Guerres horribles !

Mon frère, quand on était petits, a demandé un jour à mon grand-père : Grand-père, combien de Russes as-tu tués pendant la guerre ?



Avant qu’il ne parvienne à répondre, notre grand-mère a répondu : Grand-père a raté tous ses tirs.



Elle nous a regardé avec le regard et l’expression qui impliquaient que nous ferions mieux de ne plus poser de questions.


D’après l’expression de grand-père, je pouvais lire que la réponse de grand-mère n’était pas tout à fait correcte, mais il avait été soulagé qu’il n’avait pas besoin de répondre lui-même.

Plus tard, ayant moi-même servi, j’ai compris pourquoi mamie avait répondu comme elle l’avait fait et pourquoi mon frère avait commis un faux pas en posant cette question. Grand-père était un vétéran de cinq guerres, et il portait les cicatrices dans son psychisme.
La guerre n’est pas un jeu malsain de chasse, de meurtre, de plaisir et d’instinct de bas étage. La plupart des humains se sentent très mal à l’aise de tuer un autre être humain. Voir l’excellent traité du LCOL Dave Grossman sur ce sujet – voir https://www.google.com/url?sa=t&…
Alors que la guerre est une chose où les gens se battent et meurent, tuer l’ennemi est généralement la moindre des choses que les soldats veulent faire. La plupart des soldats ne sont PAS des psychopathes, et bien qu’il arrive une situation où il est nécessaire de tuer, ils considèrent que c’est plutôt une mauvaise chose à faire qu’une chose dont on peut être fier.
Ils se rendent trop bien compte que l’autre gars de l’autre côté n’est qu’un pauvre type comme eux. Tout comme Homo sapiens, homme né d’une femme, qui a généralement sa famille, ses parents, son épouse et ses enfants là-bas aussi, et qui est là parce qu’il y est enrôlé pour se battre pour son pays. Et au combat, c’est généralement lui ou vous. La loi cruelle de la guerre. Il n’y a pas de quoi en être fier.
L’essence même de la guerre peut se résumer en quatre mots. La peur, la faim, la fatigue et le froid. Si le service militaire en temps de paix suffit, imaginez la réalité. Ceux qui n’ont pas de blessure sur leur corps, en ont une (ou plusieurs) sur leur âme. Aucun de mes grands-pères n’a jamais parlé de guerre en étant sobre.
En tant qu’adulte, je comprends pourquoi la question de mon frère a été incroyablement grossière.
Si une seule guerre suffit à marquer l’âme d’un ancien combattant, imaginez ce que cinq guerres vont faire. Lorsque vous posez cette question à un ancien combattant, vous lui faites revivre cet enfer dans son esprit et vous lui rappelez la détresse, le chaos, la peur, la panique, les horreurs et l’ignominie de tuer un autre être humain.
Mon frère a déterré quelque chose de très désagréable dans l’âme de mon grand-père. Ma grand-mère avait vécu avec mon grand-père ces années-là, craignait pour sa vie, l’avait vu revenir, mais tant d’autres n’étaient jamais revenus, puis elle avait recousu son âme brisée et l’avait transformé en civil, mari, père. Et c’est la raison pour laquelle ma grand-mère était très contrariée par cette question.
Ma grand-mère connaissait exactement ces années et elle avait, bien sûr, partagé l’heure du coucher avec lui et les horreurs qu’il lui avait racontés. Et ce que c’était vraiment de tirer sur un être humain. C’est une chose différente de détruire une machine comme un char, un véhicule, un avion, un bateau ou un canon que de détruire une vie humaine. Et c’est toujours plus agréable de faire fuir l’ennemi que de le tuer.
Aucune personne saine d’esprit n’aime tuer ses semblables. Disons que la dépendance à l’adrénaline fait partie de notre famille. Il est très probable que grand-père aimait l’excitation, le frisson, l’action, mais je pouvais voir dans ses yeux qu’il était très mal à l’aise pour tuer. Aucune personne saine d’esprit n’est fière d’être une tueuse. Les combattants ennemis sont aussi des êtres humains. Et c’est pourquoi il est tout à fait impoli de poser cette question. Et c’est aussi la raison pour laquelle mamie a répondu “il a raté tous ses tirs”. C’était une catharsis pour son mari, qui avait trop souffert pour que nous, leurs petits-enfants, puissions vivre libres.
Rose Dal-Molin
Rose Dal-Molin, Artiste (2005-présent)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »