Les journaux suisses ont fait état de la baisse de fertilité des suisses et de cancers en forte croissances. Responsables ? Les dioxines et PCB dioxines.

Selon « Le monde selon Monsanto »[9] Monsanto aurait eu connaissance de la toxicité des PCB au moins dès 1937.
Contaminations de long-terme : La toxicité des polychlorobiphényles et celle de ses produits de dégradation en molécules hautement toxiques et particulièrement stables (des furanes principalement), notamment sous l'effet de hautes températures, lors de leur incinération ou d'incendies est une information qui ne semble avoir été que tardivement partagée et diffusée dans le public. Les scientifiques avaient cependant montré ou constaté que ces molécules étant très peu biodégradables, et très solubles dans les huiles et graisses végétales ou animales. Il s'est avéré que leur rejet diffus dans l'environnement a été massif, et qu'il a entraîné des phénomènes de bioaccumulation préoccupants pour la faune sauvage, d'élevage et pour la santé humaine. Depuis les années 1990, les PCB comptent parmi les polluants organiques persistants, dont la production est interdite dans la Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants. La spermatogenèse ( la fabrication des spermatozoïdes) a considérablement diminué lors de ces dernières années, plus de 30% de diminution pour l’homme.Les dioxines provoquent notamment le cancer, des problèmes d'estomac, de cœur, du pancréas, de foie et d'intestins ou encore le diabète. Les particules très fines associées, les nano-particules (PM1) provoquent aussi l'Alzheimer, d'où une explosion des cas graves de toutes ces maladies…Chantal Sebire était très probablement attaqué par la dioxine. La petite vietnamienne, Lai Thi Dao,  opérée la semaine prochaine à Miami d'une tumeur de 7 Kg qui menace de l'étouffer, est aussi la victime innocente des dioxines.
De nombreux foetus sont aussi victimes d'anomalies.
Il a été démontré que la classe des dioxines ( plus de 250 sortes, furanes, pcb) affectent notre patrimoine génétique (ADN) et provoquent des réactions irréversibles, cancérigènes et mutagènes. On en trouve même dans les lacs alpestres en haute altitude et leurs poissons de nos rivières, sous forme notamment de PCB dioxines.
La reproduction humaine dans les 10 années à venir est considérablement compromise si les mesures ne sont pas adoptées immédiatement. En plus, l’affaiblissement de notre immuno- et viro-résistance se déduit de l’action pathologique des dioxines furanes et nanoparticules des incinérateurs. Les incinérateurs des déchets urbains produisent des quantités importantes de dioxines furanes etc. souvent de manière incontrôlée et ne respectent pas les normes en vigueur, soit 1-4 ng de dioxines / m3. Dans certains cas, en Europe, on dépasse même de 50 fois ces normes. Aux USA, vu la guerre du Vietnam et leurs expériences, les normes sont encore plus sévères.
Les chiffres réels d’émission des dioxines des incinérateurs sont mal connus, car les appareillages de détection sont très chers (environ 450 à 550'000 Fr). La plupart des incinérateurs municipaux ne peuvent pas contrôler les émissions des dioxines. De plus, ces incinérateurs sont souvent assez proches des zones habitées, et les mouvements d’air déplacent à plusieurs dizaines de km les fumées et donc les dioxines produites, et ainsi affectent en silence les populations en leur faisant prendre des risques sanitaires considérables. Bien que ces risques soient au départ incontrôlables et indétectables, à court et moyen terme ils sont biologiquement et symptomatiquement vérifiables : cancers, allergies, malformations fœtales, pneumopathies, troubles du sommeil et du comportement neurologique ainsi que diminution du périmètre de marche, et lésion de l’activité réflexe et mémorielle ( Alzheimer). En effet, les incinérateurs thermiques actuels ne sont pas performants au plan de leur gradient de température en 700°C et 880 °C. Ainsi, les molécules formées (dioxines) à basse température ne peuvent être détruites définitivement qu’à des températures supérieures comprises entre 1250 °C et 1800 °C.  – même si ces températures élevées sont théoriquement suffisantes, il existe au moins 10 % de dioxines et autres molécules dangereuses qui ne sont pas traitées par le brûleur (refroidissement pariétal). Un autre problème représente le fait que les molécules formées en se refroidissant de manière pariétale deviennent très stables et produisent des molécules résiduelles que appelées ‘promoteurs de dioxines’. Il apparaît que ces promoteurs sont encore plus dangereux que les dioxines de base produites dans les incinérateurs.
http://www.youtube.com/watch?v=ArPmHmm2_50&NR=1

Exemple de sa formation

http://youtube.com/watch?v=sny3znAWiVk

More Video

http://youtube.com/profile_videos?user=StaffGrillo

Nos solutions pour leur faire prendre conscience de leurs responsabilités…

La meilleure solution est la méthanisation des déchets ménagers salés ( le chlore du NaCl provoque notamment les dioxines), le tri et le recylage puis le stockage sans combustion des restes vraiment incompressibles.

Les incinérateurs d'ordures sont de gigantesques usines diffusant de graves maladies par loterie généralisée au gré des vents pour le profit de quelques uns…Les meilleures installations laissent passer des tonnes de poussières chaque année et des millions de m3 d'air vicié. Elles polluent très gravement les 4 éléments.

La Liberté sans Responsabilité est devenue folle ( Crises financières, guerres, assassinats, drogues, divorces, dépressions, psy…)

Appel d'offre et lancement de la souscription pour une statue de la Responsabilité offerte aux USA  et à ériger si possible au ground 0 ( 9-11) ou en Californie, voir www.pavie.ch .

Les dioxines et furannes sont aujourd'hui sujettes à de nombreux débats.
Principalement produites dans les incinérateurs des usines de retraitement de déchets, cancérigènes soit par accumulation, soit par interaction avec le matériel génétique, les dioxines et furannes sont donc à l'origine de nombreuses recherches toxicologiques.

Udo Pollmer, chimiste alimentaire, maître de conférences et journaliste scientifique, en fournit la preuve dans son livre Iss und stirb. Chemie in unserer Nahrung4 (Mange et meurt. De la chimie dans notre assiette) où il expose le cas du PCB, hautement toxique: «Au moment du passage du sol à la plante, la concentration du PCB est multipliée par cinquante. Ensuite, dans le lait maternel et dans la moelle (osseuse), on mesure un taux 25 000 fois supérieur à celui contenu, au départ, dans le sol. Selon les calculs de l’institut fédéral de Kiel pour la recherche sur le lait (Kieler Bundesanstalt für Milchforschung), on estime que la population allemande absorbe chaque année plus de cent kilos de PCB, uniquement par la consommation de lait et de produits laitiers.»

Le terme de "dioxines" désigne une famille d'hydrocarbures polyaromatiques portant de 1 à 8 atomes de chlore. La dioxine est un composé organochloré, formé par oxydation lors de la combustion incomplète de divers dérivés aromatiques chlorés, ou encore dans des réactions secondaires qui apparaissent lors de la synthèse de chlorophénols. Selon le nombre et la position des atomes de chlore, ainsi que la disposition relative des cycles aromatiques, on distingue 75 poly-chlorodibenzo-dioxines (PCDD) et 135 poly-chlorodibenzo-furannes (PCDF).

Les dioxines et les furannes sont des composés organiques, caractérisés par une grande stabilité jusqu'à des températures élevées, fortement lipophiles (solubles dans les solvants et les graisses) et peu biodégradables.

Ils ont une durée de demi-vie de plusieurs années. Ils possèdent un grand pouvoir de bioaccumulation dans la chaîne alimentaire et donc finalement chez l'homme.
Du fait de leur "lipophilie", ils se concentrent essentiellement dans les tissus adipeux, le foie, et le lait maternel.

DIFFERENCE ENTRE DIOXINES ET FURANNES

Il existe au moins 210 formes de dioxines et de furannes sans compter une centaine de promoteurs de ces mêmes molécules qui sont très instables et dangereux.
Comme l'indique son titre chimique, les dioxines sont composés de cycles benzéniques (cycles aromatiques) associés à au moins deux atomes d'oxygène.
Les furannes, comme leur nom chimique l'indique, sont composés de cycles benzéniques et de structures furannes associées.
Dans certaines formes de dioxines et de furannes, on compte quelquefois des formes chimiques aromatiques associées à des formes chimiques aliphatiques (chaînes droites de carbone).

SOURCES DES DIOXINES ET FURANNES (PCDD & PCDF)

Incinérations de déchets ménagers – C'est la principale source de dioxines dans l'air, contribuant selon les données actuelles pour environ 30 % aux dioxines totales

Industrie sidérurgique – La production d'agglomérats de minerai de fer (85 à 90%) et les fours à acier électrique sont les principales sources d'émissions de dioxines

Ces deux dernières sources sont à l'origine d'au moins 50 % des émissions

Incinération des déchets hospitaliers
Industrie des métaux non ferreux
– le traitement secondaire ou l'extraction du cuivre est la principale source dans ce secteur

Incinération des déchets industriels et des boues, brûlage des gaz de décharge

Transport routier, diesel et essence – l'essence plombée produit 20 fois plus de dioxines que l'essence sans plomb

Combustion de charbon de bois – barbecue, par exemple

Combustion des cigarettes – jusqu'à 2 pg de TCDD par cigarette

Combustions accidentelles des biphényl polychlorés des transformateurs

La production de pâte à papier

Autres industries – production de chlore, de polychlorure de vinyle (PVC), l'incinération des déchets ménagers (lavage des gaz)

Ces produits sont formés au cours de la combustion incomplète de molécules industrielles (résidus et sous-produits de la synthèse chimique et pétro-chimique).
Ces molécules dangereuses sont également produites au cours de l'incinération des résidus et déchets de l'activité humaine.

Les incinérateurs conventionnels travaillent avec des gradients de température insuffisants et ne peuvent détruire complètement les molécules dangereuses que ces mêmes incinérateurs produisent à basse température (refroidissement pariétal du brûleur (350° C à 450° C ).
Au moment de ce refroidissement, de nombreux promoteurs de congénères se forment, dont les structures sont instables. La durée de vie de ces molécules est de quelques mois, mais elles sont souvent beaucoup plus dangereuses que les molécules initiales formées (dioxines et furannes).  

TOXICITE DES DIOXINES ET FURANNES CHEZ L'HOMME

La toxicité est inversement proportionelle au nombre d'atomes de chlore contenus dans les molécules : plus le nombre d'atomes de chlore est élevé, plus la toxicité diminue, sauf dans le cas des promoteurs des congénères, où le degré de toxicité est variable d'une molécule à l'autre à cause de leur instabilité relative.

La toxicité est exprimée au plan international en nanogrammes par mètre cube (ng/m3), 1 ng = 10-9 gr. Elle se nomme I-TEQ = EQuivalent Toxique International permettant de caractériser le potentiel toxique d'un milieu déterminé contenant des dioxines et des composés apparentés. (Cela constitue la somme des concentrations des différents congénères contenus dans ce milieu)

Tableau des 17 congénères toxiques
DIOXINES I-TEQ
OTAN
(1988)
I-TE
OMS
(1997)
FURANNES I-TEQ
OTAN
(1998)
I-TE
OMS
(1997)
2,3,7,8-TCDD 1 1 2,3,7,8-TCDF 0,1 0,1
      2,3,4,7,8-PeCDF 0,5 0,5
1,2,3,7,8-PeCDD 0,5 1 1,2,3,7,8-PeCDF 0,05 0,05
1,2,3,4,7,8-HxCDD 0,1 0,1 1,2,3,4,7,8-HxCDF 0,1 0,1
1,2,36,7,8-HxCDD 0,1 0,1 1,2,3,6,7,8-HxCDF 0,1 0,1
1,2,37,8,9-HxCDD 0,1 0,1 1,2,3,7,8,9-HxCDF 0,1 0,1
      2,3,4,6,7,8-HxCDF 0,1 0,1
1,2,3,4,6,7,8-HpCDD 0,01 0,01 1,2,3,4,7,8,9-HpCDF 0,01 0,01
      1,2,3,4,7,8,9-HpCDF 0,01 0,01
OCDD 0,001 0,0001 0CDF 0,001 0,0001

LIMITES TOXIQUES INGERABLES ET RESPIRABLES PAR L'HOMME

Ces limites sont exprimées en picogrammes (pg) : 1 pg=10-12gr par jour et par kilo (pg/kg/j).
Pour l'homme cette limite représente 2,3 pg/kg/j.

EFFETS DES DIOXINES ET FURANNES SUR NOTRE BIOLOGIE

Les dioxines et les furannes portent atteinte à notre intégrité biologique car elles agissent avec notre matériel cellulaire génétique et enzymatique.

Ces molécules sont stables et lipophiles. Elles augmentent le stress oxydatif, provoquent l'altération de notre synthèse protéique et dénaturent notre ADN et ARN (modification de sa transcription).

Ces molécules constituent des xénobiotiques puissants et provoquent chez l'homme des altérations biologiques durables, voire irréversibles, telles que cancérogénèse, tératogénèse, diminution importante de la spermatogénèse à moyen et long terme (10 à 30 années), ainsi que des troubles importants de néonatalité. En outre, on observe des effets nocifs allant de l'hépatotoxicité aux perturbations endocrines en passant par l'immuno-suppression.

Les dioxines et furannes sont mondialement produites et en raison de l'existence de notre atmosphère, elles sont dispersées quelque soit le lieu de production. L'Homme est atteint par ces molécules quelque soit le lieu où il vit sur la planète.

http://fr.ekopedia.org/Dioxine 

reprend notre projet tel quel, merci.

Avec mes meilleures salutations.

François de Siebenthal
http://desiebenthal.blogspot.com/
http://ferraye.blogspot.com/
www.de-siebenthal.com

skype siebenthal
00 41 21 652 54 83
021 652 55 03
FAX: 652 54 11
CCP 10-35366-2

Présent :
La femme est, comme toujours, l'avenir de l'homme, et réciproquement. Si qua fata sinant…:-)
http://www.union-ch.com/file/portrait.wmv

www.suisse-plus.com
http://www.non-tridel-dioxines.com/
http://www.m-c-s.ch/ et
www.pavie.ch/mobile
www.pavie.ch

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »