Clearstream 3, enfin la vérité. DSK impliqué…

Clearstream, enfin la vérité. DSK impliqué…


99% des noms sont vrais. Ils ont tout fait pour cacher cette vérité et faire croire que toutes les listes sont fausses.


La phrase :


« Oui, je savais que ces listings étaient faux et je n’ai rien fait pour arrêter la machine. …»


est simplement un gros mensonge.


Les premiers listings ne sont pas faux. 


Ils ont juste ajoutés quelques noms mais tous les autres noms sont vrais


La preuve de la manipulation est la condamnation de Florian Bourges pour abus de confiance et la libération de Denis Robert.
http://www.rue89.com/2011/02/05/denis-robert-blanchi-pour-avoir-dit-que-clearstream-blanchissait-189174

« Les seuls noms que j’ai introduit dans les fichiers Clearstream sont ceux de Nagy et Bocsa, les patronymes de Nicolas Sarkozy. Pour les autres, ce n’est pas moi, j’insiste et je le répète » a dit ce matin Imad Lahoud à l’audience. A partir de là il a du répondre à un feu nourrit de questions embarrassantes de la part de la Cour mais aussi de diverses parties civiles mises en cause. Car la cour examinait les conditions dans lesquelles la manipulation a pu se développer. L’année 2003 a été passée au crible. Le 5 novembre de cette année là apparait un premier listing. Figurent des noms comme ceux de MM. Wang, Kiejman, Delmas, Gomez, Flam, Squarcini, Jevakoff, Ambiel, Plenel,Veil… Une première note accompagne ce listing. Elle fait état d’un système financier occulte au sein de Clearstream qui protègerait des narco trafiquants, des versements de rétro-commissions, des transactions occultes d’oligarques russes. « Je n’ai pas tapé cette note, se défend Imad Lahoud, je n’en suis pas l’auteur. De toute façon c’est Jean Louis Gergorin qui communique cette note au général Rondot ». C’est au tour de Jean Louis Gergorin de devoir s’expliquer. Pourquoi devant ces révélations n’a-t-il pas engagé de vérifications ? Pourquoi transmet-il cette note sans précaution ? Réponse de l’ancien numéro 2 d’EADS : « Je pense que le général Rondot va le faire. Il a l’appareil d’état à sa disposition ». Le procureur alors s’étonne : « si vous êtes le petit facteur de Monsieur Lahoud, vous ne servez à rien, vous êtes inutile, Monsieur Gergorin ? Réponse « j’aurais du agir avec plus de discernement ; j’étais dans la passion, obsédé par les attaques contre le groupe après la mort de Jean-Luc Lagardère”. L’explication ne convainc guère les parties civiles. « On découvre le nom de M. Joulin, un homme avec qui vous travaillez, en qui vous avez confiance. Pourquoi vous ne vérifiez pas ? Jean Louis Gergorin répond : « A ce moment là j’ai un gros doute. J’ai son numéro de portable. Je fais vérifier si ce numéro est géo-localisé au Luxembourg dans les dates des transactions. Or il se trouve que la réponse me revient positive. C’est un élément qui va accréditer à mes yeux la véracité des listings » Une question revient comme un boomerang vers Imad Lahoud : vous saviez que ces listings étaient des faux lui demande la présidente. « Oui, je savais que ces listings étaient faux et je n’ai rien fait pour arrêter la machine. Mais attention je vous rappelle ce principe de la gravitation. Les choses tombent. Les ordres vont du haut vers le bas » explique celui qui est devenu prof de math. Cet après midi, Dominique de Villepin devrait s’exprimer pour la première fois puisque le procès avance dans le temps : le premier janvier 2004, Dominique de Villepin alors ministre des affaires étrangères apprend l’existence d’un système de transaction occulte.

Qu’a-t-il fait contre ce système qui a permis notamment le vol de M. Ferraye ( voir l’affaire Ferraye alias le Koweïtgate ou encore extinction des puits de pétrole ou encore pétrole contre nourriture ou Clearstream 3, dont les documents originaux ont été détruits dans la 3ème tour de New-York, la WTC 7 ou Tour Salomon, qui n’a pas été touchée par un avion mais qui est tombée quand même le 9/11… 

Le FMI de DSK manipule et triche.


Dette publique US totale d’après son journal : 

200 000 milliards de $… soit 840% du PIB actuel. ‘Soyons réaliste’, écrit le Pr. Kotlikoff dans le journal du FMI, édition de septembre , ‘les Etats-Unis sont en faillite’…

Mais tout ceci est faux et exagéré par le FMI ( qui veut plus que doubler tous les impôts, sic) car nous prouvons ci-dessous que plus de 99 % de ces “dettes” sont des tigres en papier, du vol pur et simple par astuce selon le prix Nobel Maurice Allais, pires que de la fausse monnaie car ce sont des faux sournois. Une rapine mondiale honteuse et mortelle. Qui sont les créanciers rapaces qui sucent le sang des innocents ? 

La seule solution, le dividende à tous qui relancera enfin la consommation indispensable.


Scandale au FMI.. Sur l’ordre de DSK, Dominique Strauss Kahn, actuel Président du FMI….


Scandale au FMI. Sur l’ordre de DSK, Dominique Strauss Kahn, actuel Président du FMI.

La télévision française censure un inventeur libano-genevois



Joseph Ferrayé est l’inventeur d’un système qui a permis d’éteindre les puits de pétrole en feu au Koweït en 1991. (Keystone Archive)

JOSEPH FERRAYÉ DEVAIT PASSER DANS L’ÉMISSION «SANS AUCUN DOUTE» DE TF1. A LA DERNIÈRE MINUTE, LE REPORTAGE A ÉTÉ CENSURÉ par DSK.

«’Sans aucun doute’ aurait subi des pressions pour ne pas diffuser ce reportage. Des menaces auraient été exprimées à l’encontre de plusieurs personnes qui avaient participé à l’enquête», raconte Gilbert Collard, l’avocat de Joseph Ferraye.
Joseph Ferrayé, un Libanais de 56 ans, domicilié à Genève, affirme être l’inventeur d’un système qui a permis d’éteindre les puits de pétrole en feu au Koweït en 1991. Il aurait dû percevoir 34 milliards de dollars. Cette somme gigantesque a bien été déboursée. Elle est passée par la Suisse. Mais Joseph Ferrayé n’a toujours pas reçu le moindre centime.

EMISSION ANNULÉE… SANS EXPLICATION

Est-ce «la plus grosse escroquerie du siècle sur fond de politique et de guerre du Golfe», comme le jure le célèbre avocat Gilbert Collard? L’émission «Sans aucun doute», animée par Julien Courbet, a bien réalisé un film pour raconter cette étonnante affaire. Mais il n’est jamais passé à l’antenne, sans qu’aucune explication ne soit donnée.
Le mensuel français Entrevue a pu se procurer l’émission censurée. Il en publie des extraits dans son édition datée de janvier 2002. Joseph Ferrayé raconte notamment qu’il a contacté un bureau d’investigation international sur cette affaire, et que celui-ci a identifié «toute une série de comptes dans le monde. Le Koweït a donc bien payé».
Swissinfo avait longuement rencontré en août dernier cet inventeur qui vit modestement à Genève. Parmi les documents en sa possession, la déclaration de P. M., notaire à Genève, qui a travaillé sur ce dossier. Le 6 février 1996, il était entendu par le procureur Laurent Kasper-Ansermet, dans le cadre d’une procédure pénale.
«On m’a parlé d’un chiffre de 34 milliards de dollars qui serait parti du Koweït. La moitié serait retournée dans les familles dirigeantes du Koweït et le solde fait l’objet de toutes les transactions», souligne le notaire genevois, ajoutant que l’invention de Joseph Ferrayé «a été utilisée abusivement au Koweït».
Alors, qui a perçu ces milliards? On a cité la compagnie Elf. On murmure également le nom d’un ancien Premier ministre français. Maître Gilbert Collard se contente d’affirmer que l’affaire est en cours et qu’elle va se plaider bientôt. Il n’est jamais trop tard. La guerre du Golfe s’est terminée en 1991.


Ian Hamel

L’histoire de Joseph Ferraye et le dossier est toujours ouvert. Voici la vidéo que Karl Zéro retira de son site suite au communiqué de presse de C. Cotten contre Dominique Strauss-Kahn
Parlant de Strauss-Kahn: Scandale au FMI : ce que vous ne verrez pas dans les médias.

Télécharger la vidéo :http://www.megaupload.com/?d=JC9H0OA7

http://video.google.fr/videoplay?docid=-698047735755472484#

http://www.swissinfo.ch/fre/archive.html?siteSect=883&sid=968472&ty=st


  1. Joseph & Michel Ferraye pour Sa Justice: La tour no 7, la tour 

    19 août 2009  http://www.dailymotion.com/related/x9y72e/video/xnknp_controlled-demolition-wtc7 -0911-com_events. Publié par François de Siebenthal à 
    ferraye.blogspot.com/…/la-tour-no-7-la-tour-salomon-la-3eme.html –En cache – Pages similaires
  2. Alternatives: février 2011

    25 févr. 2011  Publié par François de Siebenthal à l’adresse 11:07 0 commentaires …..“oublis “, notamment de la Tour WTC 7, délits d’initiés, 
    euroracket.blogspot.com/2011_02_01_archive.html – En cache
  3. Alternatives: Invitations à des conférences. Les dossiers Ferraye 

    2 nov. 2008  Pourquoi la 3e tour (le WTC 7) s’est-elle effondrée le 11 septembre ?  Publié par François de Siebenthal à l’adresse 14:57 
    euroracket.blogspot.com/…/invitations-des-confrences-les-dossiers.html – En cache

    1. Joseph & Michel Ferraye pour Sa Justice: Des milliards en jeu…L 

      7 nov. 2008  L’ affaire DSK Ferraye Clearstream rebondit. DSK et les carnets disparus d’Yves Bertrand qui ne veut plus les communiquer. 
      ferraye.blogspot.com/…/des-milliards-en-jeul-affaire-dsk.html – En cache
    2. Joseph & Michel Ferraye pour Sa Justice: Les responsables du Krach 

      23 oct. 2008  Les responsables du Krach… DSK, alias Dominique Strauss Kahn du FMI, lié à l’ affaire du juge Borrel et à l’affaire Ferraye ? Le Krach 2008 
      ferraye.blogspot.com/…/les-responsables-du-krach-dsk-alias.html – En cache
    3. L’affaire FERRAYE/DSK (l’escroc du siècle !), – Le blog de 

      25 mars 2011  Voici un extrait d’une vidéo concernant l’affaire FERRAYE/DSK (l’escroc du siècle !), que j’ai mis sur ma chaîne, et sous-titré en 
      bdr15emecircons.over-blog.com/article-l-affaire-ferrayedsk-l-escroc-du- siecle-70161487.html– En cache

      http://www.lameduse.ch/2011/03/01/le-«kuwait-gate»-gene-dsk/


    “Quand les bornes sont dépassées, il n’y a plus de limites”

    Georges Pompidou.

    La crise financière est-elle sans limites ? Vous pouvez poser des limites. Comment ?

    Plus de gens devraient lire cet article, tout simplement

    Sur l’Internet les lecteurs ont le pouvoir! Ils décident quelle information fera le tour du globe! Peut-être vous n’en êtes pas conscient, mais si chaque lecteur envoie un lien à trois autres personnes intéressées, il suffit de vingt pas pour atteindre 3,486,784,401 personnes! Vous voulez le voir se produire? Utilisez votre pouvoir !

    3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 x 3 = 3,486,784,401

    à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.


DOCUMENTS

Denis Robert blanchi pour avoir dit que Clearstream blanchissait

Rue89 publie la triple décision de justice qui innocente le journaliste, poursuivi depuis dix ans par la société du Luxembourg.

