531 médecins contre l’ incinérateur d’ordures ménagères

L’usine Tridel est-elle nocive?

Lancée en 2006, l’usine d’incinération des
déchets tourne aujourd’hui à plein régime.Certaines voix s’élèvent pour
remettre en question la validité des mesures des substances émises dans
l’atmosphère.A Clermont-Ferrand en France, un collectif de 530 médecins
s’oppose par tous les moyens à l’ouverture d’un incinérateur.

Certains riverains n'ont pas hésité à faire preuve de leur inquiétude. DR

Certains riverains n’ont pas hésité à faire preuve de leur inquiétude. DR

DECHETS • Avons-nous, sans le savoir, une bombe à
retardement au cœur de Lausanne et à 200 mètres à peine du CHUV? C’est
en tout cas ce qu’affirme l’ingénieur Claude Monod, président de
l’Association pour la sauvegarde du Vallon du Flon. Depuis plusieurs
mois en effet, l’association assaille d’une multitude de courriers les
autorités cantonales, qu’elles soient sanitaires ou responsables de la
surveillance de l’environnement. Son objectif? Obtenir des précisions
quant aux nuisances occasionnées par le fonctionnement de Tridel, la
célèbre usine d’incinération de déchets ménagers, ouverte en 2006.

Valeurs maximales

L’association n’hésite pas à remettre en question les méthodes de
mesure de la qualité de l’air autour du site de Tridel. «Les valeurs
d’émissions sont sous-évaluées car elles se basent sur un débit
d’incinération de 11.8 tonnes par heure et par four», explique ainsi
Claude Monod. Et de s’insurger: «Or il est certain que le débit de
l’incinération dépasse largement ce seuil. Pourquoi ne pas effectuer les
contrôles quand les fours fonctionnent à leurs valeurs maximales?»Autre
doléance: selon Claude Monod, Tridel ne respecte tout simplement pas la
volonté populaire: «Dès sa mise en service, affirme-t-il, l’usine a
incinéré beaucoup plus de déchets que prévu. On a trompé les citoyens en
leur faisant voter pour des usines pouvant brûler 140’000 tonnes
annuelles et non les 158’000 tonnes atteintes! En plus, on s’était
engagé à ne brûler que les déchets du canton, ce qui n’a pas toujours
été le cas!»Mais l’association n’est pas la seule à remettre en question
Tridel. Depuis l’ouverture de l’usine, certains riverains n’ont ainsi
pas hésité à faire preuve de leur inquiétude. Publié en septembre de
l’année dernière par notre confrère 24heures, un courrier des lecteurs
dénonçait les «odeurs pestilentielles» ainsi que les «poussières
grossières et noires» déposées sur son balcon et exigeait un
renforcement «des filtres de l’usine, jugés insuffisants lors des
canicules».Toutes ces allégations ont le don de susciter l’indignation
de Stefan Nellen, president du conseil d’administration de l’usine
d’incinération de déchets.

Trois plaintes par an

«A Tridel, sur 150’000 citoyens lausannois, nous n ‘enregistrons que 3
plaintes par an, s’insurge-t-il sans cacher une pointe d’exaspération.
Et en plus, ce sont toujours les mêmes depuis dix ans! Quant à
l’association pour la sauvergarde du vallon du Flon, elle ne compte en
réalité qu’un seul membre cotisant!»Et sur le fond, Stefan Nellen récuse
en bloc toutes les accusations portées contre Tridel: «Tout cela est
complètement faux. D’abord Tridel ne sent pas en exploitation normale.
Il peut arriver en été, qu’au cours du transfert de déchets, des odeurs
s’échappent dans un certain périmètre autour de la benne, mais rien de
plus. Enfin, les tests sont effectués lorsque les fours tournent à plein
régime, et par un bureau totalement neutre et indépendant et nous
ouvrons nos portes à tous ceux qui le souhaitent. Bien sûr, dire qu’on
ne pollue pas c’est faux. Une usine c’est comme une voiture, elle pollue
forcément. Mais aujourd’hui, on ne peut pas faire mieux avec la
technologie actuelle. D’ailleurs Tridel est 21 fois plus propre que
celle qui existait auparavant à Lausanne!»Quant à l’éventuelle
surcapacité des fours, le président la balaie d’un revers de main:
«Certains au départ nous reprochaient que l’usine était surdimensionnée.
Aujourd’hui, on nous reproche le fait qu’elle fonctionne à plein
régime». Et d’annoncer: «De toute façon, avec l’introduction de la taxe
au sac en 2013, on s’attend à une diminution des tonnages de 15 à 20%!»

«Tridel est 21 fois plus propre que celle qui existait auparavant à
Lausanne!», Stefan Nellen, president du conseil d’administration de
Tridel.

«Un attentat contre la santé publique»

CA • C’est une bronca assez inédite qui ne peut
qu’interpeller. A Clermont-Ferrand, en France, pas moins de 530
médecins, sur les 740 que compte l’agglomération, se sont opposés à
l’implantation d’un incinérateur d’ordures ménagères. Médecin et élu
local, leur porte-parole Jean-Michel Calut ne mâche pas ses mots.
«L’installation d’un incinérateur dans notre région est un attentat
programmé contre la santé publique. A l’hôpital, j’ai soigné pendant des
années des malades de l’amiante. Alors je ne veux plus jamais entendre
des phrases du genre: responsable mais pas coupable! Le problème avec
les incinérateurs, c’est que les normes sont techniques et non pas
sanitaires.» Et de s’appuyer sur les conclusions d’une étude de
l’Institut National de Veille Sanitaire rendues publiques en mars 2008,
qui ont «mis en évidence un lien entre le niveau d’exposition des
populations aux panaches de fumées des incinérateurs dans les années
70-80 et l’augmentation significative de la fréquence de certains types
cancers pendant les années 90-99»

Communiqué de presse
______________________________________
Incinération et santé humaine:
Publicité particulière du VALTOM et de VERNÉA

Dans plusieurs pages publicitaires publiées dans la presse, le VALTOM et VERNÉA assurent :
« Vernéa, c’est la meilleure et l’unique garantie d’une parfaite innocuité vis-à-vis de l’environnement et de la santé humaine »
« La production annuelle de dioxines du pôle est équivalente à celle d’un feu d’artifice de quelques minutes »
Affirmer que la solution Incinération des déchets ménagers est la seule et la meilleure garantie d’une parfaite
innocuité vis-à-vis de l’environnement et de la santé humaine, tout en rassurant avec l’image d’un « feu d’artifice », porterait plus à rire qu’à pleurer s’il ne s’agissait de santé publique.
· Au moment où l’Institut national de Veille Sanitaire ( InVS ) rendait public fin mars 2008 les résultat
définitifs de l’étude sur l’incidence des cancers à proximité des usines d’incinération d’ordures
ménagères en montrant que, pour tous les types de cancers, les risques relatifs avaient été sous-estimés
dans ses résultats préliminaires en 2006 ( les risques de cancers, apparus entre 1990 et 1999,
étant en effet revus à la hausse tous types confondus et certains, les myélomes font même leur apparition :
+23% pour les hommes, +16% pour les 2 sexes ),
Les résultats de cette étude, compte tenu des courtes périodes de latence choisies par l’InVS, entre
exposition et apparition d’un cancer ( 5 ans pour les leucémies et 10 ans pour les autres cancers),
laissent craindre selon l’InVS lui-même que le pic d’apparition de cancers ne soit certainement pas
encore atteint.
· Au moment où l’on sait que sur les 2000 substances rejetées par les incinérateurs d’ordures
ménagères, seules 50 sont font l’objet de tentatives de filtration, le VALTOM et VERNEA veulent
rassurer la population en ramenant le risque au seul contrôle de la production de dioxines de l‘usine
d’incinération et en le comparant à celui d’un feu d’artifice…
Le VALTOM et VERNEA oublient que l’InVS précise dans ses conclusions que l’indicateur
d’exposition ne permet pas d’incriminer un polluant particulier. L’argument dioxine tombe.
« Rien ne se perd, rien ne se créé, tout se transforme » énonçait LAVOISIER. Une tonne de molécules
composant les déchets se transforment, via l’incinération, en un cocktail de nouvelles molécules
toxiques cancérigènes, mutagènes et reprotoxiques rentrent dans la composition des 300 kilos de
cendres et des 700 kilos de fumées produites par la combustion.
C’est la combustion qui fait que l’incinération est plus à risque que toutes les autres méthodes
d’élimination des déchets.
Dans l’étude InVs si les seuls cancers ont été étudiés, restent les anomalies de la fertilité et les
malformations congénitales qui ont déjà fait l’objet d’autres études alarmantes.
· Au moment où les réductions des dernières normes de rejet de quelques polluants ( dont les dioxines )
ne correspondent pas en réalité à une tolérance sanitaire mais seulement à la faisabilité technique
du moment, il faut souligner, contrairement à ce qu’affirment le VALTOM et VERNEA, qu’elles n’ont fait
depuis l’objet d’aucune autre étude épidémiologique permettant d’affirmer l’absence de risque
sanitaire pour les populations vivant sous le panache des incinérateurs,
Les Porte parole de 531 médecins de l’agglomération clermontoise
opposés à l’implantation d’un incinérateur d’ordures ménagères
au centre de l’agglomération de Clermont-Ferrand,
les docteurs CALUT, CHIAPPONI, LAFFONT et LAVIGNON.
· Au moment où le VALTOM assure l’utilisation en remblais routiers des 300 kilos de mâchefers issus
d’une tonne de déchets incinérés, les négociations du Grenelle ont permis de souligner la nécessaire
évolution de la réglementation sur les mâchefers, qui vieille de 13 ans, apparaît aujourd’hui obsolète (
circulaire du 9 mai 1994 ) avec la prise en compte des risques liés à l’utilisation des mâchefers et à la sousestimation
de leur potentiel polluant,
· Au moment où tous les grands acteurs économiques privés s’accordent à reconnaître que la masse des
Produits Résiduels Ménagers diminue de 2% l’an, le VALTOM s’est engagé à fournir 170.000 tonnes de
déchets ménagers par an, pendant 20 ans,
Pour information, le Président de la Communauté de Communes de la Porte d’Alsace ( CCPA ) vient
d’apprendre que le coût de la tonne incinérée va progresser de 32% à l’incinérateur de Bourogne pour cause
d’insuffisance de gisement générée par les comportements individuels écologiques, incompatibles avec la
bonne marche d’un incinérateur. En effet, les produits résiduels ménagers ultimes en 2007 des habitants de la
CCPA, viennent de passer sous la barre des 95 kg/hbt/an.
Les populations ne doivent pas payer au prix fort le manque de volontarisme de décideurs politiques ou
administratifs installés dans leurs tours d’ivoire, calés sur des perspectives absurdes et ignorant le principe de
précaution inscrit dans notre constitution.
Ont-ils entendu le Président de la République, le 25 octobre 2007 : « Notre ambition […] ce n’est pas d’être dans la
moyenne. Notre ambition c’est d’être en avance, d’être exemplaire. » et «La priorité ne sera plus à l’incinération
mais au recyclage des déchets. Il faudra prouver pour tout nouveau projet d’incinérateur qu’il s’agit bien de l’ultime
recours » et Monsieur Jean-Louis BORLOO, Ministre de l’Écologie, du Développement et de l’Aménagement
durables le 2 février dernier: « il faut désormais regarder toutes les alternatives sereinement… » ?
Les derniers résultats révélés par l’InVS, les caractéristiques de la cuvette clermontoise qui voit régulièrement les
pollutions existantes potentialiser leurs effets au cours des inversions de température l’hiver et des situations
caniculaires l’été, associées aux défaillances connues des incinérateurs ( Gilly-sur-Isère, Mulhouse,
Fourchambault, Gien et Metz ) et la réduction de la masse des produits résiduels ménagers, soulignent encore
l’inutilité et la dangerosité du projet incinérateur du VALTOM-VERNEA.
Un incinérateur d’ordures ménagères, perte de chance pour la santé et l’environnement, source de profits pour les
Industriels, est un procédé du siècle passé.
Les solutions alternatives intelligentes du 21ème siècle:
respectent la santé et l’environnement,
coûtent moins cher pour le contribuable,
créent plus d’emplois que les procédés thermiques,
permettent l’évolution vers l’éco-citoyen de demain.
Le Puy de Dôme peut être exemplaire et en avance.
Contact Presse :
Docteur Jean-Michel CALUT
Porte parole de 531 médecins de l’agglomération clermontoise
opposés à l’implantation d’un incinérateur d’ordures ménagères
au centre de l’agglomération de Clermont-Ferrand,
les docteurs LAFFONT, CHIAPPONI et LAVIGNON.
Vice-président de la Coordination Nationale Médicale Santé Environnement
12, rue René Laurent 63370 Lempdes
Tel portable 06 08 99 05 65
famillecalut@wanadoo.fr

  1. François de Siebenthal: Tridel: Les nanoparticules sont partout !

    desiebenthal.blogspot.com/…/tridel-les-nanoparticules-sont-…

    1 juin 2012 – Tridel:
    une très grande quantité de nanofibres et de nanoparticules aux
    propriétés physico-chimiques très diverses, voire nouvelles, est

  2. François de Siebenthal: Tridel et Italie, particules fines invisibles très

    desiebenthal.blogspot.com/…/tridel-et-italie-particules-fines….

    6 mars 2012 – La famille Creux est en lutte avec la famille de Siebenthal depuis des ….. Faire la lumière sur les scandales (Banque(s), Fareas, Tridel, Tuteur

  3. François de Siebenthal: Tridel & Satom, alertes dioxines et radiations

    desiebenthal.blogspot.com/…/tridel-satom-alertes-dioxines-e…

    12 déc. 2011 – Lisant
    un article de presse, nous sommes saisis d’un frison de honte et nous
    vous expliquons pourquoi !!! Depuis le lancement de la filière de

  4. François de Siebenthal: Vaud: explosion du nombre de décès

    desiebenthal.blogspot.com/…/vaud-explosion-du-nombre-d…

    15 août 2012 – Film de Tridel et des camions Della Santa avec des déchets nucléaires ? François de Siebenthal: Tridel l’incinératueur, le scandale empire.

  5. François de Siebenthal: Tridel, 5 milliards de m3 de nano-particules

    desiebenthal.blogspot.com/…/tridel-5-milliards-de-m3-de-n…

    20 janv. 2011 – Fumées
    noires à midi et pendant la nuit. Des habitants notamment de la tour
    Migros UBS de la Route de Berne incommodés. Grave maladie

  6. François de Siebenthal: Tridel Lausanne pollue italien.

    desiebenthal.blogspot.com/…/tridel-lausanne-pollue-italien….

    25 nov. 2010 – L’
    énergie faite à partir d’ ordures est produite surtout à partir de sacs
    poubelles en plastiques et de déchets divers re-mélangés, donc dé-triés

  7. François de Siebenthal: Tridel, Gilly, incinérateurs incinératueurs

    desiebenthal.blogspot.com/…/tridel-gilly-incinerateurs.html

    15 nov. 2010 – D’autres
    solutions efficaces ont pourtant fait leur preuve : Prévention – Tri –
    Recyclage – Compostage – Méthanisation … moins onéreuses,

  8. François de Siebenthal: Tridel avoue ses importations. Les

    desiebenthal.blogspot.com/…/tridel-avoue-ses-importations-…

    18 janv. 2011 – Les incinérateurs français sont très mal surveillés (Environ 700 postes d’inspecteurs des ICPE sur tout le territoire national pour contrôler plus

  9. François de Siebenthal: Principe de Subsidiarité, surtout en finance

    desiebenthal.blogspot.com/…/principe-de-subsidiarite-surto…

    18 juil. 2012 – François de Siebenthal: Tridel, 5 milliards de m3 de nano-particules ….. tout particulièrement l’article 104 du traité de Maastricht qui vingt ans .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »