANGE FISH
Giulia Bertoluzzi
SURVIVORS
Banker White, Anna Fitch, Lansana (Barmmy
Boy) Mansaray, Arthur Pratt,
THE TRIAL OF RATKO MLADIĆ
Henry Singer, Robert Miller
LA VIRILITÉ
Cécile Denjean
XIMEI
Andy Cohen, Gaylen Ross
ZERO IMPUNITY
Nicolas Blies, Stéphane Hueber-Blies
COMPÉTITION FICTION
AKASHA (THE ROUN
– DUP)
hajooj kuka, Soudan
ANOTHER DAY OF LIFE
Raúl de la Fuente, Damian Nenow
THE BOY WHO HAR
– NESSED THE WIND
Chiwetel Ejiofor
CARMEN & LOLA
Arantxa Echevarría
HOUSE OF MY FA- THERS
Suba Sivakumaran
MANTA RAY
Phuttiphong Aroonpheng
LOS SILENCIOS
Beatriz Seigner
THE SWEET REQUIEM
Ritu Sarin, Tenzing Sonam
HORS COMPÉTITION FICTION
UN TRAMWAY À JÉRU
– SALEM
Amos Gitaï
LETTRE D’UN AMI À
GAZA
Amos Gitaï
BOY ERASED
Joel Edgerton
INSOUMISES
Fernando Perez Valdes, Laura Cazador
LA PARANZA DEI
BAMBINI (PIRANHAS)
Claudio Giovannesi
FILMS THÉMATIQUES
A DARK PLACE
Javier Luque Martinez
APRÈS DEMAIN
Laure Noualhat, Cyril Dion BÉBÉS SUR MESURE
Thierry Robert
BURDEN OF PEACE
Joey Boink,
DICK MARTY, UN CRI
POUR LA JUSTICE
Fulvio Bernasconi
FUTUR D’ESPOIR
Guillaume Thébault
INTERNET OU LA RÉVOLUTION DU PAR
– TAGE
Philippe Borrel
THE OCCUPATION OF
THE AMERICAN MIND
Jeremy Earp, Loretta Alper
LA PREUVE SCIENTI
– FIQUE DE L’EXISTENCE
DE DIEU
Fred Baillif
PUSH (ROUGH CUT)
Fredrik Gertten
THE SENTENCE
Rudy Valdez
TRUSTWHO
Lilian Franck
WHEN THE WAR
COMES
Jan Gebert
38 39
DELPHINE ET CAROLE,
INSOUMUSES
Callisto Mc Nulty, France, Suisse, 2019, 69’, vo
fr, st ang UN FILM ARTE
PREMIÈRE SUISSE
La célèbre comédienne francosuisse Delphine Seyrig avait plus
d’une facette. Avec Carole Roussopoulos, sa compatriote et inséparable amie, l’actrice a traversé
les années 1970 caméra au poing,
célébrant le féminisme, l’insolence
et l’humour. Callisto McNulty, la
petite fille de Carole Roussopoulos,
rend un vibrant hommage à deux
insoumises libres, joyeuses et radicales, qui n’ont cessé de défendre
leur liberté en tant que femmes et
artistes.
ENG Famous French-Swiss actress
Delphine Seyrig had more than one
facet. With Carole Roussopoulos,
her compatriot and inseparable
friend, the actress crossed the
1970s with a camera in her hand,
celebrating feminism, insolence
and humour. Callisto McNulty,
Carole Roussopoulos’ granddaughter, pays a vibrant tribute to two
free, joyful and radical rebels who
have consistently defended their
freedom as women and artists.
Mardi 12.03 18:00
Espace Pitoëff – Théâtre,
Autour d’un film
Mercredi 13.03 14:00
Meyrin – Aula de l’école des
Boudines, en présence de
la réalisatrice
Samedi 16.03 14:30
Genève – Hôpital de Beau-Séjour
Samedi 16.03 20:30
Espace Pitoëff – Théâtre
L’ÉPOQUE
Matthieu Bareyre, France, 2017, 95’, vo fr, st ang
PREMIÈRE ROMANDE, SORTIE AU CINÉMA
SPOUTNIK LE 27 MARS
Endormie, la jeunesse ? Bien au
contraire. À Paris, depuis les attentats, elle s’est emparée des nuits. À
la recherche d’un monde qu’elle ne
comprend plus, elle danse, craque,
hurle, rêve, désire, court, jouit, et
elle se soulève. Cette jeunesse de
l’Après-Charlie, de Nuit debout et
des dernières élections présidentielles françaises, est comme
emportée dans ce film puissant
et fiévreux, tourné entièrement de
nuit caméra au poing. Un film qui
dit si bien son nom : l’époque.
ENG Is today’s young generation
disengaged? On the contrary.
Since the attacks in Paris, they
have seized the night. In search
of belonging in a world that they
no longer understand, they run,
dance, scream, boast, desire,
dream and rise. This generation of
young people, in the aftermath of
the Charlie-Hebdo attacks, of Nuit
debout and the last French presidential elections, are swept up in
this powerful and feverish film, shot
entirely by night with a handheld
camera. A film that boldly reflects
the times.
Dimanche 10.03 19:45
Espace Pitoëff – Théâtre
Samedi 16.03 18:30
Grütli – Salle Simon
L’audiodescription et le sous-titrage de ce film sont disponibles
gratuitement sur Greta & Starks
grâce à REGARDS NEUFS, avec le
soutien de la Société coopérative
MIGROS Genève, commission
sociale.
GHOST FLEET
Jeffrey Waldron, Shannon Service, États-Unis,
2018, 88’, vo ang/birman/thaï/ khmer, st fr/
ang
PREMIÈRE SUISSE
Savez-vous d’où viennent les
crevettes que vous achetez au
supermarché ? Si c’est d’Asie
du Sud-Est, elles ont peut-être
été pêchées par des esclaves.
Emmené par Patima, une femme
à la détermination sans faille, un
petit groupe d’activistes se dévoue
corps et âme pour lutter contre ce
trafic humain. À l’heure actuelle,
elles et ils ont déjà permis à 4’000
de ces hommes réduits au rang de
fantômes modernes de retrouver
leurs familles après des années de
silence.
ENG Do you know where the
shrimp you buy at the supermarket
comes from? If it’s Southeast Asia
then it may have been caught by
slaves. Led by Patima, a woman
of unwavering determination, a
small group of activists devote
themselves, body and soul, to the
fight against human trafficking.
At present, they have already
enabled 4,000 people, reduced
to the status of modern ghosts, to
return to their families after years
of silence.
Samedi 9.03 16:15
Grütli – Salle Simon
Vendredi 15.03 18:30
Grütli – Salle Simon, en présence
de la co-réalisatrice
38
FILMS
COMPÉTITION DOCUMENTAIRES DE CRÉATION
A NORTHERN SOUL
Sean McAllister, Royaume-Uni, 2018, 73’, vo
ang, st fr
PREMIÈRE SUISSE
Nommée Ville de Culture pour une
année, Hull, une cité industrielle
du nord de l’Angleterre, entre en
effervescence. Magasinier le jour et
fan de hip-hop la nuit, Steve a un
rêve : transformer un vieux camion
en un « Beats Bus » itinérant pour
faire slammer les enfants des quartiers. Mais la réalité est toujours
plus compliquée lorsque la pauvreté vous mine… Le bouillant Sean
McAllister nous offre une chronique
tendre, intime et douce-amère sur
le pouvoir de l’art, l’ambition et
la persévérance.
ENG Named “City of Culture” for a
year, Hull, an industrial city in northern England bursts into effervescence. A storekeeper by day and
hip hop buff by night, Steve has a
dream: to turn an old truck into a
travelling “Beats Bus” for neighbourhood kids to rap in. But reality
is always more complicated when
poverty is rife… Sean McAllister
offers us a tender, intimate and
bittersweet chronicle on the power
of art, ambition and perseverance.
Vendredi 8.03 20:45
Grütli – Salle Langlois
Dimanche 10.03 14:00, Meyrin –
Aula de l’école des Vergers
Lundi 11.03 18:30
Genève – Centre OTIUM
Mercredi 13.03 18:30
Grütli – Salle Simon, en présence
du protagoniste
Jeudi 14.03 19:30
Vernier – Café Nénuphar,
en présence du protagoniste
Dimanche 17.03 10:30
Saint-Julien-en-Genevois –
Cinéma Rouge&Noir
Dimanche 17.03 16:00
Orbe – Ciné-Club de 4 à 7
Dimanche 17.03 18:30, Espace
Pitoëff – Grande salle, Forum
ON HER SHOULDERS
Alexandria Bombach, États-Unis, 2018, 95’, vo
ang/arabic, st fr/ang
PREMIÈRE SUISSE
Prix Nobel de la paix 2018, Nadia
Murad a survécu au génocide et
à l’esclavage sexuel perpétrés par
Daech sur les Yézidis. Propulsée à
23 ans sur le devant de la scène
internationale aux côtés de son
avocate Amal Clooney, elle incarne
la voix d’un peuple au bord de
l’anéantissement et doit raconter
sans cesse l’horreur, tout en gérant
la bureaucratie, la pression médiatique et une fascination malsaine
à l’égard de son histoire. Primée à
Sundance, Alexandria Bombach
signe avec brio l’un des premiers
films qui dénoncent frontalement
le lourd tribut personnel payé par
les femmes activistes.
ENG 2018 Nobel Peace Prize
winner Nadia Murad survived
the genocide and sexual slavery
perpetrated by Daesh against the
Yazidis. Propelled to the front of
the international stage alongside
her lawyer Amal Clooney at only
23 years of age, she embodies the
voice of a people on the verge of
annihilation and tirelessly recounts
the horror she suffered, while
managing the bureaucracy, media
pressure and the world’s fascination with her story. Alexandria
Bombach, a winner at Sundance,
denounces the heavy personal toll
paid by women activists.
Vendredi 8.03 20:00
Espace Pitoëff – Théâtre, Forum
Lundi 11.03 18:15
Espace Pitoëff – Théâtre
Mardi 12.03 20:00
Gaillard – Espace Louis Simon
Mercredi 13.03 19:30
Bernex – Salle communale de
Luchepelet
Mercredi 13.03 19:00
Satigny – Salle communale
Samedi 16.03 20:00, SaintGenis-Pouilly – Théâtre du Bordeau
STILL RECORDING
Ghiath Ayoub, Saeed Al Batal, Liban, 2018, 123’,
vo arabe, st ang/fr
PREMIÈRE SUISSE
Film-testament au montage virtuose, Still Recording nous entraîne
à la rencontre de Saeed et Milad,
qui ont installé pendant quatre ans
leur caméra dans la Ghouta orientale, au cœur de l’enfer. Alors que la
mort hante les rues de Douma, ce
film rend non seulement hommage
à la puissance du cinéma, mais
aussi au courage de celles et ceux
qui risquent leur vie pour conserver
une trace des massacres. Primée
à Venise, cette œuvre est produite
par l’association Biddayat, qui a
signé les films les plus marquants
de la jeune génération syrienne.
ENG In Still Recording, a film-testimony of virtuosic editing, we meet
Saeed and Milad who, for the past
four years, have been recording
events in Eastern Ghouta, at the
heart of hell. As death haunts the
streets of Douma, this film pays
tribute not only to the power of
cinema but also to the courage of
those who risk their lives to document massacres. A prize-winner in
Venice, this film is created by the
non-profit organization Bidayyat,
which is responsible for the most
memorable films of Syria’s young
generation.
Samedi 9.03 20:45
Grütli – Salle Langlois
Dimanche 17.03 14:00
Espace Pitoëff – Théâtre,
Autour d’un film
LÉA TSEMEL, AVOCATE
Philippe Bellaïche, Rachel Leah Jones, Canada,
Israël, Suisse, 2019, 104’, vo arabe/hébreu, st
fr/ang UN FILM RTS
PREMIÈRE SUISSE, SORTIE SALLE EN SUISSE
PROCHAINEMENT
L’avocate israélienne Léa Tsemel
défend depuis un demi-siècle la
cause des Palestinien·nes sans
distinction, qu’ils et elles soient
féministes ou fondamentalistes,
pacifistes ou combattant·es
armé·es. Présenté au dernier Festival de Sundance, Léa Tsemel, avocate dessine avec brio le portrait
d’une figure engagée, puissante et
déterminée, qui essuie menaces et
pressions sans jamais trembler.
ENG For half a century, Israeli
lawyer Léa Tsemel has indiscriminately defended the cause of
Palestinians, be they feminists
or fundamentalists, pacifists or
armed combatants. Presented
at the last Sundance film festival,
Advocate brilliantly portrays a
committed, powerful and determined figure who fearlessly thwarts
pressures and threats to her life.
Samedi 9.03 18:15
Grütli – Salle Simon, en présence
du co-réalisateur
Mardi 12.03 20:45
Grütli – Salle Langlois
LES TOMBEAUX
SANS NOMS
Rithy Panh, Cambodge, France, 2018, 115’,
vo khmer/fr, st fr UN FILM ARTE
PREMIÈRE SUISSE
« J’ai fait ce voyage pour m’asseoir
avec les morts… » Rithy Panh
dresse depuis 30 ans une puissante
fresque consacrée au génocide
cambodgien, dont chaque étape
est une redécouverte du cinéma.
Après avoir affronté les mécanismes du Mal (S21, la machine de
mort Khmère rouge) ou la figure
du bourreau (Duch, le maître des
forges de l’enfer), il a exploré avec
L’Image manquante la mémoire et
l’oubli. Pour la première fois, Rithy
Panh tourne ici sa caméra vers
lui-même et fait appel à des devins
pour parler aux morts. Un voyage à
travers l’esprit, au-delà de la peur
et face aux démons, qui dépasse
de loin l’histoire d’un pays.
ENG “I embarked on this trip to
sit down with the dead…” For 30
years, Rithy Panh has produced a
powerful body of work dedicated
to the Cambodian genocide, each
piece a rediscovery of cinema.
After having confronted systemized murder (S21: The Khmer
Rouge Death Machine) the figure
of the executioner (Duch, Master
of the Forges of Hell), he explored
memory and loss with The Missing
Picture. For the first time, Panh
turns the lens directly on himself
and uses religious rituals to speak
with the dead. A journey through
the mind, past fears and demons,
that extends far beyond the history
of a country.
Mardi 12.03 20:30
Espace Pitoëff – Théâtre,
Rencontre avec Rithy Panh
Mercredi 13.03 18:30
Genève – Musée d’ethnographie
de Genève, en présence du réalisateur, précédé d’une visite guidée
Jeudi 14.03 21:00
Grütli – Salle Langlois
39
40 41
COMPÉTITION
GRAND REPORTAGE
HORS COMPÉTITION DOCUMENTAIRES DE CRÉATION
HAMADA
Eloy Domínguez Serén, Suède, Norvège,
Allemagne, 2018, 88’, vo arabe, st fr/ang
PREMIÈRE SUISSE
Plein de vitalité, d’humour et de
situations inattendues, Hamada
dresse le portrait insolite d’un
groupe de jeunes qui vivent dans
un camp de personnes déplacées
au milieu du désert. Le Sahara
Occidental est connu comme la
« dernière colonie » d’Afrique et le
conflit qui le ronge est le plus long
et l’un des plus méconnus du continent. Le peuple Sahraoui, quant à
lui, refuse de devenir invisible.
ENG Full of vitality, humour and
unexpected situations, Hamada
paints an unusual portrait of a
group of young people living in
a camp for displaced people in
the middle of the desert. Western
Sahara is known as Africa’s “last
colony” and its conflict is the
longest and one of the least known
on the continent. The Sahrawi
people, for their part, refuse to
become invisible.
Lundi 11.03 18:15
Grütli – Salle Simon,
en présence du réalisateur
Samedi 16.03 16:30
Grütli – Salle Simon
CONGO LUCHA
Marlène Rabaud, Belgique, 2018, 62’,
vo fr/swahili, st fr/ang
PREMIÈRE SUISSE
LUCHA est un mouvement citoyen
de jeunes Congolais qui militent à
travers des actions non-violentes,
et au péril de leur vie, pour une vision : celle d’un pays démocratique,
en paix, avec des richesses mieux
partagées. La documentariste
Marlène Rabaud a tourné durant
deux ans à Goma, dans l’est du
pays. Elle nous livre un hommage
vibrant à leur courage et à leur
détermination à toute épreuve,
malgré un Président Kabila opposé
à tout processus démocratique.
ENG LUCHA is a grassroots movement made up of young Congolese
men and women who campaign,
through non-violent actions and
at the risk of their own lives, for a
new future: a peaceful democratic
country in which wealth is shared
fairly. Documentary filmmaker
Marlène Rabaud filmed for over
two years in Goma, in the eastern
part of the country. The film is a
vibrant tribute to the courage and
determination of these citizens,
who fight President Kabila’s efforts
to oppose democratic processes.
Jeudi 14.03 18:15
Espace Pitoëff – Théâtre, Forum
Vendredi 15.03 20:00
Anières – Salle communale, en
présence d’une protagoniste
Samedi 16.03 20:45
Grütli – Salle Langlois
THE EDGE OF
DEMOCRACY
Petra Costa, Brésil, 2019, 113’, vo portugais,
st fr/ang
Le Brésil est devenu une démocratie en 1985. L’ancien ouvrier militant
« Lula », puis l’ex guérillera Dilma
Rousseff sont élus à la Présidence.
20 millions de Brésilien·nes sortent
de la misère et le pays s’affirme
comme superpuissance en devenir.
Mais sous les apparences, la
corruption continue à gangrener le pays… La cinéaste Petra
Costa réussit un film au montage
éblouissant, portrait d’une nation
aux parfums de tragédie grecque,
d’idéologies rances, de tragédies
collectives et de paradis perdus.
ENG Brazil became a democracy
in 1985. The former militant worker
“Lula”, then the ex-guerrilla Dilma
Rousseff were elected to the
presidency, bringing 20 million Brazilians out of poverty and asserting
the country as a superpower in
the making. But underneath the
surface, corruption continues to
plague the country… Filmmaker
Petra Costa makes an impressively
edited film, a portrait of a nation
with hints of Greek tragedy, rancid
ideologies, collective tragedies and
paradise lost.
Samedi 16.03 13:00
Espace Pitoëff – Théâtre
L’APOLLON DE GAZA
Nicolas Wadimoff, Canada, Suisse, 2018, 78’, vo
fr/arabic/ang, st fr/ang UN FILM RTS
SORTIE SALLE EN SUISSE ROMANDE À
PARTIR DU 27 MARS
Une statue d’Apollon, dieu des arts,
de la beauté et de la divination, est
trouvée au large de Gaza avant
de disparaître dans d’étranges
circonstances. Bientôt, la rumeur
enfle autour de ce trésor convoité
par de nombreux musées et collectionneurs. En signant une œuvre
intime, à la fois film-enquête et
réflexion historique, Nicolas Wadimoff nous immerge dans la réalité
méconnue d’un territoire meurtri
où la vie subsiste néanmoins, digne
et insoumise.
ENG A statue of Apollo, god of
the arts, beauty and divination,
is found in Gaza’s waters before
disappearing under strange
circumstances. Soon, the rumours
swell around this coveted treasure
amongst museum curators and
collectors. In this intimate film,
both an inquiry and a historical
reflection, Nicolas Wadimoff
immerses us in the unknown reality
of a wounded territory where life
nevertheless remains, dignified and
rebellious.
Samedi 16.03 17:00
Espace Pitoëff – Théâtre, Forum
MOSSOUL APRÈS
LA GUERRE
Anne Poiret, France, 2019, 52’, vo arabe, st
fr/ang UN FILM ARTE
PREMIÈRE MONDIALE
Le 10 Juillet 2017, après 9 mois de
combats, Mossoul, la deuxième
ville d’Irak, est libérée de Daech. La
plus importante bataille urbaine
depuis la Seconde Guerre Mondiale a permis d’arracher à l’État
Islamique cette cité de 2 millions
d’habitants où symboliquement le
Califat avait été proclamé. Elle l’a
laissé exsangue.
Et maintenant ? Qui relèvera
Mossoul ? Qui rebâtira sa rive
ouest martyrisée par les combats ?
Qui reconstituera le patrimoine
pulvérisé par Daech ? Qui assurera
la sécurité ?
ENG On 10 July, 2017, after 9
months of fighting, Mosul, Iraq’s
second largest city, was liberated
from Daech, leaving only devastation. Who will lift Mosul up?
Who will rebuild its western shore,
martyred by the fighting? Who will
restore the heritage destroyed by
Daech? Over the course of a year,
Anne Poiret followed the Iraqis’
efforts to rebuild their city. Through
key figures, she documented the
difficulties faced by the population, the complacency of the Iraqi
administration and, more broadly,
the hesitations of the international
community.
Mardi 12.03 19:30
Espace Pitoëff – Grande salle,
Forum
Vendredi 15.03 20:45
Grütli – Salle Langlois
OPÉRATION PAPYRUS
Béatrice Guelpa, Juan José Lozano, Suisse,
2019, 56’, vo fr/espagnol/ang/mongol/portugais, st fr UN FILM RTS
PREMIÈRE MONDIALE
De février 2017 à décembre 2018,
Genève a proposé à toutes les personnes « clandestines » résidentes
depuis 10 ans de régulariser leur
situation. À la clé : des papiers et
une nouvelle vie, ce qui a provoqué espoir, mais aussi angoisses et
méfiance. Présenté en première
mondiale, ce film donne pour
la première fois la parole aux
associations, aux syndicats, aux
employeur·ses, aux milieux politiques et bien sûr, aux personnes
sans statut légal, pour raconter
une aventure humaine inédite.
ENG From February 2017 to
December 2018, Geneva gave the
opportunity to all “illegal aliens” to
regularize their situation, provided
they could prove residence in the
Canton for over 10 years. Their
reward: official documentation
and a new life, which instilled hope
as much as it did fear and mistrust.
Presented as a world premiere, this
film gives a voice to the associations, unions, employers, political
figures and people without legal
status, as they recount this singular
human adventure.
Lundi 11.03 20:15
Cinérama Empire – Autour d’un film
Mardi 12.03 13:30
Grütli – Salle Langlois
Jeudi 14.03 13:30
Grütli – Salle Langlois
IN SEARCH…
Beryl Magoko, Allemagne, Kenya, 2018, 90’, vo
ang/allemand/swahili, st fr/ang
PREMIÈRE SUISSE
Poussée par la pression de ses
pairs, la réalisatrice kenyane Beryl
Magoko a été excisée alors qu’elle
était jeune fille. Pensant qu’il
s’agissait d’un simple rite de passage, personne ne lui a dit à quel
point cet acte lui serait douloureux et humiliant. En menant des
discussions franches avec d’autres
victimes de mutilations génitales,
la cinéaste explore ses conséquences physiques, émotionnelles
et relationnelles mais aussi les
potentielles voies de guérison.
ENG Driven by peer pressure,
Kenyan director Beryl Magoko
was “circumcised” as a young girl.
Thinking it was a simple rite of passage, no one told her how painful
and humiliating this act would be.
Through frank discussions with
other victims of genital mutilation, the filmmaker explores the
physical, emotional and relational
consequences of FGM as well as
potential paths to healing.
Vendredi 8.03 18:30
Grütli – Salle Simon,
en présence de la réalisatrice
Lundi 11.03 20:45
Grütli – Salle Langlois
ILS N’ONT PAS CHOISI!
Youlouka Damiba, Gideon Vink, Burkina Faso,
2018, 53’, vo fr
PREMIÈRE EUROPÉENNE
L’homosexualité reste un sujet
délicat sur le continent africain.
S’agit-il d’une abomination, d’un
péché, d’une pratique importée
d’Occident ou d’une orientation
naturelle ? De Yaoundé à Douala,
en passant par Abidjan et Dakar,
ce documentaire d’investigation
réalisé par deux cinéastes du Burkina Faso pose les bases d’un enjeu
fondamental pour les sociétés
africaines.
ENG Homosexuality remains a
sensitive topic on the African
continent. Is it an abomination, a
sin, a practice imported from the
West or perfectly natural? From
Yaoundé to Douala, via Abidjan
and Dakar, this investigative documentary by two filmmakers from
Burkina Faso lays the foundation
of a fundamental challenge for
African societies.
Dimanche 10.03 18:30
Grütli – Salle Simon, en
présence du co-réalisateur
Samedi 16.03 16:15
Grütli – Salle Langlois
FILMS
42 43
COMPÉTITION
GRAND REPORTAGE
LA VIRILITÉ
Cécile Denjean, France, 2018, 71’, vo fr, st ang
PREMIÈRE MONDIALE
Prononcez le mot « virilité » et
écoutez les hommes parler. Qu’en
pensent-ils ? En valorisant la
force, le muscle, le pouvoir et la
violence, l’idéologie masculine
les a condamnés à réprimer leurs
émotions et à mépriser le féminin.
Et s’ils étaient, eux aussi, victimes
de la virilité ? Comment en finir
avec l’idée de « l’homme vrai » qui
ronge nos sociétés et nos systèmes
politiques ?
ENG Say the word “virility” and listen to men respond. What do they
think? By valuing strength, muscle,
power and violence, the masculine
ideology has condemned men to
repress their emotions and despise
femininity. But what if they too
were victims of virility? How can we
put an end to the idea of the “real
man” that erodes our societies and
our political systems?
Lundi 11.03 20:15
Espace Pitöeff – Théâtre, Forum
Samedi 16.03 18:45
Grütli – Salle Langlois
THE TRIAL OF RATKO MLADIĆ
Henry Singer, Robert Miller, Royaume-Uni,
Norvège, 2018, 98’, vo bosnien/ang, st fr/ang
PREMIÈRE SUISSE
À quoi, ou à qui sert la justice
internationale ? En 2012, un procès
historique débute à La Haye, celui
du général Ratko Mladić, qui a
mené le siège de Sarajevo et le
génocide de Srebrenica. Pendant
cinq ans, les cinéastes ont effectué
un travail titanesque à partir de
centaines d’heures d’archives et
donné la parole aux victimes, mais
aussi aux avocats de Mladić et
à ses proches. Un film dense et
puissant, qui soulève des questions
profondément contemporaines.
ENG What is the purpose of international justice? And who does it
serve? In 2012, The Hague hosts
the historic trial of General Ratko
Mladić, the man responsible for the
siege of Sarajevo and the genocide
in Srebrenica. Over the course of
five years, the filmmakers undertook a monumental task, based on
hundreds of hours of footage with
the victims, the prosecution, but
also Mladić’s lawyers and relatives.
A dense and powerful film, which
raises profoundly contemporary
questions.
Dimanche 10.03 16:00
Grütli – Salle Langlois
Jeudi 14.03 18:30
Grütli- Simon, Autour d’un film
SURVIVORS
Banker White, Anna Fitch, Lansana (Barmmy
Boy) Mansaray, Arthur Pratt, USA, Sierra Leone,
2018, 84’, vo ang, st fr/ang
PREMIÈRE SUISSE
Un collectif de cinéastes du Sierra
Leone ont suivi le quotidien d’un
groupe de secouristes durant la
crise d’Ebola en 2014. En mettant
en lumière la contribution des Africains dans la résolution de cette
crise, ce film présente des individus
courageux sur fond d’un pays loin
de la stabilité après des années de
guerre civile.
ENG A collective of filmmakers in
Sierra Leone followed the everyday
lives of a group of emergency
workers during the Ebola crisis of
2014. Highlighting the contribution
of African nationals in solving this
crisis, this compelling film features
courageous individuals against
the backdrop of a country that is
still far from stable after years of
civil war.
Samedi 9.03 16:00
Grütli – Salle Langlois
Vendredi 15.03 18:30
Graduate Institute – Maison
de la Paix, Forum (en anglais uniquement)
STRANGE FISH
Giulia Bertoluzzi, Italie, 2018, 55’, vo arabe/fr,
st fr/ang
PREMIÈRE SUISSE
Quel effet peut avoir la vue d’un
cadavre flottant dans l’eau comme
un étrange poisson ? À travers les
voix des héros anonymes de Zarzis,
village de pêche au sud de la
Tunisie, nous découvrons comment la tragédie des migrant.es
a affecté le village et la communauté des pêcheurs. Un portrait
puissant de Salah Mecherek,
capitaine d’un bateau de pêche à
la sardine, Chemseddine Bourassine, président de l’association
des pêcheurs et Chemseddine
Marzoug, ex-pêcheur, bénévole
pour le Croissant Rouge et actuel
fossoyeur pour les nombreux inconnus qui s’échouent sur la côte.
ENG How does it feel to see a
dead body floating in the sea like
a strange fish? Through the voices
of the anonymous heroes of Zarzis,
a fishing village in southern Tunisia,
we discover how the migrant
tragedy has affected a town
and the fishermen community. A
powerful portrait of Salah Mecherek, captain of a sardine fishing
boat, Chemseddine Bourassine,
President of the Association of
the fishermen and Chemseddine
Marzoug, ex-fisherman, volunteer
for the Red Crescent and current gravedigger for the many
nameless unknown that wash up
on the coast.
Dimanche 10.03 20:45
Grütli – Salle Langlois
Mercredi 13.03 19:00 Lausanne –
Maison de Quartier Sous-Gare
Samedi 16.03 14:30
Espace Pitoëff – Grande Salle,
Forum
ANOTHER DAY OF LIFE
Raúl de la Fuente, Damian Nenow, Pologne,
Espagne, Allemagne, Hongrie, Belgique, 2018, 85’,
vo ang/portugais/polonais/espagnol, st fr/ang
UN FILM ARTE
Varsovie, 1975. Ryszard Kapuscinski
est un brillant journaliste, idéaliste
et courageux. À force de détermination, il réussit à convaincre
son agence de presse de l’envoyer
en Angola, en pleine guerre civile.
Embarqué dans ce voyage au bout
de l’enfer, Kapuscinski revient à
jamais changé et devient écrivain.
Ce film habité, qui mêle animation
et interviews, questionne avec
talent le rôle du journaliste et les
limites de son pouvoir.
ENG Warsaw, 1975. Ryszard Kapuscinksi is a brilliant and courageous
journalist, as well as an idealist.
Through sheer determination, he
succeeds in convincing his press
agency to send him to Angola
during the civil war. Following
this journey into the heart of hell,
Kapuscinski is forever changed and
becomes a writer. This powerful
film, which blends animation and
interviews, questions the role of
the journalist and the limits of their
power.
Vendredi 8.03 21:00
Grütli – Salle Simon
Lundi 11.03 20:00
Plan-les-Ouates – La Julienne
Mercredi 13.03 20:30
Grütli – Salle Simon
Jeudi 14.03 19:30
Renens – Ferme des Tilleuls
AKASHA
hajooj kuka, Soudan, Afrique du Sud, Allemagne,
Qatar, 2018, 78’, vo arabe, st fr/ang
PREMIÈRE SUISSE
Au Soudan, Adnan, soldat rebelle,
est fou amoureux de son AK-47
et de sa fiancée Lina. Rentré en
retard d’une permission, il est poursuivi par son armée, qui l’accuse de
désertion. Adnan s’enfuit aux côtés
d’Absi, un déserteur pacifiste. Les
deux improbables complices se
lancent dans une échappée tragicomique. Après le documentaire
Beats of the Antonov (FIFDH 2017)
le cinéaste soudanais hajooj kuka
signe une première fiction désarmante et enlevée, tournée in situ,
avec des comédiens locaux.
ENG In Sudan, Adnan, a rebel
soldier, is madly in love with his AK47 and his fiancée Lina. Returning
from a leave of absence, he is
pursued by the army who accuse
him of desertion. He is joined in
his escape by a most improbable
accomplice, the pacifist deserter
Absi. Following his documentary
Beats of the Antonov (FIFDH 2017),
the Sudanese filmmaker hajooj
kuka presents a spirited and disarming fiction, shot in situ, with local
actors.
Dimanche 10.03 16:15
Grütli – Salle Simon, en présence du
réalisateur
Mercredi 13.03 18:45
Grütli – Salle Langlois
COMPÉTITION
FICTION
ZERO IMPUNITY
Nicolas Blies, Stéphane Hueber-Blies,
Luxembourg, France, 2019, 90’, vo
arabe/ang/fr/ukrainian, st fr/ang
PREMIÈRE SUISSE
Zero Impunity est la pièce
maîtresse d’un ambitieux projet
transmédia qui combine journalisme d’investigation et appel à
l’action, et donne la parole à des
femmes et des hommes victimes
de violences sexuelles en Syrie, en
Ukraine, en RDC ou encore à Guantanamo. Partout dans le monde,
un cri demande justice, et ce documentaire en animation vertigineux
parle aussi d’espoir et d’humanité.
ENG Zero Impunity is the centerpiece of an ambitious transmedia
project that combines investigative journalism and a call to action,
that gives voice to women and
men who are victims of sexual
violence in Syria, Ukraine, the DRC,
and Guantanamo. Throughout the
world there is a cry for justice, and
this documentary with breathtaking animation, speaks of hope
and humanity.
Dimanche 10.03 19:00
Espace Pitoëff – Grande Salle,
Forum
Mercredi 13.03 18:00
Espace Pitoëff – Théâtre,
en présence des réalisateurs
XIMEI
Andy Cohen, Gaylen Ross, Suisse, 2019, 100’,
vo mandarin/chinois, st fr/ang
PREMIÈRE MONDIALE
Ce film poignant et sensible dresse
le portrait de Liu Ximei, jeune
femme chinoise qui lutte pour
défendre les droits des personnes
séropositives en Chine, contre
vents et marées. Des millions de
Chinois·es ont été infecté·es dans
les années 90 : à travers tout le
pays, le gouvernement encourageait les paysans pauvres à donner
leur sang contre rémunération
dans des conditions sanitaires
catastrophiques. Un scandale
passé sous silence… pour combien
de temps ?
ENG This poignant and sensitive
film is a portrait of Liu Ximei, a
young Chinese woman who fights
to defend the rights of people
living with HIV in China, against all
odds. Millions of Chinese people
were infected in the 1990s: across
the country, the government encouraged poor farmers to donate
blood in exchange for compensation under catastrophic health
conditions. A hidden scandal… but
for how long?
Samedi 16.03 11:00
Espace Pitoëff – Grande Salle, en
présence des cinéastes et de Ai
Weiwei, producteur exécutif
FILMS
44 45
COMPÉTITION
FICTION
MANTA RAY
Phuttiphong Aroonpheng, Thaïlande, France,
Chine, 2018, 105’, vo thaï, st fr/ang
PREMIÈRE SUISSE
En Thaïlande, sur les rives d’une mer
où des milliers de Rohingyas se sont
noyé·es, un pêcheur retrouve un
homme inconscient. Il se lie d’une
étrange amitié avec cet étranger
parfaitement muet… Grand Prix
Orizzonti au Festival de Venise,
ce premier long-métrage de
Phuttiphong Aroonpheng plonge
le spectateur au cœur de profondeurs abyssales, avec un récit
initiatique porté par une puissante
atmosphère visuelle et auditive :
incontestablement, un grand
cinéaste est né.
ENG On the shores of Thailand,
where thousands of Rohingya
have drowned, a fisherman finds
an unconscious man. Nursing
him back to health, he builds a
friendship with this silent stranger…
Awarded the Orizzonti Grand Prize
at the Venice Film Festival, this
first feature film by Phuttiphong
Aroonpheng plunges the viewer
into dark depths, an initiation
story accompanied by a powerful
visual and auditory atmosphere.
Undoubtedly, a great filmmaker
is born.
Samedi 9.03 21:00
Grütli – Salle Simon,
en présence du réalisateur
Lundi 11.03 18:30
Grütli – Salle Langlois,
en présence du réalisateur
HOUSE OF MY FATHERS
Suba Sivakumaran, Sri Lanka, 2018, 95’, vo
tamil/sinhala, st fr/ang
PREMIÈRE SUISSE
Deux villages du Sri Lanka, l’un
tamoul et l’autre cingalais, sont en
conflit. Lorsque l’infertilité frappe
les deux camps, les Dieux leur
envoient un message : un homme
cingalais et une femme tamoule
devront se rendre dans la forêt des
Morts dont seul l’un d’entre eux
reviendra. Au cœur de ce lieu hanté, le paria Asoka et la silencieuse
Ahalya vont confronter les secrets
de leur passé. Suba Sivakumaran
signe un premier film qui affronte
la mémoire de son pays avec une
rare élégance.
ENG Two Sri Lankan villages, one
Tamil and the other Sinhalese, are
at war. When infertility strikes them
both, the Gods send a message
to them: a Sinhalese man and a
Tamil woman will have to travel to
the Forest of the Dead, from which
only one will return. In the midst
of this haunted place, the outcast
Asoka and the mute Ahalya will
confront the secrets of their past.
Suba Sivakumaran’s debut film
tackles the memory of her country
with an exceptional elegance.
Lundi 11.03 20:30
Grütli – Salle Simon,
en présence de la réalisatrice
Jeudi 14.03 18:45
Grütli – Salle Langlois
CARMEN & LOLA
Arantxa Echevarría, Espagne, 2018, 103’, vo
espagnol, st fr/ang
PREMIÈRE SUISSE
Carmen a 17 ans, et elle vit dans
une communauté gitane de la
banlieue de Madrid. Elle sait qu’elle
est destinée à se marier et élever
des enfants… jusqu’au jour où elle
rencontre Lola, qui rêve d’aller à
l’université, et fait des graffitis. Pour
son premier long métrage et grâce
à un casting d’acteurs non-professionnels, Arantxa Echevarría souffle
un vent d’espoir, d’amours interdits
et de passion.
ENG Carmen is 17 years old, and
she lives in a settled gypsy community on the outskirts of Madrid. She
knows she is destined to marry and
raise children… until the day she
meets Lola, who dreams of going
to university, and does graffiti. For
her first feature film and thanks to
a cast of non-professional actors,
Arantxa Echevarría blows a wind of
hope, forbidden love and passion.
Dimanche 10.03 20:30
Grütli – Salle Simon, en présence de
la comédienne Zaira Morales
Mardi 12.03 18:45
Grütli – Salle Langlois
THE BOY WHO
HARNESSED
THE WIND
Chiwetel Ejiofor, Royaume-Uni, 2019, 113’, vo
ang/nyanja, st fr/ang
Le jeune William vit dans un
village du Malawi aux côtés de
sa mère (Aïssa Maïga) et de son
père (Chiwetel Ejiofor). Lorsqu’une
terrible sécheresse s’abat dans la
région, la famine qui menace le
pousse à trouver une solution : et
s’il fabriquait une pompe à eau
avec une dynamo de vélo ? Avec
ce premier long métrage inspiré du
extraordinaire de William Kamkwamba, l’acteur Chiwetel Ejiofor
(12 Years a Slave) réussit un remarquable récit de persévérance et
d’ingéniosité présenté cette année
à Sundance et Berlin.
ENG Young William lives in a
village in Malawi with his mother
(Aïssa Maïga) and father (Chiwetel
Ejiofor). When a terrible drought
befalls the region, the threat of
famine pushes him to seek out a
solution: what if he built a water
pump with a small bicycle generator? With this first feature film
inspired by the incredible fate of
a young self-taught Malawian,
actor-director Chiwetel Ejiofor (12
Years a Slave) presents a remarkable story of perseverance and
ingenuity, selected at the last
Sundance Festival.
Mardi 12.03 19:00 (Version FR)
Vernier – Centre d’hébergement
collectif des Tattes, en présence de
Aïssa Maïga
Mardi 12.03 20:45
Grütli – Salle Simon, en présence de
Aïssa Maïga
Mercredi 13.03 16:00
Espace Pitoëff – Grande Salle
HORS COMPÉTITION
FICTION
UN TRAMWAY À JÉRUSALEM
Amos Gitaï, France, Israël, 2018, 93’, vo
hébreu/arabe/fr/ita/yiddish/allemand, st fr
PREMIÈRE SUISSE, SORTIE SALLES 24 AVRIL
En desservant la ville d’est en ouest,
le tramway de Jérusalem traverse
chaque jour des dizaines de religions et de cultures, qui se côtoient
de manière éphémère. Cinéaste de
l’exil et des territoires, Amos Gitaï
signe une comédie douce-amère
où la fine fleur des comédien·nes
israélien·nes et palestinien·nes
partage l’affiche avec Mathieu
Amalric et Pippo Delbono
ENG Serving the city from East
to West, the Jerusalem tramway
navigates through dozens of
religions and cultures every day.
A filmmaker obsessed with “exile”
and “territories”, Amos Gitaï brings
us a bittersweet comedy in which
the very best actors Israël and
Palestine have to offer share the
screen with Mathieu Amalric and
Pippo Delbono.
Dimanche 10.03 16:00
Chêne-Bourg – Point Favre
Dimanche 17.03 13:00
Grütli – Salle Simon,
en présence du réalisateur
Dimanche 17.03 17:30
Lausanne – Cinémathèque Suisse,
en présence du réalisateur
LETTRE D’UN AMI À GAZA
Amos Gitaï, Israël, 2018, 34’, vo hébreu/arabe/
fr/ita/yiddish/allemand, st fr UN FILM ARTE
PREMIÈRE SUISSE
Des textes puissants et poétiques, écrits par des écrivain·es
et penseur·euses palestinien·nes
et israélien·nes, narrés sur fond
d’images d’archives et de reportages, forment ce court-métrage
sous forme de mémoire. Ce court
métrage d’Amos Gitaï précédera la
projection de son film Un tramway
à Jérusalem.
ENG Powerful and poetic pieces,
written by Palestinian and Israeli
writers and thinkers, recited to
a backdrop of news and archive
footage, form this short film in
the shape of a memory. This short
film by Amos Gitaï will precede
the screening of his A Tramway in
Jerusalem.
Dimanche 17.03 13:00
Grütli – Salle Simon,
en présence du réalisateur
Dimanche 17.03 17:30
Lausanne – Cinémathèque Suisse,
en présence du réalisateur
THE SWEET REQUIEM
Ritu Sarin, Tenzing Sonam, Inde, États-Unis,
2018, 91’, vo tibétain, st ang/fr
PREMIÈRE SUISSE
Dolkar, une jeune femme tibétaine,
travaille dans un salon de beauté
en Inde. Soudain, au détour d’une
rue, elle croise un fantôme de son
passé. Les souvenirs enfouis d’un
périlleux voyage ressurgissent…
Tourné par des cinéastes et une
équipe majoritairement d’origine
tibétaine, The Sweet Requiem nous
entraîne des hauteurs enneigées
de l’Himalaya aux ruelles de Delhi
pour nous raconter le drame poignant d’une irrépressible quête.
ENG Dolkar, a young Tibetan
woman, works in a beauty salon
in India. Suddenly, at the corner of
a street, she meets a ghost from
her past. The buried memories of a
perilous journey reappear… Shot by
filmmakers and a team mainly of
Tibetan origin, The Sweet Requiem
takes us from the snow-covered
heights of the Himalayas to the
narrow streets of Delhi to tell us the
poignant drama of an irrepressible
quest.
Samedi 9.03 18:30
Grütli – Salle Langlois
Jeudi 14.03 21:15
Grütli – Salle Simon,
en présence des cinéastes
LOS SILENCIOS
Beatriz Seigner, Brésil, Colombie, France, 2018,
89’, vo espagnol/portugais, st fr/ang
PREMIÈRE SUISSE, SORTIE SALLES 1 MAI
La jeune Nuria fuit la guerre civile
en Colombie. Elle arrive à l’aube
sur une île mystérieuse, au cœur
de l’Amazonie. Nuria comprend
peu à peu que son père, pourtant
décédé dans un glissement de
terrain causé par une compagnie
pétrolière, se cache dans leur
maison sur pilotis. La violence et la
mémoire collective de l’Amérique
latine s’entrecroisent dans ce film
envoûtant, teinté de réalisme
magique.
ENG The young Nuria flees the civil
war in Colombia. She arrives at
dawn on a mysterious island in the
furthest reaches of the Amazon.
Nuria gradually understands that
her father, who supposedly died
in a landslide caused by an oil
company, may be hiding in their
house. The violence and collective
memory of Latin America intertwine in this bewitching film, tinged
with magical realism.
Dimanche 10.03 18:45
Grütli – Salle Langlois
Vendredi 15.03 21:00
Grütli – Salle Simon,
en présence de la réalisatrice
FILMS
46 47
FILMS THÉMATIQUES HORS COMPÉTITION
FICTION
A DARK PLACE
Javier Luque Martinez, Autriche, 2018, 57’,
vo ang/espagnol/catalan/turque, st fr/ang
PREMIÈRE SUISSE
Produit par l’Organisation pour
la sécurité et la coopération en
Europe ( OSCE ), A Dark Place
donne la parole à des journalistes
femmes victimes de cyberviolence
pour avoir tout simplement fait
leur travail et défendu la liberté
d’expression. En Turquie, en Azerbaïdjan, en Amérique latine ou en
Europe de l’ouest, chaque situation
est unique, mais les schémas se
répètent inlassablement. Profondément ancré dans le présent,
ce documentaire rend un vibrant
hommage à ces femmes qui
résistent avec courage.
ENG Produced by the Organization
for Security and Co-operation in
Europe (OSCE), A Dark Place gives
voice to female journalists who
have been victims of cyber violence for simply doing their job and
defending freedom of expression.
In Turkey, Azerbaijan, Latin America
or Western Europe, each situation
is unique, but the same patterns
are repeated over and over
again. A deeply topical issue, this
documentary pays tribute to those
women who continue, bravely, to
resist.
Samedi 9.03 17:00
Espace Pitoëff – Théâtre, Forum
Mercredi 13.03 20:45
Grütli Salle Langlois
LA PARANZA DEI
BAMBINI (PIRANHAS )
Claudio Giovannesi, Italie, 2019, 105’, vo ita, st
fr/ang
SORTIE SALLES PROCHAINEMENT
Naples, quartier de La Sanità. Nicola et sa paranza, sa bande, des
gamins de 10 à 18 ans, ne craignent
ni la prison ni la mort : tout ce qui
compte c’est l’argent, le pouvoir
et la survie. Juste ou injuste, peu
importe : dans un monde sans
futur, ils vivent dans un était de
guerre permanente. Une adaptation brûlante du premier roman
éponyme de Roberto Saviano, qui
a reçu l’Ours du meilleur scénario à
la Berlinale. L’écrivain rencontrera
le public à l’issue de la projection,
le vendredi 15 mars (p. 30).
ENG Naples, Sanità neighborhood.
Nicola and his gang of kids from 10
to 18 years old, the paranza, fear
neither prison nor death: money,
power and survival are all that
matters. They don’t care what’s
fair or not: in a world without a
future, they live in in a state of permanent war. A burning adaptation
of Roberto Saviano’s eponymous
first novel, which won the Best
Screenplay award at this year’s
Berlinale. The writer will meet the
public at the end of the screening
on Friday, March 15 (p.30).
Vendredi 15.03 21 :00
Espace Pitoëff – Grande Salle,
Forum, en présence de Roberto
Saviano, co-scénariste
INSOUMISES
Fernando Perez Valdes, Laura Cazador, Suisse,
Cuba, 2018, 95’, vo espagnol, st fr
PREMIÈRE EUROPÉENNE, SORTIE SALLES
PROCHAINEMENT
En 1819, le chirurgien suisse Enrique
Faber s’installe à Baracoa, où il
épouse la superbe Juana et se
lie d’amitié avec son domestique noir. Peu à peu, d’étranges
rumeurs naissent à son sujet : en
réalité, Enrique serait une femme.
Commence alors l’un des procès
les plus scandaleux de l’histoire
coloniale de Cuba… Laura Cazador
et Fernando Pérez Valdés signent
un film basé sur l’histoire vraie de
la Lausannoise Henriette Favez,
femme libre et insoumise, incarnée
par une Sylvie Testud magistrale.
ENG In 1819, the Swiss surgeon
Enrique Faber moved to Baracoa,
where he marries the beautiful
Juana and befriends his black
servant. Little by little, rumours
begin to spread: Enrique might be
a woman. Thus begins one of the
most scandalous lawsuits of Cuba’s
colonial history… Laura Cazador
and Fernando Pérez Valdés tell
the true tale of Lausanne’s Henriette Favez, a free and rebellious
woman, brilliantly portrayed by
Sylvie Testud.
Samedi 9.03 21:00
Espace Pitoëff – Théâtre,
en présence des cinéastes et de
l’équipe du film
BOY ERASED
Joel Edgerton, États-Unis, 2018, 115’, vo ang,
st fr
PREMIÈRE SUISSE, SORTIE SALLES 27 MARS
Jared, 19 ans, est le fils d’un pasteur
baptiste et d’une mère au foyer
dévouée, incarnés par Russell
Crowe et Nicole Kidman. Lorsque
le couple apprend que leur fils
est attiré par des garçons, leur
réaction est sans appel. Jared est
envoyé dans un camp de conversion sexuelle aux méthodes particulièrement brutales. Deux options
s’offrent à lui : se taire et subir, ou
vivre mais perdre ses proches. Le
film, à la réalisation remarquablement maîtrisée, est inspiré d’une
histoire vraie.
ENG Jared, 19 years old, is the son
of a baptist pastor and a dedicated housewife, played by Russell
Crowe and Nicole Kidman. When
the couple learns that Jared is
attracted to boys, their reaction is
irrevocable. He is sent to a sexual
conversion camp with particularly
brutal methods. He is thus faced
with two options: stay quiet and
suffer, or live and lose his loved
ones. This remarkably directed film
is inspired by a true story.
Samedi 16.03 20:30
Grütli – Salle Simon
Film de clôture
DICK MARTY, UN CRI
POUR LA JUSTICE
Fulvio Bernasconi, Suisse, 2018, 51’, vo ita/ang/
fr/arabe, st ang/fr
PREMIÈRE ROMANDE
Après le 11 septembre, la CIA signe
des accords secrets avec plusieurs
États européens qui autorisent
l’enlèvement et la torture d’islamistes présumés. Lorsque le Washington Post révèle l’affaire en 2005,
le Conseil de l’Europe mandate
le Suisse Dick Marty pour mener
l’enquête. Avec des moyens dérisoires mais armé d’une redoutable
ténacité, Marty défie l’Amérique,
l’Europe et la Suisse. Fulvio Bernasconi signe une enquête haletante
et le portrait d’un homme hors du
commun.
ENG After September 11, the CIA
signed a secret agreement with
several European States that
allowed the kidnapping and torture of suspected Islamists. When
the Washington Post reveals the
case in 2005, the Council of Europe
mandates Swiss citizen, Dick Marty
to lead the investigation. With
minimal means but armed with
formidable tenacity, Marty defied
America, Europe and Switzerland.
Fulvio Bernasconi brings us a
breathless investigation and the
portrait of a quite extraordinary
man.
Jeudi 14.03 18:30
Genève – Musée International de
la Croix-Rouge et du Croissant
Rouge
Vendredi 15.03 18:45
Grütli – Salle Langlois
BURDEN OF PEACE
Joey Boink, Pays-Bas, Guatemala, 2015, 76’,
vo espagnol/ang, st fr/ang
Claudia Paz y Paz, la première
femme à occuper le poste de
Procureure générale du Guatemala, est à l’origine de nombreuses
arrestations de haut vol. Malgré
sa détermination et des résultats spectaculaires, elle subit la
résistance des élites qui vivaient
jusqu’ici au-dessus des lois. Réussira-t-elle à gagner cette bataille ?
Le portrait haletant d’une défenseuse des droits humains engagée
dans la lutte contre l’impunité et la
corruption.
ENG Claudia Paz y Paz, the first
woman to hold the position of
Attorney General of Guatemala,
has set numerous records for
high-profile arrests. Despite her
determination and spectacular
results, she faces resistance from
elites who are used to living above
the law. Will she win this battle?
Here is a breathtaking portrait of a
human rights defender committed
to the fight against impunity and
corruption.
Dimanche 17.03 13:30
Espace Pitoëff – Grande Salle,
Forum
BÉBÉS SUR MESURE
Thierry Robert, France, 2017, 90’, vo fr/ang
/espagnol/hindi/gujarati, st fr UN FILM ARTE
Des bébés avec trois parents
biologiques, la modification génétique des embryons avant d’être
réimplantés ; choix du sexe et de
la couleur des yeux ; fertilisation in
vitro avec du sperme de « génies »,
le bébé sur mesure devient réalité.
Derrière la technologie, un business
se met en place, et une remise en
question profonde de notre vision
de la procréation, et finalement de
l’humain. Enquête sur un bouleversement scientifique et sociétal qui
s’amorce.
ENG Babies with three biological
parents, genetic modification of
embryos before reimplantation,
choice of sex and eye colour, in
vitro fertilization with sperm of
“geniuses” : the tailor-made baby is
fast becoming a reality. Behind the
technology, a business is being put
into place, and a profound reconsideration of our understanding of
procreation, and ultimately of the
human being, begins. An investigation of this imminent scientific and
societal upheaval.
Mercredi 13.03 20:15
Espace Pitoëff – Grande salle,
Forum
APRÈS DEMAIN
Laure Noualhat, Cyril Dion, France, 2017, 72’,
vo fr, st ang
PREMIÈRE SUISSE
Deux ans après le succès phénoménal du documentaire Demain,
Cyril Dion revient sur les initiatives que le film a inspirées. Il est
accompagné de Laure Noualhat,
une enquêtrice de renom très
sceptique quant à la capacité
des micro-initiatives à avoir un
réel impact face au dérèglement
climatique. Leur confrontation
pleine d’humour les pousse dans
leurs retranchements : qu’est-ce
qui marche, qu’est-ce qui échoue ?
Et si tout cela nous obligeait à
inventer un nouveau récit pour
l’humanité ?
ENG Two years after the phenomenal success of the documentary
Demain, Cyril Dion looks back at
the projects the film inspired. This
time, he is accompanied by Laure
Noualhat, a renowned investigator
and sceptic of the ability of microinitiatives to have any real impact
in the face of climate change. Their
humorous confrontation pushes
them to their limits: what works,
what fails? What if all this forces
us to invent a new narrative for
humanity?
Dimanche 10.03 14:00
Espace Pitoëff – Grande salle
Mardi 12.03 18:00
Sion – Point 11
Samedi 16.03 11:30
Carouge – Espace Grosselin
FILMS
48 49
FILMS THÉMATIQUES
PUSH (ROUGH CUT)
Fredrik Gertten, Suède, 2019, 93’, vo ang/espagnol/italien/coréen, st fr/ang
Partout dans le monde, le prix des
logements explose, à l’inverse des
salaires. Alors que les trusts financiers spéculent sur l’immobilier, les
classes moyennes sont contraintes
de s’éloigner des centres-villes.
Fredrik Gertten mène une enquête
édifiante aux côtés de la charismatique Leilani Farha, Rapporteuse spéciale de l’ONU sur le droit
au logement. La possibilité de vivre
décemment dans nos villes est-elle
devenue l’un des enjeux cruciaux
de notre temps ?
ENG Housing prices are skyrocketing in cities worldwide. Incomes
are not. The middle classes are
getting pushed out of cities, while
financial powerhouses use housing
as an opportunity to park money.
Fredrik Gertten follows UN Special
Rapporteur on Housing, Leilani
Farha, on her quest to understand
why and how housing has become
one of today’s most pressing world
issues.
Samedi 9.03 19:30
Espace Pitoëff – Grande salle,
Forum
LA PREUVE SCIENTI- FIQUE DE L’EXISTENCE
DE DIEU
Fred Baillif, Suisse, 2018, 85’, vo fr UN FILM RTS
D’anciens objecteurs de
conscience aux caractères bien
trempés se retrouvent pour faire
un documentaire sur leur passé de
militants. Nous sommes à la veille
d’une votation fédérale sur l’interdiction d’exporter des armes et le
petit-fils d’Alain, l’un d’entre eux,
meurt accidentellement au service
militaire. Le groupe n’a plus qu’une
idée en tête : reprendre la lutte
pour un monde sans armes.
ENG A group of former conscientious objectors with strong characters meet to make a documentary
about their past as activists. We
are on the eve of a federal vote on
the ban of arms exports and Alain’s
grandson accidentally dies during
his military service. The group has
only one idea in mind: to continue the fight for a world without
weapons.
Dimanche 10.03 16:00
Espace Pitöeff – Théâtre, Forum
Jeudi 14.03 19:00
Lancy – Salle communale
du Petit-Lancy,
en présence du réalisateur
Samedi 16.03 15:00
Genève – Bains des Pâquis,
en présence du réalisateur
Dimanche 17.03 17:30
Genève – Maison de Quartier
des Eaux-Vives,
en présence du réalisateur
THE OCCUPATION OF
THE AMERICAN MIND
Jeremy Earp, Loretta Alper, États-Unis, 2016,
85’, vo ang, st fr
Alors que des sondages récents
montrent une opinion publique
globale se retournant nettement
contre la politique d’Israël, le soutien du public américain envers le
gouvernement israélien tient bon.
The Occupation of the American
Mind, narré par Roger Waters et
dans lequel figurant d’éminents
experts sur le conflit israélo-palestinien, jette un regard sur la guerre
de l’information que l’Israël et ses
partisans mènent aux États-Unis.
ENG While recent polls have shown
global public opinion turning
sharply against Israeli policy, public
support for Israel in the U.S. has
held firm. Narrated by Roger Waters with commentary by eminent
conflict experts, The Occupation
of the American Mind casts an
incisive glance on the information
war that Israel and its followers are
waging in the United States.
Vendredi 15.03 18:00
Espace Pitoëff – Théâtre, Forum
INTERNET OU LA RÉVOLUTION
DU PARTAGE
Philippe Borrel, France, 2018, 56’,
vo ang/fr/hindi, st fr/ang UN FILM ARTE
L’informatique a désormais infiltré
presque toutes les activités humaines. A-t-elle contribué à nous
rendre plus autonomes ? Ou nous
a-t-elle changé en consommateurs passifs d’un marché global ?
Derrière cette lutte mondiale mais
sans territoires, quelque chose
d’essentiel est en jeu : la capacité
à garantir que ces technologies
servent le bien commun plutôt que
les intérêts des plus fortuné·es. De
l’Inde à l’Europe, en passant par
les USA, ce reportage rend visite
aux figures publiques du monde
marginal du logiciel libre.
ENG Computing has now infiltrated almost all human activities.
Has it contributed to making us
more self-reliant? Or has it turned
us into passive consumers of what
has become a total market?
Behind this global but landless
battle, there is something essential
at stake: the ability to ensure
that these technologies serve the
common good rather than benefit
a happy few. From India to the
US and Europe, this documentary
reaches out to public figures of
the still marginal world of free
software.
Lundi 11.03 18:30
Espace Pitoëff – Grande salle,
Forum
WHEN THE WAR
COMES
Jan Gebert, République tchèque, Croatie, 2018,
80’, vo slovaque, st fr/ang
Pour pallier le manque de leadership de sa génération, le jeune
Peter Švrček a fondé les « Recrues
slovaques », un groupe fasciste
et paramilitaire qui propose aux
adolescent·es de participer à des
entraînements physiques durant
les week-ends. Ce que Peter et ses
partisans visent dans l’absolu, c’est
la création d’un État totalitaire
capable de les équiper en armes et
de les préparer au choc ultime des
civilisations.
ENG In response to the lack of
leadership among his generation,
the young Peter Švrček establishes
the “Slovak Recruits”, a fascist
and paramilitary group that runs
boot camps for teenagers on the
weekends. What Peter and his followers are ultimately aiming for is
the creation of a totalitarian State
capable of equipping them with
weapons and preparing them for
the ultimate clash of civilizations.
Jeudi 14.03 20:00
Espace Pitoëff – Grande salle,
Forum
TRUSTWHO
Lilian Franck, Allemagne, Autriche, 2018, 85’, vo
anglais/français/allemand/japonais, st fr/ang
UN FILM ARTE
PREMIÈRE SUISSE
L’Organisation mondiale de la
Santé (OMS, en anglais WHO)
est l’organisme international
indépendant chargé de la santé
publique. International, certes,
mais indépendant ? Produite
par ARTE, cette enquête fouillée
soulève des questions essentielles
sur le rôle ambigu joué par le lobby
pharmaceutique et pose à l’heure
du multilatéralisme un regard
féroce sur l’influence sournoise des
États et des donateurs privés dans
les organisations internationales
implantées à Genève.
ENG The World Health Organization (WHO) is the independent
international body responsible
for public health. International,
certainly… but independent?
Produced by ARTE, this in-depth
investigation raises key questions
about the ambiguous role played
by the pharmaceutical lobby and
takes a look, in times of multilateralism, at the insidious influence
of States and of private donors
within international organizations
in Geneva.
Mardi 12.03 18:15
Grütli – Simon,
en présence de la réalisatrice
et Gaudenz Silberschmidt,
directeur des partenariats
et relations avec les acteurs
non-étatiques à l’Organisation
mondiale de la Santé
THE SENTENCE
Rudy Valdez, États-Unis, 2018, 85’,
vo ang/espagnol, st fr
PREMIÈRE ROMANDE
Cindy Shank, jeune mère de trois
enfants, purge quinze ans de prison
pour des crimes commis par son
ex-compagnon. Révolté par cette
injustice, son frère Rudy a filmé
pendant dix ans le combat mené
par sa famille pour sa libération et
raconte les conséquences effroyables des peines planchers incompressibles liées à la drogue aux
États-Unis. Le film sera accompagné d’une discussion en présence
de Ruth Dreifuss, qui éclairera la
position suisse sur la question.
ENG Cindy Shank, a young mother
of three, is serving fifteen years in
prison for crimes committed by
her ex-boyfriend. Incensed by this
injustice, her brother Rudy chronicles the fight led by her family for
her release, over the course of ten
years, and reveals the horrifying
consequences of the irreducible
sentences related to drugs in the
United States. The film will be
accompanied by a discussion in
the presence of Ruth Dreifuss, who
will shed light on Switzerland’s
position on the issue.
Dimanche 17.03 17:30
Espace Pitoëff – Théâtre,
Autour d’un film
FILMS
FUTUR D’ESPOIR
Guillaume Thébault, Suisse, 2016, 90′, vo fr
L’agriculture biologique peut-elle
nourrir tout le monde ? Quelles
conséquences sociales, économiques et écologiques présager
avec une agriculture intensive ?
Voici quelques-unes des questions
que se pose Guillaume Thébault,
élève genevois de 17 ans, dans son
documentaire. Mais plutôt que de
se décourager, il part en quête de
solutions alternatives.
ENG Can organic farming feed
everyone? What social, economic
and ecological consequences
can be expected from intensive
agriculture? These are some of
the questions that 17-year-old
Guillaume Thébault, a student
from Geneva, tries to answer in his
documentary. But rather than get
discouraged, he goes in search of
alternative solutions.
Samedi 09.03 15:00,
Presinge – salle communale
Mercredi 13.03 18:00,
Aula du Cycle d’orientation des
Coudriers
Jeudi 14.03 15:30,
Chêne-Bourg – Hôpital de psychiatrie de Belle-Idée
50
AUTOUR
D’UN FILM
RÉTROSPECTIVE HEAD – GENÈVE JEAN-GABRIEL PÉRIOT
LUMIÈRES D’ÉTÉ
Jean-Gabriel Périot, France, Japon, 2017, 82’
Akihiro, cinéaste japonais vivant
à Paris, réalise des interviews
à Hiroshima avec des hibakusha, survivant·e·s de la bombe
atomique. Pendant son séjour au
Japon il fait la rencontre d’une
étrange jeune femme, Michiko.
Leurs balades dans la région
d’Hiroshima réactivent la mémoire
de Michiko, qui, avec son accent
et yukata démodés semble venue
d’un autre temps. Lumières d’été
est précédé du court métrage
20 000 fantômes, mosaïque de
centaines de photos du dôme
Genbaku, le seul bâtiment de
Hiroshima resté debout après
l’explosion de la bombe A.
ENG Akihiro, a Japanese filmmaker
living in Paris, conducts interviews
in Hiroshima with hibakusha, survivors of the atomic bomb. During his
stay in Japan he meets a strange
young woman, Michiko. Their walks
in the Hiroshima region reactivate
the memory of this woman who,
with her old-fashioned accent and
yukata, seems to have come from
another time. “Lumières d’été” is
preceded by the short film “20’000
fantômes”, a mosaic of hundreds
of photos of the Genbaku Dome,
the only building in Hiroshima that
remained standing after the Abomb explosion.
Vendredi 15.03 20:30
Cinéma Spoutnik
(billetterie sur place)
CHANTS DE RÉVOLTE ET RÉSISTANCE
Programme de courts métrages 2
Jean-Gabriel Périot, 80’
Cinq films où le chant s’allie à la révolte, à l’insoumission et l’ébullition
intérieure. Des personnes expriment par leurs voix et leurs corps
des musiques empreintes d’émotion. De la joie dans ce combat suit
un groupe de femmes pour qui la
musique est un moyen de résister
et de sortir de l’isolement. Dans
Nos jours absolument, doivent être
illuminés des détenu·es chantent
depuis l’intérieur d’une maison
d’arrêt pour le public venu les
écouter de l’autre côté du mur.
ENG Five films where singing is
combined with revolt, rebellion and
inner boiling. People express emotionally charged music through
their voices and bodies. De la joie
dans ce combat, follows a group
of women for whom music is a way
of resisting and breaking out of
isolation. In Nos jours absolument,
doivent être illuminés, prisoners
sing from inside a prison for the
public who have come to listen to
them on the other side of the wall.
De la joie dans ce combat
(2018, 22’)
Song for the jungle (2018, 14’)
Si jamais nous devons disparaitre
(2014, 15’)
The Devil (2016, 7’)
Nos jours absolument, doivent être
illuminés (2012, 22’)
Jeudi 14.03 19:00
Cinéma Spoutnik
(billetterie sur place)
Projection suivie d’une discussion
avec Jean-Gabriel Périot et Alice
Riva, programmatrice du Cinéma
Spoutnik
MONTAGES
D’ARCHIVES
Programme de courts métrages 1
Jean-Gabriel Périot, 58’
Les images se juxtaposent, se
superposent, se combinent et rembobinent dans ce programme de
films courts réalisés de montages
d’archives. Éminemment politiques,
ces œuvres sont issues de longues
recherches historiques et établissent avec ingéniosité des liens
entre les temporalités. Récits de
violence, pouvoir, révolte et désobéissance sublimés par la force et
les possibilités de l’art du montage.
ENG The images are juxtaposed,
superimposed, combined and
rewound in this programme of
short films made from archival
footage. Eminently political, these
works are the result of extensive
historical research and ingeniously
establish links between temporalities. Stories of violence, power,
revolt and disobedience sublimated by the force and possibilities of
the art of editing.
Les Barbares (2010, 5’)
L’art délicat de la matraque
(2009, 4’)
We are winning don’t forget
(2004, 6’)
We are become death (2014, 4’)
Undo (2005, 10’)
Eût-elle été criminelle… (2006, 9’)
21.04.02 (2002, 10’)
Dies Irae (2005, 10’)
Mercredi 13.03 19:00
Cinéma Spoutnik
(billetterie sur place)
Projection suivie d’une discussion
avec Jean-Gabriel Périot et Olivier
Zuchuat, responsable du département cinéma de la HEAD – Genève
UNE JEUNESSE
ALLEMANDE
Jean-Gabriel Périot, France, Suisse, Allemagne,
2015, 93’
Une jeunesse allemande raconte
l’histoire de la Fraction Armée
Rouge (RAF) à travers des images
de l’Allemagne des années 70. Un
montage entièrement constitué
d’archives visuelles et sonores
décrit la transformation progressive et la politisation croissante de
la RAF. Ses membres, comprenant
notamment Ulrike Meinhof et Andreas Baader, expriment d’abord
leur militantisme dans des actions
artistiques, médiatiques et cinématographiques puis s’engagent
dans une résistance armée.
ENG A German Youth tells the
story of the Red Army Fraction
(RAF) through images of Germany
in the 1970s. A montage consisting entirely of visual and sound
archives describes the progressive
transformation and increasing
politicization of the RAF. Its members, including Ulrike Meinhof and
Andreas Baader, first expressed
their activism through artistic,
media and film activities before
engaging in armed resistance.
Projection suivie d’une discussion
avec Jean-Gabriel Périot et Olivier
Zuchuat, responsable du département cinéma de la HEAD – Genève
Mardi 12.03 20:30
Cinéma Spoutnik
(billetterie sur place)
Projection suivie d’une discussion
avec Jean-Gabriel Périot et Olivier
Zuchuat, responsable du département cinéma de la HEAD – Genève
FILMS
Présenté en première mondiale, le documentaire Temps Présent Opération Papyrus revient
sur une aventure unique : de février 2017 à fin
décembre 2018, le canton Genève a proposé
aux personnes « clandestines » bien intégrées et
présentes depuis longtemps sur le territoire de
régulariser leur situation. À la clé : des papiers
et une nouvelle vie, ce qui a provoqué espoir,
mais aussi angoisses et méfiance. Le film donne
pour la première fois la parole aux associations,
aux syndicats, aux employeur·ses, aux milieux
politiques et bien sûr, aux personnes sans statut
légal, pour raconter une aventure humaine
inédite. Une discussion avec les cinéastes et les
protagonistes suivra la projection du film.
Que reste-il du « féminisme enchanté » des
années 1970 ? Quel est le rôle de l’image dans la
transmission ? Quels sont les moyens de la lutte
aujourd’hui ?
Delphine et Carole, insoumuses relate la
rencontre entre l’actrice Delphine Seyrig et
la vidéaste Carole Roussopoulos qui, par leur
usage créatif et disruptif de la vidéo, ont
réussi à s’approprier ce médium et le mettre au
service de leurs convictions et engagements
féministes. Aujourd’hui, quelles sont les nouvelles
formes de militantisme féministe et en quoi
reprennent-elles l’héritage du mouvement des
années 1970 ?
ENG Presented as a world premiere, the documentary Temps Présent Opération Papyrus looks back on a unique adventure: from
February 2017 to the end of December 2018,
the Canton of Geneva offered to well integrated “illegal” people who have been residing on
the territory for a long time. The result: papers
and a new life, which gave rise to hope, but
also anxiety and mistrust. For the first time,
the film gives a voice to associations, trade
unions, employers, politicians and, of course,
people without legal status, to tell the story
of a new human adventure. A discussion with
the filmmakers and protagonists will follow the
screening of the film.
ENG What is left of the “enchanted feminism”
of the 1970s? What is the role of the image in
the transmission? What tools are available for
today’s struggle?
Delphine and Carole, insoumuses recounts the
friendship between the actress Delphine Seyrig
and the video artist Carole Roussopoulos, who
put their creative and disruptive use of video
at the service of their feminist convictions and
commitments. Today, what are the new forms
of feminist activism and how do they reflect the
legacy of the 1970s movement?
AUTOUR
D’UN FILM
Mardi 12 mars
Espace Pitoëff – Théâtre
18:00
Co-présenté avec le Bureau de l’égalité et
de prévention des violences domestiques
– BPEV, le Service Égalité de l’Université
de Genève et Soroptimist International
Club Genève Rhône
DISCUSSION
Callisto Mc Nulty
Cinéaste et petite-fille de Carole Roussopoulos
Coline de Senarclens
Experte en questions de genre et chroniqueuse
INTRODUCTION 
Nathalie Fontanet
Conseillère d’État chargée du département
des finances et des ressources humaines
Brigitte Mantilleri
Directrice, Service égalité – UNIGE
Britta Rindelaub
Productrice
Sophie De Hijes
Productrice
Lundi 11 mars
Cinérama Empire
20:15
Co-présenté avec le Bureau de
l’Intégration des étrangers du Canton
de Genève, la Radio Télévision Suisse
(RTS) et TV5MONDE et le cercle des
Ambassadeur·rices du FIFDH
DISCUSSION
Béatrice Guelpa et Juan José Lozano
Cinéastes
Marianne Halle
Responsable communication
et relations extérieures, Centre de Contact
Suisses-Immigrés (CCSI)
Thierry Horner
Secrétaire syndical, Syndicat Interprofessionnel de Travailleuses et Travailleurs (SIT)
MODÉRATION 
Anne-Frédérique Widmann
Réalisatrice et journaliste d’investigation, RTS
INTRODUCTION
Thierry Apothéloz
Conseiller d’État en charge du département
de la cohésion sociale (DCS)
Jean-Philippe Ceppi
Producteur, Temps Présent
Delphine & Carole : caméra au poing!
FILM OPÉRATION PAPYRUS
Béatrice Guelpa, Juan José Lozano, Suisse, 2019, 56’, vo fr/espagnol/port/mongol, st fr
UN FILM RTS – PREMIÈRE MONDIALE
FILM
DELPHINE ET CAROLE,
INSOUMUSES
Callisto Mc Nulty, France, Suisse, 2019, 69’, vo fr/ang
UN FILM ARTE – PREMIÈRE SUISSE
52
©Alberto Campi
Jeudi 14 mars
Grütli – Simon
18:30
Co-présenté avec la Faculté de Droit
de l’UNIGE et Avocats sans Frontières
DISCUSSION 
Gilbert Bitti
Conseiller juridique principal, Cour Pénale
Internationale (CPI)
Alexis Demirdjian
Substitut du Procureur, Tribunal Pénal
International pour l’ex-Yougoslavie (TPIY)
puis Cour Pénale Internationale (CPI)
Peter McCloskey
Procureur adjoint dans le procès Mladic, Tribunal Pénal International pour l’ex-Yougoslavie
(TPIY)
MODÉRATION 
Sévane Garibian
Professeure FNS, Faculté de droit, UNIGE
AUTOUR
D’UN FILM
Dick Marty, protagoniste du film Dick Marty,
un cri pour la justice est un personnage hors
normes, qui a successivement occupé les
fonctions de Procureur général, Conseiller
d’État et Conseiller aux États en Suisse. Auteur
de nombreux rapports retentissants, autour de
la violence en Tchétchénie ou encore le trafic
d’organes au Kosovo, il est, en 2005, chargé par
le Conseil de l’Europe d’enquêter sur l’affaire des
prisons secrètes de la CIA. Une année plus tard,
il publie un rapport accablant.
Soirée produite par le FIFDH et l’UNIGE, dans le
cadre de la Trilogie « Des procès peu ordinaires »
(plus d’informations sur le site de la Trilogie 2019
de l’UNIGE).
Il y a vingt ans, l’Europe découvrait les images
choc des camps de concentration et des charniers en ex-Yougoslavie. En 2012, débute à La
Haye le procès international du général serbe
de Bosnie Ratko Mladić, accusé d’avoir mené
le siège de Sarajevo et d’être responsable du
génocide de Srebrenica de 1995. Tourné sur cinq
ans, ce film nous fait entrer dans les coulisses
du procès.
ENG Event produced by the FIFDH and the
UNIGE, as part of the “Uncommon trials” trilogy
(more information on the UNIGE 2019 Trilogy
website).
Twenty years ago, Europe discovered the
shocking images of concentration camps and
mass graves in the former Yugoslavia. In 2012,
the international trial of the Bosnian Serb general Ratko Mladić, accused of having led the
siege of Sarajevo and being responsible for the
1995 Srebrenica genocide, begins in The Hague.
Shot over five years, this film takes us behind
the scenes of the trial.
ENG Dick Marty, protagonist of a Dick Marty,
a scream for justice is an outstanding figure,
who successively held the positions of State
Prosecutor, State Counsellor and member of the
Council of the States in Switzerland. Author of
many damning reports on issues ranging from
the situation in Chechnya to organ trafficking
in Kosovo, he was, in 2005, mandated by the
Council of Europe to investigate the case of
CIA’s Black Sites. A year later, he publishes a
scathing report.
Jeudi 14 mars
Musée International de la Croix-Rouge
et du Croissant-Rouge (MICR)
18:30
Co-présenté avec le Musée International
de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge
INTRODUCTION
Marie-Dominique de Preter
Responsable du service culturel du Musée
International de la Croix-Rouge et
du Croissant-Rouge
DISCUSSION
Dick Marty
Ancien Procureur général du canton du Tessin
et député au Conseil des États
Fulvio Bernasconi
Cinéaste
MODÉRATION 
Nicolas Dufour
Journaliste, chef d’édition web, Le Temps
FILM
DICK MARTY, UN CRI POUR LA JUSTICE
Fulvio Bernasconi, Suisse, 2018, 51’, vo ita/ang/ fr/arabe, st ang/fr,
PREMIÈRE ROMANDE
FILM THE TRIAL OF RATKO MLADIĆ
Henry Singer, Robert Miller, Royaume-Uni, Norvège, 2018, 98’,
vo bosnien/ang, st fr/ang PREMIÈRE SUISSE
53
Des procès peu ordinaires :
le procès Ratko Mladić
Autour d’Opération Papyrus Autour de Dick Marty, un cri pour
la justice : rencontre avec Dick Marty
Dès les débuts de la guerre civile, les Syrien·nes
sont descendu·es dans la rue armé·es de leurs
téléphones portables et de petites caméras
destinées à capter, témoigner, dénoncer et
éveiller l’opinion internationale. Depuis 2013,
l’association Bidayyat for Audiovisual Arts
soutient et a courageusement produit un foisonnant corpus de films qui mettent en lumière
la complexité du conflit et ses conséquences.
C’est le cas de l’étourdissant Still Recording,
primé au dernier Festival de Venise.
The Sentence raconte l’histoire de Cindy Shank,
qui a été condamnée à 15 ans de prison pour
avoir été la petite amie d’un trafiquant de
drogues : aux États-Unis, elle est coupable de
participation à une organisation criminelle.
En Suisse également, selon l’article 260ter du
Code pénal, la participation et le soutien à des
organisations criminelles et terroristes sont
punissables. Les Chambres fédérales traitent
actuellement un projet de révision de cet
article, qui prévoit de renforcer la répression
non seulement vis-à-vis des membres de ces
organisations, mais aussi envers celles et ceux
qui ne font que les « soutenir ». Jusqu’où, au nom
de la sécurité, sommes-nous prêt·es à élargir la
répression, à criminaliser des actes anodins et
à les punir par l’emprisonnement ? Souhaitonsnous privilégier la liberté ou la sécurité ?
ENG Since the onset of the civil war, Syrians
took to the streets, armed with their cell
phones and small cameras to capture, testify,
denounce and rouse international public
opinion. Since 2013, the Bidayyat association
for Audiovisual Arts has courageously produced
an abundant body of films highlighting the conflict’s complexity and its aftermaths. Such is the
case in the stunning Still Recording, awarded at
the last Venice Festival.
ENG The Sentence tells the story of Cindy
Shank, who was sentenced to 15 years in prison
for being the girlfriend of a drug dealer: in the
United States, she is guilty of involvement in a
criminal organization.
In Switzerland too, according to article 260ter
of the Swiss Criminal Code, participation in
or support for a criminal and terrorist organization is punishable. The Federal Chambers
are currently considering a revision of this
standard that foresees the strengthening of
the repression not only of members of these
organizations, but also for those who only “support” them. How far are we willing to expand
repression, criminalize innocuous acts and
punish them with prison sentences, in the name
of security? What will we choose between freedom or security?
AUTOUR
D’UN FILM
Dimanche 17 mars
Espace Pitoëff – Théâtre
17:30
Co-présenté avec l’Université de Genève
DISCUSSION
Ruth Dreifuss
Ancienne Présidente de la Confédération
suisse, présidente de la Commission globale
de politique en matière de drogues
Ursula Cassani
Professeure de droit pénal, Université de Genève
Me. Lionel Halpérin
Avocat, Bâtonnier de l’Ordre des Avocats
de Genève
MODÉRATION
Xavier Colin
Fondateur de GEOPOLITIS sur la RTS,
chercheur associé au GCSP, le Centre
de Politique de Sécurité de Genève
Dimanche 17 mars
Espace Pitoëff – Théâtre
14:00
DISCUSSION
Mohammad Ali Atassi
Journaliste et documentariste, fondateur et
directeur de Bidayyat pour les arts audiovisuels
Ghiath Ayoub
Cinéaste Autour de Still Recording: Syrie, des
images face à l’oubli
Autour de The Sentence : en Suisse,
peut-on punir l’entourage d’un·e
criminel·le?
FILM
STILL RECORDING
Ghiath Ayoub, Saeed Al Batal, Liban, 2018,
123’, vo arabe, st fr/ang
PREMIÈRE SUISSE
54
FILM
THE SENTENCE
Rudy Valdez, USA, 2018, 85’, vo ang/espagnol,
st fr PREMIÈRE ROMANDE
ÉVÈNEMENTS
ÉVÈNEMENTS
Dimanche 10 mars
Espace Pitoëff – Grande salle
14:00
Le cataclysme annoncé dû au dérèglement
climatique atteint directement les droits
humains. Si nous perdons ce combat, comment les autres pourront-ils être menés ? Mais
il n’est pas trop tard pour éviter le pire. Souvent,
démarche alternative et engagement politique
sont mis en opposition. Ne faut-il pas inscrire
ces deux démarches dans un projet commun ?
Face au plus grand défi de l’histoire humaine, le
temps de l’action est arrivé.
Demain a connu un énorme succès, avec plus
d’un million de spectateurs. Ce film documentaire était parti à la recherche d’initiatives
écologiques, agricoles, monétaires dans le
monde entier. Voici désormais la suite : Après
Demain, un nouveau documentaire sur les pas
de celles et ceux qui ont tout changé dans leur
vie après ce film.
Agir sans plus tarder: transition
écologique et droits humains
Scientifiques, artistes, activistes, jeunes : les appels à l’action
se multiplient face au plus grand défi de l’histoire de l’humanité, le changement climatique. Il est urgent d’être sérieux.
ENG Take Action Now: Ecological Transition
and Human Rights
Scientists, artists, activists, young people: calls
for action are multiplying in the face of the
biggest challenge in the history of humanity,
climate change. It’s urgent to be serious.
The predicted climate change-induced cataclysm directly affects human rights. If we lose
this fight, how can others be led? But it is not
too late to avoid the worst. Often, alternative
initiatives and political engagement are seen
as opposed. But shouldn’t we combine these
two approaches as part of a common project?
Facing the greatest challenge in the history of
humanity, now is the time to seriously get into
action.
With more than a million viewers, the documentary film Tomorrow was a huge success. All
around the world, it went in search of various
ecological, agricultural and monetary initiatives. Its sequel, After Tomorrow is about those
who have changed their lives in the wake of the
movie.
FILM APRÈS DEMAIN
de Cyril Dion, Laure Noualhat France,
2017, 72’, vo fr, st ang
PREMIÈRE SUISSE
56
Carte blanche à Leo Kaneman,
fondateur du FIFDH et président d’honneur
Co-présenté avec Mouvement pour la
Transition, l’Organisation internationale
de la Francophonie (OIF) et Le Temps
DISCOURS
Rajagopal P.V.
Initiateur indien de Jai Jagai,
marche mondiale pour la justice climatique
INTRODUCTION
Jean Rossiaud
Mouvement pour la Transition
Henri Monceau
Organisation internationale
de la Francophonie, OIF
DÉBAT
Cyril Dion
Cinéaste, co-réalisateur de Demain,
activiste de l’environnement
Lisa Mazzone
Conseillère nationale, Les Verts, Genève
Dominique Bourg
Professeur en Géographie et Durabilité, Université de Lausanne
Valentin Zellweger
Ambassadeur, représentant permanent
de la Suisse auprès de l’ONU à Genève
MODÉRATION
Stéphane Bussard
Journaliste, Le Temps
ENG A Franco-Moroccan novelist born in 1981,
Leïla Slimani was awarded the 2016 Goncourt
Prize for her novel The Perfect Nanny, published
by Gallimard and translated into 44 languages,
making her the «most widely read French author in the world». An acclaimed author, feminist and committed activist, her fearless writing
sparks passionate debates. She addresses
issues such as sexual addiction in The Garden
of the Ogre, the story of a double murder of
two children and social struggle in The Perfect
Nanny, and the violence of patriarchy in Sex
and Lies: Sexual Life in Morocco. Leila Slimani is
French president Emmanuel Macron’s personal
representative for French language and culture,
but has used her position to publicly condemn
the President of the Republic’s remarks in
November, in support of migrants.
ENG Walls are said to have ears, but do we
know that they are whispering? Those who,
since the middle of the nineteenth century,
leave traces of chalk or spray-paint have
understood that walls challenge and speak
to us. “A different end to the world is possible”,
“Does God exist?”, “Lausanne Bouge!”. Writer
and publisher Yves Pagès and graphic designer
Philippe Bretelle present a zany and joyous
performance, in tribute to the contagious joy
of good words, short poetry, and the energy of
political movements.
Romancière franco-marocaine née en 1981,
Leïla Slimani est lauréate du prix Goncourt 2016
pour son roman Chanson douce, publié aux
éditions Gallimard. Traduit en 44 langues, cet
ouvrage l’a hissée au rang « d’auteur francophone le plus lu dans le monde ». Virtuose,
féministe et profondément engagée, sa plume
acérée suscite des débats passionnés, au
même titre que les thèmes qu’elle aborde, de
la nymphomanie (Dans le jardin de l’ogre), à
la violence du patriarcat (Sexe et mensonges :
la vie sexuelle au Maroc), en passant par le
meurtre d’enfants et la misère sociale (Chanson
douce). Représentante personnelle d’Emmanuel Macron pour la Francophonie, Leïla Slimani
a interpellé publiquement le président de la
République française en novembre dernier en
soutien aux personnes migrantes
On dit des murs qu’ils ont des oreilles, mais saiton qu’ils murmurent ? Celles et ceux qui, depuis
le milieu du XIXe siècle, s’emploient à y laisser
des traces à la craie ou à l’aérosol l’ont bien
compris : les murs nous interpellent. « Une autre
fin du monde est possible », « Dieu existe-telle ? », « Lausanne Bouge ! ». L’écrivain et éditeur
Yves Pagès et le graphiste Philippe Bretelle
proposent une performance folle et jouissive, en
hommage à la joie virale du bon mot, la poésie
minuscule, et l’énergie politique gratuite.
Samedi 9 mars
Espace Pitoëff – Grande Salle
16:30
Entrée Libre
Empreintes
Négatives :
Les graffitis de
Mai 68 à nos jours
Une performance
d’Yves Pagès et
Philippe Bretelle
Mardi 12 mars
Espace Pitoëff – Grande Salle
12:00
Rencontre avec
Leïla Slimani
En partenariat et à l’initiative
de la Société de Lecture
ENTRETIEN MENÉ PAR 
Mathieu Menghini
Historien et praticien de l’action culturelle
TARIFS
Non membre Société de Lecture : 40.-*
Membre Société de Lecture 
et accrédités festival : 25.-*
Étudiant  : 10.-*
*Repas inclu
Inscription obligatoire :
secretariat@societe-de-lecture.ch
ÉVÈNEMENTS
57
ENG “I embarked on this trip to sit with the
dead. To talk with them in the pagodas, on the
roads, the rivers …” For 30 years, Rithy Panh has
produced a powerful body of work dedicated
to the Cambodian genocide, each piece a
rediscovery of cinema After having confronted systemized murder (S21: The Khmer Rouge
Death Machine) the figure of the executioner
(Duch, Master of the Forges of Hell), he explored
memory and loss with The Missing Picture. For
the first time, Rithy Panh turns the lens directly
on himself in Graves Without a Name, and
summons sorcerers and diviners to speak to
the living and the dead. He will meet the public
following the screening.
« J’ai fait ce voyage pour m’asseoir avec les
morts. Pour parler avec eux dans les pagodes,
sur les routes, les rivières… » Rithy Panh dresse
depuis 30 ans une immense fresque consacrée au génocide cambodgien, dont chaque
étape est une redécouverte du cinéma. Après
avoir affronté les mécanismes du Mal (S21, la
machine de mort Khmère rouge) ou la figure
du bourreau (Duch, le maître des forges de
l’enfer), il explore depuis L’Image manquante la
mémoire et à l’oubli. Pour la première fois, avec
le film Les Tombeaux sans noms, Rithy Panh
tourne sa caméra vers lui-même, et approche
des devins et des sorciers pour parler aux morts
et aux vivants. Il rencontrera le public à l’issue
de la projection du film.
ENG The writer Laurent Gaudé and the photographer Gaël Turine propose an evening
of poetic photography which will plunge the
spectator into a visual and auditory Haitian
experience. A blend between literature and
photography, this ambulation guides us through
the daily life of the inhabitants of Port-auPrince and its city center, Enba Laville in Creole.
With more than 2 million inhabitants, the
capital of Haiti is bustling in the aftermath of
the 2010 earthquake and amidst the recurring
political instability. The two authors’ gazes put
into perspective the disenchanted reality of the
first black republic and reveal its beauty and
dignity. Following this performance, Laurent
Gaudé and Gaël Turine will meet the audience
of the Festival.
L’écrivain Laurent Gaudé et le photographe
Gaël Turine proposent une soirée de poésie
photographique qui plonge le spectateur dans
une expérience visuelle et auditive haïtienne.
Hybridation entre littérature et photographie, cette déambulation nous guide dans le
quotidien des résidents de Port-au-Prince et
de son centre-ville, Enba Laville en créole. Avec
plus de 2 millions d’habitant·es, la capitale
d’Haïti bouillonne entre les stigmates du séisme
de 2010 et l’instabilité politique récurrente. Le
regard croisé des deux auteurs remet en perspective la réalité désenchantée de la première
république noire et en révèle toute la beauté et
la dignité.
Mardi 12 mars
Espace Pitoëff – Théâtre
20:30
Rencontre avec
Rithy Panh
Co-présenté avec Arte
FILM
Les Tombeaux sans noms
MODÉRATION 
James Burnet
Ancien journaliste et spécialiste
de l’Asie du Sud-Est
Mercredi 13 mars
Espace Pitoëff – Théâtre
20:30
Haïti – En bas
la ville
Poésie photographique
Laurent Gaudé, Gaël Turine
À la suite de cette performance,
Laurent Gaudé et Gaël Turine rencontreront
le public du FIFDH.
MODÉRATION 
Isabelle Lucas
Historienne
ÉVÈNEMENTS
58
ENG In the presence of the main international
experts on impact production, an exceptional
event open to filmmakers, NGOs, phylanthropists and activists to discover this relatively new
model for producing, financing and distributing
documentary films carrying a strong message.
How to produce committed documentaries?
How can we shape stories that transcend our
perceptions of the world? What allies can be
found to make these projects a reality and
strengthen their impact? For the first time,
the FIFDH is offering a programme specially
designed for professional in the audiovisual
industry, with exclusive meetings with our
guests, conferences and networking opportunities. The highlight of this programme will be the
IMPACT DAY.
Through case studies, keynotes and presentations, during the morning of 14 March, filmmakers, NGOs, entrepreneurs and philanthropists
will share their experiences as well as their vision
on how they could become concrete social
change-makers by working together.
For the participants it will be a unique opportunity to exchange ideas, discover alternative
partnerships and new funding opportunities for
their own projects. An event that provides the
keys to creating documentary films with a real
impact on the contemporary world.
The afternoon will be punctuated by strategically curated meetings, organized beforehand
by the FIFDH (upon subscription).
Comment produire des documentaires engagés ? Comment mettre en forme des histoires
qui transcendent nos perceptions du monde ?
Quels allié·e·s rencontrer pour concrétiser
ces projets et en renforcer l’impact ? Pour la
première fois, le FIFDH propose un programme
spécialement conçu pour les professionnels de
l’industrie audiovisuelle : des rencontres exclusives avec nos invité·e·s, des colloques et des
opportunités de networking. Le point fort de ce
programme sera le IMPACT DAY.
À travers des études de cas, des keynotes et des
présentations, lors de la matinée du 14 mars
cinéastes, organisations actives sur le terrain,
financeurs, vont partager leurs expériences et
vision sur comment, en travaillant ensemble sur
des projets communs, ils ont pu contribuer à
créer un vrai changement social.
Pour les participant·es ce sera une occasion
privilégiée d’échanger et découvrir des partenariats alternatifs et de nouvelles possibilités de
financement. Un événement donnant les clés
pour créer des films documentaires à l’impact
réel sur le monde contemporain.
L’après midi sera ponctuée de rencontres
stratégiques, pré organisées en amont par le
FIFDH, permettant une réelle mise en réseau
entre participant·es autour de thématiques
communes et de future collaborations (sur
inscription)
Jeudi 14 mars
Espace Pitoëff – Théâtre
9:30
Co-présenté avec Docsociety, soutenu
par Suissimage, en collaboration avec
Fonction: Cinéma et l’AROPA
Cet événement aura lieu en anglais
This event will be held in English
9:30 
WELCOME
9:45
A CRASH COURSE ON CREATING
STRATEGIC IMPACT THROUGH THE POWER
OF DOCUMENTARY FILMS
Nicole van Schaik, Director of development
Doc Society, UK
10:00
FILM CASE STUDIES :
WORKING WITH NGOs TO HAVE
A SUCCESSFUL IMPACT WITH YOUR FILM
Weapon Of War, Fighting The Silence,
Ilse van Velzen, Director, producer and
impact producer, NL
#387, Valérie Montmartin, Producer, LITTLE
BIG STORY and Madeleine Leroyer, Director,
FR
11:00
THE ORGANISATIONS’ PERSPECTIVE
Mary Werntz, Deputy director of operations
for the International Committee of the Red
Cross (ICRC), CH
11:45
WHAT DO FUNDERS WANT ? :
Kristina Johansson, Director - Solbega
Foundation, UK
David Kollnert, Project Manager – The Swedish Postcode Foundation, Sweden
Nina Spataru, Programme Associate, International Human Rights Programme – OAK
Foundation, UK
14:00 – 17:00
SPEED DATING
WITH NGOS AND FUNDERS UPON
SUBSCRIPTION (Café Babel)
14:30 – 15:30
A CONVERSATION WITH
HUSSAIN CURRIMBHOY (p. 63) – gratuit
Tarif unique : 30.-
Gratuit pour les accrédité·es
ÉVÈNEMENTS
59
IMPACT DAY
Une journée exceptionnelle destinée à cinéastes, ONG, philanthropes et activistes pour découvrir un nouveau modèle de production, financement et distribution de films engagés, en présence des principaux expert·es internationaux de la production
d’impact, pour contribuer concrètement à changer le monde!
ENG Laurent Gaudé is the author of The
Death of King Tsongor (Booksellers Prize 2003),
The Scorta’s Sun (Goncourt Prize 2004) and
Eldorado, but also a playwright, poet and
opera librettist who participated 2 years ago
as a member of the FIFDH Jury invited by the
Société de Lecture. The films selected at the
FIFDH left a strong impression on him and
inspired his latest play, Et les colosses tomberont, published by Actes Sud. On the occasion of
this exceptional event, Laurent Gaudé will read
excerpts from the play, and will tell us about his
new novel, Salina: The Three Exiles, a portrait of
a luminous and wild heroine, told by her son.
Laurent Gaudé, inoubliable auteur de La mort
du roi Tsongor (Prix des libraires 2003), Le soleil
des Scorta (Prix Goncourt 2004), Ouragan,
Eldorado ou encore Écoutez nos défaites,
mais aussi dramaturge, poète et librettiste
d’opéra, nous a rendu visite il y a 2 ans, en tant
que membre du Jury invité par la Société de
Lecture. Les films du FIFDH l’ont profondément
marqué et lui ont inspiré Et les colosses tomberont, sa toute nouvelle pièce de théâtre publiée
chez Actes Sud. À l’occasion de cette rencontre
exceptionnelle, Laurent Gaudé lira des extraits
de la pièce, et nous parlera de son nouveau roman, Salina : les trois exils, portrait d’une héroïne
lumineuse et sauvage, conté par son fils.
Jeudi 14 mars
Théâtre de Carouge –
Grande salle, à la Cuisine
12:00
Rencontre avec
Laurent Gaudé
Organisé par la Société de Lecture
Co-présenté avec le Théâtre de Carouge
ENTRETIEN MENÉ PAR
Pascal Schouwey
Journaliste indépendant
TARIFS
Non membre Société de Lecture : 40.-*
Membre Société de Lecture 
et accrédités festival : 25.-*
Étudiant  : 10.-*
*Repas inclu
Inscription obligatoire :
secrétariat@societe-de-lecture.ch
ÉVÈNEMENTS
60
ENG This documentary paints a poignant
and sensitive portrait of Liu Ximei, a young
Chinese woman who fights to defend the rights
of people living with HIV in China. In the late
1990s, in the Henan region, the government
encouraged poor farmers to donate blood for
remuneration under such catastrophic sanitary
conditions that 300,000 Chinese people were
infected, both those who donated and those
who received blood. Despite state pressure,
Ximei fights to provide care and dignity for the
sick and their children. A national scandal which
has gone ignored… but for how long?
Ce documentaire dresse le portrait poignant
et sensible de Liu Ximei, jeune femme chinoise
qui lutte pour défendre les droits des personnes
séropositives en Chine. A la fin des années 1990,
dans la région du Henan, le gouvernement
encourageait les paysans pauvres à donner leur
sang contre rémunération dans des conditions
sanitaires si catastrophiques que 300’000
Chinois·es ont été infecté·s, à la fois en donnant
et en recevant du sang. Malgré les pressions
étatiques, Ximei se bat pour offrir soins et
dignité aux malades et à leurs enfants. Un scandale national passé sous silence… pour combien
de temps ?
Samedi 16 mars
Espace Pitoëff – Grande Salle
11:00
Première mondiale
de XIMEI, en
présence de
Ai Weiwei
EN PRÉSENCE DE  
Ai Weiwei
Artiste, activiste et producteur exécutif du film
Andy Cohen
Cinéaste et producteur
Gaylen Ross
Cinéaste et productrice
ENG For more than forty years, Israeli filmmaker
Amos Gitaï has built a lively, radical and deeply
engaged body of work, combining the intimate,
political and poetic, fiction, documentary and
video. His films, including Kaddosh, Yom Kippur,
Free Zone and Disengagement have been
shown around the world and have earned him
many awards, including the Leopard of Honour
at Locarno (2008), the Roberto Rossellini Award
(2005), the Robert Bresson Prize (2013), and the
Paradjanov Prize (2014). This year he is the Chair
professor of Artistic Creation at the prestigious
Collège de France.
Amos Gitaï will meet the public after the
screening of Tramway to Jerusalem and
A Letter to a friend in Gaza.
Depuis plus de quarante ans, le cinéaste israélien Amos Gitaï construit une œuvre universelle,
foisonnante, radicale et profondément engagée, qui marie l’intime, le politique, le poétique,
la fiction, le documentaire et la vidéo. Ses films,
dont Kadosh, Kippour, Free Zone et Désengagement, ont été montrés dans le monde entier
et lui ont valu de nombreux prix, à commencer
par le Léopard d’Honneur pour l’ensemble de
son œuvre à Locarno (2008), le Prix Roberto
Rossellini (2005), le Prix Robert Bresson (2013) et
le Prix Paradjanov (2014). Il est élu cette année
professeur à la chaire de Création artistique du
prestigieux Collège de France.
Amos Gitaï rencontrera le public à l’issue des
projections de Tramway in Jerusalem et de
Lettre à un ami de Gaza.
Dimanche 17 mars
Grütli – Simon
13:00
Cinémathèque suisse, Lausanne
17:30
Rencontre avec
Amos Gitaï
Co-présenté avec
la Cinémathèque suisse
FILMS
Tramway in Jerusalem
Lettre à un ami de Gaza
ENTRETIEN MENÉ PAR
Blandine Masson, France Culture
ENG Brazil became a democracy in 1985.
The former militant worker “Lula”, then the
ex-guerrilla Dilma Rousseff were elected to
the presidency, bringing 20 million Brazilians
out of poverty and asserting the country as
a superpower in the making. But underneath
the surface, corruption continues to plague
the country… Filmmaker Petra Costa makes an
impressively edited film, a portrait of a nation
with a hints of Greek tragedy, rancid ideologies,
collective tragedies and lost paradises.
Le Brésil est devenu une démocratie en 1985.
Quelques années plus tard, l’ancien ouvrier
Luiz Inácio Lula da Silva puis l’ex guérillera
Dilma Rousseff sont élus à la Présidence. 20
millions de Brésilien·nes sortent de la misère
et le pays s’affirme comme superpuissance en
devenir. Mais sous les apparences, la corruption continue à gangrener le pays… Grâce à un
accès inédit à des milliers d’heures d’archives, la
cinéaste Petra Costa réussit un film au montage
éblouissant, qui entre scandales politiques
et corruption généralisée, dresse le portrait
d’une nation aux parfums de tragédie grecque,
d’idéologies rances, d’espoirs démesurés, de
tragédies collectives et de paradis perdus.
Samedi 16 mars
Espace Pitoëff – Théâtre
13:00
Projection spéciale
de The Edge
of Democracy:
le Brésil au bord
du gouffre
EN PRÉSENCE DE 
Petra Costa
Cinéaste
Joanna Natasegara
Productrice
ÉVÈNEMENTS
61
Rencontre avec
Bruno Boudjelal,
photographe
SAMEDI 9.03, 15:00
Espace Pitoëff – Théâtre
Co-présenté avec l’Agence VU’, la Ville de
Meyrin et le CAIRN, villa du Jardin Alpin
Une rencontre animée par Marie Richeux,
France Culture
Gratuit
Le FIFDH et la Ville de Meyrin mettent à l’honneur l’Agence VU’ fondée à Paris en 1986, une
référence incontournable dans l’univers de la
photographie qui rassemble le travail de 70
artistes internationaux.
Le photographe franco-algérien et membre
de l’Agence VU’ Bruno Boudjelal s’est toujours
questionné sur sa propre identité, lui qui a
découvert l’Algérie, le pays de son père, à l’âge
de 32 ans. Inspiré par ses explorations personnelles, il a forgé une démarche singulière qui
entremêle la mémoire collective, l’autobiographie, le documentaire, la couleur et le noir
et blanc. Régulièrement publié dans la presse
internationale et lauréat de prix prestigieux,
son travail fait l’objet de 6 monographies et de
nombreuses expositions à travers le monde.
ENG The FIFDH and the City of Meyrin are
proud to honour the Agence VU, founded in
Paris in 1986 and a major reference in the world
of photography, which brings together the work
of 70 international artists.
Photographer Bruno Boudjelal, a member of
Agency VU, has always wondered about his
identity, discovering his father’s country, Algeria, at the age of 32. From his personal exploration, he created a powerful piece of work that
weaves collective history, autobiography and
documentary, using both colour and monochrome. Published regularly in the international
press, and a winner of prestigious awards, he
is the author of six monographs, and his works
are the subject of numerous exhibitions around
the world.
Filmmakers
at Risk
SAMEDI 9.03, 14:00
Grütli – Langlois
Gratuit
Quels risques prennent les cinéastes qui travaillent dans des zones de conflit ? Comment
se protéger lorsque l’on travaille dans des pays
où la liberté d’expression n’est pas garantie et
que l’on touche à des thématiques sensibles ?
Quels outils sont à la disposition des artistes et
cinéastes en péril ?
En présence de Julie Trébault, directrice d’Artists
at Risk Connection (ARC) et d’Eddy Munyaneza, réalisateur burundais qui a fait appel à
l’organisation pour pouvoir sortir de son pays et
qui réside désormais en Belgique, cette session
interactive permettra de découvrir le travail
d’ARC et d’explorer les ressources disponibles
aux artistes en situation dangereuse.
ENG What are the risks taken by filmmakers
working in conflict zones? How to protect
those who work in countries where freedom of
expression is not guaranteed? What tools are
available to artists and filmmakers at risk?
In the presence of Julie Trébault, director of Artists at Risk Connection (ARC) and Eddy Munyaneza, Burundian director who appealed to the
organization to exit Burundi and now resides
in Belgium, this interactive session will focus on
ARC’s work and on the resources available to
artists living under dangerous conditions.
Women’s Power and
Media – Pat Mitchell
in conversation with
Giving Women
VENDREDI 8.03, 12:30
Espace Pitoëff – Théâtre
Co-présenté avec Giving Women
Événement en anglais
Une rencontre animée par Atalanti
Moquette, fondatrice de Giving Women et
Meagan Fallone, CEO de Barefoot College
Pour célébrer la Journée internationale des
droits des femmes et marquer les 10 ans de
Giving Women, le FIFDH présente une conversation à l’heure du déjeuner avec la gourou
des médias et activiste Pat Mitchell, pionnière,
brisant des plafonds de verre dans l’industrie
des médias et exposant l’histoire peu racontée
des femmes leaders.
Pat Mitchell milite depuis les années 70, bien
avant le mouvement #MeToo qui a secoué l’industrie des médias de l’intérieur, ouvrant la voie
pour que les femmes aient une place importante et une voix dans les médias, la politique et
les affaires, reconnaissant clairement le pouvoir
de connecter les femmes pour le changement.
Mitchell est une légende vivante, un mentor et
une source d’inspiration pour les femmes du
monde entier.
ENG In celebration of International Women’s
Day and to mark the 10th anniversary of Giving
Women, the FIFDH presents a lunchtime conversation with the media guru and women’s
activist, Pat Mitchell. Ms Mitchell’s career has
been filled with firsts, breaking glass ceilings in
the media industry and exposing the little told
story of women leaders of history and today.
Pat Mitchell has been an activist since the 70s,
well before the MeToo movement, that shook
the Media industry from the inside, leading the
way for women to have a valued place and a
voice in media, politics and business, clearly
recognizing the power of connecting women
for change. Mitchell is a living legend, mentor,
advocate and inspiration for women globally.
RENCONTREZ NOS INVITÉ.ES
62
Retour sur l’édition
2019 du FIFDH:
la parole est à vous !
DIMANCHE 17.03, 16:00
Café Babel
Gratuit
La Youtubeuse La Carologie et François
Sergent, journaliste et ancien directeur adjoint
de la rédaction du quotidien Libération, ont
suivi l’édition 2019 du Festival. Elle et il partagent avec l’équipe du FIFDH et le public ce
que les films et les débats leur ont apporté. Vos
idées, propositions, critiques et coups de cœur
sont les bienvenues !
ENG Youtuber La Carologie, and François
Sergent, journalist and former deputy editor
of the French daily newspaper Libération, will
have followed the 2019 edition of the Festival.
They will share, with the FIFDH team and the
public, what they have learned from this year’s
films and debates. Come and talk to them.
Share your ideas, suggestions, criticisms and
favourite moments!
Rencontre
avec Hussain
Currimbhoy
JEUDI 14.03, 14:30
Espace Pitoëff – Théâtre
Gratuit
Hussain Currimbhoy est programmateur
documentaire pour le prestigieux Festival de
Sundance, après avoir été directeur de la programmation du Festival de Sheffield, de 2008
à 2014. Il a également écrit et réalisé 8 courts
métrages qui ont circulé dans le monde entier.
Hussain intervient régulièrement comme conférencier dans les festivals et écoles de cinéma à
travers le monde.
ENG Hussain Currimbhoy is a documentary
programmer for the Sundance Film Festival.
Before joining Sundance, he was, from 2008
until 2014. He has written and directed 8 short
films which have played at international film
festivals. Currimbhoy is a regular guest speaker
at film festivals and film schools around the
world.
63
RENCONTREZ NOS INVITÉ·ES
Réservation
www.gva.ch/eservices
ResaPark
La garantie de trouver toujours
une place pour vous garer.
Priority Lane
Gagnez du temps en accédant
en priorité à la zone d’embarquement.
Salon VIP
Plus de confort au départ
c’est plus de bien-être à l’arrivée.
C’est fou comme
quelques clics
peuvent améliorer
un voyage.
65
GRAND GENÈVE
Le Festival rayonne dans 60 lieux du
Grand Genève et de Suisse !
Maisons de quartier, musées, salles de sport, cafés, hôpitaux, salles
communales, centres d’accueil, théâtres, restaurants, écoles : le FIFDH
s’invite dans de nombreux lieux de vie des communes genevoises, ainsi
qu’en France voisine et dans plusieurs villes de Suisse. Associations locales
et invité.es du monde entier s’y côtoient pour des moments de partage
uniques. Venez découvrir nos films et poser vos questions !
Ce projet est rendu possible grâce au soutien de l’Association des communes genevoises, du Bureau de l’Intégration des étrangers du Canton
de Genève, de la Fondation Meyrinoise du Casino, de l’Hospice Général
et des Hôpitaux Universitaires de Genève.
En 2019, les communes suivantes soutiennent le projet : Anières, Bellevue,
Bernex, Carouge, Cartigny, Chêne-Bourg, Collex-Bossy, Collonge-Bellerive, Confignon, Dardagny, Gaillard, Genève, Grand-Saconnex, Jussy,
Lancy, Meinier, Meyrin, Onex, Perly-Certoux, Plan-les-Ouates, PregnyChambésy, Presinge, Russin, Saint-Genis-Pouilly, Satigny, Vernier.
Vous pourrez également découvrir nos films à Lausanne, Renens, Orbe,
Neuchâtel et Sion.
Grâce au soutien de nos partenaires, ces évènements sont gratuits.
ENG The FIFDH program shines in more than 50 locations in Greater
Geneva and Switzerland.
Community centres, museums, sport halls, cafés, hospitals, communal
halls, reception centres, theatres, restaurants, schools: the FIFDH takes
place in many vibrant places in Geneva’s municipalities, as well as in
neighbouring France and in several cities in Switzerland.
Every FIFDH event is unique! Come discover our films and ask your questions directly to our guests, throughout Greater Geneva. We have built a
close collaboration with the municipalities’ social and cultural services
and worked with many local associations to offer these exceptional
moments to you.
This project is made possible thanks to the support of the Association
des communes genevoises, the Bureau de l’Intégration des étrangers
du Canton de Genève, the Fondation Meyrinoise du Casino, the Hospice
Général et the HUG.
The following municipalities have supported the FIFDH in 2019: Anières,
Bellevue, Bernex, Carouge, Cartigny, Chêne-Bourg, Collex-Bossy, Collonge-Bellerive, Confignon, Dardagny, Gaillard, Genève, Grand-Saconnex, Jussy, Lancy, Meinier, Meyrin, Onex, Perly-Certoux, Plan-les-Ouates,
Pregny-Chambésy, Presinge, Russin, Saint-Genis-Pouilly, Satigny and
Vernier. You will also be able to watch some of our films in Lausanne, Renens, Orbe, Neuchâtel and Sion.
Thanks to the support of our partners, these events are all free entry.
Anières
Centre d’hébergement
collectif d’Anières
Lundi 11 mars
19:00 buffet préparé
par les résidents
20:00 projection d’un film
de la sélection du FIFDH
Salle communale
Vendredi 15 mars
19:00 verrée offerte
par la Commune
20:00 projection
CONGO LUCHA P. 40
21:00 discussion autour du film
avec Fred Bauma, membre
dirigeant du mouvement
congolais pro-démocratique LUCHA, qui promeut le
changement non violent et
collectif et qui encourage les
réformes gouvernementales
en République Démocratique
du Congo ; Rebecca Kabuo,
militante de la LUCHA et protagoniste du documentaire.
Militante-clé, elle et cinq de
ses collègues masculins ont été
arrêtés et reconnus coupables
d’incitation à la désobéissance
civile, une condamnation qui
leur ont valu 5 mois d’emprisonnement à Goma.
Bernex
Salle communale – École
de Luchepelet
Mercredi 13 mars
19:00 ouverture des portes
19:30 projection
ON HER
SHOULDERS P. 39
Documentaire sur Nadia Murad,
Yézidie rescapée des violences de
Daech et Prix Nobel de la paix en
2018
21:00 discussion autour du film
avec Adiba Qasim, originaire
du district de Sinjar en Irak du
Nord. Elle est actuellement
Young Leader pour la politique
extérieure et de sécurité au
Geneva Center for Security
Policy ; David Cornut, chargé
de campagne pour Amnesty
International Suisse, spécialiste
de la situation de la population
yézidie en Irak.
Carouge
Espace Grosselin
Samedi 16 mars
10:00 visite d’une friche
urbaine et du Jardin collectif
des Moraines
RDV au 13 avenue
Cardinal-Mermillod
11:30 projection
APRÈS DEMAIN P. 47
suite du documentaire Demain
12:45 témoignages et discussion sur les actions locales à
mener pour faire face aux défis
écologiques avec notamment
L’association largescalestudios, regroupant différents
acteurs autour de projets
qui promeuvent la prise de
conscience collective de manière solidaire et participative,
pour une planification urbaine
équilibrée.
Suivi d’une verrée offerte par la
Ville de Carouge
Chêne-Bourg
Point Favre
Dimanche 10 mars
16:00 projection
UN TRAMWAY À JÉRUSALEM P. 45
Comédie douce-amère sur cet univers unique où se côtoient chaque
jour des dizaines de religions et de
cultures
17:30 discussion autour du
film et des enjeux du tramway
pour les territoires israéliens
et palestiniens avec Riccardo
Bocco, professeur de sociologie
politique à l’IHEID de Genève,
travaille sur les relations entre
violence, mémoire et cinéma,
au Proche Orient et en Amérique Latine ; François Garaï,
rabbin de la communauté juive
libérale de Genève.
Verrée offerte par la commune.
66 67
Aula de l’école des Boudines
Mercredi 13 mars
14:00 projection
DELPHINE ET CAROLE:
INSOUMUSES P.38
documentaire sur Delphine Seyrig
et Carole Roussopoulos qui ont
traversé les années 1970 caméra
au poing, célébrant le féminisme,
l’insolence et l’humour
15:15 : discussion autour du film
avec Callisto McNulty, réalisatrice du film et petite-fille de
Carole Roussopoulos ; Modération par Anne-Claire Adet,
co-directrice du Festival Les
Créatives. Suivie d’une verrée
offerte par meyrin durable et
La Fève – Supermarché Participatif Paysan.
Maison Vaudagne
Jeudi 14 mars
Projection scolaire privée
Le Cairn, Jardin botanique
alpin de Meyrin – exposition
Dimanche 10 mars
LA TRAVERSÉE DES
APPARENCES
Bruno Boudjelal, photographies
Exposition du 9 mars au 7 avril 2019
Du mercredi au dimanche de 14h
à 18h
Plan-Les-Ouates
La julienne
Lundi 11 mars
20:00 projection
ANOTHER DAY OF LIFE
P.43
Portrait du reporter Ryszard
Kapuscinski en Angola. Ce film
mêlant animation et interviews
questionne avec pertinence le rôle
du journaliste et les limites de son
pouvoir.
21:30 discussion sur le travail de
reporter de guerre et la difficulté à informer dans une zone
de conflit.
Presinge
Salle communale et centre
d’hébergement collectif
Samedi 9 mars
Centre d’hébergement collectif
11:00 concert de Paul Grant,
maître de l’art du santur dans
une variété de répertoires classiques : Inde, Iran, Afghanistan
et Cachemire.
Jauge limitée et réservation souhaitée à : gr-amig-heb-colrgpre@
hospicegeneral.ch
Salle communale
13:00 repas du Moyen-Orient
préparé par l’association
Saveurs Migrantes (15.-/plat).
Buvette tenue par l’association
presingeoise Aquacool.
15:00 projection
FUTUR D’ESPOIR P.48
Documentaire du jeune cinéaste
genevois Guillaume Thébault
qui interroge scientifiques,
agriculteur·trices, maraîcher·es, et
communautés de jardins partagés
de la région
St-Genis-Pouilly
Théâtre du Bordeau
Samedi 16 mars
Buvette et petite restauration par
l’association La Cimade.
20:00 projection
ON HER SHOULDERS
P.39
Documentaire sur Nadia Murad,
Yézidie rescapée des violences de
Daech et Prix Nobel de la paix en
2018
21:30 Discussion autour du film
avec Adiba Qasim, originaire
du district de Sinjar en Irak du
Nord. Elle est actuellement
Young Leader pour la politique
extérieure et de sécurité au Geneva Center for Security Policy ;
Françoise Duroch, chargée
de recherches à la Direction
Générale de la section suisse de
MSF, spécialiste des soins aux
victimes de violences sexuelles.
Saint-Julien-enGenevois
Cinéma Rouge&Noir
Dimanche 17 mars
10:30 projection
A NORTHERN SOUL P.38
Portrait d’un ouvrier working poor
rêvant de créer un bus hip hop
itinérant pour faire slammer les
enfants des quartiers.
Attention, séance payante : 4€
Satigny
Salle communale
Mercredi 13 mars
19:00 projection
ON HER SHOULDERS
P.39
Documentaire sur Nadia Murad,
Yézidie rescapée des violences de
Daech et Prix Nobel de la paix en
2018
20:30 discussion autour du
film avec Dr. Jan Ilhan Kizilhan, praticien ayant lancé un
programme d’aide aux femmes
yézidies victimes de l’État
islamique, dont Nadia Murad
a bénéficié ; Lucie Canal,
chargée du programme sur les
violences sexuelles pour TRIAL.
Verrée offerte par la commune
Vernier
Café Nénuphar
Jeudi 14 mars
19:30 projection
A NORTHERN SOUL P.38
Portrait d’un ouvrier working poor
rêvant de créer un bus hip hop
itinérant pour faire slammer les
enfants des quartiers.
20:45 discussion autour du film
avec Steve Arnott, protagoniste principal du film.
Café ouvert avec petite
restauration avant et après la
projection.
Centre d’hébergement collectif
des Tattes
Mardi 12 mars
18:00 verrée organisée par
l’association Agora dans la cour
du centre des Tattes
19:00 projection au restaurant
Longe&Perto
THE BOY WHO HAR- NESSED THE WIND P.44
21:00 discussion avec Aïssa
Maïga, actrice du film
21:30 repas en commun préparé par les résidents
SUISSE ROMANDE
Lausanne
Maison de Quartier Sous-Gare
Mercredi 13 mars
En partenariat avec Amnesty
International Suisse
19:00 projection
STRANGE FISH P.42
Neuchâtel
L’Amar – Lieu Autogéré
Multiculturel d’Accueil et
de Rencontres
Orbe
Ciné-Club de 4 à 7
Dimanche 17 mars
16:00 projection
A NORTHERN SOUL P.38
Renens
La Ferme des Tilleuls
Jeudi 14 mars
19:30 projection
ANOTHER DAY OF LIFE
P.43
Sion
Cinéclub Regards Croisés
Point 11
Mardi 12 mars
18:00 projection
APRÈS DEMAIN P.47
Bains des Pâquis
Samedi 16 mars
15:00 projection
LA PREUVE SCIENTI- FIQUE DE L’EXISTENCE
DE DIEU P. 48
Met en scène d’anciens objecteurs
de conscience bien décidés à
reprendre la lutte pour une Suisse
sans armes. En présence du réalisateur Fred Baillif.
Hôpital de Beau-Séjour
Samedi 16 mars
14:30 projection
DELPHINE ET CAROLE :
INSOUMUSES P.38
Documentaire sur Delphine Seyrig
et Carole Roussopoulos qui ont
traversé les années 1970 caméra
au poing, célébrant le féminisme,
l’insolence et l’humour.
15:45 discussion autour du film
avec Malika Pellicoli, réalisatrice engagée et amie de
Carole Roussopoulos.
Maison de quartier
des Eaux-Vives
Dimanche 17 mars
16:00 musique et thés du
monde avec les résidents du
Centre d’hébergement collectif
de Frank-Thomas
cérémonie du café érythréen avec
l’association Henok Mossob
jeu de société « Sortir des cases »
pour prévenir les discriminations,
projet développé et proposé par le
Service Agenda 21 – Ville durable
17:30 projection
LA PREUVE SCIENTI- FIQUE DE L’EXISTENCE
DE DIEU P.48
Met en scène d’anciens objecteurs
de conscience bien décidés à
reprendre la lutte pour une Suisse
sans armes. En présence du réalisateur Fred Baillif.
19:30 apéritif dînatoire préparé
par les résidents de Frank-Thomas.
Chêne-Bourg
Hôpital de Psychiatrie
de Belle-Idée
En collaboration avec les HUG
Jeudi 14 mars
15:30 projection
FUTUR D’ESPOIR P.48
Documentaire du jeune cinéaste
genevois Guillaume Thébault
qui interroge scientifiques,
agriculteur·trices, maraîcher·es, et
communautés de jardins partagés
de la région
Gaillard (France)
Espace Louis Simon
En collaboration avec l’association La Cause des Femmes
Mardi 12 mars
20:00 projection
ON HER SHOULDERS
P.39
Documentaire sur Nadia Murad,
Yézidie rescapée des violences de
Daech et Prix Nobel de la paix en
2018.
21:30 discussion autour du
film avec Dr. Jan Ilhan Kizilhan, praticien ayant lancé un
programme d’aide aux femmes
yézidies victimes de l’État
islamique, dont Nadia Murad
a bénéficié ; Nelly Staderdini,
référente médicale – Santé de
la reproduction chez MSF
Genève
Musée d’ethnographie de
Genève
Samedi 9 mars
14:00 visite thématique de
l’exposition permanente autour
de la question des rituels
mortuaires.
Mercredi 13 mars
17:00 visite thématique de
l’exposition permanente autour
de la question de la divination
18:30 projection
TOMBEAUX SANS
NOMS P.39
Centre OTIUM
Lundi 11 mars
18:30 projection
A NORTHERN SOUL P.38
Portrait d’un ouvrier working poor
rêvant de créer un bus hip-hop
itinérant pour faire slammer les
enfants des quartiers.
Carrefour Orientation
Solidarité (COS)
Mardi 12 mars
18:30 projection
UN JOUR ÇA IRA
Une plongée documentaire au
cœur du centre l’Archipel qui
propose une façon innovante
d’accueillir les familles à la rue
20:00 buffet préparé par les
familles de COS
Aula du Cycle d’orientation
des Coudriers*
En collaboration avec
le centre d’hébergement
collectif de Saconnex
Mercredi 13 mars
18:00 projection
FUTUR D’ESPOIR P.48
Documentaire du jeune cinéaste
genevois Guillaume Thébault
qui interroge scientifiques,
agriculteur·trices, maraîcher·es, et
communautés de jardins partagés
de la région.
19:30 discussion autour du film,
en présence du réalisateur
* L’école est étrangère à l’organisation de cette manifestation
Musée International
de la Croix-Rouge et
du Croissant-Rouge
Jeudi 14 mars
18:30 projection
DICK MARTY, UN CRI
POUR LA JUSTICE P.47
19:30 discussion autour du film
en présence de Dick Marty
Lancy
Salle communale
du Petit-Lancy
Jeudi 14 mars
18:30 buvette et spécialités
marocaines par Amina Cherrad
19:00 projection
LA PREUVE SCIENTI- FIQUE DE L’EXISTENCE
DE DIEU P.48
met en scène d’anciens objecteurs
de conscience bien décidés à
reprendre la lutte pour une Suisse
sans armes.
20:30 discussion autour du film
en présence du réalisateur Fred
Baillif, de l’acteur Jean-Luc
Bideau et de l’équipe du film.
Meyrin
Aula de l’école des Vergers
Dimanche 10 mars
14:00 projection
A NORTHERN SOUL P.38
Portrait d’un ouvrier working poor
rêvant de créer un bus hip-hop
itinérant pour faire slammer les
enfants des quartiers.
15:15 discussion autour de
la pauvreté en Suisse, suivie
d’une verrée offerte par Meyrin
durable et La Fève – Supermarché Participatif Paysan.
CERN – Globe de la science
et de l’innovation
Evénement présenté par le
CERN, en collaboration avec le
FIFDH, CineGlobe, et la Ville de
Meyrin.
Mardi 12 mars
20:00 projection
FOREVERYONE.NET
Documentaire qui retrace l’histoire
peu connue de l’invention du Word
Wide Web par Sir Tim Berners-Lee
au CERN et nous invite à considérer
les défis à venir.
20:40 discussion autour du film
avec Peggie Rimmer, superviseur de Tim Berners-Lee au
CERN ; Ben Segal, promoteur
de l’adoption d’Internet au
CERN et mentor de Tim Berners-Lee ; Jean-François Groff,
pionnier du Word Wide Web
avec Tim Berners-Lee ; François
Flückiger, promoteur d’Internet en Europe ; Modération par
Bruno Giussani, président du
FIFDH et curateur global des
conférences TED.
Discussion en français avec interprétation simultanée en anglais.
Réservation obligatoire sur
voisins.cern
GRAND GENÈVE
BALLET
AU CINEMA
pathe.ch
LA BELLE AU BOIS DORMANT
Dimanche 10 mars
L‘AGE D‘OR
Dimanche 7 avril
CARMEN SUITE/PETROUCHKA
Dimanche 19 mai
En direct de Moscou
ÉVÈNEMENTS
La Francophonie PARTENAIRES
et le FIFDH
Depuis 2006, l’Organisation Internationale de la Francophonie (O.I.F) apporte son
soutien au Festival du Film et Forum International sur les Droits de l’Homme (FIFDH)
dans le cadre de ses activités en faveur de la protection et de la promotion des droits
de l’Homme.
Consolider la démocratie, les droits de l’Homme et l’état de droit ; contribuer à
prévenir les conflits et accompagner les processus de sortie de crise, de transition
démocratique et de consolidation de la paix, telle est la finalité des actions menées
par l’O.I.F dans les domaines de la paix, de la démocratie et des droits de l’Homme.
L’Organisation contribue ainsi activement, en particulier depuis l’adoption en 2000
de la Déclaration de Bamako sur la démocratie, les droits et les libertés dans l’espace
francophone et d’autres instruments normatifs en matière de sécurité humaine et de
justice, à promouvoir et à défendre le respect des droits de l’Homme et leur mise en
œuvre sur le terrain.
Pour cette dix-septième édition du FIFDH, l’O.I.F a souhaité axer son partenariat autour
de deux thèmes d’importance majeure. D’abord, les brûlantes questions que soulève le
binôme «écologie» et «droits humains». Comment la dégradation catastrophique de
notre environnement dû au dérèglement climatique impacte-t-elle les droits humains:
droit à la vie, au logement, à la nourriture, à l’eau, à la l’accès à la santé, droit de se
déplacer, etc. Ensuite, la question des «patrimoines culturels», «victimes de guerre»,
ou la question de l’éradication du passé et de la culture comme arme de guerre.
Les rencontres autour de ces thèmes inviteront, nous l’espérons, à engager une
réflexion concertée, autour de films de qualité et d’intervenants de haut niveau, dans
la perspective d’un dialogue fécond avec un public toujours plus nombreux.
L’organisation du FIFDH parallèlement aux sessions du Conseil des droits de
l’Homme, est une extraordinaire opportunité offerte à la Genève internationale de
se transformer en une véritable plateforme d’échanges et de débats, autour de
thème dont certains feront l’objet de décisions concomitantes, dans le cadre des
délibérations du Conseil des droits de l’Homme. C’est donc un soutien renouvelé et
renforcé que l’OIF apporte au FIFDH.
L’OIF forme le vœu que cette 17e
édition soit l’occasion de dialogues fructueux et
d’un engagement accru afin de répondre aux défis qui nécessitent le rassemblement
de nos efforts à tous, acteurs de la société civile et de la communauté internationale.
Contact:
Représentation Permanente de l’OIF
15bis chemin des mines – 1202 Genève
Tel: 022 906 85 50 / Fax: 022 906 85 60
reper.geneve@francophonie.org
www.francophonie.org
Chaque semaine
dans votre kiosque
pub obs.indd 1 15/02/2019 17:14
70
The Scavengers
Un film de Pascal Greco
Mardi 12.03, 20:30
Dimanche 17.03, 11:00
CinéLux
PREMIÈRE MONDIALE
Billetterie sur place ou sur le site
de CinéLux
«Les Voyageurs,
un temps de rêve »
Projection d’un film
expérimental réalisé
par Grégoire Korganow
Mardi 5.03, 18:00
Théâtre de l’Alhambra
Présenté par la Fondation Fluxum
Entrée Chf 10-.
Billetterie
www.fluxlaboratory.com
Réservation
reservation@fluxlaboratory.com
Shahin Najafi :
The Third Gender
Mercredi 13.03, 20:00
Alhambra
Billetterie Alhambra
De nos jours à Hong Kong, de
nombreuses personnes âgées se retrouvent seules, parfois abandonnées par leurs familles, avec une retraite insuffisante pour couvrir leurs
besoins vitaux et leurs charges,
comme le loyer, la nourriture ou
encore les frais médicaux. Face à
cette population vieillissante, l’État,
démissionnaire, n’apporte pas son
aide. Pour survivre, ces femmes et
ces hommes récoltent à longueur
de journée des déchets (papier,
carton, sagex, canettes en aluminium…) qu’ils revendent au kilo à
prix dérisoire. Ces personnes âgées
oubliées de tous portent un nom :
les « Scavengers ».
ENG In Hong Kong, today, many
elderly people are left alone,
abandoned by their families, with
insufficient retirement to cover
their vital needs and expenses:
rent, food or medical expenses. The
state, totally resigned to an aging
population, does not help them. To
meet their needs, they collect all
day long paper, cardboard, sagex
or aluminum cans, to sell them by
the kilo at a derisory price. These
old people, forgotten by all, are
named “the Scavengers”.
La Fondation Fluxum et CARIGEST
SA sont heureux de présenter la
première projection publique de
ce film expérimental en présence
des artistes. Ce film a été réalisé
lors d’une résidence à l’EMS le
Nouveau Prieuré en collaboration
avec les danseurs de la compagnie
Mandafounis.
Ce film invite à un voyage sensoriel
et émotionnel auprès de jeunes
enfants, de personnes âgées ou en
situation de handicap, qui redécouvrent une façon de s’exprimer
grâce à l’art du mouvement.
ENG The Fluxum Foundation and
CARIGEST SA are pleased to present the first public screening of this
experimental film in the presence
of the artists. This film was made
during a residency at the EMS le
Nouveau Prieuré in collaboration
with the dancers of the Mandafounis company.
This film invites young children, the
elderly and people with disabilities to a sensory and emotional
journey, rediscovering a way of
expressing themselves through the
art of movement.
Production : Libre Champ
Shahin Najafi est un artiste iranien
versatile qui propose une combinaison expérimentale de musique
folklorique persane et moderne, de
rock, de rap, de jazz, et même de
classique. Elle inclut aussi l’usage
du « Gilaki », la langue parlée au
nord de l’Iran, ainsi que d’une
forme de poésie chantée truffée de « jeux de mots ». Najafi est
connu comme un chanteur contestataire et avant-gardiste, mais
cette rébellion n’est pas seulement
présente dans le contenu mais
aussi dans la forme expérimentale
de ses chansons.
Premier concert à Genève
ENG Shahin Najafi is a versatile Iranian artist who delivers
an experimental combination
of modern and folkloric Persian
music, rock, rap, jazz, and even
classical music. It also includes
“Gilaki”, the language spoken in
northern Iran, as well as a form of
sung poetry riddled with word play.
Najafi is known as a dissenting
and avant-garde singer, but this
rebellion is present not only in the
content but also in the experimental forms his songs take.
First performance in Geneva
ÉVÈNEMENTS PARTENAIRES
Café des libertés
Démocraties aux pieds d’argile,
droits humains fragiles ?
Mardi 12.03, 18:30
Espace Pitoëff – Café Babel
Présenté par le CODAP
Entrée libre
Démocratie et droits humains
sont intimement liés : la situation de l’un dépend de la bonne
santé de l’autre. Ces dernières
années, notamment en Amérique
latine, le principe de démocratie
s’est vu fortement fragilisé. Les
défenseur·es des droits humains
sont les premiers à faire entendre
leur voix, mais ils sont également
les premières victimes. Quels liens
peut-on faire entre démocratie et
droits humains ? Les activistes ontils un rôle à jouer dans l’assainissement des démocraties ?
ENG Democracy and human rights
are closely linked: the situation of
one depends on the good health of
the other. In recent years, particularly in Latin America, the principle
of democracy has been greatly
weakened. Human rights defenders are the first to make their voices heard, but they are also the first
victims. What links can be made
between democracy and human
rights? Do activists have a role to
play in cleaning up democracies?
71
CINÉMA CONFÉRENCE CINÉMA CONCERT
71
La Dame
aux camélias
Dans une mise en scène
d’Arthur Nauzyciel,
d’après Alexandre Dumas fils
Du 13.03 au 15.03
Théâtre de Vidy
Billetterie sur place
Lampedusa,
un rocher de survie
Une pièce de Filippo Filliger
et Dorothée Thébert
Du 14.03 au 24.03
Théâtre du Galpon
Billetterie sur place
Rétrospective de
Jean-Gabriel Périot
En collaboration avec le
département cinéma de la
HEAD – Genève et le Cinéma
Spoutnik
Du 12 au 15 mars
Cinéma Spoutnik
Billetterie sur place
À travers le roman et la pièce de
Dumas fils, Arthur Nauzyciel décrit
l’invention, en plein XIXe siècle, de la
marchandisation du corps féminin
en même temps que sa moralisation. Un spectacle passionnant
et passionnel qui mêle théâtre et
cinéma pour conter une des plus
brûlantes histoires d’amour du
répertoire et y révéler les relations
retorses entre sexualité, pouvoir et
argent.
ENG Drawing from the novel and
play by Dumas fils, Arthur Nauzyciel
describes the invention of the
commodification and moralisation of women’s bodies in the 19th
century by the French bourgeoisie.
A fascinating and passionate show
that merges theatre and cinema
to tell one of the most sulphurous
love stories and reveal the twisted
relationships between love, power
and money.
À travers des objets récoltés sur l’île
et s’appuyant sur des rencontres,
les deux artistes proposent une
création qui rend compte de la
situation de Lampedusa, un rocher
au milieu de la mer, qui contient
en son territoire de nombreux éléments pour raconter la complexité
de la crise migratoire et la fin du
rêve d’une Europe unie.
ENG Through objects gathered on
the island and based on real encounters, two artists have created
a piece which speaks of the situation in Lampedusa, a rock in the
middle of the sea, which contains
within its land many elements that
tell the complexity of the migrant
crisis and the end of the dream of
a united Europe.
Jean-Gabriel Périot est l’auteur
d’une œuvre cinématographique
résolument politique. Il travaille la
question de la mémoire et de la
violence et ses rouages à travers des films souvent constitués
d’archives. Au cœur de ce cycle
rétrospectif dédié au cinéaste,
deux programmes de courts
métrages détonants révèlent une
partie de son oeuvre constituée
d’une trentaine de films courts
et vidéos. L’occasion aussi de
découvrir ses deux longs métrages :
Une jeunesse allemande (2015), au
sujet de la Fraction armée rouge,
et Lumières d’été (2016), autour
des survivant·es japonais.es de la
bombe atomique.
ENG Jean-Gabriel Périot is the
author of a resolutely political
cinematographic oeuvre. He
works on the question of memory
and violence and its mechanisms
through films often made up of archival footage. At the heart of this
retrospective cycle dedicated to
the filmmaker, two explosive short
film programmes reveal a part of
his body of work which consists of
some thirty short films and videos.
The perfect opportunity to discover his two feature films: A German
Youth (2015), about the Red Army
Faction, and Summer Lights (2016),
about Japanese atomic bomb
survivors.
Promenade
Rousseau
Une proposition de la Maison
de Rousseau et de la Littérature
Dimanche 10.03, 11h (FR)
Dimanche 17.03, 11h (ENG)
Inscriptions obligatoires :
info@m-r-l.ch, entrée libre
Marchez sur les traces de JeanJacques Rousseau, un des penseurs
majeurs de tous les temps. Cet
infatigable défenseur de la liberté
a été l’un des premiers a formulé
la notion de droits de l’Homme.
Guidés par Guillaume Chenevière,
spécialiste du Philosophe des
Lumières et auteur de Rousseau,
une histoire genevoise (éd. Labor
et Fides), vous traverserez la ville en
faisant escale sur des lieux qui ont
marqué le séjour genevois de Rousseau. Une manière de découvrir
autrement la philosophie originale
de ce savant universel… et Genève !
Promenade commentée en français et en anglais.
ENG Follow in the footsteps of
Jean-Jacques Rousseau, one of the
greatest thinkers of all time. This
tireless defender of freedom was
one of the first to formulate the
notion of human rights. Guided by
Guillaume Chenevière, specialist
in the Philosopher of the Enlightenment and author of Rousseau,
une histoire genevoise (éd. Labor
et Fides), you will cross the city
by stopping over at places that
marked Rousseau’s time in Geneva.
A way to discover in a different
way the original philosophy of this
universal scientist… and Geneva!
A commentated tour in French and
English.
PROMENADE LITTÉRAIRE CINÉMA THÉÂTRE THÉÂTRE
73
L’émotion touchée,
sonorisée, dansée
enfant jusqu’à 8 ans accompagné d’un adulte
Mercredi 13.03,
de 9h30 à 12h00 et
de 14h30 à 17h30
La Maison de la Créativité
Tous les renseignements sur
maisondelacreativite.ch
L’empathie est la capacité qui nous
permet de comprendre l’autre et
de l’accepter dans sa différence.
Apprendre à exprimer et valoriser
ses propres émotions constitue
un des piliers de l’empathie, et ce
dès le plus jeune âge. Adultes et
enfants auront l’opportunité d’explorer et d’exprimer ensemble une
émotion vécue, à travers leurs voix,
leurs mouvements corporels et la
création d’un tableau collectif.
ENG Empathy is the capacity that
allows us to sense other people’s
emotions, and to understand ourselves and those who are different
from us. From an early age, learning to express and value emotions
is one of the pillars of empathy.
Adults and children will have the
opportunity to explore and express
together a given emotion, through
their voices, their body movements
and the creation of a collective
picture.
Filles et soie
Une création de Séverine
Coulon, d’après Les trois
contes de Louise Duneton,
dès 5 ans
Du 13.03 au 24.03
Théâtre des Marionnettes de
Genève
Billetterie sur place
À travers une relecture moderne
de Blanche-Neige, La petite
sirène et Peau d’âne, Filles et Soie
questionne avec humour et dérision ce que veut dire aujourd’hui
« être femme ». Enfermée dans un
castelet cubique, tel un carcan d’attentes et d’idéaux, une
comédienne toute en rondeurs
convoque silhouettes en fil de
fer et papier de soie, ombres et
objets pour détricoter stéréotypes
et obsessions. À la fois fragile et
poignant, ce spectacle saura
interpeller autant les enfants (dès 4
ans) que leurs parents.
ENG Through a modern retelling
of Snow White, the Little Mermaid and Donkeyskin, Filles et
Soie questions, with humour and
derision, what it means “to be a
woman” in today’s world. Locked
in a cubic castle, like a straightjacket of expectations and ideals,
a curvaceous actress summons
silhouettes of wire and silk paper,
shadows and objects to unravel our
stereotypes and obsessions. Both
fragile and poignant, this play is
tailored for children (4 years+) and
their parents.
The Boy Who Harnessed the Wind
Chiwetel Ejiofor, Royaume-Uni, 2019, 113’, vo
ang/nyanja, st fr/ang
Dès 12 ans
Mardi 12 mars, 19:00 en vf
CHC des Tattes, Vernier
Mercredi 13.03, 16:00
Espace Pitoëff – Grande salle
Le jeune William vit dans un
village du Malawi aux côtés de
sa mère (Aïssa Maïga) et de son
père (Chiwetel Ejiofor). Lorsqu’une
terrible sécheresse s’abat dans la
région, la menace de la famine le
pousse à trouver une solution : et
s’il fabriquait une pompe à eau
avec une dynamo de vélo ? Avec
ce premier long métrage inspiré
du destin incroyable d’un jeune
garçon astucieux, l’acteur Chiwetel
Ejiofor (12 Years a Slave) réussit un
remarquable récit de persévérance
et d’ingéniosité présenté cette
année à Sundance et Berlin.
ENG Young William lives in a
village in Malawi with his mother
(Aïssa Maïga) and father (Chiwetel
Ejiofor). When a terrible drought
befalls the region, the threat of
famine pushes him to seek out a
solution: what if he built a water
pump with a small bicycle generator? With this first feature film
inspired by the incredible fate of
a young self-taught Malawian,
actor-director Chiwetel Ejiofor (12
Years a Slave) presents a remarkable story of perseverance and
ingenuity, selected at the last
Sundance Festival.
73
JEUNE PUBLIC
Grand concert
de la Francophonie
Salle des Assemblées,
Palais des Nations
Plus d’informations sur la date et
l’horaire sur notre site web
Pour célébrer la Journée internationale de la Francophonie, la
Représentation de l’OIF organise
depuis plusieurs années, au mois
de mars, un Grand concert dans la
salle des Assemblées du Palais des
Nations.
Après Ismael Lo, Salif Keita, Youssou N’dour, et Charles Aznavour,
le concert de cette année rendra
hommage aux femmes en écho à
la Journée internationale des droits
des femmes célébrée chaque 8
mars. Pour l’occasion, plusieurs
chanteuses originaires de diverses
régions de l’espace francophone
feront vibrer une dernière fois la
salle des Assemblées de l’ONU
avant sa prochaine rénovation.
ENG Follow in the footsteps of
Jean-Jacques Rousseau, one of the
greatest thinkers of all time. This
tireless defender of freedom was
one of the first to formulate the
notion of human rights. Guided by
Guillaume Chenevière, specialist
in the Philosopher of the Enlightenment and author of Rousseau,
une histoire genevoise (éd. Labor
et Fides), you will cross the city
by stopping over at places that
marked Rousseau’s time in Geneva.
A way to discover in a different
way the original philosophy of this
universal scientist… and Geneva!
A commentated tour in French and
English.
CONCERT ATELIER THÉÂTRE CINÉMA
La créativité
de l’enfant : clé
de l’empathie
émotionnelle
Jeudi 14.03, 19:00
Présenté par la Maison de la
Créativité
Renseignements complémentaires (lieu et inscriptions) sur
maisondelacreativite.ch
Dès le plus jeune âge, l’empathie
est la compétence qui permet de
comprendre les émotions de l’autre
et d’éviter plus tard les comportements violents et discriminatoires.
Les études montrent aujourd’hui
que l’empathie peut s’apprendre,
notamment par l’expression créative des émotions. Cette conférence s’adresse aux parents et aux
professionnel·les qui cherchent à
développer l’empathie de l’enfant
et sa capacité d’apprécier la
diversité.
Intervenante : Samah Karaki,
docteure en Neurosciences, cofondatrice et directrice du Social
Brain Initiative
ENG From an early age, empathy is the ability to sense other
people’s emotions and to avoid
to engaging in violent behaviour
and discrimination later in life.
Studies are showing today that
empathy can be learned, especially through imagination and the
creative expression of emotions.
This conference is for parents and
professionals looking to develop
the child’s empathy while helping
them to recognize and appreciate
diversity in others.
Speaker: Samah Karaki, PhD in
Neurosciences, co-founder and director of the Social Brain Initiative
Projection de
Fleurs du bitume
Un film de Karine Morales
et Caroline Péricard
Dimanche 17.03, 14:00
Musée d’Ethnographie de Genève
Présenté par le Festival
Groove’N’Move
Billetterie sur place
Concert
de Kala Jula
Dimanche 17.03, 14:00
Espace Pitoëff – Café Babel
Présenté par Médecins Sans
Frontières
Entrée libre
Dans les rues de Tunis et de Sfax,
Chaima danse, Ouméma graffe,
Shams slame. Elles sont les adolescentes de la révolution du Jasmin
qui a éclos en Tunisie en 2011. Elles
incarnent toutes les nuances,
parfois opposées, toujours complémentaires, d’un combat commun :
la liberté des femmes dans leur
pays. Un combat pacifique qu’elles
mènent dans la rue, espace largement occupé par les hommes
en Tunisie, et qu’elles ont choisi
de reconquérir par la pratique du
street art.
ENG In the streets of Tunis and
Sfax, Chaima dances, Ouméma
graffs, Shams slams. They are the
teenagers of the Jasmine revolution that broke out in Tunisia in
2011. They embody all the nuances,
sometimes opposed, always complementary, of a common struggle:
the freedom of women in their
country. A peaceful fight that they
lead in the street, a space largely
occupied by men in Tunisia, and
that they have chosen to reclaim
through the practice of street art.
Sans cesse en mouvement entre
l’Afrique de l’Ouest et l’Europe, les
deux artistes Samba Diabaté et
Vincent Zanetti créent Kala Jula en
2011. Essentiellement instrumentale
et acoustique, leur musique est
profondément enracinée à la fois
dans les traditions mandingues,
le blues et le jazz. Médecins Sans
Frontières et Kala Jula ont décidé
de se mobiliser ensemble et d’avoir
recours à la musique pour véhiculer
auprès de la population l’histoire
des migrants et leurs traumatismes, vécus au cours de périples
entrepris au péril de leur vie.
ENG Constantly on the move
between West Africa and Europe,
the two artists Samba Diabaté and
Vincent Zanetti created Kala Jula
in 2011. Essentially instrumental
and acoustic, their music is deeply
rooted in Mandingo traditions,
blues and jazz. Médecins Sans
Frontières and Kala Jula decided
to work together and use music to
convey the history of migrants and
their traumas, experienced during
journeys undertaken at the risk of
their lives.
Docteur Junod,
Le Troisième
Combattant
Un film de Romain Guélat
et Jean-François Berger
Jeudi 14.03, 19:00
Alhambra
PREMIÈRE SUISSE
Présenté par la Fondation
Lombard Odier
Entrée libre
Hiroshima, 8 septembre 1945. Le
Dr Marcel Junod, délégué du CICR,
débarque dans la ville martyre
avec 15 tonnes de secours. Qui
se cache derrière cet infatigable
médecin au service de l’humanité
chancelante ?
Goma, République démocratique
du Congo, 22 août 2017. Christine
Cipolla, cheffe de délégation du
CICR, ramène à sa famille une
jeune fille perdue lors des combats.
Quelle force les conduit l’un et
l’autre, au péril de leur vie, à se
battre pour sauver des victimes
de la guerre ? Un voyage passionnant au coeur de l’engagement
humanitaire.
ENG Hiroshima, September 8, 1945.
Dr Marcel Junod, ICRC delegate,
arrives in the martyred city with
15 tonnes of relief supplies. Who is
this tireless doctor in the service of
faltering humanity?
Goma, Democratic Republic of
Congo, 22 August 2017. Christine
Cipolla, ICRC head of delegation,
brings a young girl lost in the fighting back to her family.
What force leads them both, at the
risk of their lives, to fight to save
the victims of war? A fascinating
journey at the heart of humanitarian engagement.
CINÉMA CONFÉRENCE CINÉMA CONCERT
ÉVÈNEMENTS PARTENAIRES
74 75
FILMS
Syrie :
l’exil au quotidien
HAYATI (MA VIE)
Liliana Torres et Sofi Escudé Poulenc, Espagne,
France, 2017, 56’, vostfr
PREMIÈRE SUISSE
Contrainte de fuir la guerre en
Syrie, la famille Mohsen vit déchirée entre la Turquie et l’Espagne.
Alors que le père rejoint l’Espagne
avec son plus jeune fils et peut
à nouveau pratiquer son métier
d’entraîneur de foot, la mère reste
en Turquie et l’aîné rêve d’Europe.
Un film émouvant entre éclatement familial, attentes administratives et expériences de l’exil.
Mardi 12.03 15:45
Agriculture durable :
consommer sans
détruire la planète
FUTUR D’ESPOIR
Guillaume Thébault, Suisse, 2016, 90’, 2016, vf
L’agriculture biologique peut-elle
nourrir tout le monde ? Quelles
conséquences sociales, économiques et écologiques présager
avec une agriculture intensive ?
Voici quelques-unes des questions
que se pose Guillaume Thébault,
élève genevois de 17 ans, dans son
documentaire. Mais plutôt que de
se décourager, il part en quête de
solutions alternatives.
Lundi 11.03 15:45
Vendredi 15.03 10:00
L’arme nucléaire
à tout prix
CORÉE DU NORD:
LES HOMMES DU
DICTATEUR
Marjolaine Grappe, France, 2018, 50’ vf/62’, vf,
vostf – UN FILM ARTE
Une enquête implacable menée
sur plusieurs années pour comprendre le financement secret
du programme nucléaire nordcoréen. Révélant l’existence de
milliers de personnes travaillant à
travers le monde pour remplir les
caisses personnelles du dirigeant
Kim Jong-un, le film dénonce
une grave violation des libertés
élémentaires fondamentales et
questionne les réels dangers d’une
guerre nucléaire.
Jeudi 14.03 10:00 et 15:45
Homosexualité :
des mots pour le dire
COMING OUT
Denis Parrot, France, 2018, 63’, vostf
PREMIÈRE SUISSE
Comment annoncer son homosexualité à ses proches ? Pour les
personnes LGBT+ le coming out est
une étape essentielle dans l’acceptation de soi et la reconnaissance
des autres. Les jeunes protagonistes de ce documentaire se sont
filmé·e·s lors de ces moments
intimes avant de les poster sur le
web. Des quatre coins du monde
leur message est universel : il parle
d’amour.
Lundi 11.03 13:30
Projections scolaires
Du 11 au 15 mars, des projections de films documentaires spécialement sélectionnés pour le
public scolaire sont accompagnées d’interventions de spécialistes, acteurs et actrices
de terrain, témoins et personnalités de haut
niveau venu·e·s partager leurs expériences avec
les élèves. Ces discussions sont modérées par
l’équipe d’éducation aux droits humains d’Amnesty International. Une occasion pour le jeune
public de prendre la parole, d’exprimer son
opinion et d’envisager des actions concrètes en
faveur des droits humains.
Parcours film + exposition
En partenariat avec le Musée d’ethnographie de Genève et le Musée International de
la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge nous
proposons des parcours pédagogiques thématiques en deux volets : une projection de film
et une visite guidée à la carte des collections
permanentes ou expositions temporaires.
Programme
pédagogique
Considérant l’éducation aux droits humains comme une
nécessité, le Festival organise depuis 2004 un programme
pédagogique à l’intention des élèves du canton de Genève
et de sa région.
Ce programme est devenu un rendez-vous annuel
incontournable qui permet de sensibiliser et mobiliser
des milliers de jeunes sur les problématiques liées
aux violations des droits humains.
Du 11 au 15 mars
Les Cinémas du Grütli – salle Simon
Maison des arts du Grütli
16, rue du Général Dufour
Tarif spécial
5.-/ élève
Réservation obligatoire pour les classes
POUR LA COMPÉTITION
DOCUMENTAIRES DE CRÉATION
Eliot Brown
collège Claparède – 4e année
Justine Fontanet
collège de Saussure – 4e année
Pablo Morsia
collège Claparède – 3e année
Alex Rey
CEC André-Chavanne – 4e année
Eliott Riat
collège de Staël – 3e année
Lucie Romer
collège de Saussure – 4e année
POUR LA COMPÉTITION FICTION
Wedid Ben Hamiden,
ECG Henry-Dunant – 3e année
Leïla Berthoud,
collège Claparède – 4e année
Mathilde Foehr,
collège Clalparède – 4e année
Julia Oliveira,
collège de Staël – 3e année
Colin St Mary,
collège de Saussure – 4e année
Vega Osman Bisschop,
Ecolint, campus La Châtaigneraie
SOUTIENS
Ce programme est organisé en partenariat
avec Amnesty International et en collaboration avec la Fondation Eduki, Peace Brigades
International, le Codap, le Musée International de la Croix-Rouge et du CroissantRouge, le Musée d’ethnographie de Genève,
le Festival Histoire et Cité et la Commission
égalité du secondaire II, avec le soutien de la
Tamari Foundation.
INFOS
PRATIQUES
Comment se
(re)construire dans
un pays en guerre?
LE PARFUM D’IRAK
Feurat Alani et Léonard Cohen, France, 2018,
60’, vf – UN FILM ARTE
Ces 40 dernières années, l’Irak a
été marqué par les conflits et la
dictature. Le franco-irakien Feurat
Alani analyse cette réalité à travers
ses souvenirs d’enfant et de jeune
adulte, regard intime et perspicace sur ce pays meurtri, porté
à l’écran par un superbe travail
d’animation. Comment un pays et
ses habitant·es peuvent-ils se (re)
construire malgré des années de
guerre, d’instabilité politique et
économique ?
Mardi 12.03 10:00
Vendredi 15.03 13:30
Sans-papiers à Genève
OPÉRATION PAPYRUS
Béatrice Guelpa et Juan José Lozano, Suisse,
2019, 53’, vf
À Genève, plus de 13’000 personnes
sans statut légal travaillent comme
nounous, femmes de ménage,
jardinier·ère·s, ouvrier·ère·s, contribuant fortement à l’économie
locale. Leur situation est précaire,
avec des conséquences sur la santé et l’équilibre familial. De février
2017 à décembre dernier, le canton
de Genève associé aux syndicats
a mené l’opération Papyrus visant
à régulariser une partie de cette
population.
Mardi 12.03 13:30
Jeudi 14.03 13:30
Camps de travail forcé
en Chine
LETTER FROM
MASANJIA
Leon Lee, Canada, 2018, 75′, vo anglais stf
La découverte d’une lettre SOS
cachée dans des objets « made
in China » achetés en Oregon, va
déclencher une incroyable réaction
en chaîne. L’auteur de la missive,
enfermé au camp de travail forcé
de Masanjia pour ses convictions
spirituelles, a depuis été libéré.
Découvrant la médiatisation de
son histoire, il décide de dénoncer, au péril de sa vie, la brutalité
du régime contre les dissidents
politiques.
Mercredi 13.03 10:00
Jury des jeunes
Composés d’élèves du secondaire II, âgés
de 17 à 19 ans, les jurys des jeunes visionnent
les films des compétitions documentaire et
fiction en présence du jury international. Cette
expérience au cœur du festival leur permet de
développer une curiosité cinématographique,
un esprit critique et une sensibilisation aux
droits humains. À l‘issue de la semaine les jurys
remettent aux lauréats des Prix offerts par la
Fondation Eduki et les Peace Brigades International d’une valeur de CHF 500.-

Formation des enseignant·e·s
Une formation continue, co-organisée avec le
Service écoles-média du DIP, offre la possibilité aux enseignant·e·s de suivre projections et
débats tout au long du festival, et de rencontrer
les associations actives pour la défense des
droits humains. L’acquisition d’outils pédagogiques leur permettra d’intégrer ces thématiques à leur enseignement.
Des films en compétition, une introduction
au cinéma et quatre jurys spéciaux : le FIFDH
propose une sélection officielle de documentaires spécialement conçue pour des personnes
privées de liberté et pour les adolescent·es de
l’Hôpital de jour et l’unité malatavie des HUG.
Du 15 février au 15 mars, les détenus en
exécution de peine à la Brenaz, les femmes
incarcérées à Champ-Dollon, les mineur.es de
la Clairière, les patient.es de l’Hôpital de Jour
et de l’Unité Malatavie visionnent les films en
présence des protagonistes et des équipes des
films.
À la fin du programme, ils et elles décernent
un prix à leur film favori, qui figure ensuite au
palmarès officiel du FIFDH.
Des personnes jugées deviennent elles-mêmes
juges: on inverse les regards, on ouvre un
lieu d’échange et chacun·e peut reprendre
confiance en ses capacités critiques. Le cinéma
a la particularité de rassembler et de pousser
les murs !
Rendez-vous à la cérémonie de clôture du
FIFDH pour connaître les gagnant.es.
La Brenaz, Champ-Dollon,
la Clairière et Hôpital de jour
Quatre prix pour le meilleur documentaire remis par des jurys spéciaux
ENG La Brenaz, Champ-Dollon, La Clairière
and the Hôpital de Jour : four awards for Best
Documentary awarded by special jurys
Films in competition, an introduction to cinema
and four special jurys: the FIFDH presents an official documentary selection specially designed
for incarcerated people and for adolescents of
the HUG’s Hôpital de Jour
From 15 February to 15 March, the inmates
serving sentences at La Brenaz, incarcerated
women from Champ-Dollon, minors from La
Clairière and patients at the Hôpital de Jour
screen films in the presence of their protagonists and crew.
Following the program, they will award a prize
to their favourite film, which will appear in the
FIFDH’s official prize list.
People who have been judged become judges:
we flip the gaze, open up a space of discussion,
and everyone can regain confidence in one’s
own critical faculties. Cinema has the power to
unite as well as break walls.
See you at the FIFDH closing ceremony to discover the winning films!
76
Les films en sélection
THE SENTENCE
Rudy Valdez, USA, 2018, 85’, vo ang/espagnol, st fr
GRAND ET PETIT
Camille Budin, Suisse, 97’, vo fr
TÉMOIN INDÉSIRABLE
Juan José Lozano, Suisse, 71’, vo, st fr
NI D’ÈVE NI D’ADAM.
UNE HISTOIRE INTERSEXE
Floriane Devigne, Suisse, France, 58’, vo fr
UN JOUR CA IRA
Stan et Edouard Zambeaux, France, 86’, vo fr
SONITA
Rokhsareh Ghaem Maghami, Suisse, Iran, 91’, vo st fr
Les personnes
migrantes vous
accueillent
En partenariat avec l’Hospice Général
Entrée libre
Trois centres d’hébergement collectif (CHC) pour personnes migrantes
vous ouvrent leurs portes (Presinge, Anières, Tattes). Le centre FrankThomas se joint à la Maison de Quartier des Eaux-Vives pour vous recevoir et le CHC de Saconnex vous accueille à l’aula du Cycle d’orientation
des Coudriers.
Au programme : des projections de films du FIFDH ouvertes à toutes et
tous, des buffets érythréens, syriens, somaliens ou afghans, ainsi que des
discussions entre des invité·es du festival, les résident·es des centres et
le public. Ces évènements participent à faire de ces lieux des acteurs
à part entière de la vie locale et favorisent les rencontres. Venez faire
connaissance !
En parallèle, des transports pour le festival seront organisés pour les
personnes migrantes des CHC alentours qui ne disposent pas de lieux
de projection (Appia, Feuillasse, Praille-Gavard, etc.) ainsi que pour les
participant.es du centre d’accueil de La Roseraie. Une projection est
également organisée à l’intention des mineurs non accompagné·es du
CHC de l’Étoile.
Par ailleurs, le Festival et l’Hospice Général poursuivent pour la deuxième année un partenariat pour favoriser la rencontre entre bénévoles,
public et personnes migrantes, en intégrant des résident.es des centres
d’hébergement collectifs à l’équipe bénévole du FIFDH.
ENG Free entry – in partnership with the Hospice Général
Three collective accommodation centres (CHC) that provide housing
for migrant people will open their doors to the public (Presinge, Anières,
Tattes). The Frank-Thomas Center joins an event at the Community
Center of Eaux-Vives and the CHC of Saconnex will also hold an event.
The Festival program will host film screenings, Eritrean, Syrian, Somali
and Afghan buffets, as well as discussions among guests of the festival,
residents of the centres and the public. These events help to involve these
centres in the local life and encourage encounters. Come meet new
people!
Transport for the Festival will be organized for migrant people from the
surrounding CHCs who do not have film screening sites (Appia, Feuillasse,
Praille-Gavard, etc.) as well as for the participants of the reception centre of La Roseraie. A screening is also organized for the unaccompanied
minors of the Etoile CHC.
Furthermore, the Festival and the Hospice Général will continue their
partnership for the second year running in which residents of the collective accommodation centres are integrated into the FIFDH’s volunteer
team, in order to encourage encounters between volunteers, the public
and migrants.
Centre d’hébergement collectif
d’Anières
Anières
Lundi 11 mars
19:00 Buffet préparé par les
résident·es
20:00 Projection d’un film de la
sélection du FIFDH
Centre d’hébergement collectif de
Saconnex
Genève
FUTUR D’ESPOIR P.48
Aula du Cycle d’orientation des
Coudriers*
En collaboration avec le centre d’hébergement collectif de Saconnex
Mercredi 13 mars
18:00 Projection
* L’école est étrangère à l’organisation de cette manifestation
Centre d’hébergement collectif de
Franck-Thomas
Maison de quartier
des Eaux-Vives
LA PREUVE SCIENTI- FIQUE DE L’EXISTENCE
DE DIEU P.48
Dimanche 17 mars
16:00 Musique et thés du
monde avec les résident·es du
Centre d’hébergement collectif
de Frank-Thomas
Cérémonie du café érythréen
avec l’association Henok
Mossob
Jeu de société « Sortir des
cases » pour prévenir les discriminations
17:30 Projection en présence du
réalisateur Fred Baillif.
19:30 Apéritif dînatoire préparé
par les résident·es de Frank-Thomas
Centre d’hébergement de Presinge
Presinge
FUTUR D’ESPOIR P.48
Centre d’hébergement collectif
Samedi 9 mars
11:00 Concert de Paul Grant,
maître de l’art du santur dans
une variété de répertoires classiques : Inde, Iran, Afghanistan
et Cachemire.
Jauge limitée et réservation
souhaitée à : gr-amig-hebcolrgpre@hospicegeneral.ch.
Salle communale
13:00 Repas du Moyen-Orient
préparé par l’association
Saveurs Migrantes (15.-/plat).
Buvette tenue par l’association
presingeoise Aquacool.
15:00 Projection
Centre d’hébergement collectif des
Tattes
Vernier
THE BOY WHO HAR- NESSED THE WIND P.44
Centre d’hébergement collectif
des Tattes
Mardi 12 mars
18:00 Verrée organisée par
l’association Agora dans la cour
du centre des Tattes
Restaurant Longe&Perto
19:00 Projection
21:00 Discussion avec Aïssa
Maïga, actrice du film
21:30 Repas en commun
préparé par les résident·es
77
78 79
EXPOSITIONS
Bruno Boudjelal a pris ses quartiers
à Meyrin de janvier à mars 2019.
L’artiste a longuement rencontré des hommes et des femmes
arrivé·es à Genève après un
parcours migratoire difficile. À
partir de ces mots puissants : Ne
mourrons pas fatigués, Boudjelal
leur a proposé de raconter comment, pris dans des flux incessants,
ils et elles parviennent à ne pas
perdre pied, à tenir, s’inscrire dans
la vie. L’artiste les a écouté·es,
photographié·es, et a relaté ces
histoires dans des textes.
ENG Bruno Boudjelal took up
residence in Meyrin from January
to March 2019. The artist met men
and women who arrived in Geneva
after a difficult migration journey.
With these powerful words as a
starting point: Let us not die tired,
Boudjelal suggested that they tell
us how, caught up in incessant
flows, they manage not to lose
their footing, to hold on, to become
part of life. The artist listened to
them, photographed them, and
told their stories in texts.
Ne mourrons pas
fatigués
Bruno Boudjelal
Du 2 au 20 mars 2019
Zone piétonne, rue du Mont-Blanc
Co-présenté par la Ville de
Meyrin et la Fondation
Meyrinoise du Casino
Être et avoir
Thierry Dana
Du 10 au 17 mars 2019
Vernissage le 9.03 à 17h, en présence de JP Kalonji
Maison des Arts du Grütli –
Espace Hornung
Exposition réalisée en collaboration avec l’Hospice Général
Quand une guerre ou une
autre catastrophe survient, elle
anéantit l’être et le dépossède.
Il n’a plus rien, n’est plus rien.
Certains s’enfuient, deviennent
des réfugié·es ; ceux qui ont de la
chance emportent un objet, lien
fragile avec leur vie d’avant. Thierry
Dana a restitué sous forme photographique ces vestiges parfois
triviaux mais chargés d’une valeur
affective inestimable. Leur histoire
est universelle et nous pousse à
nous interroger : « Et moi, quel objet
aurais-je emporté ? ».
ENG When a war or a catastrophe
hits, people are often stripped of
their dignity and belongings. They
are left with nothing, they feel
worthless. Some flee and become
refugees; the lucky ones manage
to grab an object before they
leave -a memorabilia connected
to their past life. Thierry Dana has
captured these records charged
with priceless sentimental value.
Looking at these objects, one
can’t help but reflect and wonder:
“What would I have brought with
me?”
Without Justice
our Wounds
Cannot be Healed
Liberia’s Quest for Justice
Du 8 au 17 mars 2019
Café Babel
Vernissage mercredi 13 mars à 19h
Co-présenté par Civitas Maxima
À la lumière des procès de
criminel·les présumé·es dans les
tribunaux étrangers, la jeunesse
libérienne peint sa quête de justice,
par le truchement de bandes
dessinées. Nourries par les inégalités et les tensions ethniques, les
deux guerres civiles du Libéria ont
causé des centaines de milliers
de mort·es et ont généré des
millions de déplacé·es. Les victimes
attendent depuis 16 ans, dans une
paix fragile, sans qu’aucune forme
de justice ne se soit matérialisée.
ENG In light of trials of alleged
war criminals abroad, the Liberian
youth depict how they make sense
of the past using cartoons. Driven
by power imbalances and ethnic
tensions, Liberia’s two multi-faction civil wars resulted in hundreds
of thousands of brutal murders and
the displacement of millions. Victims have been waiting 16 years in
a state of fragile peace, yet there
has been no domestic justice for
the serious crimes committed.
EXPOSITIONS
Français d’origine algérienne,
Bruno Boudjelal pratique la photographie comme un mode de vie
qui interroge sans cesse sa propre
identité et nous confronte à la
nôtre. En 1993, il part sur les traces
de ses origines paternelles en Algérie. Cette découverte sera le point
de départ de 10 ans d’explorations
très personnelles qui l’amènent,
entre carnet de voyage et témoignage, à assumer la subjectivité de
son point de vue.
ENG A Frenchman of Algerian
origin, Bruno Boudjelal practices
photography as a way of life that
constantly questions its own identity and confronts us with our own.
In 1993, he left on the traces of his
paternal origins in Algeria. This
discovery proved the starting point
for 10 years of a very personal exploration that bring him, between
travel diary and testimony, to
acknowledge the subjectivity of his
point of view.
Séries présentées au CAIRN : Ne
mourrons pas fatigués (2019) ; Le
voyage impossible (2006-2012) ;
Harragas (2012) ; Frantz Fanon
(2009-2013) ; Les Paysages du
départ (2012).
La traversée des
apparences
Bruno Boudjelal
Du 9 mars au 7 avril 2019
CAIRN, espace culturel
Mercredi au dimanche de 14h à 18h
Vernissage le 10.03 à 17h,
en présence de l’artiste
Co-présenté par la Ville de
Meyrin et la Fondation
Meyrinoise du Casino
PHOTOGRAPHIE PHOTOGRAPHIE BANDE DESSINÉE PHOTOGRAPHIE
80 81
EXPOSITIONS
Sheroes
Les imaginaires de genre
dans les jeux vidéos
Du 2 mars au 20 juillet 2019
Vernissage le 1er mars à 18h30
Bibliothèque de la Cité /Multi
Présenté par les Bibliothèques
Municipales, Genève
Prison
Du 6 février au
18 août 2019
Musée international
de la Croix-Rouge et du
Croissant-Rouge
Gregor Sailer a photographié pendant deux ans et dans sept pays
des agglomérations construites
pour faire croire à des soldats, à
des touristes, au personnel de la
sécurité routière, voire même au
Président russe Poutine, des choses
qui ne sont pas. L’appellation
The Potemkin Village renvoie au
feld-maréchal russe Potjomkin qui
aurait fait construire en 1787, dans
la Crimée récemment conquise,
des coulisses de jolis villages pour
cacher la misère à la tsarine Katarina II.
La CPG présente cette exposition
en co-production avec les Rencontres d’Arles.
ENG Over the course of two years
and in seven countries, Gregor Sailer captured agglomerations built
to make soldiers, tourists, roadside
security officers, and even Vladimir
Putin, believe things that were
not. The title Potemkin Village
comes from Russian Field Marshal
Potjomkin who is believed to have
built beautiful fake villages in 1787,
in the recently conquered Crimea,
to hide the squalor from tsarina
Katarina II.
The CPG presents this exhibition in
co-production with Les Rencontres
d’Arles.
Le jeu vidéo crée des univers, raconte des histoires, nous fait incarner de multiples rôles. Comment
le genre façonne-t-il ces imaginaires ? Quelles places y occupent
les femmes et les hommes ?
L’exposition propose de découvrir des jeux donnant vie à des
héro·ïnes moins stéréotypé·es et de
prendre les manettes pour comprendre ce qui se joue entre genre
et jeu vidéo.
L’exposition est présentée en ouverture de la Semaine de l’égalité.
ENG Video games create universes, tell stories, and allow us to
embody multiple roles. How does
gender shape these virtual worlds?
What positions do men and women occupy within them?
The exhibition gives the opportunity to discover games that bring
to life less stereotypical heroes
and heroines, and to take up the
controllers to understand what is
at play between gender and video
gaming. This exhibition is presented as part of the opening of the
Semaine de l’égalité.
Prison aborde de nombreuses
thématiques : enfermement,
conditions de détention, exclusion
mais aussi réinsertion et justice
restaurative.
Éclairages historique, philosophique, anthropologique et sociologique viennent côtoyer créations
musicales, photographies, extraits
littéraires, films et témoignages
pour livrer une réalité ambiguë qui
bouscule les stéréotypes et qui
interroge aussi sur la possibilité
d’alternatives à ce système punitif
hérité du XVIIIe siècle.
ENG Prison looks at incarceration
from all angles – from imprisonment and exclusion to detention
conditions, social reintegration and
restorative justice.
In addition to exploring the historical, philosophical, anthropological
and sociological aspects of incarceration, the exhibition features
musical creations, photos, literary
excerpts, films and first-hand accounts. In revealing the ambiguous
reality of detention, it breaks down
stereotypes and raises the possibility of alternatives to a punitive
system that dates back to the 18th
century.
Le village
Potemkine
Gregor Sailer
Du 27 février au 21 avril
2019
Centre de la photographie Genève
So.lil.o.quy
Alec Von Bargen
Du 8 au 17 mars
Espace Pitoëff – Cour
Co-présenté par Médecins Sans
Frontières
Pour son projet So.lil.o.quy, Alec Von
Bargen a visité et photographié
différents projets de Médecins sans
Frontières (MSF) dans dix pays. Il
place l’observation et le dialogue
avec son environnement au cœur
de son travail. Les photographies
qui en résultent montrent l’inspiration obtenue par l’artiste à partir
des luttes de survie des gens et
de la proximité qui vient de l’aide
humanitaire.
ENG For his current project
So.lil.o.quy, Alec Von Bargen visited
and photographed several projects
of Médecins Sans Frontières (MSF)
in ten countries. At the heart of his
work are in-depth observation and
dialogue with his environment. The
resulting photographs show the
inspiration obtained by the artist
through the struggles of people
for survival and the proximity that
comes from humanitarian aid.
Light on the Move
Muhammed Muheisen
Du 4 au 17 mars 2019
Vernissage le 7 mars dès 18:00
Fondation Fluxum
Horaires : Semaine : 12h – 18h Week
end sur RDV : 022 436 81 91
Light on the Move est une sélection
de 15 photos qui montre la vie
quotidienne et les défis auxquels
sont confrontés les réfugié·es et les
personnes déplacées à l’intérieur
de leur pays lorsqu’ils s’installent
dans leur nouvel environnement.
Light on the Move est l’espoir et la
résilience des personnes touchées
par les conflits, la pauvreté, entre
autres.
ENG Light on the Move is a selection of 15 images that shows
the daily life and the challenges
refugees and internally displaced
people face while on the move and
after settling down in their new
environment. Light on the Move is
the hope and resilience of those
people affected by conflict, poverty, amongst other things.
The Scavengers
Pascal Greco
Du 12 mars au 12 avril 2019
CinéLux
Exposition tirée du film The
Scavengers de Pascal Greco suivie
du film présenté en première
mondiale.
Pourquoi Gaza?
Khalil Hamra
Du 6 au 29 mars 2019
Vernissage le 6 mars à 18h30
Galerie de l’Olivier
Présenté par l’ICAM
À Hong Kong, Pascal Greco a suivi
« Popo » (grand-mère) Lee, Chui
& Lai dans la dureté et l’ingratitude de leur travail, observant leur
extrême sagesse et courage.
Les « scavengers » sont-ils les
« dommages collatéraux » d’une
industrialisation fulgurante,
d’une société désensibilisée à la
collectivité, qui n’a plus de respect
pour ses anciens, engagée vers
des motivations individualistes
et détournées de toute forme
d’humanité ?
Le 100% des ventes des photos ira
à deux associations qui aident ces
personnes âgées en leur apportant
de la nourriture et des médicaments.
ENG In Hong Kong, Greco followed
“Popo” (grandmother) Lee, Chui
& Lai in the hardship and ingratitude of their work, observing their
extreme wisdom and courage.
Are these scavengers the “collateral damage” of rampant industrialization, of a society desensitized
to collectivity which no longer
respects its elders, committed
to purely individualistic interests
and disinterested in any form of
humanity?
100% of sales will go to two associations involved in helping these
elderly people by bringing food
and medicine.
L’ICAM, Associated Press et Visa
pour l’Image présentent l’œuvre
du photographe palestinien Khalil
Hamra : une bande de terre de 360
km2
, plus de 2 millions d’habitant·es
privé·es des services essentiels se
débattant pour survivre au milieu
des ruines. Un quotidien qui renvoie
vers le monde des images de
destruction et de souffrances. Face
au désastre, le cri photographique
lancé par un regard gazaoui nous
fait partager la résilience et l’espoir
malgré tout.
ENG The ICAM (Institute of Arab
and Mediterranean Cultures), Associated Press and VISA pour l’Image present the work of Palestinian
photographer Khalil Hamra.
A 140 square mile land strip
with more than 2 million people
struggling for survival amidst ruins,
beleaguered by daily dramatic
shortages of facilities. A life known
the world over for its destruction
and sufferings. A local photographer’s outcry shares his vision of
ongoing resilience and hope.
Aux scènes de Syriens ou d’Africains
qui tentent d’atteindre les côtes
européennes entre 2015 et 2016 au
péril de leur vie, se sont ajoutées en
2018 celles de milliers de Honduriens marchant durant plus d’un
mois pour rejoindre la frontière
américaine. L’année 2018 a été
également marquée par l’exode
massif de Vénézuéliens fuyant la
crise économique et politique de
leur pays. Sans oublier un autre
exode, celui de quelque 700.000
Rohingyas qui ont fui les violences,
depuis le lancement en août 2017
d’une offensive de l’armée birmane
contre les rebelles musulmans.
L’AFP les a suivis dans leur périple
pour témoigner de leurs espoirs,
leurs déceptions, leurs joies et leurs
épreuves.
ENG In addition to the scenes of
Syrians or Africans trying to reach
the European coasts between 2015
and 2016 at the risk of their lives,
in 2018 there were also those of
thousands of Hondurans walking
for more than a month to reach
the American border. The year 2018
was also marked by the massive
exodus of Venezuelans fleeing
the economic and political crisis
in their country. Not to mention
another exodus, that of some
700,000 Rohingya who have fled
the violence, since the launch in
August 2017 of a Burmese army
offensive against Muslim rebels.
AFP followed them on their journey
to share their hopes, disappointments, joys and challenges.
Rendre l’invisible
visible
Du 18 au 29 mars 2019
ONU – Palais des Nations
En partenariat avec l’OIF et
l’Agence France Presse
PHOTOGRAPHIE PHOTOGRAPHIE EXPOSITION INTERACTIVE PLURIDISCIPLINAIRE PHOTOGRAPHIE VIDÉO PHOTOGRAPHIE PHOTOGRAPHIE
83
GRÜTLI
Grütli
Langlois
10:00
11:00
12:00
13:00
14:00
15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
Grütli
Simon
Théâtre
PITOËFF
Vendredi 8.03
Documentaire
In Search
Forum
DISCOURS D’OUVERTURE: RESPONSABILITÉ
ET DROITS HUMAINS
Forum
SUR LEURS ÉPAULES: LES
COMBATS DES DÉFENSEUSES
DES DROITS HUMAINS
On Her Shoulders
Fiction
Another Day
of Life
Documentaire
A Northern
Soul
Programme
FIFDH
Rencontre
WOMEN’S POWER
AND MEDIA –
PAT MITCHELL
IN CONVERSATION
WITH GIVING WOMEN
Forum international Film, discussion Film Évènement Grand Genève
Forum
SOUDAN DU SUD :
LA PLUS JEUNE NATION
DU MONDE À LA RECHERCHE
DE LA PAIX
Documentaire
Ghost Fleet
Samedi 9.03
Grande
Salle
GRÜTLI
Grütli
Langlois
13:00
14:00
15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
Grütli
Simon
Théâtre
PITOËFF
SOUDAN DU SUD AVEC FOREST WHITAKER
INSOUMISES
Forum
FAIRE DU DROIT AU LOGEMENT
DÉCENT UNE RÉALITÉ
Push (Rough Cut)
Rencontre
BRUNO BOUDJELAL
Fiction
Manta Ray
Fiction
The Sweet
Requiem
Documentaire
Still Recording
Musée
d’ethnographie
de Genève
Documentaire
Survivors
GHOST FLEET
LES GRAFFITIS DE MAI 68 À NOS JOURS
Évènement
EMPREINTES NÉGATIVES
LES GRAFFITIS DE MAI 68
À NOS JOURS
Yves Pagès
et Philippe Bretelle
Forum
LES FEMMES JOURNALISTES:
CIBLES DE CHOIX
DU CYBER-HARCÈLEMENT?
A Dark Place
Fiction
Insoumises
Espace
Hornung
Vernissage exposition
Être et avoir
Thierry Dana
Documentaire
Léa Tsémel,
avocate
Évènement
FILMMAKERS
AT RISK
CHC et salle
communale
PRESINGE
Documentaire
Futur d’espoir
Visite thématique
La mort à vivre
G
Gratuit G
en présence du.de la cinéaste
Programme professionnel
G
G
Évènements
CONCERT PAUL GRANT
À 11:00, REPAS À 13:00
G G
G

Documentaire, discussion
Un tramway
à Jérusalem
Évènement
AGIR SANS PLUS TARDER : TRANSITION ÉCOLOGIQUE
ET DROITS HUMAINS – Carte blanche à Léo Kaneman
Après Demain
Forum
LES DROITS HUMAINS
SONT-ILS UNIVERSELS ?
Zero Impunity
Documentaire
L’Époque
Fiction
aKasha
Documentaire
Ils n’ont
pas choisi!
Dimanche 10.03
Grande
Salle
GRÜTLI
Grütli
Langlois
13:00
14:00
15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
Grütli
Simon
Aula de l’école
des Vergers
MEYRIN
Théâtre
KATE GILMORE
BRUNO BOUDJELAL
DICK MARTY
Forum
UNE CROIX
SUR LES VALEURS SUISSES?
La Preuve scientifique
de l’existence de Dieu
Fiction
Carmen
& Lola
Documentaire
The Trial of
Ratko Mladić
Documentaire
Strange
Fish
Documentaire, discussion
A Northern Soul
PITOËFF
Cairn
MEYRIN
Vernissage exposition
Ne mourrons
pas fatigués
Bruno Boudjelal
Fiction
Los Silencios
G
Point Favre
CHÊNE-BOURG
LOS SILENCIOS
G
G
Évènement
PROMENADE
ROUSSEAU À 11:00
Maison
de Rousseau
et de la Littérature

Documentaire
A Northern Soul
Grande
Salle
GRÜTLI
Grütli
Langlois
13:00
14:00
15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
Grütli
Simon
Centre OTIUM
La julienne
PLAN-LES-OUATES
Cinéma
Cinérama Empire
Théâtre
PITOËFF
Lundi 11.03
Documentaire
On Her Shoulders
Forum
LE WEB A 30 ANS,
METTONS-LE AU SERVICE DE TOUTES ET TOUS
Internet ou la révolution du partage
Documentaire
Hamada
Fiction
House
of My Fathers
Documentaire
Coming Out
Café
Babel
Documentaire, discussion
Another Day of Life
Évènement
HACKATHON POUR LES DROITS HUMAINS
Documentaire
Futur d’espoir
G
Forum
MASCULINITÉS:
DES QUESTIONS QUI FONT MAL
La Virilité
Fiction
Manta Ray
Autour d’un film
OPÉRATION PAPYRUS
Documentaire
In Search…
HOUSE OF MY FATHERS
A NORTHERN SOUL
OPÉRATION PAPYRUS
TIM BERNERS-LEE
Forum international Film, discussion Film Évènement Grand Genève
G
Évènement
BUFFET ET PROJECTION
CHC
ANIÈRES
Gratuit G
en présence du.de la cinéaste
en audiodescription et sous-titres
pour personnes sourdes ou malentendantes
85
Autour d’un film
DELPHINE & CAROLE:
CAMÉRA AU POING !
Delphine et Carole,
Insoumuses
Grande
Salle
GRÜTLI
Grütli
Langlois
10:00
11:00
12:00
13:00
14:00
15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
Grütli
Simon
CHC
des Tattes
VERNIER
Théâtre
Mardi 12.03
Fiction
The Boy Who
Harnessed the Wind
Forum
RECONSTRUIRE L’IRAK :
LES DÉFIS DE L’APRÈS-DAESH
Mossoul après la guerre
Documentaire
trustWho
Fiction
Carmen et Lola
Documentaire
Léa Tsémel,
avocate
Documentaire
Le Parfum
d’Irak
Documentaire
Opération
Papyrus
Fiction, discussion
The Boy Who
Harnessed the Wind
Avant-première
THE SCAVENGERS
Vernissage exposition
THE SCAVENGERS
Évènement
RENCONTRE
AVEC LEÏLA SLIMANI
Documentaire
Hayati
(ma vie)
Évènement
VERRÉE
Évènement
RENCONTRE AVEC RITHY PANH
Les Tombeaux sans noms
Café
Babel
Évènement
CAFÉ DES LIBERTÉS
Évènement
REPAS
CinéLux
Espace Louis Simon
GAILLARD
Documentaire, discussion
On Her Shoulders G
Regards Croisés
SION
G
Documentaire, discussion
Après Demain G
COS Documentaire
Un jour ça ira
Évènement
BUFFET
PITOËFF
G
Cinéma
Spoutnik
Rétrospective
Une jeunesse
allemande
Documentaire, discussion
ForEveryone.Net
CERN-Globe de G
la science et de
l’innovation
Grande
Salle
GRÜTLI
Grütli
Langlois
10:00
11:00
12:00
13:00
14:00
15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
Grütli
Simon
Musée
d’ethnographie
de Genève
Théâtre
PITOËFF
Mercredi 13.03
Fiction
The Boy Who
Harnessed the Wind
Documentaire
Zero Impunity
Forum
LES HUMAIN·ES DU FUTUR :
TROP PARFAIT·ES ?
Bébés sur mesure
Documentaire
Letter from
Masanjia
Concert
SHAHIN NAJAFI
Maison de Quartier Sous-Gare
LAUSANNE
Aula des
Boudines
MEYRIN
École de Luchepelet
BERNEX
Documentaire, discussion
Delphine et Carole,
Insoumuses
Alhambra
G
Évènement
HAÏTI – EN BAS LA VILLE
Laurent Gaudé et
Gaël Turine
Café
Babel
Vernissage exposition
WITHOUT JUSTICE OUR
WOUNDS CANNOT BE HEALED
Documentaire
A Northern
Soul
Fiction
Another Day
of Life
Fiction
aKasha
Documentaire
Les Tombeaux
sans noms
Visite thématique
La divination
Documentaire, discussion
On Her Shoulders G
Salle Communale
SATIGNY
Documentaire, discussion
On Her Shoulders
G
Documentaire, discussion
Strange Fish
G
G
Documentaire
A Dark Place
Cinéma
Spoutnik
Aula des
Coudriers
Rétrospective
Montages d’archives
Documentaire, discussion
Futur d’espoir G
Gratuit G
en présence du.de la cinéaste Forum international Film, discussion Film Évènement Grand Genève
Grande
Salle
GRÜTLI
Grütli
Langlois
10:00
11:00
12:00
13:00
14:00
15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
Grütli
Simon
Théâtre
PITOËFF
Jeudi 14.03
Forum
POUR LES PEUPLES,
CONTRE LES POPULISMES?
When the War Comes
Forum
RDC : UNE RÉVOLUTION DE LA JEUNESSE?
Congo Lucha
Fiction
The Sweet
Requiem
Documentaire
Corée du
Nord(…)
Documentaire
Opération
Papyrus
Documentaire
Les Tombeaux
sans noms
Théâtre de Carouge
Grande Salle
La Cuisine
Salle communale
du Petit Lancy
LANCY
Café Nénuphar
VERNIER
Documentaire
Futur d’espoir
Musée International
de la Croix-Rouge
et du Croissant-Rouge
(MICR)
Documentaire
Corée du
Nord (…)
G
Café
Babel
Programme industrie
IMPACT DAY À 9:30
Programme industrie
IMPACT DAY
Autour d’un film
DES PROCÈS PEU ORDINAIRES:
LE PROCÈS RATKO MLADIĆ
The Trial of Ratko Mladić
Fiction
House of
My Fathers
Autour d’un film
RENCONTRE AVEC DICK MARTY
Dick Marty,
un cri pour la justice
Évènement
RENCONTRE AVEC
LAURENT GAUDÉ
Hôpital de Psychiatrie
de Belle-Idée
Documentaire, discussion
La Preuve scientifique
de l’existence de Dieu
Documentaire, discussion
A Northern Soul
G
G
Rencontre
HUSSAIN
CURRIMBHOY G
Cinéma
Spoutnik
Rétrospective
Chants de révolte (…)
Ferme des Tilleuls
RENENS
Documentaire
Another Day of Life
G
Grande
Salle
GRÜTLI
Grütli
Langlois
10:00
11:00
12:00
13:00
14:00
15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
Grütli
Simon
Maison de la Paix
(IHEID)
Théâtre
PITOËFF
Vendredi 15.03
Fiction
Los Silencios
Forum et Avant Première
RENCONTRE AVEC
ROBERTO SAVIANO
Film: Piranhas
Forum
QUI PARLE ENCORE DES PALESTINIEN·NES?
The Occupation
of the American Mind
Documentaire
Futur d’espoir
Documentaire
Parfum
d’Irak
Documentaire
Ghost Fleet
Documentaire
Dick Marty,
un cri pour
la justice
Documentaire
Mossoul
après
la guerre
Forum
ÉPIDÉMIES D’EBOLA: LES VIRUS DE LA
GOUVERNANCE MONDIALE DE LA SANTÉ
Survivors
Forum international Film, discussion Film Évènement Grand Genève
Forum retransmis
RENCONTRE AVEC
ROBERTO SAVIANO
Cinéma
Spoutnik
Rétrospective
Lumières d’été
Documentaire, discussion
Congo Lucha
Évènement G
VERRÉE
Gratuit G
en présence du.de la cinéaste
Programme professionnel
Salle communale
ANIÈRES
87
A
Abu Sa’Da Caroline 34
Adet Anne-Claire 67
Ai Weiwei 43, 60
Alani Feurat 75
Al Batal Saeed 39, 54
Alonso Lormand Maria Jesus 16
Aloudat Tammam 19
Alper Loretta 28
Alsakban Maha 24
Apothéloz Thierry 52
Arnott Steve 67
Aroonpheng Phuttiphong 44
Ashraph Sareta 15
Atallah Marc 25
Atassi Mohammad Ali 54
Ayad Christophe 28
Ayoub Ghiath 39, 54
B
Bacà Velasco Juana 33
Bachelet Michelle 4
Badie Bertrand 27
Baillif Fred 20, 48, 65, 77
Bamba Junior Bakary 32
Barbosa Fellipe 8
Bareyre Matthieu 38
Bauma Fred 26, 65
Beerli Christine 20
Bellaïche Philippe 39
Berger Jean-François 71
Bernasconi Fulvio 47, 53
Berners-Lee Tim 23, 66
Bertoluzzi Giulia 31, 42
Beyani Chaloka 15
Bideau Jean-Luc 66
Bitti Gilbert 53
Blais Mélissa 21
Blanchet Karl 29
Blies Nicolas 19, 43
Bocco Ricardo 65
Boink Joey 33, 47
Bombach Alexandria 14, 39
Borrel Philippe 23, 48
Boudjelal Bruno 7, 62, 67, 79
Bourg Dominique 56
Bredoux Lénaïg 21
Bretelle Philippe 57
Brogniart Margot 33
Budin Camille 76
Burnet James 58
Bussard Stéphane 56
C
Camilli Annalisa 27
Canal Lucie 67
Carologie 63
Cassani Ursula 54
Cassis Ignazio 4
Cazador Laura 46
Ceppi Jean-Philippe 52
Cerqui Daniela 25
Chatelard Géraldine 32
Chauvin Sébastien 21
Cohen Andy 43, 60
Cohen Léonard 75
Colin Xavier 31, 54
Cornut David 65
Costa Petra 40, 61
Cottier Philippe 11
Coulon Séverine 73
Crettenand André 26
Crittin Pascal 5
Currimbhoy Hussain 9, 59, 63
D
Daam Nadia 17
Daccord Yves 32
Damiba Youlouka 41
Dana Thierry 79
Denjean Cécile 21
De Hijes Sophie 52
Deluz Anne 11
Demirdjian Alexis 53
Desir Harlem 17
Devigne Floriane 76
Diabaté Samba 71
Dion Cyril 47, 56
Dominguez Serén Eloy 40
Doucet Lyse 15
Dreifuss Ruth 54
Dufour Nicolas 53
E
Earp Jeremy 28, 48
Echevarría Arantxa 44
Edgerton Joel 46
Ejiofor Chiwetel 73
Elbakyan Alexandra 23
Erakat Noura 28
Escudé Poulenc Sofi 75
F
Farha Leilani 18
Filliger Filippo 72
Fitch Anna 29, 42
Flückiger François 66
Fontanet Nathalie 52
Franck Lilian 49
de la Fuente Raúl 43
G
Gabriell João 21
Galvez Suarez Arnoldo 33
Garaï François 65
Garcia Lenina 33
Garibian Sévane 53
Gaudé Laurent 58, 60
Gebert Jan 27, 49
Gertten Fredrik 18, 49
Geybulla Arzu 17
Ghaem Maghami Rokhsareh 76
Gilmore Kate 18
Giovannesi Claudio 30, 46, 45
Gitaï Amos 61
Giussani Bruno 23, 66
Gobbo Stéphane 5
Grant Paul 67, 77
Grant Philip 26
Grappe Marjolaine 75
Grau Heidi 26
Grayson Catherine-Lune 15
Greco Pascal 70, 81
Groff Jean-François 66
Guélat Romain 71
Guelpa Béatrice 41, 52, 75
Guldimann Tim 20
H
Halle Marianne 52
Halpérin Lionel 54
Hamra Khalil 81
Héron Célia 16
Horner Thierry 52
Hueber-Blies Stéphane 19, 43
I
Iweala Uzodinma 10, 19
J
Johansson Kristina 59
Jones Rachel Leah 39
K
Kabuo Rebecca 27, 65
Kanaan Sami 5, 18, 23
Kaneman Leo 5, 56
Kapur Ratna 19
Karaki Samah 71
Kickbusch Ilona 29
Kiefer Bertrand 25
Kiran Nazish 17
Kizilhan Jan Ilhan 66, 67
Kollnert David 59
Korganow Grégoire 69
Krähenbühl Pierre 28
kuka hajooj 43
L
Lee Leon 75
Lema Luis 32
Leroyer Madeleine 59
Liu Joanne 29
Loretan Raymond 27
Louis Édouard 34
Lozano Juan José 41, 52, 75, 76
Lucas Isabelle 58
M
Magnin Xavier 4
Magoko Beryl 41
Maïga Aïssa 44, 67, 77
Maillart Thomas 23
Mansaray Lansana (Barmmy Boy)
29
Mantilleri Brigitte 52
Mardini Sara 31
Martinez Javier Luque 17, 46
Marty Dick 20, 47, 53, 66
Marzoug Chamseddine 31
Masson Blandine 61
Mazzone Lisa 56
McAllister Sean 34, 38
McCloskey Peter 53
Mc Nulty Callisto 38, 52, 67
Michel Serge 20
Mikulic Ivan 15
Miller Robert 42, 53
Mitchell Pat 10, 62
Menghini Mathieu 57
Monceau Henri 56
Montmartin Valérie 59
Moquette Atalanti 62
Morales Karine 71
Morales Zaira 44
Motta Francesco 24
Muheisen Muhammed 9, 81
Munyaneza Eddy 9, 63
Mushikiwabo Louise 4
N
Najafi Shahin 11, 70
Najeeb Michael 32
Nandege Magdalena 16
Natasegara Joanna 61
Nauzyciel Arthur 72
Nenow Damian 43
Noualhat Laure 47, 56
P
Pagani Rémy 32
Pagès Yves 57
Panh Rithy 58
Parrot Denis 75
Pechonchyk Tetiana 15
Pelliciolli Malika 66
Perez Valdes Fernando 46
Péricard Caroline 71
Périot Jean-Gabriel 50, 72
Poiret Anne 24, 41
de Pontes Maria Lùcia 18
Pratt Arthur 29, 42
de Preter Marie-Dominique 53
Duroch Françoise 67
Q
Qasim Adiba 65, 67
R
Rabaud Marlène 26
Rajagopal P.V. 56
Richeux Marie 7, 62
Rimmer Peggie 66
Rindelaub Britta 52
Robert Thierry 25, 47
Rolley Sonia 27
Romanova Evdokia 6
Rosca Ninotchka 26
Ross Gaylen 43, 60
Rossiaud Jean 56
Rovera Donatella 24
S
Saadoon Mustafa 24
Sailer Gregor 80
Salerno Sandrine 5
Sarin Ritu 45
Sassen Saskia 18
Saviano Roberto 30, 46
Schick Manon 15
Schouwey Pascal 60
Segal Ben 66
Seigner Beatriz 45
de Senarclens Coline 52
Sergent François 63
Service Shannon 38
Sharief Hajer 15
Singer Henry 42, 53
Sivakumaran Suba 44
Slimani Leïla 8, 57
Sonam Tenzing 45
Sparrow Annie 29
Spataru Nina 59
Staberock Gerald 33
Staderdini Nelly 66
Stallman Richard 22
Stevens Walter 17
T
Teixeira Ludimilla 27
Thébault Guillaume 48, 66, 75
Thébert Dorothée 72
Torres Liliana 75
Trébault Julie 9, 63
Turine Gaël 58
V
Valdez Rudy 49, 54, 76
van Schalk Nicole 59
van Velzen Ilse 59
Vaquer Jordi 31
Velásquez Gómez Iván 33
Vink Gideon 41
Viret Géraldine 20
Von Bargen Alec 80
W
Wadimoff Nicolas 32, 40
Waldron Jeffrey 38
Weber Scott 16
Werntz Mary 59
Whitaker Forest 16
White Banker 29
Widmann Anne-Frédérique 52
Z
Zambeaux Edouard 76
Zambeaux Stan 76
Zanetti Vincent 71
Zellweger Valentin 56
Évènement documentaire
PREMIÈRE MONDIALE
DE XIMEI, EN PRÉSENCE
DE AI WEIWEI
Documentaire, discussion
Delphine et Carole,
insoumuses
Grande
Salle
GRÜTLI
Grütli
Langlois
10:00
11:00
12:00
13:00
14:00
15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
Grütli
Simon
Théâtre du Bordeau
ST-GENIS-POUILLY
Espace
Grosselin
CAROUGE
PITOËFF
Théâtre
Samedi 16.03
Forum
MIGRATIONS: QUAND LA SOLIDARITÉ
EST CRIMINALISÉE
Strange Fish
Documentaire
Hamada
Documentaire
Delphine
et Carole,
Insoumuses
Documentaire
L’Époque
Évènement documentaire
PROJECTION SPÉCIALE DE
THE EDGE OF DEMOCRACY: LE BRÉSIL AU BORD
DU GOUFFRE
Documentaire, discussion
Après Demain
Hôpital de
Beau-Séjour
Gratuit G
en présence du.de la réalisateur.rice
G
Forum
LES PATRIMOINES CULTURELS:
VICTIMES DE GUERRE
L’Apollon de Gaza
Fiction
Boy Erased
Documentaire
Ils n’ont
pas choisi!
Documentaire
La Virilité
Documentaire
Congo
Lucha
Visites
FRICHE URBAINE ET
JARDIN COLLECTIF
DES MORAINES
G
Documentaire, discussion
On Her Shoulders
G
en audiodescription et sous-titres
pour personnes sourdes ou malentendantes
Forum international Film, discussion Film Évènement Grand Genève
Bains
des Pâquis
Documentaire
La Preuve scientifique
de l’existence de Dieu
G
Concert
KALA JULA
Forum
GUATEMALA: POUR LA MÉMOIRE,
CONTRE L’IMPUNITÉ
Burden of Peace
Dimanche 17.03
Grande
Salle
GRÜTLI
Grütli
Langlois
13:00
14:00
15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
Grütli
Simon
Maison de
Quartier des
Eaux-Vives
Cinémathèque
suisse
LAUSANNE
Théâtre
PITOËFF
FILMS PRIMÉS*
Musée
d’ethnographie
de Genève
Documentaire
Fleurs du bitume
FILMS PRIMÉS*
*Films primés à Grütli-Simon, Langlois et Pitoëff
Horaires disponibles dès le 16 mars au soir sur www.fifdh.org et dans les lieux du festival
Forum
LES NOUVEAUX DAMNÉS DE LA TERRE:
DISCUSSION AVEC ÉDOUARD LOUIS AUTOUR
DE QUI A TUÉ MON PÈRE
A Northern Soul
Autour d’un film
SYRIE: DES IMAGES FACE À L’OUBLI
Still Recording
Autour d’un film
EN SUISSE, PEUT-ON PUNIR
L’ENTOURAGE D’UN.E CRIMINEL·LE?
The Sentence
Café
Babel
Évènement
RETOUR SUR L’ÉDITION
2019 DU FIFDH : LA
PAROLE EST À VOUS!
Avant-Première et rencontre
Un Tramway à Jérusalem
Amos Gitaï
CinéLux
Avant-première
THE SCAVENGERS
Exposition
THE SCAVENGERS
Pascal Greco
10:00
11:00
12:00
Documentaire
La Preuve scientifique
de l’existence de Dieu
Évènement
MUSIQUE, CÉRÉMONIE DU CAFÉ, JEU
Évènement
APÉRITIF
DÎNATOIRE
Ciné-Club de 4 à 7
ORBE
Avant-Première et rencontre
Un Tramway à Jérusalem
Amos Gitaï
Documentaire
A Northern Soul
Cinéma Rouge&Noir
ST-JULIENEN-GENEVOIS
Documentaire
A Northern Soul
G G
G
G

88 89
/TV5MONDE-France-Belgique-Suisse www.tv5monde.com
La chaîne culturelle francophone mondiale
Bienvenue en Francophonie
TV5MONDE, le 1er réseau audiovisuel francophone mondial dont la vocation est de promouvoir l’ensemble de la création francophone, la langue française et de délivrer une information multilatérale et internationale sur tous les
continents, avec ses 3 grands rendez-vous : 64’ Le Monde en français, 300 Millions de critiques et Objectif Monde.
TV5MONDE, c’est : l 370 millions de foyers dans 198 pays l 9 chaînes généralistes régionalisées et 2 chaînes thématiques dédiées à
la jeunesse (TiVi5MONDE) et à l’Art de vivre (Style HD) l des programmes en tout genre : cinéma, fiction, art de vivre, documentaire,
divertissement, jeunesse, sport, musique, sous-titrés en 14 langues l un univers numérique pour tous les supports et tous les usages
: plateformes de rattrapage, applications mobiles, service de vidéos à la demande, offres numériques spécifiques Afrique et Jeunesse.
Retrouvez les grands moments du Festival International des Droits Humains sur le site Terriennes :
information.tv5monde.com/terriennes ; et dans l’émission 64’ Le Monde en français sur TV5MONDE.
TV5MONDE partenaire du 17e Festival International des Droits Humains de Genève
Printemps / Été 2019 — ORIENT EXTRÊME
aaaaaaaaaaaaaaaaab
aaaaaaaaaaaaaaaaab
aaaaaaaaaaaaaaaaab
aaaaaaaaaaaaaaaaab
aaaaaaaaaaaaaaaaab
aaaaaaaaaaaaaaaaab
aaaaaaaaaaaaaaaaab
aaaaaaaaaaaaaaaaab
aaaaaaaaaaaaaaaaab
aaaaaaaaaaaaaaaaab
aaaaaaaaaaaaaaaaab Le XXIe
siècle en images
Album de famille
LA MAMIE
QUI DÉCHIRE
Liban
LUXE, FASTE
ET VANITÉ
Irlande
L’IVG
A GAGNÉ
Photobiographie
JACQUES
CHIRAC
ORIENT
EXTRÊME
Business de la solitude
Exode brutal
La clinique des sexes
No17 — Printemps / Été 2019
Le xxie
siècle en images
Le meilleur du photojournalisme mondial
Chez votre libraire
100% INFORMATION – 0% PUBLICITÉ
CHAQUE TRIMESTRE, LA REVUE DE GRAND REPORTAGE
CHEZ VOTRE LIBRAIRE
Ecole Internationale de Genève
022 787 26 30
admissions@ecolint.ch
www.ecolint.ch
L’Ecolint, c’est…
• un environnement international
• un enseignement bilingue
• des valeurs et une mission humanistes
• une rigueur académique
• un suivi personnalisé
L’ECOLINT, PREMIÈRE ÉCOLE
INTERNATIONALE AU MONDE,
A LE GRAND PLAISIR
DE SOUTENIR LE FIFDH
LA GRANDE BOISSIÈRE
ROUTE DE CHÊNE (GE)
LA CHÂTAIGNERAIE
FOUNEX (VD)
CAMPUS DES NATIONS
GRAND-SACONNEX (GE)
EIG_200x270.indd 1 29.01.18 16:34
Agence spécialisée dans l’organisation de voyages humanitaires
et missions ONG
Tarifs spéciaux et conditions de voyages avantageuses
NGO Travels by Travelling 2000 sa
93a, avenue d’Aïre • CP 572 • 1211 GENÈVE 13
Tél. +41 (0)22 339 88 00 • Fax. +41 (0)22 339 88 01
info@ngotravels.ch • www.ngotravels.ch
Partenaire voyage
du Festival du Film et Forum International
sur les Droits Humains
FIFDH
Temps Présent 50 ans :
Pour vous, grâce à vous.
« Filmer la réalité, raconter la vie,
nous sommes depuis un demi-siècle
dans le cœur des Romands ».
201902_TP_FIFH_prog_coul_200x270+3mm_03print.indd 1 08.02.19 15:54
Schweizerische Kulturstiftung
für Audiovision
Fondation culturelle pour
l‘audiovisuel en Suisse
Fondazione culturale per
il settore audiovisivo in Svizzera
www.swissperform.ch
Notre soutien
à la culture.
En 2018, SWISSPERFORM a consacré plus
de 6 millions de francs à l’encouragement de
projets culturels et sociaux.
parce que je crois dans
les droits de l’homme et
les droits des minorités
#PrixSakharov
cettefoisjevote.eu
Nadia
Murad
FIFDH 135×200 Nadia Murad FR_landscape.indd 1 31/01/19 10:13
www.brossesadents-bambou.com
Nous proposons un choix de brosses à dents
originales en bambou, ainsi que de dentifrices
et poudres de charbon actif bio. Un concept
innovant, à la fois écologique et excellent pour
l’hygiène bucco-dentaire.
Autant esthétiques qu’efficaces, les brosses à
dents bambou se démarquent par leurs très
beaux manches, personnalisés à leur base
d’une note vive et joyeuse. Leurs poils sont en
Nylon 4, 100% biodégradables, sans ajout de
pétrole ou BPA. Qui plus est, la collection est
déclinée pour adultes comme pour enfants.
Grâce aux pouvoirs du charbon actif bio,
agent de blanchiment des dents et
antibactérien naturel, on retrouve des dents
éclatantes ! Les poils de certaines brosses
sont infusés au charbon de bambou, pour un
blanchiment naturel sans effort, jour après
jour. La gamme est complétée par des
accessoires exclusifs 100% Bambou :
étuis, gobelets, supports, …
PRÈS DE 60 ANS D’ENGAGEMENT
POUR LES DROITS DE L’ENFANT
Terre des Hommes Suisse est certifiée par le label ZEWO depuis 1988. Ce label de qualité distingue des œuvres de bienfaisances dignes de confiance.
Terre des Hommes Suisse œuvre pour un monde plus juste afin d’améliorer les
conditions de vie des enfants et le respect de leurs droits.
Aux côtés de ses partenaires, elle agit au plus près des réalités locales pour
assurer la protection des enfants, leur permettre l’accès à une éducation de
qualité, et leur donner les moyens pour être les acteurs d’un développement
solidaire et les défenseurs incontournables de leurs propres droits.
2019 sera marquée par l’anniversaire de la Convention des Nations Unies
relative aux droits de l’enfant qui fêtera ses 30 ans le 20 novembre prochain.
Ce sera l’occasion pour Terre des Hommes Suisse de mettre, plus que jamais,
les enfants et les jeunes au cœur de son action, pour qu’en véritables acteurs
de changement, ils se mobilisent pour leurs droits !
Suivez-nous toute l’année :
facebook.com/terredeshommes.suisse
instagram.com/terredeshommessuisse
www.terredeshommessuisse.ch
© Chris74 – fotolia.com / © BFG images
Image: Le Pays où rêvent les fourmis vertes de Werner Herzog (1984). Collection Cinémathèque suisse. Tous droits réservés.
Rétrospective des films de fiction
de Werner Herzog
Du 1er au 30 avril 2019
à la Cinémathèque suisse
live.cinematheque.ch
96 97
1. Espace Pitoëff, Maison Communale de Plainpalais, Grande Salle,
Théâtre Pitoëff, Café Babel
Rue de Carouge 52
2. Maison des arts du Grütli
Rue Général-Dufour 16
3. Fluxum Foundation
Rue de la Muse 5
4. Centre OTIUM
Place des Philosophes 18
5. CinéLux
Boulevard de Saint-Georges 8
6. Musée d’ethnographie de
Genève
Bd Carl-Vogt 65-67
LIEUX
la Jonction
avenue du Mail
boulevard St-Georges
Parc des Bastions
rue de Carouge
rue Dancet
Bd du Pont-d’Arve
Bd des Philosophes
Cathédrale
St-Pierre
Gare CFF
Cornavin
Rive
Place Bel-Air
rue de Coutance
Pont du Mt Blanc
rue de l’Hôtel de Ville
bd Georges Favon Pont Cou ovr l onière bd James Fazy rue de Lausanne
rue des Pâquis
rue Chantepoulet
rue du Mt Blanc
rue J.-C. Amat
rue Rothschild
rue
des Bains rue des Rois
rue du Stand
rue des deux Ponts
rue des Maraichers
Bd Carl-Vogt
Lausanne
Renens
Orbe
Neuchâtel
Bienne
Sion
Saint-Genis-Pouilly
Saint-Julien-en-Genevois
Meyrin
Vernier
Bernex
Satigny
Plan-les-Ouates
Chêne-Bourg
Gaillard
Presinge
Anières
Lancy
Carouge
Genève
10
16
8
6
15
12
14 13
4
9 11
7
5
3
17
21
18
19
20
22
7. Théâtre des Marionnettes
Rue Rodo 3
8. Cinéma Spoutnik
Place des Volontaires 4
9. Alhambra
Rue de la Rôtisserie 10
10. Bibliothèque de la Cité
Place des Trois-Perdrix 5
11. Maison de quartier des EauxVives
Chemin de la Clairière 3
12. Bains des Pâquis
Quai du Mont-Blanc 30
13. Maison de la Paix
Chemin Eugène-Rigot 2
14. Musée international de la Croix
Rouge et du Croissant Rouge
Avenue de la Paix 17
15. Aula du Cycle d’Orientation
des Coudriers
Avenue de Joli-Mont 15A
16. Carrefour Orientation Solidarité
Rue du Valais 9
17. Hôpital Beau-Séjour
Avenue de Beau-Séjour 26
18. Cinérama Empire
Rue de Carouge 72
19. Centre de la photographie
Genève
Rue des Bains 28
20. ONU Palais des Nations
1211 Genève
21. Zone Piétonne
Rue du Mont Blanc
22. Librairie de l’Olivier
Rue de Fribourg 5
LIEUX
ANIERES
Salle Communale
Rue centrale 64-66
Centre d’hébergement collectif
d’Anières
Chemin des Ambys 65
BERNEX
Salle communale de Luchepelet
Route d’Aire-la-Ville 22
CAROUGE
Théâtre de Carouge –
La Cusine
Rue Baylon 2
Centre d’hébergement MNA
de l’Etoile
Route des Jeunes 11
Espace Grosselin
Rue Jacques-Grosselin 31
CHENE-BOURG
Point Favre
Avenue F.-A. Grison 6
Hôpital de Psychiatrie
de Belle-Idée
Chemin du Petit-Bel-Air 2
CHENE BOUGERIES
Maison de la Créativité
Chemin de Calandrini 7
GAILLARD (FR)
Espace Louis Simon
Rue du Châtelet 10
LANCY
Salle Communale du Petit Lancy
Avenue Louis-Bertrand 7-9
LAUSANNE (VD)
Cinémathèque
Casino de Montbenon
Allée Ernest-Ansermet 3
Maison de quartier sous-gare
(Amnesty)
Avenue Édouard Dapples 50
MEYRIN
Aula de l’école des Boudines
Rue des Boudines 6
Aula de l’école des Vergers
Rue des Arpenteurs 9
Maison Vaudagne
Avenue de Vaudagne 16
Le CAIRN – Espace culturel
Chemin du Jardin Alpin 7
CERN – Globe de la Science et de
l’Innovation
Esplanade des Particules
NEUCHÂTEL (NE)
L’Amar – Lieu Autogéré Multiculturel d’Accueil et de Rencontres
ORBE (VD)
Théâtre de la Tournelle
Rue de la Tournelle 2
PLAN-LES-OUATES
La julienne
Route de St-Julien 116
PRESINGE
Salle communale
Chemin des Cordonnières
Centre d’hébergement collectif
Pré Rojoux 25
PUPLINGE
Champ-Dollon
Chemin de Champ-Dollon 22
La Brenaz
Chemin de Favra 10
RENENS (VD)
Ferme des Tilleuls
Rue de Lausanne 52
SAINT-GENIS-POUILLY (FR)
Théâtre du Bordeau
Rue de Genève 18
SAINT-JULIEN-EN-GENEVOIS
(FR)
Cinéma Rouge&Noir
Rue Amédée VIII de Savoie 7
SATIGNY
Salle Communale
Rampe Choully 17
SION (VS)
Point 11
Rue du Grand-Pont 11
VERNIER
Café Nénuphar
Route de l’Usine-à-Gaz 10
Centre d’hébergement des
Tattes
Chemin de Poussy 3
La Clairière
Route de Satigny 27
INFOS PRATIQUES
TARIFS
Billets uniques
Tarif normal : 15.-
Tarif réduit* et tarif jeune** : 10.-
Tarif 20 ans/20 francs*** : 8.-
TARIFS FORUM
Billets uniques
Tarif normal : 18.-
Tarif réduit* et tarif jeune** : 12.-
Tarif 20 ans/20 francs*** : 10.-
TARIF IMPACT DAY
Tarif unique* : 30 .-
*gratuit pour les accrédité·es
CARTE 5 ENTRÉES: 60.-
ABONNEMENTS
Tarif normal : 100.-
Tarif réduit* et jeune**et 20 ans/20 francs*** : 80.-
* TR : AVS, chômeurs, AI, Amis du Festival, requérants d’asile, membres
Fonction:Cinéma, membres de l’AACDG
** TJ : étudiants, apprentis, moins de 20 ans
*** Tarif 20 ans/20 francs : titulaires de la carte 20 ans/20 francs
Achats de billets et réservations aux billetteries du festival et en ligne
(www.fifdh.org)
BILLETTERIES DU FESTIVAL
Billetterie principale : maison des arts du Grütli, rue du Général Dufour 16,
1204 Genève. Ouverture le 4 mars.
Horaires de la billetterie disponible sur le site
Espace Pitoëff, Maison communale de Plainpalais, rue de Carouge 52,
1205 Genève. Ouverture le 8 mars.
Horaires de la billetterie disponible sur le site
DESK ACCRÉDITATIONS
Espace Pitoëff, Maison communale de Plainpalais, rue de Carouge 52,
1205 Genève. Ouverture le 8 mars
Aucune accréditation ne sera créée sur place. Merci de faire votre
demande en ligne.
Les tarifs jeunes et 20 ans/20 francs sont subventionnés
par la République et Canton de Genève.
98 99
· A_BAHN : Marion Guth
· ACG – ASSOCIATION DES COMMUNES
GENEVOISES
· ACTIVITES CULTURELLES DE L’UNIVERSITE
DE GENEVE
ACT ON YOUR FUTURE : Keyvan Ghavami,
Léna Menge
· ADOK FILMS : José-Michel Bühler, Emilie
Moor
· AEROPORT DE GENEVE : Jean-René Long

champ, Gabrielle Ferreira-Fong Yong
· AFFICHAGE VERT : Bernard Monney
· AFP : Pierre Fernandez
· AGORA : Nicole Andreetta
· AGENCE VU : Patricia Morvan
· Lucile ALEMANY
· ALVA FILMS: Britta Rindelaub
· AMI.E.S du FIFDH
· AMNESTY INTERNATIONAL : Manon Schick,
Emily Baud, Reto Rufer, Angélique Duruz,
Emmanuel Gaillard, Mariedo Barde, Muriel
Etienne, Joëlle Luisier
· ANDANAFILMS : Stéphane Riguet, Grégory
Bétend
· ANYSCREEN ADS SÀRL: Françoise Mona

chon
· Maria-Alejandra ARISTEGUIETA
· ARTE FRANCE : Anne Durupty, Alex Szalat,
Nathalie Semon, Françoise Lecarpentier,
Anne Le Calve, Fabrice Puchault
· ARTE GEIE : Claudia Bucher
· ARTOPIE : Mélanie Varin
· ASIAN SHADOWS
· ATS
· AVOCATS SANS FRONTIERES : Saskia
Ditisheim
· BAC FILMS : Mehdi Mimouni
· LES BAINS DES PÂQUIS : Frédéric Favre
· Jean-Marie BANDERET
· BIBLIOTHÈQUES MUNICIPALES DE GENÈVE :
Laura Gyorik-Costas, Paul Ghidoni & Cas

sande Poirier-Simon
· BIDAYYAT FOR AUDIOVISUAL ART : Moham

mad Ali Atassi, Rola Kobeissi
· BIG WORLD CINEMA
· BOHEMIAN FILMS
· BOMBIE : Daniel Fleury, Christophe Bugnon
· Michael BRUNO
· BRIGADES DE PAIX INTERNATIONALES :
Gabrielle Cottier
· BROSSES EN BAMBOU : Nicolas Codourey
· BUREAU DE L’INTEGRATION: Daniela Se

beledi, Nicolas Roguet
· CAFE RESTAURANT DU GRÜTLI : Anne Besse
et toute l’équipe
· CARREFOUR ORIENTATION SOLIDARITE:
Manuelle Zibung, Pierre-André Graezer,
Mélanie Treves
· CASA ALIANZA : Margot Brogniart
· CEFAM : Martine Perrochet
· CENTRE DE LA PHOTOGRAPHIE GENÈVE :
Joerg Bader
· CENTRE OTIUM : Linda Kamal
· CERN : Melissa Gaillard
· LA CLAIRIERE : Fernanda Ribeiro, Yannick
Hanne, Pascal Janin, Altea Losada
· CERAH : Edith Favoreux
· CINE CLUB DE 4 À 7 : Denis Barclay
· CINE DROIT LIBRE : Luc Damiba, Abdoulaye
Diallo
· CINEGLOBE : Neal Hartman
· CINEMAS DU GRÜTLI : Edouard Waintrop,
Alfio di Guardo, Bernard Grosgojat, Sarah
Maes et l’équipe de projectionnistes
· CINEMATHEQUE SUISSE : Chicca Bergonzi,
Frédéric Maire, Regina Bölsterli
· CINEPHIL : Philippa Kowarsky, Shoshi Kor

man
· CIVITAS MAXIMA : Nathaly Leduc
· CLOSE UP FILMS : Joëlle Bertossa
· Andrew COHEN
· COMMUNES DU GRAND GENÈVE : ANIERES :
Antoine Barde, Caroline Benbassat, Marcela
Apotheloz, Christine Chevallier, Dominique
Lazzarelli, Céline Bagnoud ; BELLEVUE;
BERNEX : Emmanuelle Vidal; CAROUGE : Yaël
Ruta; CARTIGNY; CHÊNE-BOURG : Catherine
Origa ; COLLEX-BOSSY ; COLLONGE-BEL

LERIVE ; CONFIGNON ; DARDAGNY ; GAIL

LARD : Maurice Simon ; GRAND-SACONNEX;
JUSSY ; LANCY : Mathilde Babel Rostan ;
MEINIER ; MEYRIN : Axel Roduit, Thierry Ruffieux, Maribel Sanchez, Pierre-Alain Tschudi ;
ONEX ; PERLY-CERTOUX ; PLAN-LES-OUATES :
Pascal Mabut, Caroline Buisson ; PREGNYCHAMBESY ; PRESINGE : Patrice Mugny, RUS

SIN ; SAINT-GENIS-POUILLY : Yoran Merrien ;
SATIGNY ; VERNIER : Suzanne Boccard ;
· COURRIER INTERNATIONAL: Eric Chol,
Claire Carrard, Guillaume Drouillet, Marie
Béloeil
· CLUB DIPLOMATIQUE : Raymond Loretan,
Alizée Ehrnrooth
· CITE SENIORS : Alain Schaub, Stephane
Birchmeier
· CINETIC MEDIA: Sam Bisbee, Shane Riley
· CODAP : Valérie Vuille
Comité de sélection pour la programma

tion scolaire : Noémi Aeschimann, Guillaume
Bondi, Hélène Gandar, Valérie Langer,
Aurélien Puntos et Jonas Tjepkema.
· COMMISSION ECOLE & CULTURE SECON

DAIRE I & II : Gabriella Della Vecchia, Philippe
Genevay
· COMMISSION ÉGALITÉ DU SECONDAIRE II :
Bernadette Gaspoz
· CONSEIL ADMINISTRATIF DE LA VILLE DE
GENEVE
· CRCG SA : Cedric Genier
· COURRIER INTERNATIONAL : Eric Chol,
Claire Carrard, Marie Beloeil, Delphine Veau

dor, Claire Pomarès, Guillaume Drouillet
· CROIX-ROUGE GENEVE : Adriana Mumen

thaler
· Nicola CUTCHER
· CYCLO-TRANSPORT : Adrien
· DAILY MOVIES : Yamine Guettari, Carlos
Mühlig, Claude Talaber
· DÉLÉGATION PERMANENTE DE L’UE : Antje
Knorr
· Jean-Leonard et Sophie DE MEURON
· DFAE : Heidi Grau, Sandra Lendenmann,
Patrick Matthey, Stéphanie Carneiro Nunes,
Matthias Bachmann
· DOC SOCIETY : Nicole Van Schaik, Beadie
Feanzie
· DORIER SA : Olivier Crozet, Maurizio Mon

tagna, Daniel Gendre
· ECOLE INTERNATIONALE DE GENEVE : John
Deighan, Conrad Hugues, Isabelle Muller
· ECOLE SUPÉRIEURE DE BANDE DESSINÉE ET
D’ILLUSTRATION : Patrick Fuchs
· EMILIE FERREIRA
· ESPACE ENTREPRISE : Tristan Pfund et ses
élèves, Helga Unterlerchner
· ETAT DE GENEVE : Thylane Pfister, Nadia Ke

ckeis, Fabienne Bugnon, Jean-Luc Chopard
· EURONEWS : Peter Barabas, Frédéric Pon

sard, Wolfgang Spindler, Caroline De Tauriac
· EUROZOOM : Romain Brosolo, Marie
Mabeau
· FANDANGO : Raffaella Di Giulio, Alessandra
Angelucci
· FASSBIND HOTELS : Marc Fassbind
· LA FERME DES TILLEULS : Yanis Carnal
· FIRST HAND FILMS : Gitte Hansen, Aline
Schlunegger
· FESTIVAL GROOVE’N’MOVE : Hélène Da

vière & Aude Passilly
· FESTIVAL HISTOIRE ET CITE : Melina Tiphti

coglou
· FILM AT ELEVEN : Michele Mitchell
· FILMCOOPI : Yves Blösche, Felix Hächler
· FMC : Sophie Dör iger, Pierre Alain Tschudi
· FONCTION CINEMA : Aude Vermeil, Fré

dérique Lemerre, Florence Metzger, Laurent
Graenicher
· FONDATION ALBATROS: Valentine Demole
· FONDATION BARBOUR : Joseph Barbour,
Philippe Cottier, Silvia Presas
· FONDATION PICTET : Stephany Malquarti,
Manuèle Allen
· FONDATION EDUKI : Martine BrunschwigGraf, Didier Dutoit, Yvonne Schneiter, Sylvain
Rossel
· FONDATION FLUXUM : Cynthia Odier,
Charlotte Vizern
· Fondation Philanthropique Famille
Firmenich
· FONDATION OLTRAMARE : Jean-François
Labarthe
· FONDATION PHILANTHROPIA : Luc GiraudGuigues, Maximilian Martin, Mara De Monte
· FONDATION POUR GENEVE : Tatjana Da

rany, Gregory Licker
· FONDATION MARTINE ANSTETT : Frantz Vail

lant et Jules, Delphine Matsumoto, Salvatore
Sagues
· FONDATION SESAM : Abadallah Chatila,
Céline de Wurstemberger
FRAMEWERK : Joey Boink
· France CULTURE : Sabine Ponamale,
Virginie NOEL
· FRESHPROD : Fred Baillif, Sébastien Pasche
· GALLIMARD : Marie-Pierre Gracedieu, Pierre
Gestede, Marina Toso, Isabelle Saugier
· GENEVE TOURISME : Magnin Laureline,
Démétriadès Tiffany
. GEOMOVIES : Mariangela Matonte, Nicolas
Tenu
· GIM : Philippe Bovard, Karim Yamane,
les surveillants de Maison Communale de
Plainpalais
· GIVING WOMEN : Atalanti Moquette,
Valeria Carraturo
· GO OUT : Mina Sidi Ali
· GRADUATE INSTITUTE : Jacqueline Coté,
Léna Menge, Sophie Fleury
· GRAND THEATRE DE GENEVE : Carine
Druelle, Clara Pons, Olivier Gurtner
· GCSP Geneva Center for Security Policy
· HEAD : Jean-Pierre Greff, Sandra Mudronja,
Delphine Jeanneret, Olivier Zuchuat
· HEAD Alumni : Clément Brazile
· HEIDI MEDIA : Serge Michel
· HEIMGARTNER : René Kubler
· HEMMER.CH : Jean-Baptiste Hemmer,
Albana Sada, Eric Chavaillaz, Simon Ack

ermann
· May-Kou Ku Moroni
· HOSPICE GENERAL : Christophe Girod,
Anne Nouspikel, Barbara de Bobes, Sandra
Dessimoz, Philippe Allen, Gabriel Phelippeau,
Zaïnah Mussa-Alshebli, Mélanie Thalmann,
Hacène Ouahmane, Jennifer Ng Chin Yue,
Naïma Zerouali Mélanie Varin
· HOTEL TIFFANY : Sandrine Perrin
· HOTEL METROPOLE : Candice Jabouille
la Salle
· HUFFINGTON POST : Paul Ackermann
· HUG : Michèle Lechevalier, Camille Dols
· HÔPITAL DE JOUR : Anne-Lise Fredenrich,
Barbara Marquis, Chistiane Hempler, Daria
Habibi Anarkouli, Equipe Malatavie, Fonda

tion Children Action
· HUMAN RIGHTS FILM NETWORK
· HUMAN RIGHTS FILM FESTIVAL ZURICH :
Sascha Lara Bleuler
· ICJ : Olivier van Bogaert
· IGERSGENEVA : Olivier Miche, Nathalie
Mastail-Hirosawa
· INFOMARTIX : Laurent Marti
· ISHR : Michael Ineichen, Pooja Patel
· INDIE SALES : Martin Gondre, Louise Devil

lers
· INTERNAZIONALE : Chiara Nielsen
· INTERPEACE : Alexandre Munafo’
· INTERMEZZO FILMS : Luc Peter, Juan José
Lozano, Stéphanie Severino
· ICAM : François Barras et Alain Bittar
· Frances ISLES
· JAVA FILMS : Olivier Semonnay
· JOUR2FÊTE
· Thierry KELLNER
· KIOSQUE CULTUREL DE L’ONU : Michael
Cochet, Stéphanie Curtet
. KONBINI : Antoine Multone, Régine Bucher
· L’AMAR – LIEU AUTOGERE MULTICULTUREL
D’ACCUEIL ET DE RENCONTRES
· LA ROSERAIE : Fabrice Roman
· LATIDO FILMS
· LE COURRIER
· LE TEMPS : Stéphane Benoit-Godet, Carine
Cuérel, Stéphane Gobbo, Fabien Goubet,
Gaël Hurlimann, Luis Lema, Simon Petite
· LEMAN BLEU : Laurent Keller
· LES FILMS DE LA BUTTE : Sophie de Hijes
· LE PASSEUR DE VIN SA : David Grange
· LUMENS 8 : Laurent Finck
· LUSH : Tanja Simion
· MAISON COMMUNALE de PLAINPALAIS :
tous les surveillants
· MAISON D’AILLEURS : Marc Atallah
· MAISON DE LA CREATIVITE : Maryjan Maitre
· MAISON DE QUARTIER DES EAUX VIVES :
Annick Roduit, Catherine Vionnet
· MAISON DES ARTS DU GRUTLI : Jean-Luc
Hirt, Alain Cordey, Maurizio D’Amone,
Philippe Rieux
· MAISON ROUSSEAU : Aurélia Cochet, Eva
Cousido
· MAISON VAUDAGNE : Boris Ettori
· MARKABLE : Fabien Schaub, David Mos

chella
Javier Luque MARTINEZ
Sean McALLISTER
· MEDECINS SANS FRONTIERES : Andréa
Kaufmann, Sina Liechti, Emma Amado, Bri

gitte Rajendram, Eva Buchs, Camille Gomes
· MEDIASTOCKADE: Hollie Fifer, Rebecca Celli
· MEG : Mauricio Estrada Muñoz, Denise
Wenger, Nora Bériou
· Société cooperative MIGROS Genève,
Commission sociale: Alexia Bollmann,
Barbara Daldini
· MIRABEL PICTURES : Banker White
· MOUVEMENT POUR LA TRANSITION : Jean
Rossiaud
· Philippe MOTTAZ
· MUNDOVISION PRODUCTION & DISTRIBU

TION Inc. : George Matta
· MICR : Marie-Dominique de Preter, Alessia
Barbezat
· NEO ADVERTISING SA : Céline Duret, David
de Buck
· NETFLIX
· NETOXYGEN –TICKETACK : Jonathan Ernst,
Belkacem Alidra, Alexandre Perrin
· NGO Travels : Javier Aparicio, Amaran
Ehambaram et toute l’équipe
· OH LES BEAUX JOURS : Fabienne Pavia
· OHCHR : Laurent Sauveur, Sandrine Mbea,
Eric Tistounet et toute l’équipe
· OIF : Henri Monceau, Bakary Bamba,
Antoine Barbry
· OMCT : Gerald Staberock
· OPEN GENEVA : Ségolène Samouiller,
Thomas Maillart
· OSCE : Jennifer Adams
· OVALmedia Berlin: Lilian Franck
· PARLEMENT EUROPEEN : Ivan Mikulic
· PARTICULIERS PUB : André Cristin
· PEACE WATCH SWITZERLAND : Magali
Grossenbacher
. PERFECT : Mathieu Blisez
· PICTO : Francois George
· POSTCODE FILMS. Elhum Shakerifar
· PRO VICTIMIS : Ariane Waldvogel
· PARTICULIERS SÀRL : André Cristin
· PATRIMOINE BÂTI : Philippe Meylan, Céline
Douadi
· Julia PAUL-ZAMOUR
· PAYOT : Pascal Vanderberghe, Chris

tophe Jacquier, Anne Niederost, Caroline
Humbert-Holden, Mohamed Benabed
· Tristan PFUND
· PLATO VOLANT : Margaret Krueger et son
équipe
· PLAYTIME
· PROGRAMME PRISON ADULTES; SPI : Julien
Maret, Francine Perrin, Soares; OCD office
cantonale de la détention : Laurent Forestier,
Philippe Bertschy ; Brenaz : Jean-Charles
Bellido, Hakim Mokhtar ; Champ-Dollon :
Fabrizio Bervini, Alexandre Maggiacomo
· PUBLIC EYE Christa Luginbühl, Floriane
Fischer, Roman Bolliger, Laurent Gaberell
· RADIO TELEVISION SUISSE : Pascal Crittin,
Steven Artels, Gaspard Lamunière, Manon
Romerio, Bernard Rappaz, Jean-Philippe
Schaller, Darius Rochebin, Marcel Mione,
Sébastien Faure, Elisabeth Logean, Miruna
Coca-Cozma, Mathieu Truffer, Laurence
Difélix, Nancy Ypsilantis,
Emily Schwander, Varuna Seligman, Frédéric
Pfyffer, Burki Stanislas, Guillaume Crausaz,
Chantal Bernheim, Catherine Saidah, AnneFrédérique Widmann, Pierre-Olivier Volet,
Isabelle Wehrly, Alexis Favre
· RSI : Michael Beltrami, Luisella Formenti
· RECONSIDER : Stephen Apkon, Natalia Mur

ray, Sue Resnick
· REGARDS CROISÉS : Sophie Michaud
· REGARDS NEUFS : Bruno Quiblier, Samira
ben Mansour
· REPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE: Ma

ria Jesus Alonso, Beatrice Grossens, Bianka
Roiron-Ziomek, Colette Fry
· REKLAM, Yannick Ian
. REVUE XXI : Lena Mauger
· RIGHT LIVELIHOOD AWARD : Alessandra
Canova
· David RIHS
· Francis, Ulysse et Adam RIVOLTA
· ROUGH STUDIOS : André et Johnny Wall

ström
· Matt SCHANDS
· SEM (Service écoles-médias) : Chantal
Berthoud, Christian Broye
· François SERGENT
· La Carologie
· SERVICE DE L’INFORMATION DE L’ONU :
Alessandra Vellucci, Ana Beauclair
· SETAPRINT AG : Marc Bonamis
· LA SEMEUSE : Vincent Moesch
· La SGIPA : Sofia Rossier-Droz
· SCENES MAGAZINE : Frank Fredenrich
· SOCIETÉ DE LECTURE : Delphine De
Candolle
· SOPHIE MAES KAGI et son équipe
. Stefania Carini
· SOROPTIMIST INTERNATIONAL: Evelyne
Berthoud
· SUBLIMAGE : Manuel Soubiès et son équipe
· SUISSIMAGE : Corinne Frei
· SUPERPOSITION : Vincent Schambacher
· SUPREME CREATIONS : Xavier BARNAY
· SWEDISH FILM INSTITUTE : Sara Rüster
· SWISSFOUNDATIONS : Claudia Genier, Aline
Freiburghaus
· SWISSPERFORM : Thomas Tribolet, Valerie
Fischer
· SWISSPRINTERS AG : Erich Wyder
· TAXIPHONE : Nicolas Amadei
· THÉÂTRE DE CAROUGE : Jean Liermier,
David Junod
· THÉÂTRE DU GALPON : Gabriel Alvarez
· THÉÂTRE DES MARIONETTES : Isabelle Mat

ter, Irène Kaiser
· THÉÂTRE DE VIDY : Cedric Vautrin, Astrid
Lavanderos, Léo Ramseyer & Catia Bellini
· THEATRE PITOEFF : Michel Delebecq,
Alexandre Valente, Patricia Jenzer, Eric
Devanthéry
· TEMPS NOIR : Marie Hermann
· TPG PUBLICITÉ SA : Walter Molinari
· TRANSPARENCES PRODUCTIONS : Hervé
Dresen
· TRAJET : Eric Sannicolo, Christophe Chas

saigne, Isabelle Thomas, Pedro Allegue
· TRIAL INTERNATIONAL : Philip Grant
· TRIBUNE DE GENEVE
· TRIGON-FILM
· TV5MONDE : Yves Bigot, Clara Rousseau,
André Crettenand, Michel Cerutti, Frantz
Vaillant, Isabelle Mourgère, Xavier Marquet
· UNHCR : Kathryn Porteous, Marie-Noelle
Little Boyer, Cristina Davies, Julia Dao
· UNIGE : Brigitte Mantillieri, Olivia Och,
Sébastien Farré, Thierry Maurice, Frédéric
Esposito, René Schwok, Sévane Garibian,
Ursula Cassani, Riccardo Bocco, Yusra Suedi,
Fanen Sisbane
· UNIVERSAL PICTURE INTERNATIONAL
SWITZERLAND
· VILLE DE GENEVE : Félicien Mazzola,
Virginie Keller, Jean-Bernard Mottet, EveAnouk Jebejian, Gérard Perroulaz, Ximena
Puentes, Véronique Lombard, Guillaume
Mandicourt, Héloise Roman, Anne BonvinBonfanti, Marcio Da Rocha Nunes, Merita
Elez, Alain Vautravers
· Gideon VINK
· Bernard VISCHER
· Dominique WELINSKI
· WERBEWEISCHER : Akim Karraoui
· WG FILMS: Frederik Gertten, Hanna Mark

kanen
· WHITE CRANE FILMS
· Anne WÖLFLI, Amelia TARZI et les inter

prètes
· YAMI2 : Lou Barbé, Marie d’Ambra
REMERCIEMENTS
Partenaires officiels
Partenaires médias
Partenaires associés
Partenaires académiques
Partenaires thématiques
Partenaires culturels
Partenaires communes et lieux
Partenaires et prestataires
International School of Geneva
Ecole Internationale de Genève
avec le soutien de la

VISUALIVE

un espace pour la paix
The Representative on
Freedom of the Media
A SWISS PHILANTHROPIC A C TION
Codap en route pour les droits humains
SOROPTIMIST
Club Genève Rhône
LE TEMPS SAMEDI 19 JANVIER 2019
8 Suisse
Naissances
Les annonces de naissance, avec photos des bébés,
sont disponibles sur le site www.grangettes.ch
Nous avons le grand bonheur
d’annoncer la naissance de
Diane
le 11 janvier 2019
Marie et Guillaume Pineau
Résidents à Bernex
Nous sommes très heureux
d’annoncer la naissance de
Arthur
le 15 janvier 2019 à 15h20
Marc et Emilie Leurent
Rue du Grand-Pré 70a
1202 Genève
JULIA RIPPSTEIN
t @JuliaRippstein
«Il n’y a pas de planète B», «Politiques, faites votre taf», «Make
weather great again»: ces slogans
ont régné en maître toute la journée de vendredi lors de la grève du
climat des jeunes. Ce mouvement
d’ampleur nationale a vu 22 000
gymnasiens, apprentis et étudiants crier à l’urgence climatique
dans les rues de Lausanne, Fribourg ou Saint-Gall au lieu d’aller
en classe. Au total, une quinzaine
de villes du pays ont été investies
par les jeunes dans une ambiance
festive et sans faire d’incidents.
C’est dans la capitale vaudoise
que la mobilisation a été la plus
massive, avec plus de 8000 participants de tout le canton et auxquels Le Temps s’est mêlé. La fièvre
écologique a aussi essaimé au bout
du lac: plus de 4000 écoliers genevois, également au degré obligatoire grâce à la tolérance des autorités, ont fait grève. D’abord dans
les établissements scolaires avec
des activités organisées par les
enseignants en lien avec la thématique, puis dans les rues de Genève.
A Neuchâtel, 1500 jeunes ont
déposé une résolution à la Chancellerie d’Etat et vont lancer une
motion populaire. Les élèves fribourgeois étaient au nombre de
1000. Bienne a vu défiler 300 participants, idem à Sion. Les militants valaisans seront entendus
par les autorités cantonales.
«L’environnement,
c’est notre avenir»
Le mouvement a été moins suivi
côté alémanique où deux actions
ont déjà eu lieu en décembre,
comme à Zurich et Bâle, qui ont
néanmoins vu défiler quelque
2000 personnes, respectivement
1000. A Berne, Lucerne et Aarau,
plusieurs centaines de gymnasiens ont déserté les bancs d’école
pour battre le pavé. Si Genève s’est
montrée permissive tout en encadrant les élèves (aucune absence
tolérée le matin), certains cantons,
comme le Valais et Saint-Gall, ont
décidé d’appliquer la tolérance
zéro. Dans le canton de Vaud, les
directives variaient selon les établissements, mais la plupart se
sont montrés ouverts.
Près de la cathédrale de Lausanne,
les gymnasiens de la Cité se sont
réunis à 9h50 précises. Avec comme
mot d’ordre «A quoi bon étudier si
nous n’avons pas d’avenir?», ils sont
plusieurs centaines, banderoles et
pancartes en main, à se mettre en
marche pour rejoindre le grand rassemblement, près de la gare. En
chemin, le cortège des gymnasiens
de la Cité se mêle à celui de l’Ecole
supérieure de la santé.
«L’environnement, c’est notre
avenir. Les politiques ne prennent
pas des mesures assez fortes dans
ce domaine. On dirait qu’ils préfèrent mettre de l’argent ailleurs,
par exemple dans l’armée, alors
que le climat devrait être prioritaire», explique Léa Quartenoud,
21 ans. «C’est triste de voir que les
autorités se dégonflent et font passer les intérêts économiques avant
l’écologie», renchérit un gymnasien de Burier.
Car si les jeunes Suisses ont
décidé de sécher les cours, c’est
bien pour dénoncer la passivité
des dirigeants du pays face au
réchauffement climatique, démontrée début décembre lorsque le
Conseil national a rejeté la loi sur
le CO2, qui visait à respecter les
engagements de l’Accord de Paris
sur le climat. Près de 4000 jeunes
ava i e nt d é j à m a n i f e s té l e
21 décembre outre-Sarine, après
une première action le 14. La vague
de mobilisation a ensuite rapidement déferlé en Suisse romande,
via les réseaux sociaux, et des
groupes Whatsapp se sont créés
pour chaque établissement. Un
mouvement entièrement horizontal. Et international.
Les jeunes Suisses ont répondu
à l’appel de Greta Thunberg, étudiante suédoise de 16  ans, qui
sèche les cours tous les vendredis
depuis des mois pour réclamer des
actions urgentes face au réchauffement planétaire devant le parlement suédois. Celle qui incarne le
visage de ce combat avait prononcé
un discours remarqué lors de la
COP24 en Pologne. Elle est attendue au Forum économique mondial (WEF) de Davos. Vendredi, les
jeunes Allemands et Belges se sont
aussi mobilisés.
Mieux sensibiliser à l’école
Sifflant avec énergie et scandant
avec ferveur «On est plus chauds
que le climat», le cortège descend
la rue du Petit-Chêne, noire de
monde, où convergent les manifestants des autres établissements. Brandissant une pancarte
«Moins d’école, plus d’écologie»,
un groupe de cinq gymnasiens
engagés explique l’importance de
la démarche: «Il est rare qu’on se
mobilise, c’est donc un signal fort.
Nous, les jeunes, devons montrer
l’exemple pour les générations
futures, c’est comme ça que les
mentalités peuvent changer à
long terme.» Ils déplorent d’ailleurs qu’il n’y ait pas davantage de
sensibilisation sur le thème du
climat à l’école.
Récompenser ceux qui font les
bons gestes en matière d’écologie,
rendre les produits bios, Minergie
et les voitures électriques accessibles à tous, s’inspirer des pays
scandinaves, ou encore taxer les
multinationales qui polluent sont
autant de changements proposés
par les jeunes rencontrés à la
m a n i f e s t at i o n . Ap rè s d e s
clameurs et un regroupement au
complet au-dessus de la gare, la
foule compacte poursuit son
défilé direction le pont Chauderon, Bel-Air, la rue Centrale pour
affluer sur la place de la Riponne
vers midi.
Et après?
L’heure est aux discours. Une
militante rappelle les revendications de cette grève: proclamer
l’état d’urgence climatique, sortir
des énergies fossiles d’ici à 2030
et, si ces requêtes ne sont pas
concrétisées, changer le système.
S’adressant aux autorités, la jeune
femme affirme que «les changements individuels, c’est bien, mais
il faut maintenant des mesures
globales». «Agissez pour un avenir
convenable, c’est la jeunesse qui
vous le demande!» conclut-elle sa
prise de parole acclamée par la
foule agitant drapeaux et affiches.
Difficile de prédire l’impact
qu’aura cette action. Léa Quartenoud souligne toutefois l’ampleur
de la mobilisation et la forte attention médiatique. D’autres sont
plus résignés: «Parfois j’ai l’impression que rien ne va changer,
qu’il faudrait une catastrophe
comme Fukushima pour que les
autorités réagissent.» Une nouvelle action est d’ores et déjà prévue le 2 février. Il se murmure
aussi que la conseillère fédérale
chargée de l’environnement,
Simonetta Sommaruga, devrait
rencontrer une délégation de
«A quoi bon étudier si nous n’avons pas d’avenir?», ont clamé des gymnasiens de Lausanne. (YVES LERESCHE POUR LE TEMPS)
Les jeunes décrètent l’urgence climatique
GRÈVE Gymnasiens, apprentis, étudiants: ils étaient 22000, de Genève à Zurich en passant par Fribourg, à bouder les cours vendredi
pour descendre dans la rue en faveur du climat. Cet afflux massif et inédit presse les autorités de prendre des mesures radicales
Pourquoi avez-vous participé à la grève
scolaire pour le climat? Nous vivons un
moment historique! Lorsque j’ai entendu
le discours que la Suédoise Greta Thunberg, qui milite pour le climat, a tenu lors
de la COP24, j’ai pleuré. Je l’ai réécrit sur
un bout de papier que j’ai glissé dans ma
poche. Je ne m’en sépare plus. Et maintenant, les écoliers en Suisse! C’est
magnifique. La veille encore, quelqu’un
disait que ce ne serait qu’un feu
de paille. C’est faux. Ces jeunes
ne peuvent pas faire autrement,
c’est leur vie qu’ils prennent en
main. Je crois en leur force.
Quel impact peut avoir ce mouvement?
Leurs demandes sont extrêmement
sévères: ils réclament davantage que ce
qui a été signé dans les Accords de Paris.
Décréter l’urgence climatique, cela signifierait que toutes les décisions politiques
devraient tenir compte du climat. Sortir
du carbone d’ici à 2030, c’est très ambitieux! J’aurais plutôt misé sur 2035…
Ambitieux ou irréaliste? C’est de nature à
provoquer un électrochoc auprès de la
classe politique. Et elle en a besoin! Le
changement ne viendra pas de l’establishment, mais de la jeunesse.
N’y a-t-il pas chez les jeunes une
contradiction entre discours et
comportements? Il faut leur donner le temps! Ils ont grandi dans
une société qui les a éduqués à consommer. L’électrochoc, c’est aussi pour eux
qu’il a lieu.
Vous avez dit craindre que les jeunes
traitent un jour votre génération de
«salauds» pour n’avoir pas assez agi pour
le climat. Est-ce en train de se produire?
Je n’ai pas entendu une seule insulte
pendant le cortège. Il y avait une atmosphère extraordinaire, les gens étaient
à la fois joyeux et étonnés. Ce sont des
débutants, pas des routards de la politique. On assiste à un éveil. Et si les
jeunes veulent quelque chose, les vieux
ne pourront pas y résister.
Et après? Le parlement a décidé de ne
pas prendre de mesures pour le climat.
Eh bien il faut continuer à faire pression
pour qu’il se mette au travail. Les forces
au pouvoir seront secouées, mais je ne
crois pas que leur réaction sera à la
mesure des attentes. La prochaine
étape, ce sont les élections d’octobre
2019: les circonstances semblent favorables à un changement.
Pourtant, le vote de la population suisse
ne reflète pas ce souci écologiste… Le progrès ne viendra pas seulement des rangs
écologistes. L’économie libérale doit se
mettre au boulot. Il faudrait pour cela
qu’elle considère que le capital n’est pas
seulement financier. Il englobe aussi
l’environnement, la qualité de vie et bien
d’autres choses encore. n
PROPOS RECUEILLIS PAR CÉLINE ZÜND
t @celinezund
CLIMAT La grève n’a pas attiré que des
jeunes en formation. Le Vaudois Jacques
Dubochet, 76 ans, Prix Nobel de chimie
2017, s’est mêlé à la foule
«Nous vivons un moment historique»
Retrouvez
les interviews du
politologue
Pascal Sciarini et
du philosophe
Dominique Bourg
letemps.ch/video.
EN VIDÉO
JACQUES DUBOCHET
PRIX NOBEL
DE CHIMIE 2017
INTERVIEW
«C’est triste
de voir que
les autorités
se dégonflent
et font passer
les intérêts
économiques
avant l’écologie»
UN GYMNASIEN DE BURIER
C M Y K
JULIA RIPPSTEIN
t @JuliaRippstein
«Il n’y a pas de planète B», «Politiques, faites votre taf», «Make
weather great again»: ces slogans
ont régné en maître toute la journée de vendredi lors de la grève du
climat des jeunes. Ce mouvement
d’ampleur nationale a vu 22 000
gymnasiens, apprentis et étudiants crier à l’urgence climatique
dans les rues de Lausanne, Fribourg ou Saint-Gall au lieu d’aller
en classe. Au total, une quinzaine
de villes du pays ont été investies
par les jeunes dans une ambiance
festive et sans faire d’incidents.
C’est dans la capitale vaudoise
que la mobilisation a été la plus
massive, avec plus de 8000 participants de tout le canton et auxquels Le Temps s’est mêlé. La fièvre
écologique a aussi essaimé au bout
du lac: plus de 4000 écoliers genevois, également au degré obligatoire grâce à la tolérance des autorités, ont fait grève. D’abord dans
les établissements scolaires avec
des activités organisées par les
enseignants en lien avec la thématique, puis dans les rues de Genève.
A Neuchâtel, 1500 jeunes ont
déposé une résolution à la Chancellerie d’Etat et vont lancer une
motion populaire. Les élèves fribourgeois étaient au nombre de
1000. Bienne a vu défiler 300 participants, idem à Sion. Les militants valaisans seront entendus
par les autorités cantonales.
«L’environnement,
c’est notre avenir»
Le mouvement a été moins suivi
côté alémanique où deux actions
ont déjà eu lieu en décembre,
comme à Zurich et Bâle, qui ont
néanmoins vu défiler quelque
2000 personnes, respectivement
1000. A Berne, Lucerne et Aarau,
plusieurs centaines de gymnasiens ont déserté les bancs d’école
pour battre le pavé. Si Genève s’est
montrée permissive tout en encadrant les élèves (aucune absence
tolérée le matin), certains cantons,
comme le Valais et Saint-Gall, ont
décidé d’appliquer la tolérance
zéro. Dans le canton de Vaud, les
les gymnasiens de la Cité se sont
réunis à 9h50 précises. Avec comme
mot d’ordre «A quoi bon étudier si
nous n’avons pas d’avenir?», ils sont
plusieurs centaines, banderoles et
pancartes en main, à se mettre en
marche pour rejoindre le grand rassemblement, près de la gare. En
chemin, le cortège des gymnasiens
de la Cité se mêle à celui de l’Ecole
supérieure de la santé.
«L’environnement, c’est notre
avenir. Les politiques ne prennent
pas des mesures assez fortes dans
ce domaine. On dirait qu’ils préfèrent mettre de l’argent ailleurs,
par exemple dans l’armée, alors
que le climat devrait être priori
l’écologie», renchérit un gymnasien de Burier.
Car si les jeunes Suisses ont
décidé de sécher les cours, c’est
bien pour dénoncer la passivité
des dirigeants du pays face au
réchauffement climatique, démontrée début décembre lorsque le
Conseil national a rejeté la loi sur
le CO2, qui visait à respecter les
engagements de l’Accord de Paris
sur le climat. Près de 4000 jeunes
ava i e nt d é j à m a n i f e s té l e
21 décembre outre-Sarine, après
une première action le 14. La vague
de mobilisation a ensuite rapidement déferlé en Suisse romande,
via les réseaux sociaux, et des
Les jeunes Suisses ont répondu
à l’appel de Greta Thunberg, étudiante suédoise de 16  ans, qui
sèche les cours tous les vendredis
depuis des mois pour réclamer des
actions urgentes face au réchauffement planétaire devant le parlement suédois. Celle qui incarne le
visage de ce combat avait prononcé
un discours remarqué lors de la
COP24 en Pologne. Elle est attendue au Forum économique mondial (WEF) de Davos. Vendredi, les
jeunes Allemands et Belges se sont
aussi mobilisés.
Mieux sensibiliser à l’école
Sifflant avec énergie et scandant
festants des autres établissements. Brandissant une pancarte
«Moins d’école, plus d’écologie»,
un groupe de cinq gymnasiens
engagés explique l’importance de
la démarche: «Il est rare qu’on se
mobilise, c’est donc un signal fort.
Nous, les jeunes, devons montrer
l’exemple pour les générations
futures, c’est comme ça que les
mentalités peuvent changer à
long terme.» Ils déplorent d’ailleurs qu’il n’y ait pas davantage de
sensibilisation sur le thème du
climat à l’école.
Récompenser ceux qui font les
bons gestes en matière d’écologie,
rendre les produits bios, Minergie
autant de changements proposés
par les jeunes rencontrés à la
m a n i f e s t at i o n . Ap rè s d e s
clameurs et un regroupement au
complet au-dessus de la gare, la
foule compacte poursuit son
défilé direction le pont Chaude
ron, Bel-Air, la rue Centrale pour
affluer sur la place de la Riponne
vers midi.
Et après?
L’heure est aux discours. Une
militante rappelle les revendica
tions de cette grève: proclamer
l’état d’urgence climatique, sortir
des énergies fossiles d’ici à 2030
et, si ces requêtes ne sont pas
concrétisées, changer le système.
S’adressant aux autorités, la jeune
femme affirme que «les change
ments individuels, c’est bien, mais
il faut maintenant des mesures
globales». «Agissez pour un avenir
convenable, c’est la jeunesse qui
vous le demande!» conclut-elle sa
prise de parole acclamée par la
foule agitant drapeaux et affiches
Difficile de prédire l’impact
qu’aura cette action. Léa Quarte
noud souligne toutefois l’ampleur
de la mobilisation et la forte atten
tion médiatique. D’autres sont
plus résignés: «Parfois j’ai l’im
pression que rien ne va changer,
qu’il faudrait une catastrophe
comme Fukushima pour que les
autorités réagissent.» Une nou
velle action est d’ores et déjà pré
vue le 2 février. Il se murmure
«A quoi bon étudier si nous n’avons pas d’avenir?», ont clamé des gymnasiens de Lausanne. (YVES LERESCHE POUR LE TEMPS)
Les jeunes décrètent l’urgence climatique
GRÈVE Gymnasiens, apprentis, étudiants: ils étaient 22000, de Genève à Zurich en passant par Fribourg, à bouder les cours vendredi
pour descendre dans la rue en faveur du climat. Cet afflux massif et inédit presse les autorités de prendre des mesures radicales
«C’est triste
de voir que
les autorités
se dégonflent
et font passer
les intérêts
économiques
avant l’écologie»
UN GYMNASIEN DE BURIER
www.letemps.ch/abos
NOUS NOUS ENGAGEONS, ABONNEZ-VOUS !
En vous abonnant au Temps, vous ne nous apportez pas seulement un soutien
essentiel, vous protégez aussi les fondements de vos libertés individuelles.
Toutes nos o res d’abonnement sont à découvrir sous
www.letemps.ch/abos ou au 0848 48 48 05

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »