L ‘Église a raison et la culture moderne tort, 10 exemples

Dix exemples où la science prouve que l’Église a raison et la culture moderne tort

Parfois, la science apporte la preuve que c’est bel et bien à nos risques et périls que nous ignorons les enseignements moraux de l’Église catholique…

The Top Ten Films About Faith Streaming Now on Netflix Grassroot FilmsGrassroot Films
Les valeurs prônées par l’Église peuvent parfois nous paraître dures, et même injustes, selon notre éthos contemporain du « vivre et laisser vivre ». Et l’on peut comprendre que beaucoup pensent aujourd’hui que l’Église est en décalage par rapport au monde moderne, que ses enseignements ne sont plus pertinents. Mais la science moderne – que beaucoup pensent être l’antithèse ou même l’ennemie de l’enseignement catholique – confirme en réalité la vérité, la valeur et la pertinence de ce que l’Église enseigne depuis
2 000 ans !

Bien sûr, beaucoup préfèreront éviter d’aborder des sujets tels que l’avidité, la luxure, l’orgueil, le contrôle des naissances et la gourmandise. Soulever des questions de morale peut gêner, voire paraître « moralisateur ». Mais si nous nous soucions vraiment du bien-être de nos familles et de nos amis, maintenant et dans l’éternité, ainsi que de l’avenir de la société, quelques conversations honnêtes, au bon moment, sont tout sauf inutiles.  Et nous pouvons les enrichir en faisant usage de certaines découvertes de la science que les gens accepteront sans doute aujourd’hui plus facilement comme vérité que les enseignements de Notre Seigneur et de l’Église qu’Il a fondée.

Voici dix exemples qui l’illustrent bien. N’hésitez pas à en faire
usage !

1. L’Église enseigne que l’orgueil est la racine de tous les vices. De récentes études en psychologie montrent que la montée du narcissisme et d’une certaine forme de pensée irrationnelle, en particulier parmi les jeunes, donne naissance à une « communauté » incohérente, désenchantée, en pleine confusion. Les traits de caractère narcissiques (égocentrisme, estime de soi excessive, manque d’empathie, agressivité…) sont préjudiciables pour autrui, pour la société, et in fine, pour les narcissiques eux-mêmes.

2. L’Église enseigne que la gourmandise et la paresse sapent les valeurs de nourriture et de repos, créant des conditions malsaines qui menacent l’esprit, le corps et l’âme. Selon le Journal of the American Medical Associationprès de 70 % des Américains sont en surpoids ou obèses, et l’obésité est une menace importante pour la santé mentale et physique et dépassera bientôt le tabagisme comme la principale cause de décès. Et en France ?

3. L’Église enseigne que la luxure conduit à traiter le corps humain comme une marchandise, plutôt que comme une facette de personne humaine dans son ensemble – un tout inséparable, composé du corps, de l’esprit et de l’âme  – qui est le chef-d’œuvre de la création de Dieu et qui vivra éternellement. Actuellement, les bénéfices tirés de la pornographie, rien qu’aux États-Unis, dépassent le total des revenus de grands groupes de presse comme CBS, ABC et NBC (Kimmel, 2008).

4. L’Église enseigne qu’un mariage valide est pour la vie et indissoluble. La science nous dit que grandir dans une famille unie, avec les parents biologiques mariés l’un avec l’autre, est ce qu’il y a de plus bénéfique pour les enfants, alors que d’autres arrangements familiaux conduisent à des degrés variables de dommages sociaux, psychologiques, émotionnels et scolaires.

5. L’Église enseigne que le contrôle artificiel des naissances viole la loi naturelle. L’organisation mondiale de la santé (OMS) classe les contraceptifs oraux dans les substances cancérogènes appartenant au groupe 1 (autrement dit connus pour causer le cancer chez l’homme), comme l’amiante, le radon, et le plutonium. Sauf que les contraceptifs sont beaucoup plus répandus…

6. L’Église enseigne que la peur est un obstacle à l’amour et, surtout, que nous devons avoir confiance en la providence de Dieu et ne pas avoir peur. Des études récentes montrent que l’anxiété est le trouble psychologique n°1 chez les jeunes et les adultes. À un degré maladif, l’anxiété peut finir par nuire gravement la santé.

7. L’Église enseigne que les actes homosexuels ne sont pas une expression saine de la sexualité humaine. Selon une étude de l’International Journal of Epidemiologyle risque de transmission du VIH par le biais de relations sexuelles anales est 18 fois plus élevé que le risque associé aux relations sexuelles vaginales.   

8. L’Église enseigne que toute vie humaine est précieuse, depuis la conception jusqu’à la mort naturelle, et que chaque personne mérite notre amour et notre assistance. Les associations psychiatriques et psychologiques américaines condamnent avec force toute discrimination envers les personnes handicapées dont l’assistance médicale, le bonheur et les moyens d’existence sont souvent menacés par d’autres (mais, curieusement, ils soutiennent le « droit » d’avorter des personnes ayant un handicap).

9. L’Église enseigne que les relations sexuelles avant le mariage portent atteinte à l’union amoureuse et au bien-être de chaque individu et du couple en tant que tel. Selon l’Académie américaine de pédiatrie, les adolescents sexuellement actifs sont plus enclins à la dépression et au suicide, à utiliser des substances illicites, outre le fait qu’ils encourent un risque important de contracter une ou plusieurs maladies sexuellement transmissibles, dont certaines incurables.

10.  L’Église enseigne que l’amour du gain crée une société dans laquelle certains sont exploités par d’autres, alors que ceux qui sont exploités luttent pour subvenir à leurs besoins de base. Selon le  U.S. Census Bureau, l’écart continue à se creuser entre riches et pauvres aux États-Unis. Plus largement, c’est également le cas à l’échelle du monde : l’écart entre le produit intérieur brut des 20 pays les plus riches et des 20 pays les plus pauvres a plus que doublé entre 1960 et 1995.

Traduit de l’édition anglophone d’Aleteia par Élisabeth de Lavigne

Jim Schroeder est pédopsychiatre au sein du St. Mary’s Center for Children, à Evansville, dans l’Indiana (États-Unis). Il y demeure avec sa femme Amy et ses six enfants. Retrouvez sur Internet ses chroniques mensuelles “Just Thinking” ( www.stmarys.org/articles ) pensées pour informer, éduquer et motiver les parents et accompagnateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »