26 techniques de manipulation

Décodage de 26 techniques de désinformation, comment y résister ?

La pire ? La 26ème, la subliminale…


Voici quelques techniques courantes utilisées par différents organes de pouvoir – publics ou privés – cherchant à occulter des vérités qui dérangent. Il est utile de garder ces concepts à l’esprit lors de la lecture d’informations relatives à des sujets controversés (ils sont nombreux) … pour autant, règle n°1, que vous sachiez même qu’ils le sont. Faites le test. Vous serez sans doute surpris de constater à quel point ces procédés percolent au travers de nombre de propos tenus par des instances officielles, des "experts" et par extension de nombreux médias.

Technique n°1 : Évitement
Ne pas écouter la controverse, ne pas la voir, ne pas en parler. Si elle n’est pas rapportée, elle n’existe pas et il n’y a pas lieu de s’en occuper.

Technique n°2 : Superficialité
N’aborder la controverse qu’en périphérie, sur des points mineurs voire pittoresques. Éviter soigneusement les points clés de l’argumentation.

Technique n°3 : Indignation
Rejeter le sujet de façon indignée ("jamais une chose pareille ne serait possible"). Jouer sur le sentiment d’incrédulité ("il y aurait eu des fuites", "ça se saurait", …)

Technique n°4 : Rumeur
Considérer la controverse comme une rumeur de plus, sans fondements, quels que soient les arguments présentés.

Technique n°5 : Homme de paille
Présenter la position de son adversaire de façon volontairement erronée, en sélectionnant son argument le plus faible, en amplifiant sa portée puis en le détruisant.

Technique n°6 : Messager
Décrédibiliser le porteur du message. Par extension, associer les opposants à des dénominations impopulaires telles que "excentrique", "extrême-droite", "gauchiste", "terroriste", "conspirationniste", "radical", "fanatique", ou même "blonde" etc…

Technique n°6 bis: Attaque ad hominem
Très appréciée et souvent utilisée. Quitter l’objet de la querelle (indéfendable) et diriger les attaques sur la personne de l'opposant en tenant des propos désobligeants, blessants ou grossiers à son égard. C’est un appel des facultés de l’esprit à celles du corps ou à l’animalité.

Technique n°7 : Biais
Exacerber tous les faits qui pourraient donner à penser que l’opposant opère en dissimulant ses véritables intentions ou est sujet à tout autre forme de biais.

Technique n°8 : Confusion
Quelque soit le niveau de la polémique mais sans y faire référence, confirmer la thèse officielle par un communiqué laconique sur une nouvelle étude favorable et rassurante.

Technique n°9 : Autorité
S’associer à l’autorité (organismes internationaux etc.) et présenter ses arguments avec suffisamment de jargon, de détails techniques et de sources pour les crédibiliser.

Technique n°10 : Innocence
Faire l’innocent. Quelle que soit la solidité des arguments de l’opposant, éviter la discussion en leur contestant toute crédibilité, toute existence de preuves, toute logique ou tout sens. Mélanger le tout pour un maximum d’efficacité.

Technique n°11 : Amalgame
Associer les charges de l’opposant à des charges farfelues facilement réfutables, qu’elles soient antérieures ou le fait d’autres opposants. En y étant associées, les charges subséquentes, quelle que soit leur validité, sont alors beaucoup plus facilement discréditées.

Technique n°12 : Diviser
Diviser pour mieux régner et par extension mettre l’accent sur les différences entre les différents courants des opposants et l’impression de chaos que cela procure.

Technique n°13 : Pseudo-débat
Présenter la version de l’opposant en premier lieu puis démentir par une succession de déclarations issues de sources faisant apparemment autorité.

Technique n°14 : Confession
Admettre avec candeur que des manquements (mineurs) ont été identifiés et que des solutions ont été apportées. Les opposants cependant en ont tiré parti pour gonfler la controverse et tenter de démontrer ce qui n’existe pas.

Technique n°15 : Édulcorer
Utiliser des termes techniques sans contenu émotif pour décrire le problème.

Technique n°16 : Énigme
Les énigmes n’ont pas de solution. Étant donné la multitude des paramètres, des intervenants et de leurs interactions, le sujet est bien trop complexe pour ne pouvoir être jamais résolu. Une technique couramment utilisée pour décourager ceux qui cherchent à suivre…

Technique n°17 : Solution complète
Éviter le problème en exigeant de l’opposant qu’il fournisse une solution complète à la résolution de la controverse.

Technique n° 18 : Omission
Omettre des preuves, des publications ou des témoignages contraires. S’ils n’existent pas, ce ne sont pas des faits, et le sujet ne doit pas être couvert.

Technique n°19 : Sang froid
Amener l’opposant à argumenter dans une position difficile et jouer sur sa perte de sang froid pour le décrédibiliser.

Technique n°20 : Expertise
"You don’t bite de hand that feeds you", disent les Anglais. Créer son propre groupe d’experts et le financer directement ou indirectement.

Technique n°21 : Preuve impossible
Ignorer les preuves présentées par l’opposant comme étant non pertinentes et lui demander des preuves inaccessibles, que ce soit matériellement (non disponibles ou soustraites au regard du public), techniquement (années de recherche) ou financièrement.

Technique n° 22 : Déni
Dénier toute crédibilité ou être extrêmement critique vis à vis de publications, de témoignages ou même de propos officiels d’organes de pouvoir, en les désignant comme des "sources non valides" ou "des éléments sortis de leur contexte".

Technique n°23 : Fausse preuve
Introduire des éléments contradictoires par rapport à l’argument de l’opposant, au besoin en fabriquant de fausses preuves, par exemple sous la forme d’études scientifiques au protocole particulièrement étudié.

Technique n°24 : Grand Jury
Organiser un grand jury ou des états généraux avec tous les atours de la consultation la plus large et la plus ouverte qui soient. Neutraliser ensuite les sujets qui fâchent et présenter le rapport final comme étant l’état du consensus général.

Technique n°25 : Diversion et distraction
Créer l’événement ailleurs pour distraire et écarter l’attention du public.


Technique n°26: Subliminal, la pire:


Le contenu non exhaustif de cette page est une compilation de diverses recherches significatives et analyses neurologiques, sociologiques et scientifiques. 
Vous trouverez plus de références et études dans le livre 
« Les Écrans Face à l'Innocence ».
  Le cerveau fonctionne par neuroconnexions. Les neurones envoient en permanence toutes les informations sous forme de messages électrochimiques qui créent des voies neuronales.
Lorsque nous expérimentons une nouvelle sensation, physique ou émotionnelle, ce fabuleux organe mémorise sous forme d’un nouveau « sentier neuronal » qui rend possible d’y avoir accès à chaque fois que cette expérience se renouvelle. A chaque fois que cette expérience se présente, le cerveau élargit le sentier qui devient alors un « chemin neuronal » qui s’amplifie avec la fréquence de ces répétitions. A force, ce chemin neuronal deviendra une « voie neuronale » qui se traduit par des habitudes, un comportement répétitif couple par des émotions, le tout étant devenu tellement habituel qu’il devient inconscient. C’est la force de la répétition.
L’industrie et les médias maîtrisent ce processus qui les pousse à manipuler et influencer les masses par un matraquage récurrent, c'est un fait.  Toutes les méthodes sont bonnes pour le conditionnement et la perception de ce qui nous entoure, pour pousser à la consommation, contrôler la perception des politiques, de croyances et des valeurs. L’industrie, la politique et d’autres organisations en font usage à profusion… Le matraquage médiatique crée des repères qui deviennent des « points d’ancrage ». Les logos publicitaires, les slogans, les mélodies,… sont des conditionneurs qui nous poussent à nous souvenir des marques. A chaque fois que l’on entend une mélodie associée à un produit, à une émission,… nous pouvons toujours l’associer au produit ou au souvenir ancré dans notre esprit.

Les conditionnements pilotent notre vie et celle de la société à notre insu. Ce qui caractérise encore le cerveau, et cet aspect est souvent négligé, c’est qu’il est absolument incapable de faire la différence entre un vécu réel, l’imaginaire, le virtuel et le symbolique. Pour vous illustrer cela, pensez un instant au pouvoir incroyable du fantasme ou des rêves que vous pouvez vivre comme si cela s’était réellement passé… L’Homme, dans sa fantastique complexité, est capable de vivre des événements réels au même titre qu’au sens figuré. Le cerveau traite toutes ces données de façon identique.

LE LANGAGE INVERSE ("BACKWARD MASKING") : QU’EN EST-IL ?

Vous avez probablement entendu parler de ces rumeurs où certaines chansons cacheraient d'autres messages, une fois la bande passée à l'envers ? Pour les uns il s'agit de l'œuvre du diable, pour d'autres de la pure suggestion ou encore de la coïncidence. Existe-t-il une théorie ou une étude valable ? Aucune conclusion ou observation validée par la science n'est disponible en ce moment.

Cependant, l’une des personnes les plus reconnues, dans le monde anglo saxon, dans le domaine du langage inversé, est le chercheur DAVID JOHN OATES, Australien.

Depuis plus de 20 ans il publie les résultats de ses recherches qualifiées, par certains, de dignes d’un prix Nobel. Donc, assez intéressant pour le signaler ici.
Les aboutissements de ses recherches ont fait couler beaucoup d’encre aux États-Unis et en Australie et divise les experts. Pendant des décennies, aucun scientifique ou spéculateur ne pouvait expliquer en quoi résidaient les dangers des messages subliminaux inversés dans la musique et quels seraient les processus neurologiques de cette influence.  On se contentait de dire : « le cerveau perçoit ces messages, mais comment, et quel est le processus engendré, personne ne le sait ».  Il n'y avait aucune théorie capable de légitimer ce processus. Cette explication incomplète et bien mystérieuse fut la seule pendant des décennies, nourrissant toutes sortes de spéculations, de légendes urbaines et de sermons violents d’évangélistes anglo saxons. On ne savait plus trop quoi croire ou même si nous devions encore le croire. Ils se sont toujours contentés de dire que c’était néfaste, que cela avait des conséquences sur le comportement, point, aucune autre forme d'explication valable. Par conséquent ces affirmations semblent plutôt nourrir les légendes urbaines.

Grâce à la théorie de David Oates, une nouvelle vision révolutionnaire se présente. Plausible et méthodique, elle est démontrée par un millier d’exemples très clairs accompagnés d'une hypothèse qui semble tenir la route ! Enfin, voici une réponse disponible qui tente de démystifier ce processus de manipulation de notre subconscient ! il est régulièrement interviewé par la presse écrite et télévisée. Le parler à l'envers ou langage inversé serait aujourd’hui qualifié de « découverte du 7ième sens ».
La télépathie et la clairvoyance sont répertoriées comme le sixième sens.
  DAVID JOHN OATES 
REPOND AUX QUESTIONS DE « LESUBLIMINAL.FR » !

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L'ENTRETIEN

CONCLUSION DE CETTE THÉORIE :

Les messages cachés ou secrets (la technique du « BACKWARD MASKING  » que nous connaissons dans la musique) ne sont donc pas toujours le fruit de préméditations, comme on essaye de nous le faire croire depuis des années. Ces messages codés ne sont pas forcément tous provoqués et inspirés par le mal ou les forces occultes. Nous pouvons aussi trouver des messages subliminaux positifs et exprimer des messages d’amour, de politique ou d’autres sujets généraux.

Dans ces cas spécifiques de messages inconscients, nous pouvons qualifier cette théorie de : « la voix de l’inconscient ». Fait intéressant : la logique nous pousse à penser que cette théorie se révèlerait fonctionner dans toutes les langues !  Découvrez cette théorie étonnante plus en détails et visionnez la vidéo de sa première conférence en France dans le chapitre « Le langage inversé ». Pour ceux qui ne sont pas capables de prendre du recul, ils peuvent conditionner et être traduits inconsciemment en pensées et actions négatives qui systématiquement influenceront le jugement, les perceptions et les comportements. Ces messages spécifiques peuvent alors probablement entraîner des dérives dans les excès pour ceux qui sont les plus réceptifs et émotionnellement fragiles.

Selon cette théorie, le subconscient s'exprimerait donc à l’envers. Il serait possible que les filtres neurologiques décodent des messages que nous entendons et, par matraquage médiatique, créent des valeurs et des croyances dans les esprits. Le comportement est guidé par ces valeurs et ces croyances individuelles. Revenons un instant à ALEISTER CROWLEY, ce sorcier sataniste des temps modernes avait observé ce principe d'influence des émotions et du comportement bien avant que les théories et analyses modernes puissent le démontrer et l'affirmer. 

Inspiré de pratiques ancestrales et, comme beaucoup de découvertes, c’est le hasard qui est à l'origine de la pratique de tout inverser dans des pratiques occultes. Elle devint intrigante et mise en application pour son caractère mystique, secret et ésotérique. Cette technique mystérieuse alimente encore et toujours toutes sortes de rumeurs et de psychoses. Sont utilisation dans un tel contexte reste ambigu.
Le désir de créer des rituels secrets et occultes et, dans certains cas, opposés au christianisme devenait une motivation à l’origine de ces cérémonies douteuses et une capacité de créer des phrases compréhensible dans les deux sens. Cela renforcerait les notions de « mystique ». Ce processus est extrêmement complexe et représente une expérience maîtrisée. Certains artistes maîtrisent cette technique à la perfection ! Vous lirez plus de détails sur ce sujet dans le chapitre « contexte historique ».
Certaines rumeurs et légendes urbaines ont été favorables à certains groupes musicaux : les disques se vendaient encore plus.

L’une des questions qui revient systématiquement, est : « oui, bon d’accord, mais moi je n’écoute pas les paroles » ou du genre : « de toute façon, je ne comprends pas l’anglais  ». Réflexion que vous vous êtes probablement faite lors de la lecture de ce site… 

Que savons-nous exactement sur les effets des messages subliminaux ?
Sur le sujet, la science a publié ses résultats les plus récents.
Les recherches progressent en voici les dernières publications :  

ETUDES DE L' INSERM :

Voici l'étude récente de l’INSERM qui tend à accréditer l’influence réelle des messages subliminaux. Selon le communiqué de presse du 27 août 2008 nous lisons : A la fin des années 1950, des publicitaires américains prétendaient avoir accru leurs ventes en flashant à l'insu des téléspectateurs des messages subliminaux indiquant « eat pop-corn », avant d'avouer qu'il n'en était rien.  Depuis, aucune étude n'a jamais pu mettre en évidence l'effet des messages subliminaux sur les choix des individus. Pourtant, le cerveau est capable de réagir à certain nombre de stimuli inconscients.  Jusqu'à quel point ? Des travaux menés par Mathias Pessiglione au sein de l'unité Inserm 610 « Neuro-anatomie fonctionnelle du comportement et de ses troubles », en collaboration avec l'University College de Londres,  démontrent qu'il est possible, grâce à un système de récompenses, de conditionner le choix des individus pour des dessins abstraits qu'ils n'ont jamais perçus consciemment. Cette étude est publiée dans l'édition du 28 août de Neuron

A ce jour, les études de perception subliminale menées chez l'homme ont montré que l'individu pouvait traiter un certain nombre de caractéristiques des stimuli (jusqu'au sens des mots par exemple) sans en avoir conscience. On parvient également chez l'homme à déclencher un apprentissage dit pavlovien en diffusant des images subliminales suivies de récompenses ou de punition. Ainsi, la projection répétée d'images subliminales associées à un choc électrique finit par induire une transpiration cutanée inconsciente avant le choc électrique. Mais il s'agit là d'une réponse automatique du système nerveux central et pas d'une action volontaire de l'individu. Aucune étude n'a montré qu'on pouvait induire un apprentissage dit  instrumental, c'est-à-dire susciter la reproduction d'une action volontaire par l'obtention d'une récompense, de manière inconsciente. De même, toutes les études sérieuses menées sur les publicités subliminales ont conclu qu'elles n'avaient pas d'influence sur les choix des sujets.         Les messages subliminaux sont-ils réellement en mesure d'influencer nos décisions et donc nos actions ? C'est ce qu'a tenté de démontrer Mathias Pessiglione, en croisant de manière originale les connaissances sur le conditionnement instrumental et celles sur la perception subliminale. Sur 20 volontaires britanniques âgés de 18 à 39 ans, les chercheurs ont utilisé un système de récompenses/punitions monétaires pour conditionner leur choix. A chaque essai, un dessin abstrait contenant un indice caché a été flashé assez brièvement pour que les sujets n'en aient pas une perception consciente. Il leur a été demandé de presser ou non un bouton réponse. S'ils n'appuyaient pas sur le bouton ils ne gagnaient rien (réponse prudente). S'ils appuyaient sur le bouton, ils pouvaient gagner ou perdre un euro (réponse risquée). En réalité, l'un des indices flashé de manière subliminale annonçait la récompense (gain d'un euro si on appuie sur le bouton) et l'autre la punition (perte d'un euro si on appuie sur le bouton).    
Au fil de l'épreuve les volontaires appuyaient davantage en réponse à l'indice récompensé par rapport à l'indice puni, de manière très significative. De plus, lorsque les indices leur ont été dévoilés clairement à la fin du test,  les sujets ont montré une préférence pour les indices associés aux récompenses. En conclusion, la procédure de conditionnement influence significativement les préférences des sujets pour des dessins abstraits qu'ils n'ont jamais (consciemment) vus auparavant. 

Grâce aux techniques d'imagerie cérébrale fonctionnelle (IRM), Mathias Pessiglione et ses collègues ont identifié certains composants du circuit cérébral opérant  le conditionnement subliminal. En particulier, comme les chercheurs l'avaient montré en 2006 lors d'un conditionnement non subliminal, l'activation du striatum (un ganglion sous-cortical) permet de différencier progressivement les indices récompensés des indices punis, de façon à guider les choix des sujets sans qu'ils en aient conscience.          L'apprentissage instrumental fait donc partie des processus mentaux qui peuvent se produire à notre insu. Les chercheurs estiment que la technique utilisée pourrait être appliquée plus généralement pour déterminer si d'autres traitements opérés par le cerveau humain sont accessibles ou non à l'esprit conscient. Il est par ailleurs vraisemblable que ces mécanismes d'apprentissage soient perturbés dans les pathologies impliquant le striatum, comme la maladie de Parkinson ou le syndrome de Gilles de la Tourette. (Source : Communiqué de presse de l'INSERM – Août 2008)

PUBLICATION DE L'UNIVERSITE DE LONDRES :

Avant l'INSERM, L'UNIVERSITY COLLEGE de Londres à publié une recherche, l'article fut diffusé par le magazine « Destination Santé » le 13 mars 2007 : « Des chercheurs britanniques sont parvenus à démontrer le pouvoir des images subliminales. A l'aide d'une imagerie par résonance magnétique (IRM), ils ont observé la trace qu'elles laissent dans le cerveau. Rappelons que les images subliminales sont ainsi nommées parce qu'elles se trouvent en deçà de notre seuil de vigilance. L'exemple type est celui d'une image unique glissée dans une séquence filmée à 24 images/seconde. Elle est "invisible" à l'œil nu… mais elle est bel et bien "vue", inconsciemment, par notre cerveau. Et quand en pleine canicule l'image est celle d'une canette bien fraîche ». Cela, c'était la théorie. Jusqu'à la découverte qui à juste titre, paraît subjuguer le 
Dr BAHADOR BAHRAMI ( University College de Londres). « Ce qui est intéressant ici, c'est que notre cerveau note des choses dont nous ne nous rendrons jamais compte. Nous avons réussi à prouver qu'il répondait aux images subliminales par l'intermédiaire du cortex visuel. Ces dernières laissent une trace dans notre cerveau, alors que nous n'avons rien vu ».
Fascinant… et inquiétant en même temps, car cela confirme la théorie évoquée plus haut ! 
« Ces images peuvent être utilisées par les publicitaires pour vendre davantage. Il y a une forte probabilité qu'elles puissent nous influencer quand nous achetons tel ou tel produit. Il s'agit pour le moment de spéculations ». A retenir…

UNE NOUVELLE SCIENCE : LE NEUROMARKETING :

Dans le MAGAZINE DE LA SANTÉ AUQUOTIDIEN (France 5) du 3 mai 2007, un reportage révélateur à été diffusé : « Les professionnels du neuromarketing traquent nos réactions ». 
Cette émission dénonçait cette nouvelle science de neuromarketing qui est utilisée par les agences de publicité. Cette science a pour but d’observer les comportements du cerveau dans certaines situations provoquées. Grâce à des photographies IRM, les zones alors excitées sont alors visibles et étudiées.
Ainsi, ces résultats seront traduits pour se transformer en « marketing sensoriel » où tous les 5 sens seront sollicités. On arrive aujourd'hui à exciter certaines zones du cerveau spécifiques qui vont pouvoir influencer votre perception voire influencer votre comportement vis-à-vis d'une publicité.

D’après ce reportage, nous comprenons que l’on achète une perception, on achète dès lors ce qu’un produit représente, non plus ce qu'il est. Ce concept affiche clairement de caresser nos sens pour nous faire acheter. Cette technique est utilisée par les publicistes pour viser directement notre cerveau. On est loin de l'époque où une affiche publicitaire nous vendait un produit.

Si l’on en croit les tests comparatifs, ça marche.
Exemple : avec des images d’IRM, un cobaye boit deux colas différents. Résultat : son attirance pour l’un ou l’autre n’est pas seulement guidé par le goût.

OLIVIER OULLIER, chercheur en neurosciences de l’Université de Provence explique : 
« Lorsque l’on boit un soda qu’on préfère, c’est une partie spécifique à l’avant du cerveau qui sera plus activée que les autres. Si avant de boire le soda, on présente le logo de chacune des deux marques, pour la marque la moins connue, cela n’affecte en rien le fonctionnement du cerveau. Alors que pour la marque la plus connue, on trouve une activation dans la partie du cerveau qui s’appelle l’hippocampe, qui est liée a nos processus de mémoire et qui est connu pour pouvoir intervenir dans le changement du comportement du choix par rapport à des informations sociales. »

Nos achats sont alors directement guidés par nos souvenirs. Mais les chercheurs ont identifiés d’autres zones qui participent aussi à notre décision comme la préférence, la récompense ou la perte. Des zones qu’ils tentent d’activer ou de désactiver. C’est précisément ce que vendent certains bureaux de marketing à de grandes marques françaises.

Un bon point pour les marques qui pourtant ne se vantent pas de pratiquer de telles expériences. Les noms de ces sociétés sont gardées confidentielles car ils sont conscients que cette technique relève de la manipulation.
OLIVIER OULLIER continue : 
« Aujourd’hui, on peut donc prédire l’acte d’achat de quelqu’un, c’est le métier de ces spécialistes en marketing et communication. Toutefois ce qui est très important dans nos décisions d’achat, c’est à la fois ce qui va se passer dans notre cerveau, mais aussi la façon dont nous allons interagir dans l’environnement qui va avoir un rôle primordial dans nos décisions d’achat. De la même manière que notre histoire, notre expérience personnelle va elle aussi jouer un rôle prépondérant. »
Le bouton qui déclenche l’acte d’achat n’a pas encore été découvert. Cela n’empêche qu’aujourd’hui, les publicitaires sont bien sur les traces de ce que notre cerveau fait dans ces situations…

Cette technique est généralement pratiquée dans la publicité. Les marques font appel à des neuromarketers qui maîtrisent cette science de plus en plus en évolution grâce aux techniques disponibles. La publicité est devenu une science qui sait comment activer les structures de votre cerveau qui commandent votre comportement. Cette technique rend possible a l’esprit de prendre le pouvoir sur l’instinct.
Dans la revue Cerveau et Psycho, 
ANNETTE SCHÄFER a déclaré : « Voici donc le moteur du commerce. Le cortex préfrontal médian nous fait aimer ce qu’aiment les autres. Arriver a le stimuler pourrait donc être un objectif majeur d’une parfaite campagne publicitaire. » 

En activant cette zone du cerveau, les neuromarketers tentent de trouver une alchimie parfaite qui influenceraient vos pulsions sur commande. (Source : « Vous Avez dit Neuromarketing » – Cerveau et Psycho nr 7, sept.-oct. 2004) Pour les applications et exemples dans la publicité, vous pouvez voir le chapitre « les exemples visuel – page 2  ».  

LES AUTRES RECHERCHES, ETUDES, ARTICLES ET ENTRETIENS EN FRANCAIS :

Il y a peu de recherches en français sur ce sujet spécifique. 
Cependant, elles se font de plus en plus nombreuses.
L'une d'elles provient de l'Université de Nice Sophia Antipolis. L'étude est publiée sur leur site.
L’un des plus grands penseurs, sociologue et psychologue a résumé ses études des foules dans un livre intitulé : « Psychologie des Foules ». 

GUSTAVE LE BON y décrit en 1895, dans un langage étonnamment moderne le processus qui entraîne un changement d’état lorsqu’un individu de meut dans une foule. Les plus grands psychologues se sont inspirés de ses études qui restent aujourd’hui la référence par excellence. SIGMUND FREUD lui-même s’inspira de cet ouvrage dans ses propres observations et théories.
Le Bon explique, entre autres, le processus de propagation d’idées ou d’informations qui progressivement entraînent une action inconsciente. C’est ni plus ni moins l’effet de propagande.
« La naissance progressive de la puissance des foules s’est fait d’abord pas la propagation de certaines idées qui se sont lentement implantées dans les esprits, puis par l’association graduelle des individus pour amener la réalisation des conceptions théoriques. »

D’après lui, l’inconscient joue un rôle prépondérant dans le fonctionnement de l’intelligence. 
« La vie consciente de l’esprit ne représente qu’une bien faible part auprès de sa vie inconsciente. L’analyste le plus subtil, l’observateur le plus pénétrant n’arrive guère a découvrir qu’un bien petit nombre des mobiles inconscients qui le mènent. Nos actes conscients dérivent d’un substratum inconscient créé surtout par des influences d’hérédité. (…) Derrière les causes avouées de nos actes, il y a sans doute les causes secrètes que nous n’avouons pas, mais derrières ces causes secrètes il y en a de beaucoup plus secrètes encore, puisque nous même les ignorons. La plupart des nos actions journalières ne sont que l’effet de mobiles cachés qui nous échappent ». 

Il y a plus de cent ans de cela, ce sociologue avait compris que l’inconscient, et aujourd’hui nous parlons même de subconscient, maîtrise nos actions conscientes. Aujourd’hui seul la technologie de l’IRM confirme que notre cerveau peut être excité par ce fameux inconscient.

Dans le pire des cas, lorsque la musique est composée pour manipuler nos esprits, lorsque nous sommes en groupe, comme lors de concerts, nous pouvons littéralement se trouver dans un état d’hypnose de masse. 

Et puis, il explique aussi le phénomène de cécité cognitive (ne pas voir quelque chose d’existant ou voir autre chose que la réalité par la seule force de la suggestibilité). L’observateur ne voit que l’image évoquée dans son esprit et fausse sa capacité de jugement. Sans parler d’effets subliminaux, ils ne les connaissaient pas à cette époque, il fait référence à ce même processus de « pénétration » dans les esprits d’idées ou concepts par divers moyens : « Lorsque, par des procédés divers, une idée a fini par pénétrer dans l’âme des foules (ou d’un individu), elle possède une puissance irrésistible et déroule toute une série d’effets qu’il faut subir. » CLAUDE ALLARD, psychiatre et psychanalyste est aussi conseiller auprès du CSA. Sa pratique et sa réflexion quotidiennes le confrontent au rapport des enfants avec le petit écran. Dans son dernier ouvrage, « Qu'est ce qu'il y a à la télé ? », écrit en collaboration avec la journaliste CÉCILE DOLLÉ (chez Albin Michel), il donne quelques clefs pour comprendre la fascination qu’exerce la télé sur les enfants. Lire l'entretien cliquez ici . ALAIN BUSSCHAERT, Professeur de piano au Conservatoire de XIème PARIS et à l’École Normale de Musique de Paris. C’est sur des faits concrets que celui-ci s’appuie et s’impose d’alerter l’opinion publique sur les conséquences de certaines écoutes musicales réitérées…
Il obtiendra des articles de presse dans divers magazines nationaux.

Il participera également à des émissions radiophoniques et soulèvera l’intérêt de MonsieurFRANÇOIS BAYROU à l’époque Ministre de l’Éducation Nationale. Il reçut également le soutien de GILBERT DURAND, l’un des plus grands anthropologues de notre époque.
En 1997, sollicité par l’Association « Phare-Enfants-Parents », il est l’auteur d’une étude divulguée sur sonsite sur le rôle possible de la musique dans le comportement suicidaire. Formé à la sophrologie, il est dans ses objectifs de fonder à moyen terme une Association pour l’information et le développement de la Sophro-Musicothérapie.
Musicologue, Musico thérapeute, Professeur de piano, proposant un enseignement traditionnel à vocation psychopédagogique, il conduit parallèlement une carrière de pédagogue, de conférencier en psychologie musicale et de pianiste.

Il est le président de la nouvelle association « AJ » qui se concentre sur la prévention et la sensibilisation des dangers potentiels d'écoutes réitérées de genres musicaux populaires.

Extraits de l’interview dans le magazine « FAMILLE CHRETIENNE », avec témoignages poignants d'ados: cliquez ici .

Pour visionner quelques manuscrits de témoignages révélateurs d'élèves d’ALAIN BUSSCHAERT:cliquez ici . De plus, dans le chapitre « Info ou intox », nous lisons diverses recherches scientifiques. Inutile de les répéter ici.

AUTRES CONCLUSIONS DE DIVERS SCIENTIFIQUES :

Le docteur JOHN KAPPAS, chercheur américain renommé dans le domaine de la maîtrise de l’esprit et de l’hypnose, a commencé ses recherches dans les années 60. En 1968, il inaugura son institut HMI (« Hypnosis Motivation Institute »), devenu aujourd’hui une référence dans le domaine de l’hypnose et de la maîtrise des esprits. Il a un jour déclaré, en parlant des effets de la musique sur les esprits des jeunes : « …les choses qui ne sont pas comprises au sujet de ces choses diaboliques sont comment ils parviennent à inculquer leurs messages à ces jeunes gens. Ce que est traité est appelé : « Éveil de la suggestibilité ». Ces choses, hautement suggestives, influencent facilement les jeunes… tout message consciemment placé dans un disque sera perçu par l’auditeur à ce moment précis. Il n’y a aucune défense contre ces messages perçu à ce stade… Ils vont suive tout ce qui est suggéré parce qu’ils n’ont aucune défense contre ce procédé, ils sont alors hypnotisés. Ils deviennent alors des individus vulnérables dans un état hypnotique. » Il n'est même plus question, ici, de subliminal ! Mais d'une forme d'effet d'hypnose par la répétition d'actes violents virtuels se traduisant en actes violents réels… 

Dans le magazine SCIENCE ILLUSTREE n°6 de juin 1993 on pouvait lire:
« l’expression musicale apparaît comme un révélateur de ce qu’il y a de plus profond et de plus spontané dans l’homme : plongeant ses racines dans l’inconscient, elle parle directement à la part d’irrationnel que chacun porte en soi… ».
Plus loin encore : « La musique est dotée d’une extraordinaire puissance émotionnelle. Elle laisse rarement insensible. Certains morceaux procurent un sentiment d’apaisement et de sérénité. D’autres au contraire, déclenchent des réactions impulsives, parfois violentes… ».
De nombreuses expériences démontrent sans ambiguïté l’existence de la perception subliminale. Elles sont font de plus en plus nombreuses et précises grâce à de meilleures méthodologies dans le domaine de la psychologie cognitive.   L’une de ces expériences les plus éloquentes est celle du professeur LAWRENCE WEISKRANTZ de l’Université d’Oxford en 1997. Il a étudié des personnes qui, à la suite d’un accident vasculaire cérébral, sont incapables de voir consciemment dans une zone déterminée de leur champ visuel.
Il a observé que ces personnes répondaient à des stimuli présents dans la partie aveugle de leur champ visuel. Par exemple, on leur demandait de pointer du doigt l’emplacement d’un stimulus lumineux qui apparaissait n’ importe où devant eux. A chaque fois que le point lumineux s’allumait, ils le montraient du doigt. Et plus étonnant encore… ils y parvenaient aussi lorsque le point était situé dans cette partie aveugle en question !
Les études de plus en plus nombreuses dans le monde sur le sujet entraînent des découvertes qui permettent aux psychologues et neurologues de mieux comprendre ce phénomène étonnant qui n’a pas fini de révéler tous ses secrets.

EXPERIENCES AVEC DES SOURIS :

Dans le cadre d’un projet imposé par le département de l’Éducation Nationale de l’État de Virginie (USA), les étudiants d’universités et lycées doivent faire un apprentissage dans les recherches et expériences.
De 1995 a 1997, DAVID MERELL, étudiant de la Suffolk High School (USA), a choisi de présenter et expérimenter une hypothèse : « écouter la musique entraîne des conséquences sur les capacités mentales ».
En résumé, pour sa démonstration, il utilisa 24 souris blanches qu’il divisa en 3 groupes.
Chaque souris est issue du même laboratoire afin de garantir que les provenances n'influencent pas la recherche. Chaque groupe reçoit la même nourriture, ont des cages identiques, la même eau, la même lumière. Ceci afin de ne pas perturber l’expérience et la rendre le plus objectif possible.

Pendant 4 semaines, toutes les souris, de façon individuelle, apprennent à sortir d’un labyrinthe. 
Au bout de cette période, toutes les souris, SANS EXCEPTION, en sortent au bout de 10 minutes. Dans le monde de la science, cela équivaut à dire que le taux de probabilité est de l’ordre de 100% de certitude des résultats : on peut alors affirmer, qu’une souris peut sortir de ce labyrinthe en 10 minutes. Dix minutes sera alors le temps de référence absolu. C’est alors que ces trois groupes seront soumis à 3 types de musiques différentes pendant 4 semaines consécutives:

  • Groupe A : n’est soumise à aucune musique
  • Groupe B : est soumise à de la musique classique (Mozart)
  • Groupe C : est soumise à du Hard Rock (du groupe ANTHRAX)

    Résultat en fin des 4 semaines :

    • Groupe A : les souris parviennent a sortir du labyrinthe, qu’ils connaissent depuis, par cœur en un peu plus de 5 minutes.
    • Groupe B : Résultat époustouflant : les souris sortent en un peu plus de 3 minutes !!!
    • Groupe C : Autre résultat révélateur de ce test : les souris mettent plus de …
      30 minutes à sortir du labyrinthe qu’ils connaissaient par cœur !

    Ce test fut reproduit à plusieurs reprises et avec d’autres variantes, avec plus de groupes comme par exemple un groupe était soumis à de la musique des années 50, un autres des années 60, encore un autre à un échantillon de la musique diverse telle qu’on peu l’entendre à la radio,… et encore une fois un groupe de Hard Rock et un autre de classique… Les résultats furent tout aussi révélateurs : le groupe « musique classique » continuait à sortir en 3 minutes, alors que les autres plafonnent aux alentours des 5 minutes… 
    et le groupe « musique Rock »… n’arrive toujours pas sous la barre des 30 minutes !!! (Des 10 minutes comme temps de référence !)
    Alors, est ce les paroles qui les ont influencés dans leurs prestations ou tout simplement autre chose ?
    Il semble que la musique, même sans les paroles, véhicule quelque chose qui a un effet indéniable sur notre intelligence et attitude.
    N’oublions pas que les souris ne comprennent ni anglais, ni français… Donc, ne pensez pas que de dire « je ne comprends pas de toute façon » ou « je n’écoute pas les paroles, c’est juste la musique qui m’attire  » feront de vous une exception à la règle ! Ce n'est aucune garantie pour vous que ce que vous pensez est la réalité… La réalité scientifique nous dévoile tout autre chose. 
    La science vient de prouver, par cette seule expérience, que la musique influence notre intellect et nos capacités !
    Et cette expérience n’essayait pas de démontrer les effets des messages subliminaux inversés… L’expérience serait plus complexe avec les hommes, mais ses effets sont bel et bien démontrés par d’autres études ! Tout ne repose donc pas exclusivement que sur des paroles, mais aussi sur une combinaison d’atmosphère et d’ambiance qui véhiculent aussi une influence qui peut même influencer le fonctionnement de notre corps.

    LES EFFETS BOITES DE NUIT ET DES CONCERTS SUR LE CERVEAU :
    Les effets pervers et subversifs d'une musique ou des sons prennent toute leur ampleur lorsque les éléments extérieurs varient. Ainsi, une chanson sera perçue différemment lorsqu'un individu se trouve dans différents états émotionnels ou physiques. Son ressenti variera sous l’effet de drogues, de l’alcool, de la foule ou de la fatigue. Ces moments de faiblesse mentale rendent tous les esprits plus sensibles aux effets des messages et  aux effets rythmiques de la musique qui se répercutent sur le corps qui calquera ses rythmes sur ceux de la musique.
    Une fois dans l'emprise de l'ambiance et d'un état de transe ou d'hypnose, pas besoin de chercher de messages subliminaux, on est en état de faire n'importe quoi.
    Quand un individu se trouve dans une foule, il change de comportement, il lui arrive même de faire des choses qu’il ne ferait jamais en temps normal quand il se trouve seul. 

    Gustave Le Bon
     explique : « Ils possèdent une sorte d’âme collective qui les fait sentir, penser et agir d’une façon tout à fait différente de celle dont sentirait, penserait et agirait chacun d’eux isolement. Il y a des idées, des sentiments qui ne surgissent ou ne se transforment en actes que chez les individus en foule. » Il continue : « un individu en foule acquiert, par le fait seul du nombre, un sentiment de puissance invincible qui lui permettra de céder a des instincts que, seul, il eut forcement refrénés. La foule étant anonyme, et par conséquent irresponsable, le sentiment de responsabilité, qui retient toujours les individus, disparaît entièrement. » Les contextes des boîtes de nuits et des concerts ont un impact extraordinaire sur le mental. Sous l’influence de la foule, nous perdons petit à petit nos capacités de contrôle de soit. Le tout arrosé richement d’alcool et de drogues rend n’importe quel individu vulnérable aux messages prévus à cet effet ! Un effet d’hypnose et d’euphorie prend le dessus. Les esprits deviennent alors réceptifs aux messages pervers et endoctrinant des chanteurs.
    Souvenez-vous du nombre de faits divers qui rapportent les actes de violences suite à une nuit mouvementée, le tout bien arrosé d’alcool ou d’autres substances énergétiques.
    Quel processus entraîne une foule vers cet état inconscient et euphorique?   La musique crée une ambiance. 
    Une ambiance crée un environnement. 
    Un environnement crée une attitude. 
    Quels sont les mécanismes de ce processus?
    Le rythme est l’élément le plus physique de la musique. C’est le seul élément dans la musique qui crée le mouvement de notre corps. Un esprit entraîne par la drogue ou l’alcool répondra plus facilement au « beat ». Le cœur adapte son rythme à celui de la musique.

    • Le volume accentue l’encrassement de l’esprit. Un son très élevé jusqu'à la limite de la douleur entraîne une telle violence physique qu’il bloque littéralement le processus de la pensée et de la raison.
    • La répétition excessive est une autre devise de l'ambiance des discothèques et de la musique. La répétition est une méthode d'hypnose et d’endoctrinement, nous l’avons vu. Nous devenons à la merci
      des messages transmis dans la musique.
      Elle éveille l'agressivité, la violence et les désirs sexuels.
      Les mouvements de danse deviennent suggestifs voire pornographiques. 
      Dans cet état euphorique, nous sommes capables de faire n'importe quoi et à la merci des « manipulateurs ».
    • L’obscurité est une autre facette de la scène des discothèques. La masse alors assombrie devient un grand masque d’anonymat. L’identité personnelle disparaît dans les ténèbres et amenuisent les sentiments de responsabilité. Nous devenons anonymes et dès lors… tout est permis !
    • Les stroboscopes « coupent » l’obscurité de façon successive et extrêmement rapide, ce qui entraîne des effets hypnotiques. « L’hypnotiseur » n’attend qu’une chose : prendre contrôle des attitudes de la foule.

    Vous l’aurez compris, tous ces éléments accumulés rendent plus sensibles aux effets subversifs de la musique et ils transforment la masse en « esclaves de la musique » et de ses messages. La musique a, dès lors, des effets conditionnants sur l'esprit. Il est clair qu'écouter occasionnellement une chanson des Beatles ou de Queen, ne transformera personne en drogués ou amateurs d’occultisme. Bien sûr que non. C’est la répétition fréquente et incessante, la sensibilité et la fragilité de l’esprit qui fait que les effets dissimulés de la musique seront perceptibles. L’alcool, la drogue et la fatigue renforcent cette sensibilité et réceptivité.

    C’est la loi des quantités et des excès qui influencent. Trop de « trop » est  toujours dommageable. Un verre de bière ne fera pas grand chose, mais 5 ou 6… combiné à des drogues et la fatigue.   Trouvez plus de références dans le livre 
    « LES ECRANS FACE A L'INNOCENCE » !
    Haut de la page.



    Accueil
    Info ou intox
    Vision scientifique
    Exemples visuels
    Exemples sonores
    Contexte historique
    Citations d'artistes
    Le Langage Inversé
    Les signes et symboles
    Les jeux vidéo et la violence
    Faits divers
    Vision sceptique
    Témoignages
    Presse
    CONFERENCES ET INTERVENTIONS
    Contact
    FORUM
    Ce que pensent les Internautes
    Liens


    C'était en 2003 (j’avais 13 ans) que j'ai eu un premier contact avec une musique qui m'est aujourd'hui complètement subversive (destructrice) : Rammstein. 
    J'ai tout de suite apprécié ce style de musique. De fil en aiguille, je me suis mis à écouter Korn, puis Slipknot, Nightwish, Nine Inch Nails… en allant même jusqu'à m'acheter un album de Marilyn Manson. Cette musique m'a fait changer de look, je me suis mis à porter des bracelets de pics, des t-shirts au motif sombre etc. C'est là aussi, en 8ème (2003-2004) que je suis sorti avec ma véritable première petite amie, et je l'ai pour ainsi dire largement influencée, parce qu'elle s'est aussi mise à écouter ce genre de musique, mais elle allée encore plus loin que moi (gothique). Enfin bref, en résumé durant cette période, (…) je n'écoutais pas ma copine avec qui je m'engueulais, je n'écoutais pas mes parents, ni mes profs, ni mêmes mes amis pour le peu que j'en avais… le pire c'est que dans tout ça, c'est que ça s'ajoutait à et que c'était englobé par le fait que je n'ai pas écouté mon coeur.
    (…)
    Avec le temps, ça a empiré, et c'était flagrant, ce sont mes influences musicales en fait totalement en contradiction avec l'amour que m'apportait Dieu durant les camps (de la Ligue pour la Lecture de la Bible). Alors la solution a été de les cacher. Cacher cette musique au fond mon sac, cacher ces mauvaises humeurs, ces moments de plus en plus nombreux où mon estime de soi se faisait vacillante (n'ayant que très peu d'amis, pour ainsi dire pas du tout, je me demandais si j'étais vraiment quelqu'un)… je refoulais tout ça six pieds sous terre et je vivais mon camp. Ce qui était trop bizarre, c'est que j'étais quelqu'un de différents durant les camps et que je redevenais moi-même à la fin du camps. Mais ce n'est pas du tout aussi simple, il y avait de nombreux moments, surtout pendant la nuit, où je pétais un câble en pensant à ma petite amie et j'allais gueuler seul dans une pièce. Je me souviens d'une nuit durant laquelle je n'ai cessé de hurler avec du Slipknot dans les oreilles… . Aujourd'hui, je crois bien que c'était le contraire. Que j'étais moi-même pendant les camps, pendant les moments où je pensais à Dieu et ce qu'il voulait pour moi, et ces temps où je devenais presque fou, ce n'était pas moiQue quelqu'un me forçait à être cette personne. Je parle ici librement de Satan, puisque je ne suis plus son esclave. Ça peut te paraître dur à concevoir, que d'être esclave de Satan, du péché… mais pourtant c'est le pouvoir qu'il a exercé sur moi par l'intermédiaire de la musique, principalement, il m'a largement incité à fermer mes oreilles à Dieu et moi je l'ai suivi. Et je crois que dans ce que j'ai dit, cela se voit clairement.

    Je pensais réellement, et ce souvent, que Dieu n'existait pas, où que si c'était le cas, il ne ferait rien pour moi. La plupart de mes problèmes, j'en ai rejeté la faute sur lui… je lui ai même lancé ma haine. C'était horrible de faire ça.
    Je n'arrive pas aujourd'hui réaliser jusqu'à quel point je me suis laissé contrôler par le mal.
    Je ne souhaite cela à personne. Je prie pour que cela n'arrive plus, qu'on soit tous délivré.
    Parce que même si l'on est pardonné, on garde des cicatrices de ce genre d'expérience, et ça fait partie de la vie, c'est un fardeau… Jésus efface notre culpabilité aux yeux de Dieu, il nous pardonne, mais il ne nous enlève pas le poids que nous avons sur le coeur, il nous aide à le porter. Ça serait trop facile. Un coup je prie, et tak je n'ai plus à m'en soucier et hop je peux recommencer. Non, le poids de nos fautes nous reste, mais Jésus nous le rend largement transportable. Ces fautes font partie de notre vie, de notre expérience… elles nous servent à nous même, nous rappelle l'amour de Dieu qui nous a tiré de là… et nous servent aussi à en témoigner devant les autres, devant toi.

    Mais pour en revenir à ce que je disais, non, une vie ne peut pas continuer comme ça.
    Nous mêmes, on ne le supporte pas.

    (…)
    Une révolution s'est donc produite dans ma vie.
    Une révolution en armes qui a fait beaucoup de dégâts.
    L'armée de Dieu est entrée dans mon cœur, y a fait le ménage, a même du y établir un siège pour vaincre complètement le mal qui y était, puis Jésus y est entré.
    Mon cœur n'a pas explosé, parce que Dieu n'utilise pas les armes de Satan. Il utilise l'amour. L'on pense que l'amour est faible, mais je te rassure, il a été plus fort que tout dans ma vie.

    Ce coup d'état n'a pas eu lieu en un jour. Je te rappelle que j'étais plutôt fermement ancré dans mes mauvaises influences, mes mauvais chemins, et que c'était pas facile de m'en sortir parce que je suis une tête de mule !
    Les choses ont changé dans ma vie, petit à petit. Il y a eu, à partir d'un moment, où dans les camps, je n'ai plus eu à cacher ma musique : c'était en fait simple, je ne la prenais plus avec moi. Il y a eu ma confirmation, ma bénédiction, et j'y ai établis un lien de plus avec Dieu.
    Mais concrètement, il y a deux événements qui ont singulièrement changé, amené la présence de Dieu dans ma vie.
    Ça s'est passé une nuit d'été, dans les bois des Jacaudes au dessus de Montherod. Il était tard. J'étais en proie à des difficultés dans la vie, avec ma nouvelle copine, avec mon identité…
    La vie ne semblait pas me sourire. Ma musique m’apportait un soulagement instantané, une espèce de thérapie… mais elle ne suffisait plus, parce qu'elle ne faisait que refouler les choses. C'est un peu comme un traitement qu'on s'inflige, mais les problèmes reviennent à la surface. La complication est qu'ils sont pire qu'avant, mais le traitement lui, n'est pas plus efficace.
    Donc au bout d'un moment, tu pètes.
    Et j'ai explosé dans ce bois. J'ai explosé et je m'y suis mis à hurler.

    C'EST QUOI CETTE VIE *****?! QU'EST-CE QUE JE FOUS SUR CETTE PLANÈTE MOI?! ET DIEU L´A-HAUT T'ATTENDS QUOI?!
    T'ATTENDS QUOI DE MOI?! FAIS QUELQUE CHOSE!!! AGIS DANS MA VIE CHANGE ÇA!
    JE SUIS À BOUT LÀ TU COMPRENDS PAS?! TU CAPTES PAS?! JE SUIS RIEN MOI, C'EST ÇA?!

    Tu peux voir par ces mots combien j'étais déstabilisé. Combien je n'avais aucune assurance. Que mon attitude de "metalleux baraqué" et mon style vestimentaire essayait de combler ce gouffre qui s'appelle la non estime de moi-même.
    Le lendemain, je reprenais le chemin de l'école.

    Le deuxième événement eu lieu durant un camp, j'étais moniteur. Je ne suis pas sûr qu'il ait eu lieu après l'autre, mais peu importe.
    Il y avait de ces moments où je suis carrément devenu comme dépressif. Mais je savais que je n'étais pas maladif, je pense plutôt que je voulais être dépressif pour me faire une raison, à mon entêtement. J'ai aussi eu de larges différents avec une petite amie qui n'ont pas arrangé les choses. Alors je suis parti du campus en plein soir. Je me suis dirigé dans les bois quelques kilomètres plus loin. Et dans une clairière, trop fatigué, accablé mentalement parlant, je me suis laissé m'écrouler sur le sol. J'ai du m'y endormir. J'ai dû y rêver. Je ne sais de quoi.
    Ce que je me souviens, c'est que je suis revenu joyeux et en forme au camp plus tard durant la nuit (personne n'avait remarqué mon absence).

    Ces deux événements ne sont pas importants pour moi parce qu’ils me prouvent que Dieu existe. Ils sont importants pour moi parce qu’ils me prouvent que Dieu m'aime. J'ai été forcé à tomber au fond du gouffre afin de réaliser que je m'étais entouré de choses déjà superficielles, mais surtout auto destructives. J'ai été forcé à m'écrouler pour me faire relever par sa main. Comme un Moïse, tiré des eaux que ça veut dire. Ces eaux là étaient tempétueuses, comme des typhons et un ouragan. Et là dedans, c'est cet amour de Dieu, persistant à mon égard, qui m'a violemment heurté tout d'abord… mais ça a été encore plus fort qu'un ouragan! J’ai donc su qu'il était plus fort que ces espèce d'ouragan de pacotille. il fallait que j'ouvre une porte à son armée. C'est ce que j'ai fais. Son amour a déferlé en moi, et m'a changé.
    J'ai découvert des dons, des qualités. Un sens à ma vie.
    J'ai découvert que Dieu pouvait être un appui, un rocher… il m'a toujours aidé dans mes derniers recours, et ce même si je n'ai pas tout de suite pensé à lui. Même si je l'ai souvent abandonné… Il est resté fidèle. Et que de joie de le retrouver… comme le fils prodigue retrouvant son Père, je sentais sa joie.

    Ça n'a pas été facile. Comme je te l'ai dis, Dieu a du établir un véritable siège dans mon cœur pour y déloger le mal. Je n'ai pas tout de suite changé après cette nuit dans les bois. Et aujourd'hui encore de tel combats continuent, parce plus tu es avec Dieu, plus le Diable essaie d'abuser de toi. C'est pour cela qu'il faut construire quelque chose de puissant, et le faire avec patience. Ce n'est pas en allant à une soirée de louange que l'on va être complètement fondé sur Dieu ! C’est l'histoire d'une vie entière ! C'est pour cela que Dieu demande ton engagement de cœur, 
    pas seulement dans tes paroles, mais aussi dans tes actes !
    (…)
    En résumé, le plus important, c'est d'ouvrir sa porte à Dieu et de lui faire de la place pour agir dans notre vie. D'accepter d'être séparé d'un tas de choses, pour que son amour les remplace. C'est ce qui s'est passé avec ma musique. J'en ai déchiqueté tous les disques, parce que d'une part je voulais m'en libérer, et de l'autre je ne voulais pas que quelqu'un d'autre subissent cet esclavage. Quelqu'un avait témoigné dans un camp de ski là dessus, ses paroles m’avaient fortement impressionné, et elles ont fait leur chemin dans mon cœur et j'ai finalement senti que comme si Dieu m'avait parlé. Ces paroles ont du mûrir dans mon cœur, je me suis informé sur les groupes que j'écoutais, j'ai essayé de voir si vraiment une musique que je considérais comme "bonne" avait un si mauvais impact dans mon cœur. Et j'ai fait un choix. 
    Ma vie se poursuit aujourd'hui, avec des hauts et des bas, je traverse certaines périodes de désert où je ne fais plus attention à ce que Dieu me dit et je m'enfonce un peu dans les choses inutiles, mais un appel à Dieu apporte une véritable source nouvelle dans ma vie. C'est pour cela aussi qu'il est souvent dit que nous sommes tous en chemin, même ceux qui sont bien calés sur Dieu et même ceux qui ne croient pas en lui.

    Ce témoignage signifie pour moi un désir de montrer ce que Dieu peut concrètement faire d'une vie.

    Paul.


    J’ai continué à écouter cette musique assez longtemps.

    Ce n’est qu’en 2004, alors que j’avais rencontré la femme de ma vie que j’ai commencé à me poser des questions.
    Comment puis-je aimer une personne si mon mode de penser est basé sur la haine et le rejet du monde ? 
    Elle m’a fait découvrir des sentiments qui jusqu’ici ne m’avaient fait que souffrir mais qui cette fois me rendaient le plus heureux du monde, l’Amour. 

    Jusque là, ma vision du monde ne passait que par le négatif, j’avais appris à aimer le laid et me sentir bien dans le sombre, le fait de revoir la vie à travers les aspects positifs m’a quelque peu bouleversé.
    Cette rencontre a été la plus belle chose qui me soit jamais arrivée et si je ne l’avais jamais faite je ne sais pas où j’en serais aujourd’hui.
    J’ai donc essayé de laisser tomber le Black Metal mais non sans mal.
    Il m’a fallu un moment pour ne plus l’écouter, non pas parce que mon état d’esprit lié à cette musique ou les sentiments que je ressentais me manquaient mais car j’avais adopté cette musique et passer à autre chose était dur.
    Je ne sais pas comment expliquer cela mais c’est comme si le Black Metal m’appelait.

    J’ai enfin réussi à abandonner ce style musical mais au bout de pas mal de temps tout de même.
    Quelques temps plus tard, j’ai écouté des morceaux mais je n’ai pas ressentit la même chose qu’auparavant.
    Maintenant je me sens bien et je suis heureux.
    Je n’ai plus besoin de Black Metal pour me sentir bien et je me sens enfin bien dans ma peau et je sors peu à peu de ma petite bulle que je m’étais formé.
    J’avais sans doute pris la mauvaise route mais l’important aujourd’hui c’est qu’une personne m’ait remis sur le droit chemin et m’ait fait découvrir que l’amour est la seule chose qui fait vraiment avancer la vie.

    Anthony.


    'ai fait une recherche sur Subliminal et je suis tombée sur votre site. 

    Les manipulateurs, à mon avis, sont passés maître dans l'art de contrôler subliminalement. 
    Ceci dit, j'ai fait lire un bout de vos écrits à mon fils ado. 

    Dans citations d’artistes : Sean Kingston le refrain où le jeune veut se suicider car sa copine le laisse est exactement à la lettre ce qui est en train de se passer avec un copain de mon fils. M a 15 ans, se dit athée, pourtant sa mère est catéchète bénévole pour les jeunes enfants. Il y a 2 soirs, mon fils 'chantait' avec lui. J'étais derrière à le guider dans la conversation. Mon fils a été très positif et a encouragé M a rencontré la psychologue ce qui a été fait ce matin. Mais les réponses de M m'ont sidérée. Le noir. Le noir absolu. Aucune trace de Lumière. Aucun espoir. M est un jeune homme charmant, il paraît très bien, réussit bien au Collège. Je crois qu'il est privilégié. Pourtant… Pourtant… Je suis une guerrière. J'espère de tout cœur être une bonne soldate de Dieu et une bonne mère pour mes fils. Vous citez amplement St-Paul. Il est mon grand ami. Dans la Bible, il m'a clairement expliqué la différence entre la haine et l'amour. Justement dans les Galates que vous citez. Eden existe toujours. Je crois qu'il faut demeurer optimiste et dans l'espérance. "Osez l’espérance !" comme disait Jean-Paul 2. Je suis en train d'apprendre à protéger ma Lumière. …la Lumière demeure un phare dans leur obscurité. Ne perds pas de temps à balayer si la mèche s'éteint… (Auteur inconnu) Je vous remercie pour ce site. J'y ai appris plein de choses. Certaines m'ont effrayée. Je vais m'en remettre et certaines choses ne seront plus admises dans ma maison et ça, mes fils savent que je ne bluffe pas. (Comme le signe satanique de la main!!! J'ignorais la provenance….eurkk) 

    Sincèrement, 

    Claire

    C'est avec un très vif intérêt que je lis votre travail remarquable. 

    Je suis "heureuse" aussi de lire que des parents s'inquiètent, et ont la CHANCE de vous lire, mais aussi de voir que des jeunes ne rejettent pas vos propos en bloc et analysent vos articles. 
    Quand je lis cette maman qui s'inquiète de son fils devenu violent, j'ai l'impression de revivre 4 ans en arrière. Et c'est là, je pense, que mon témoignage peut avoir de l'importance. 

    J'ai mis au monde deux filles. 
    Mon aînée, calme, réservée, curieuse, voire très curieuse, ne me donnait aucun souci. 
    Bonne élève, avec 1 an d'avance, jusqu'en fin de 4e. C'est précisément durant cette année scolaire, que ma fille a changé de fréquentation. Elle a sympathisé avec une fille, qu'elle n'aimait pourtant pas en 6e et 5e. Cette année, au niveau scolaire, n'était pas catastrophique (15 de moyenne) mais elle n'était plus aussi studieuse. Alors pour la motiver, en juin 2002, nous lui avons offert son rêve : un grand poney. 
    Nous la faisions patienter depuis la 6e, et je profitais de cette faiblesse pour lui redonner du punch et, pour lui prouver notre Amour. L'été se passe bien, elle n'a pas voulu partir en vacances pour chouchouter son animal.
    Arrive la rentrée de 3e, et en janvier, je me rends compte qu’elle n’est plus la même…pour moi elle passait trop de temps sur le PC. SANS accès à Internet !
    Elle composait des musiques avec un logiciel que mon mari lui avait offert. Elle créait des appartements, des maisons avec un logiciel d'architecture. Jusque là rien de méchant ! je devais sans cesse lui rappeler qu'elle devait faire passer ses études avant l'amusement. 
    Mais en changeant de copines elle a changé de goûts musicaux…. 

    En seconde, là je n'étais plus en face de MA fille et je n'étais plus non plus en phase avec elle. Elle me parlait de Placébo (travaillant dans le milieu médical, placébo : « sans principe actif »…) je ne me suis pas inquiétée, je lui ai même offert l'entrée à son concert!!!! 
    Les CD d'Evanescence, « Melissa auf der Maur », T.AT.U ont commencé à prendre place dans sa cdthèque. 
    Les mélodies de ces groupes ne me dérangeaient pas…..
    Seulement je n'ai jamais traduit le contenu de ces chansons…. ni même lu les titres… 

    Jusqu'au jour, malheureusement fatal, où j'ai eu la traduction d'un album de Placebo…. seulement il était trop tard… 
    En effet, alors que je retrouve ma fille suspendue, à une branche, à 3 ou 4 cm du sol!!! 
    Le plateau de la table de salon de jardin (carrée) était parallèle à son corps, sur le côté. Si elle avait jeté la table, les pieds de la table auraient été en face d'elle ou derrière mais pas le plateau. La branche était la plus fragile et surtout la plus basse. Si elle s'était jetée, la branche aurait cédé sous le poids.  Je sais que la veille, elle s'était disputée avec une copine, et que le samedi matin elle en était encore attristée.  Donc, ayant l'habitude de pratiquer les jeux d'évanouissement, ce soir là, elle a dû user de cette méthode pour faire peur aux copines, dont une lui aurait dit: "t'es pas cap" ! Seulement, elle a dû s'évanouir, glisser et faire tomber la table et se retrouvait suspendue. Tous les enfants qui sont décédés, vous pouvez lire différents témoignages sur www.jeudufoulard.com ont été retrouvés en suspension, seuls. Lorsque les enfants "jouent" en groupe, il y a toujours l'un d'eux qui réagit en donnant des claques à l'enfant qui s'évanoui trop longtemps. Anne-Lise à dû jouer é faire peur et s'est fait piéger. Nous n'avons trouvé aucune lettre d'explication. 
    Seulement ces fameuses paroles….
    Le lendemain, un de ces anciens professeurs, m'a posé la question : Anne Lise ne jouait elle pas au jeu du foulard, ou ne faisait pas des expériences de "décorporation". J'ai répondu : non. Pensant que cela ne se pratiquait qu'avec un foulard et à plusieurs! 
    On retrouve des paroles d'une chanson de Placébo, sur son oreiller, qu'elle a eues l'après midi même chez une copine, gothique, qui avait la "chance" d'avoir Internet.

    Mais en rembobinant le film, Anne Lise "jouait" depuis la 5e ! Même sa petite sœur l'a vue faire mais ne connaissant pas ces pratiques, elle a cru à la réponse de sa sœur, qui lui a dit : "je m'attache pour voir ce que les chevaux ressentent quand on les attache pour les étriller !" Ce n'est pas que je cherche à refuser la thèse du suicide, mais les investigations nous prouvent que ma fille, présentait tous les signes avant-coureurs mais notre ignorance ne nous a pas permis de la protéger. Et c'est là que je viens insister que la musique, toujours la même, écoutée en boucle, et de plus les paroles traduites, peut effectivement provoquer des troubles chez les enfants. Bien sûr, j'entends : "elle avait sûrement des problèmes"! que "la musique n'y est pour rien". Mais, je vous assure que le comportement de ma fille a changé au moment de l'adolescence où elle a changé de musique. Elle est devenue violente, voire très violente! Envers sa sœur, envers son père gravement malade, et envers moi-même… et elle avait une telle force que c'est un adulte qui a dû nous séparer ! Et là vous ne comprenez plus, vous vous dites : « ce n'est pas possible, ce n'est pas ma fille ! »
    Il faut que les parents soient INFORMES ! 
    Nous elle nous a dit 2 mois avant, parce que mon mari lui montrait sur un "Express", les bijoux de Christian Lacroix, (des croix en strass, rouges, noires..) à des prix qui flirtaient  les 200€ ! 
    Elle lui a dit : "c'est gothique !" 
    "Moi je suis gothique !" a-t-elle réagit.
    Il lui a demandé des explications (en pensant c’était des goûts de luxe!), sur les gothiques, la réponse fut : "ce sont les jeunes habillés tout en noir !"
    Quand j'en parlais autour de moi, on me répondait : »c'est un look, comme les Hippies de notre temps"!!! 
    Je n’étais pas informé de ce qu’étaient réellement les gothiques et leur philosophies… 
    Cette explication était bien vague et loin de la réalité.
    Les Hippies c’était "Love and Peace"… les gothiques c’est "Mort, Mutilations, Satan et Dévastations". Ce n’est pas exactement le même répertoire et les conséquences ne sont pas du même ordre.

    Devant ce comportement, je l'ai emmenée consulter, mais, selon le psychologue :"le comportement de ma fille était dû aux parents"!!!
    C'était forcément de notre faute. 

    Mais les ennuis ont commencé, j'en ai l'intime conviction, à partir du moment où elle a changé de fréquentations et qui l'ont emmenée dans ce style de musique avec toutes les idées destructrices qui sortent de ces paroles… chez ses copines elle avait même le chargement des clips… l'horreur! 
    Je la raisonnais en lui disant, que son chanteur, ne lui donnerai pas un centime, si plus tard elle n'avait pas le but atteint (elle voulait devenir notaire), et qu'elle n'aurait pas de ressources! Que, même si ELLE l'avait enrichi en achetant ses CD, ses DVD se rendre à ses concerts, QUE LUI n'en aurait rien à faire!!!! 

    Après son décès, j'ai lu des articles de TATU. Et là j'ai compris que ce n'est pas un hasard, encore une fois cela correspond à cette fameuse copine que tout le monde prend pour un gars! (sur la photo) 
    Mais, c'est "normal" actuellement que les jeunes passent par la phase "bi", et au moment de la vulnérabilité de cet âge, ils sont une proie facile du marketing… 

    C'est en lisant votre site que j'ai encore mieux compris. 
    Compris pourquoi elle voulait se teindre en roux etc…
    Comme cela, elle était la fille et sa copine: le « gars »!!! 
    Ma fille était encore capable d'écouter du classique, du jazz, du blues….donc je ne me suis pas assez focalisé sur SA musique. Mais c'était peut-être une stratégie pour fausser les pistes!!! 

    Aussi, si des professionnels scolaires me lisent, quand un enfant ne va plus comme avant, chercher dans le milieu scolaire mais n'accusez pas systématiquement les parents. 
    Trouvez-vous normal qu'un professeur de français échange des CD de ce fameux groupe avec un élève ?????? Moi Non ! 
    Ce genre de musique a pris entièrement possession de l'esprit de ma fille! et de plus elle était cautionnée par un adulte!! Alors quel poids nous avions, nous, parents ? A quoi ont servi les visites chez les médecins ? Et ce matin là, pour lui prouver, que j'avais raison j'avais découpé un article d'Alain Busschaert. Le titre était : "Musique Dérive". 
    Et connaissant le bon sens de ma fille je voulais l'analyser avec elle pour la persuader qu'elle se fourvoyait. 
    Mais je n'ai pas eu le temps!!! 

    "Pluie d'été anglaise" (English Summer Rain) de Placébo l' a emmenée dans ce monde où le silence est roi, et qui fait beaucoup souffrir ceux qui restent! En octobre 2005, je me suis rendue à une conférence pour ceux qui restent, organisée par le service de soins palliatifs de mon hôpital. 
    Une dame, de cet hôpital, s'est approchée de moi, me demandant le style musical de ma fille…nous discutons et me révèle qu'elle a des craintes pour son fils de 17 ans….je lui donne un maximum d'éléments que je pouvais connaître à l'époque, (j'en sais un peu plus maintenant, grâce à vous, à Alain Busschaert etc…) et son fils écoutait la même musique que ma fille, Marilyn Monson en plus…
    Et le 30 mars 2006, il s'est agenouillé sur les rails du chemin de fer, au moment où il a entendu un train arriver! En discutant avec la maman, j’apprends qu’il était gothique…..
    Son fils, ne se sentant pas bien, avait demandé à ses parents de le faire hospitaliser dans un centre psy, pour les ados. 
    Au bout de 2 jours, le médecin appelle le père que son fils n'a rien à faire là, qu'il doit venir le rechercher. 
    Le fils ne voulait pas sortir, ils ont réussi à le faire garder jusqu'au samedi. 
    Le médecin avait de nouveau téléphoné, qu'il prenait la place d'un jeune qui avait "plus" besoin d'être hospitalisé….les parents l'ont donc fait sortir…..

    Le lundi suivant, il était sous un train…….Zoé

    En France, Vladimir Volkoff est le premier à avoir révélé au grand public, et sûrement à l'instigation du SDECE, les principaux mécanismes de la désinformation. C'est dans Le montageGrand Prix du roman de l'Académie française en 1982, qu'il essaie de cerner les principales méthodes pour amener l'opinion publique à agir dans une certaine direction. En1997, Volkoff dans Petite histoire de la désinformation entreprend d'en donner une définition précise et aussi par conséquent de définir ce qu'elle ne peut être : « La désinformation est une manipulation de l'opinion publique, à des fins politiques, avec une information traitée par des moyens détournés. » Il la distingue de la manipulation des dirigeants considérant qu'elle relève plus de l'intoxication psychologique, et de la manipulation avec des moyens directs qu'il appelle plutôt propagande. Quelques liens intéressants : 

    Site extrêmement intéressant des découvertes récentes et observations de DAVID OATES sur le « langage inversé ». 
    Riche de centaines d’exemples. Oates est le seul chercheur qui, à ce jour, donne une explication plausible sur les fonctionnements, causes et effets du langage inversé. 
    « Le langage inversé = la voix de la conscience ».
    Sa théorie mérite d'être approfondie dans le monde de la science et de la psychologie!
    (anglais)
            http://www.reversespeech.com _____________________________________________________________________________

    Recherches et  résultats des expériences de l'Université de Nice Sophia Antipolis sur le sujet.
    (français)          unice.fr/zetetique/travaux/436_subliminal   _____________________________________________________________________________ 
    Site d'ALAIN BUSSCHAERT, musicologue, musicothérapeute, professeur de piano, il est l’auteur d’une étude sur le rôle possible de la musique dans le comportement suicidaire. Il est le président de l’association AJ (voir plus bas)
    (français)
            alain.busschaert.free.fr 

    _____________________________________________________________________________

    Site de l’association « AJ » (Anne-Lise et Julien). Première association nationale de prévention contre les risques reliés à l’écoute et à la diffusion de certaines formes d’expressions musicales et leurs conséquences sur l’équilibre et l’évolution des jeunes.
    (français)
           www.asso-aj.fr  ______________________________________________________________________________
    Site officiel de la clinique d'hypnotherapie du docteur JOHN KAPPAS, réputé et reconnu pour ses recherches et analyses sur les effets et résultats de l'hypnose.
    Il a obsevé les effets hypnotique que la musique entraine chez les jeunes. (anglais)         hypnosis.edu 

    ______________________________________________________________________________

    Site avec une multitude d'extraits de chansons contenant des messages subliminaux inversés. Vous y trouverez aussi une interview de David John Oates.
    (anglais)

            backmaskonline.com  _____________________________________________________________________________

    Media Awareness
    . Site officiel Canadien de soutient pour les jeunes et les parents. Les problèmes causés par la musique et les effets néfastes des paroles explicites dans les chansons sont denoncées.
    (anglais)
            Media-awareness.ca  Bibliographie :

    Qu’est ce qu’il y a la télé ?
    Auteurs : Claude Allard & Cécile Dollé Edition :  Albin Michel   Dérives Religieuses
    Auteur : Jacky Cordonnier
    Edition : Chronique Sociale

    La Musique Extrême – un écho surgi des abîmes
    Auteur : P. Benoît Domergue Edition : François-Xavier de Guibert  
    Black Metal satanique : les seigneurs du chaos
    Auteur : Michael Moynihan & Didrik Soderlind
    Edition : Camion Noir  Le Livre de la loi
    Auteur : Aleister Crowley
    Edition : Camion Noir 

    Les Rituels Sataniques
    Auteur : Anton Lavey Edition : Camion Noir

    Anton Lavey : la vie secrète d’un sataniste Auteur : Blanche Barton
    Edition : Camion Noir
      La bible satanique Auteur : Anton Lavey Edition : Camion Noir   Le Satanisme. Un risque de dérive sectaire Auteur : Muviludes Edition : La Documentation Française

    The satanic scriptures
    Auteur : Peter H. Gilmore
    Edition : Scapegoat Publishing

    The Church of Satan
    Auteur : Michael A. Aquino
    La Psychologie des Foules
    Auteur : Gustave Le Bon
    Edition : Puf

    La France du XXIe Siecle
    Auteur : Christian Salmon
    Edition : La Découverte

    Propaganda 
    Comment Manipuler l'Opinion en Democratie
    Auteur : Edward Bernays
    Edition : La Découverte

    Une Histoire des Cinémas de Propagande
    Auteur : Jean-Pierre Bertin-Maghit
    Edition : Nouveau Monde

    Neuromarketing : le Nerf de la Vente
    Auteurs : Patrick Renvoisé & Christophe Morin
    Edition : De Boeck
    On Achète bien les Cerveaux
    Auteur : Marie Bénilde
    Edition : Raisons d'Agir

    Screen Smarts : A Family Guide to Media Literacy
    Auteurs : Gloria DeGaetano & Kathleen Bander
    Edition : Houghton Mifflin

    Why People Believe Weird Things
    Auteur : Michael Shermer
    Edition : l'Auteur

    Rapport de la MIVILUDES 2005
    Edition : La Documentation Française

    Rapport de la MIVILUDES 2007
    Edition : La Documentation Française

    Le Satanisme, quel danger pour la société ?
    Auteur : Olivier Bolineau
    Edition : Pygmalion

    University College London

    Suffolk High School (USA)

    Le Petit Larousse Illustré
    Associated Press : 
    "Disney recalls 'The Recuers' video" – 8 janv. '99

    Los Angeles Daily News : 
    "Disney pulls tape for subliminal smut" – 8 janv. 
    '99

    Wisconsin State Journal : 
    "Lion King Cops need to get alive" (pg. A7)- 11 sept. '95

    The Indianapolis News
    Auteur : Richard K. Shull

    "From the Sublime to the Subliminal" (pg. A9) – 12 sept. '95

    Daily Variety : "Jessica Rabbit revealed" (pg. 1) – 15 mars '94

    The Washington Post : "Toontown Tricksters" (pg. D1) – 18 mars '94  
    Vidéographie :

    Speak of the Devil documentaireProduction : Anton Szandor Lavey Réalisateur : Blanche Barton & Nick Bougas
    1995
      Aleister Crowley : The Other Loch Ness Monster
    documentaire
    Production : BBC, Andrew Lane Fox Réalisateur : Garry S. Grant 2000  Church of Satan‘s “Dark pope”
    Interview
    Emission “The Our”
    Production : CBC Television
    http://www.cbc.ca/thehour/video.php?id=1034
    06/06/2006

    Master of darkness, The wickedest man in the world documentaire Production : Channel 4, 
    Réalisateur : Neil Rawles
    2002

    Charles Manson Superstar documentaireProduction : Holywood Productions
    Réalisateur : Nikolas Schreck
    1989
      Manson
    documentaire
    Production : Robert Hendrickson 1973  The Devil’s Rain
    FilmProduction : Astral Films Réalisateur : Robert Fuest, Anton Lavey comme conseiller technique.
    1975

    Helter Skelter
    docu-film
    Réalisateur : Tom Gries
    1976
      Rising to the challenge
    documentaire
    Production :  Vision Video
    1988
      Le Magazine de la santé FRANCE 5 
    "Les professionnels du neuromarketing traquent nos réactions"
    3 mai 2007

    Internetographie :
    www.wikipedia.com 
    (Attention, certains sujets ne sont pas tous complets ou exacts, 
    c'est l'inconvénient du concept Wikipedia, prudence donc)

    http://en.wikipedia.org/wiki/50_cent http://en.wikipedia.org/wiki/Aleister_Crowley http://en.wikipedia.org/wiki/Anton_Lavey
    http://en.wikipedia.org/wiki/Backmasking
    http://en.wikipedia.org/wiki/Beach_boys http://en.wikipedia.org/wiki/Beatles http://en.wikipedia.org/wiki/Beelzebuth http://en.wikipedia.org/wiki/Bismillah
    http://en.wikipedia.org/wiki/Black_mass
    http://en.wikipedia.org/wiki/Black_metal http://en.wikipedia.org/wiki/Black_sabbath
    http://en.wikipedia.org/wiki/Blanche_Barton
    http://en.wikipedia.org/wiki/Bob_dylan| http://en.wikipedia.org/wiki/Bono
    http://en.wikipedia.org/wiki/Book_of_the_Law
    http://en.wikipedia.org/wiki/Charles_Manson http://en.wikipedia.org/wiki/Church_Of_Satan http://en.wikipedia.org/wiki/Collective_Soul http://en.wikipedia.org/wiki/Columbine_High_School_massacre http://en.wikipedia.org/wiki/David_Bowie http://en.wikipedia.org/wiki/Dennis_Wilson http://en.wikipedia.org/wiki/Doom http://en.wikipedia.org/wiki/Electric_light_orchestra http://en.wikipedia.org/wiki/Elohim http://en.wikipedia.org/wiki/Eminem http://en.wikipedia.org/wiki/Eric_Harris_and_Dylan_Klebold http://en.wikipedia.org/wiki/Eurythmics http://en.wikipedia.org/wiki/Freddy_Mercury http://en.wikipedia.org/wiki/Gothic_rock http://en.wikipedia.org/wiki/Gwen_Stefani http://en.wikipedia.org/wiki/Hard_rock http://en.wikipedia.org/wiki/Heavy_metal
    http://en.wikipedia.org/wiki/Hermetic_Order_of_the_Golden_Dawn
    http://en.wikipedia.org/wiki/Jehovah%27s_Witnesses http://en.wikipedia.org/wiki/Jim_morrison http://en.wikipedia.org/wiki/Judas_priest http://en.wikipedia.org/wiki/Kenneth_Anger http://en.wikipedia.org/wiki/Led_zeppelin
    http://en.wikipedia.org/wiki/Left-Hand_Path_and_Right-Hand_Path
    http://en.wikipedia.org/wiki/Madonna_Louise_Ciccone
    http://en.wikipedia.org/wiki/Magick_%28Book_4%29
    http://en.wikipedia.org/wiki/Marilyn_manson http://en.wikipedia.org/wiki/Marilyn_Monroe http://en.wikipedia.org/wiki/Mark_David_Chapman http://en.wikipedia.org/wiki/Michael_jackson http://en.wikipedia.org/wiki/Mtv http://en.wikipedia.org/wiki/New_Wave_music http://en.wikipedia.org/wiki/Ozzy_osbourne http://en.wikipedia.org/wiki/Pandemonic_Incantations http://en.wikipedia.org/wiki/Peter_H._Gilmore http://en.wikipedia.org/wiki/Queen_%28band%29 http://en.wikipedia.org/wiki/Roman_Polansky
    http://en.wikipedia.org/wiki/Red_Mass
    http://en.wikipedia.org/wiki/Satanism http://en.wikipedia.org/wiki/Seung-Hui_Cho http://en.wikipedia.org/wiki/Sharon_Tate http://en.wikipedia.org/wiki/Shine_%28Collective_Soul_song%29 http://en.wikipedia.org/wiki/Slayer http://en.wikipedia.org/wiki/Subliminal_message http://en.wikipedia.org/wiki/Susan_Atkins http://en.wikipedia.org/wiki/TATU
    http://en.wikipedia.org/wiki/Thelema
    http://en.wikipedia.org/wiki/The_Satanic_Bible
    http://en.wikipedia.org/wiki/Tomb_raider http://en.wikipedia.org/wiki/Triquetra http://en.wikipedia.org/wiki/Virginia_shooting http://fr.wikipedia.org/wiki/Alizee http://fr.wikipedia.org/wiki/Balavoine http://fr.wikipedia.org/wiki/Charmed http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9monologie http://fr.wikipedia.org/wiki/Gainsbourg
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Gustave_Le_Bon
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Jimmy_Page http://fr.wikipedia.org/wiki/Lemon_Incest http://fr.wikipedia.org/wiki/Message_à_l'envers http://fr.wikipedia.org/wiki/Message_subliminal http://fr.wikipedia.org/wiki/Metal_chr%C3%A9tien http://fr.wikipedia.org/wiki/Mylene_Farmer http://fr.wikipedia.org/wiki/Pentagramme http://fr.wikipedia.org/wiki/Persistance_r%C3%A9tinienne http://fr.wikipedia.org/wiki/Rap_francais http://fr.wikipedia.org/wiki/Redondance http://fr.wikipedia.org/wiki/Runique http://fr.wikipedia.org/wiki/Scientologie http://fr.wikipedia.org/wiki/Semiotique http://fr.wikipedia.org/wiki/Symbole_de_la_paix http://fr.wikipedia.org/wiki/Symboles http://fr.wikipedia.org/wiki/Tomb_Raider   www.unice.fr  www.backmaskonline.com   www.reversespeech.com

    http://alain.busschaert.free.fr/   www.destinationsante.com  
    http://www.destinationsante.com/fr_depeche.php?id_rubrique=375&id_article=21078&cat=1   www.csa.fr  www.sosparanormal.com

    www.bibleetnombres.online.fr

    www.unaf.fr
    www.media-awareness.ca

    www.humanite.fr/journal/2005-09-30/2005-09-30-815175

    www.pseudo-sciences.org/spip.php?article63  www.hypnosis.edu   www.desduivels.info   www.churchofsatan.com

    www.ted.com/index.php/speakers/view/id/23 
    www.oxygenee.com/absinthe/books7.html

    www.av1611.org/rock.html

    http://people.uleth.ca/~vokey/pdf/Submess.pdf

    www.crossroad.to

    http://miss.slim.shady.free.fr/articles/article24.htm

    http://www.msnbc.msn.com/

    http://abcnews.go.com/

    http://www.cnn.com/
    http://www.nypress.com/18/23/news&columns/knipfel.cfm

    Comment y résister ? Voir www.pavie.ch

    à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste.

    Une réponse sur “26 techniques de manipulation”

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Traduction »