Yan Lopez, lanceur d’alerte anti-pédocriminalité au secret depuis le 17 octobre
Il est recommandé de lire sa défense avec les liens suivants.  



https://drive.google.com/open?id=0B-p0lmjLtiXzRWtIVzk2dlNtZWZmSnh5VEp4Zl9jMlI4MDNN

Pédocriminalité à la SSR ? Nous formons un «groupe de plaignants » , à ne pas confondre avec la «plainte collective»,
Si vous souhaitez participer à un groupe de plaignants, écrivez-nous ou mieux, répondez en quelques minutes à ce formulaire d’entraide. Merci 
Vous serez alors sur notre liste de personnes intéressées. 
Nous cherchons aussi des témoins.
Yan LOPEZ a eu le courage et le mérite de dénoncer certains dirigeants pédocriminels de la Télévision Suisse Romande.
Il a été discrètement arrêté le 17.10.19 par la police judiciaire de Genève, et mis au secret. Mardi prochain, cela fera 2 mois qu’il est coupé de tout contact avec l’extérieur. Ce n’est guère pour les besoins de l’enquête, car il reconnait la vérité, c’est-à-dire d’avoir épinglé des individus pervers qui sont un danger pour la société. Non, le Procureur général, Olivier JORNOT doit renvoyer l’ascenseur à ces journalistes haut de gamme. Eux, ils ont pris soin que leurs collaborateurs ne se sont pas égarés à enquêter, par exemple, pour savoir, comment JORNOT ait pu soudainement financer l’achat de 2 appartements de luxe, l’un pour lui-même, et l’autre pour sa maitresse, après avoir été indulgent avec une banque qui avait lavé l’argent sale.
Cela fonctionne selon le principe, « Je te tiens, tu me tiens à la barbichette. »
Citoyennes, citoyens, venez nombreux pour alerter l’opinion publique !
Gerhard ULRICH


  Art. 5 Célérité
1 Les autorités pénales engagent les procédures pénales sans délai et les mènent à terme sans retard injustifié.
2 Lorsqu’un prévenu est placé en détention, la procédure doit être conduite en priorité.
  Art. 6 Maxime de l’instruction
1 Les autorités pénales recherchent d’office tous les faits pertinents pour la qualification de l’acte et le jugement du prévenu.
2 Elles instruisent avec un soin égal les circonstances qui peuvent être à la charge et à la décharge du prévenu.
  Art. 7 Caractère impératif de la poursuite

1 Les autorités pénales sont tenues, dans les limites de leurs compétences, d’ouvrir et de conduire une procédure lorsqu’elles ont connaissance d’infractions ou d’indices permettant de présumer l’existence d’infractions.
Au cours de cette phase préliminaire, nous ne sommes pas en mesure d’examiner chaque cas individuellement (à moins que vous ne souhaitiez bénéficier d’un premier entretien conseil avec nos experts, une prestation qui n’est pas liée au groupe de plaignants). Merci de votre compréhension.
La fiche de présentation du groupe de plaignants peut être téléchargé ici (PDF).

Traduction »
Aller à la barre d’outils