Depuis des lustres et plus encore, tout est mis en œuvre pour « orienter » une politique… Léon Areva, le 27 septembre 2010 Dans le temps…

François Baroin confirmant que l'avantage fiscal accordé aux couples qui se marient, se pacsent ou divorcent pourrait être supprimé dès l'imposition des revenus perçus en 2011, « oriente » quelle politique ? Est-ce seulement un souci d’économiser un fond de tiroir de plus ou moins 500 millions d’euros ? Il est vrai que l’orientation est donnée depuis longtemps…
Que ceux qui se marient, se « pacsent » ou divorcent se retrouvent dans le même « sac » n’est-il pas significatif en soi ? La dernière étude de l’INSEE ne travestit pas la réalité : « Le pacs séduit les couples au détriment du mariage.
Le pacte civil de solidarité (pacs) est de plus en plus prisé par les Français (graphique 1). Créé en 1999, il est réformé en 2005 pour rapprocher le statut des pacsés de celui des mariés, notamment au niveau fiscal. 175 000 couples ont choisi le pacs en 2009. 95 % de ces pacs ont été conclus par des partenaires de sexes opposés. Après une progression de 40 % en 2008, le nombre de pacs augmente encore de 20 % en 2009. Au total, après tout juste dix années d'existence, plus de 700 000 pacs ont déjà été signés.
Inversement, les mariages se font moins fréquents : 256 000 ont été célébrés en 2009, soit 3,5 % de moins qu'en 2008 (tableau 3). Les couples choisissent de plus en plus le pacs pour officialiser leur union : en 2008, deux pacs avaient été conclus pour quatre mariages célébrés ; en 2009, ce sont deux pacs pour trois mariages. »
En France le nombre de mariages civils a augmenté de 1994 à 2000, passant de 261 037 à 305 385. Mais depuis, patatras ! En 2007, le chiffre a sérieusement chuté passant à 274 000 !  « Crise de civilisation ? »

Cette désaffection pour le mariage se retrouve partout en Occident ! Elle s'inscrit dans une crise plus générale née dans les années 60 qui apparut, aux yeux de tous, lors des fameux "événements de Mai 68".
Cette crise est liée à la montée de l'individualisme qui, pour le sociologue américain Christopher Lasch, se caractérise par "la crainte d'engagements contraignants, le désir de garder toujours des options ouvertes et l'aversion à dépendre de quelqu'un…" 
Paradoxalement, une enquête de l'IFOP révèle que 66 % des sondés disent préférer le mariage à l'union libre et 98 % pensent que la famille est un modèle positif ! 80 % des Français pensent aussi qu'il est possible de vivre une vie entière avec une seule personne… Dans son livre, Henri Joyeux rappelle que nombre d'enfants souffrent aujourd'hui énormément de l'absence de ces repères… Des propos confirmés par l'Institut national d'études démographiques (INED)…
Tous ses travaux sur le sujet montrent en effet que le taux d'échec scolaire s'accroît nettement après la séparation des parents : 22 % d'employés quittent l'école sans aucun diplôme quand leurs familles sont désunies, 11 % dans le cas contraire ! Quel avenir pour le mariage en France ?: Il plaît de moins en moins mais garde la cote dans les sondages ! http://mariage.suite101.fr/article.cfm/quel_avenir_pour_le_mariage_en_france_#ixzz109bfT48L

Bilan démographique 2009 Lire :http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=ip1276#inter2 Les jeunes et la famille ?

Danemark 
La famille, facteur de l’identité individuelle : 66 %
La famille, fondement de la société : 34 %
Satisfaction à l’égard de la famille : 72 % Suède 
La famille, facteur de l’identité individuelle : 62 % 
La famille, fondement de la société : 33 % 
Satisfaction à l’égard de la famille : 70 % Espagne 
La famille, facteur de l’identité individuelle : 69 % 
La famille, fondement de la société : 44 %
 Satisfaction à l’égard de la famille : 69 %  Chine
La famille, facteur de l’identité individuelle : 73 % 
La famille, fondement de la société : 76 % 
Satisfaction à l’égard de la famille : 68 %  Etats-Unis
La famille, facteur de l’identité individuelle : 75 %
La famille, fondement de la société : 62 % 
Satisfaction à l’égard de la famille : 66 % Allemagne
La famille, facteur de l’identité individuelle : 70 %
La famille, fondement de la société : 54 %
Satisfaction à l’égard de la famille : 60 % France 
La famille, facteur de l’identité individuelle : 60 %
La famille, fondement de la société : 35 % 
Satisfaction à l’égard de la famille : 61 % Japon
La famille, facteur de l’identité individuelle : 50 % 
La famille, fondement de la société : 34 %
Satisfaction à l’égard de la famille : 36 %

Orienter une politique…Il serait temps que les Français ouvrent les yeux. Quel avenir pour la société française quand seulement  35 % de sa « jeunesse » pensent que la famille, est le fondement de la société ?…

Solutions; www.pavie.ch

 Transmettre à un ami 
Imprimer
 Réagir

Traduction »
Aller à la barre d’outils