Le passeport de Denis Robert publié sur son blog (DR)
« Enfin, la justice me rend justice ! Après dix ans tout juste… » Denis Robert est « apaisé » par les trois arrêts de Cour de cassation rendus jeudi et que Rue89 s’est procurés. Trois arrêts qui annulent définitivement les condamnations du journaliste poursuivi par Clearstream. Et obligent même la chambre de compensation luxembourgeoise à lui rembourser ses frais de justice.
Dans le documentaire « Les Dissimulateurs » diffusé en 2001 sur Canal + et les deux livres « Révélations » et « La Boîte noire » publiés en 2001 et 2002 aux éditions Les Arènes, Denis Robert accusait Clearstream d’offrir la possibilité à ses clients de blanchir de l’argent sale. Ce qui lui avait valu trois plaintes en diffamation.
En première instance, le TGI de Paris avait débouté Clearstream pour « La Boîte noire » le 1er octobre 2003, mais lui avait donné gain de cause le 29 mars 2004 pour les deux autres enquêtes.
La cour d’appel de Paris allait cependant condamner l’ancien journaliste de Libération dans les trois affaires, le 16 octobre 2008, à payer un total de 4 500 euros de dommages et intérêts, ainsi que plusieurs milliers d’euros de frais de justice.

« Intérêt général » et « sérieux de l’enquête »

C’est donc un net retournement d’appréciation qu’a opéré jeudi la justice, à travers la triple décision de la Cour de cassation. La plus haute juridiction de l’ordre judiciaire français est claire :
« L’intérêt général du sujet traité et le sérieux constaté de l’enquête, conduite par un journaliste d’investigation, autorisaient les propos et les imputations litigieux. »
Non seulement elle considère qu’il n’y pas diffamation au sens de l’article 29 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, mais elle s’appuie en outre sur la législation européenne pour blanchir Denis Robert :
« Le reportage incriminé, traitant de sujets d’intérêt général relatifs aux mécanismes dévoyés et incontrôlés de la finance internationale et à leur implication dans la circulation mondiale de l’argent sale, ne dépassait pas les limites de la liberté d’expression au sens de l’article 10 de la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales. »
« C’est une victoire pour moi, mais aussi une jurisprudence pour tous les journalistes », décrypte l’intéressé. Les trois arrêts indiquent que, dans les enquêtes longues et difficiles, il peut y avoir quelques imprécisions, voire des « formulations outrancières », qu’il ne convient pas de condamner si le travail a été réalisé de bonne foi, avec sérieux et dans l’intérêt général.

« Je peux ressortir mes livres »

Le journaliste était fondé à qualifier la société luxembourgeoise de « meilleure lessiveuse du monde », de « dérive du système financier international » ou encore, comme l’écrit la Cour de cassation, de souligner « l’accointance de l’Eglise de Scientologie avec la société Clearstream ».
Pour achever de donner raison à Denis Robert, la Cour de cassation va jusqu’à condamner Clearstream à payer les dépens (les frais liés aux instances, actes et procédures d’exécution) et à lui verser en plus 9 000 euros au titre de l’article 700 du code de procédure civile (qui concerne tous les frais de justice non compris dans les dépens, comme les honoraires d’avocat).
« Ma parole est libre désormais », se réjouit Denis Robert. « Si j’ai envie, je peux ressortir mes livres. » Le journaliste a l’esprit aujourd’hui « ailleurs qu’à Clearstream », il n’a « pas envie de ressasser », mais entend quand même demander plus ample réparation à la chambre de compensation.
Si les décisions de la Cour de cassation sont définitives, il reviendra à la cour d’appel de Lyon, lors d’une dernière audience à venir, de fixer le montant du dédommagement du préjudice, qu’il estime « énorme », ainsi que de déterminer dans quels journaux il en sera fait la publicité.
Photo : le passeport de Denis Robert publié sur son blog (DR).
A lire aussi sur Rue89 et sur Eco89

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »