L’initiative pour un revenu de base a abouti


103’641 signatures valides! 130’000 signatures récoltées!


C’est confirmé : l’Initiative “Pour un revenu de base inconditionnel” sera déposée le 4 octobre à Berne.
Réservez cette date pour faire la fête à Berne.


La récolte est encore possible jusqu’à fin août. N’hésitons pas à
continuer d’en parler autour de nous : c’est déjà la votation que nous
préparons en faisant connaitre ce projet au maximum de personnes.



Car dans quelques années, oui oui oui, le peuple suisse votera! A chacun de nous de faire cheminer l’idée et le débat.

François de Siebenthal http://desiebenthal.blogspot.ch/2013/04/revenu-de-base-inconditionnel-reponses.html

Le
dividende universel n’est pas financé par les impôts ni par des
versements patronaux. Il vient de la création monétaire actuellement
volée (sic) par le système bancaire.






La justice commence par une bonne monnaie.


Battre monnaie seulement pour le peuple:


Le
système économique actuel, grâce aux nombreuses découvertes et
inventions qui le favorisent, notamment les robots de plus en plus
nombreux et efficaces, produit une abondance insoupçonnée de biens en
même temps qu’il réduit la main-d’oeuvre et engendre un chômage
permanent.



Une partie de plus en plus importante de la population se trouve ainsi privée de tout pouvoir d’achat des biens créés pour elle.


Quelques individus ou groupes particuliers seulement en profitent honteusement.


Pour
que tous puissent avoir une part de l’héritage culturel légué par leurs
prédécesseurs, nous proposons un dividende universel dont la quantité
sera déterminée par la masse des biens à consommer. Ce dividende sera
versé à chaque personne, à titre de citoyen, qu’il ait ou non d’autres
sources de revenus.



I.
L’Etat doit donc reprendre le contrôle de l’émission et du volume de la
monnaie et du crédit. Il l’exercera par une commission indépendante
jouissant de toute l’autorité voulue pour atteindre son but.



II. Les ressources matérielles de la nation représentées par la production constituent la base de la monnaie et du crédit.


III.
En tout temps l’émission de la monnaie et du crédit devrait se mesurer
sur le mouvement de la production de façon qu’un sain équilibre se
maintienne constamment entre celle-ci et la consommation. Cet équilibre
est assuré, partiellement du moins, par le moyen d’un escompte dont le
taux varierait nécessairement avec les fluctuations mêmes de la
production.

Le
peuple décidera probablement d’accorder ou non à toute personne un
revenu de base inconditionnel, qu’elle travaille ou pas. L’initiative du
même nom – «Pour un revenu de base inconditionnel» – a abouti, selon
ses auteurs.


Au total, plus de
130’000 signatures ont été récoltées, ont annoncé les initiants
mercredi, dont 103’641 ont déjà été certifiées. Le délai pour recueillir
les 100’000 signatures nécessaires échoit le 11 octobre seulement, mais
le comité d’initiative entend les déposer le 4 octobre.



Derrière
le texte se tient notamment l’ancien vice-chancelier Oswald Sigg.
L’initiative demande que chaque personne, active ou non, et vivant
légalement en Suisse touche une certaine somme. Le montant et son
financement devront être fixés dans la loi par le Parlement. Les
initiants mentionnent toutefois 2500 francs par mois pour les adultes et
625 francs pour les moins de 18 ans.



Les personnes qui
travaillent auraient autant d’argent en poche que maintenant: 6000
francs versés par l’employeur par exemple se composeraient nouvellement
de 2500 francs de revenu de base plus 3500 francs de salaire.



Détails à régler


Les
initiants sont conscients que le revenu de base peut attirer des
migrants, avaient-ils annoncé lors du lancement de l’initiative au
printemps 2012. Pour éviter les problèmes, il faudra fixer des
conditions-cadre.



L’idée est de donner la possibilité à tout le
monde de s’engager comme il l’entend, dans le social ou dans la culture
par exemple. Le travail non rémunéré aujourd’hui, comme les soins
prodigués aux proches, serait payé. (ats)





http://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/25768972

Le
dividende universel n’est pas financé par les impôts ni par des
versements patronaux. Il vient de la création monétaire actuellement
volée (sic) par le système bancaire.



http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=pZOUv5QQMz0



Pour
une Suisse sans dettes, ni impôts, taxes, etc., grâce à la
robotisation, en parallèle, sinon surtout grâce à une création
modernisée de l’argent qui assurera ainsi la prospérité de tous.

État des lieux et inventaires des conséquences néfastes du système bancaire inadapté actuel :

1.
Des centaines de milliers de Suisses intègres travaillent, mais vivent
endettés sous le seuil de pauvreté. En parallèle, le Conseil fédéral
rabote des Budgets à des postes pourtant prioritaires (santé, éducation,
chômage, création d’emplois, relance, environnement, infrastructures,
transports, réduction du nombre d’Ambassades et d’outils d’informations
tel Swissinfo… à l’heure de crises et de l’isolement du Pays sur la
scène internationale, suppression des bureaux de Poste et dégradation
générale du Service public, Crèches, etc.) et répercute ses tâches sur
les Cantons, donc Communes et de fait, les Familles, soit nous tous. Les
Caisses de pensions sont de plus en plus vides et la cohésion
nationale, sinon la solidarité sont partout remis en cause (Votation du
7.03. 2010).

2.
Les “solutions” sont une nouvelle fiscalité sournoise (parkings,
radars, nouveaux «délits» etc.), mais aussi la TVA, etc. qui pénalisent
tous les citoyen(ne)s, ainsi  que les PME en augmentant le chômage des
jeunes et de collaborateurs à… plus de 15 ans de l’AVS.
3.
Le système économique actuel, grâce aux nombreuses découvertes et
inventions qui le favorisent (notamment l’informatique et les robots de
plus en plus nombreux et efficaces), produit une abondance de biens, en
même temps qu’il réduit les besoins de main-d’oeuvre locale et augmente
ainsi un chômage permanent. Une partie importante de la population se
trouve ainsi privée de tout travail et pouvoir d’achat des biens créés
pour elle et non pas pour quelques individus ou groupes particuliers
d’industriels financiers, Banquiers et spéculateurs.

4.
La crise de l’UBS et ses dizaines de milliards soustraits aux
contribuables futurs ne révèlent pas seulement les graves
dysfonctionnements du Conseil fédéral, après ceux de ladite Banque, mais
de fait, de tout le système bancaire mondial et du pillage de tous les
habitants et Pays de la Terre entière. En Europe : Islande, Grèce,
Portugal. A quand la Suisse ?

5.
La Confédération, ses Régies, etc., ainsi que les Cantons et leurs
Communes, PME, etc. dont  personnes morales et physiques (nous)
dépensent chaque jour et au minimum des centaines de Millions CHF à
titre d’intérêts… SANS amortissement et pour certaines dettes
cumulées, etc. pour des montants représentant des multiples des emprunts
initiaux! Ceci représente des centaines de Milliards CHF par an, qui
seraient mieux utilisés pour le bien du Souverain.

6. FED & IRS (deux
archétypes américains du dysfonctionnement systémique du taux d’intérêt
conçu par les Banquiers et du «remboursement» autoritaire des dettes…
par les Citoyen(ne)s surtaxé(e)s)
, «Too big to fail», Toxic Assets sont
devenus des termes “familiers”, à contrario du mécanisme pervers de la
création monétaire qui nous asservit tous, partout et chaque jour
davantage.

Ainsi :

 –
le système bancaire fabrique depuis trois siècles de l’argent à partir
de RIEN et facture ce tour de passe-passe avec des taux d’intérêts,
alors que l’État (nous les Citoyen(ne)s) pourrait l’émettre gratuitement
et ainsi, distribuer équitablement les plus values mensuelles à tous.


A contrario du dogme officiel et de la Propagande économique, il faut
savoir que le taux d’intérêt et les Banquiers créent l’inflation, sinon
et surtout, des dettes non remboursables.
 Ces
dettes exponentielles sont IMPOSSIBLES à rembourser. Des contrats
impossibles sont nuls, d’autant plus que ces dettes sont créées à partir
de rien, par astuce en bande.


Les États endettés et sans réel pouvoir de décision actuellement
abdiqué, répercutent leurs “remboursements” sans amortissement aux chers
(sic!) Banquiers (une poignée de familles), sur nous tous.


Ce système bancal, en crise systémique fut conçu dans l’iniquité et les
Banquiers possèdent la Terre qu’ils gèrent à leur guise, avec la
majorité des Chefs d’Etats aux ordres, notamment de la BM et du FMI.

Voulez-vous
continuer avec vos enfants à être les esclaves des Banquiers et payer
le prix fort de votre ruine, laissez-les donc continuer à créer l’argent
ex nihilo (à partir de rien) et à contrôler les crédits. À l’opposé, de
bonnes solutions existent et les voici :

Pour que tous puissent avoir une part de l’héritage économique légué par leurs prédécesseurs, voici notre butreprendre
le contrôle de la création des masses monétaires (l’argent). C’est ce
que nous voulons graver dans la Constitution fédérale pour le bien de
tous et l’indépendance de la Suisse.

La Constitution fédérale du 18 avril 1999 est complétée comme suit par un nouvel

Article 128a :

I.
Le pouvoir de battre monnaie, y compris par le crédit ex nihilo,
appartiennent au Souverain qui reprend le contrôle de l’émission et du
volume de la monnaie et du crédit, sans intérêt.

Il.
Il l’exercera à tous les échelons par des Commissions indépendantes
locales jouissant de toute l’autorité voulue pour atteindre ce but.

III.
Les ressources financières, matérielles et intellectuelles de la Suisse
représentées par les Citoyen(ne)s, les PME, etc. et leurs productions
sont la base de la monnaie et du crédit.

IV.
L’émission de la monnaie et du crédit devrait en tout temps se mesurer
sur le mouvement de la production robotisée le plus possible de façon
qu’un sain équilibre se maintienne constamment entre celle-ci et la
consommation. Cet équilibre est assuré, partiellement du moins, par le
moyen d’un dividende et d’un escompte dont le taux variera
nécessairement avec les fluctuations mêmes de la production automatisée.

V.
Pour que tous puissent avoir une part de l’héritage économique légué
par leurs prédécesseurs, les Commissions locales versent un Dividende
mensuel dont le montant sera déterminé par la masse des biens à
consommer. Ce dividende sera versé à chaque personne, de leur conception
à leur mort naturelle, qu’elle aie ou non des sources de revenus.

VI.
Il est indispensable de définir socialement des remises à zéro
périodiques sur 7 fois 7 périodes de tous les compteurs économiques,
comme demandé dans le Lévitique ou les lois sur les propriétés
intellectuelles (Copyright) et ainsi de réparer l’erreur de Charlemagne
du 23 mars 789 qui a condamné le taux d’intérêt, mais qui a oublié la
remise des propriétés agricoles aux familles et le pardon jubilaire des
dettes au moins tous les 49 ans. Concrètement, ceci signifie que grâce
aux créations monétaires mensuelles, toutes les dettes seront effacées
et toutes les terres agricoles seront franches de toute hypothèque au
moins tous les 49 ans.

     
VII. Les anciennes masses monétaires en francs suisses tirées du néant
(emprunts fédéraux, cantonaux, communaux, etc.) sont purement et
simplement supprimées. Par contre, les vraies épargnes réelles des
personnes physiques et morales sont respectées.

     
VIII. La BNS est directement placée sous le contrôle permanent – sans
Commission externe indépendante de type FINMA – de l’Assemblée fédérale
(Plénum), qui y consacre au moins un jour complet à chaque Session.

     
IX. Les réserves de la BNS qui garantissent un CHF (Franc suisse),
indépendant et fort sont constituées d’or physique stocké qu’en Suisse,
ainsi que des réserves de diverses graines alimentaires (avoine,
épeautre, froment, maïs, orge, pommes de terres, riz, etc.), non OGM,
consommables, plantables et à même d’assurer pendant 7 ans la
subsistance de la Suisse.

X.
Tous instruments juridiques étrangers, accords, conventions, traités,
passés ou futurs qui iraient à l’encontre de cette Initiative ou qui
viendraient à la violer sont à dénoncer immédiatement tant au plan
cantonal que fédéral.

XI.
Au vu des économies réalisées par la suppression de l’endettement et de
ses conséquences, la Confédération supprime immédiatement tous les
impôts fédéraux directs et indirects, notamment la TVA, la vignette et
les droits sur l’essence.

XII.
De même, les communes et les cantons pourront fortement réduire leur
fiscalité et supprimer les taxations sournoises sous la forme de péages
subtils pourtant interdit dès la Constitution de 1948.
       

Dispositions transitoires :

La
Confédération crée une contribution de solidarité par des masses
monétaires sans taux d’intérêts et les fait affecter à chaque famille en
proportion du nombre d’enfants conçus.

Le
produit de la contribution de solidarité sera versé aux Cantons selon
une clé de répartition démographique définie par la Confédération
représentée par l’Assemblée fédérale (Plénum).

L’écart des salaires tant publics que privés ne dépasse pas 33 fois, avec une limite absolue indexée fixée à CHF 500’000.-.

Tout
dividende social ou autre prestation sociale n’empêche personne de
travailler en plus contre rémunération ou en qualité d’indépendant,
créateur d’entreprise, etc.

L’obligation
de refinancer les prêts à 100 % auprès de la BNS reporte la perception
des profits à ce niveau et les revenus ainsi fortement majorés sont
directement affectés aux besoins communs.

Tout
financement d’investissement à un terme donné doit être assuré par des
emprunts au moins de même terme. Aucun emprunt à long terme ne peut être
financé par des emprunts à court terme. Pour le bien commun, les points
suivants sont notamment respectés :

Dissociation totale des activités
bancaires et leur attribution à trois catégories d’établissements
distincts et indépendants :

1) Banques de dépôts : encaissements, paiements, gardent les dépôts de leurs clients.

2) Banques de prêts : le montant global des prêts ne peut excéder le montant global des fonds empruntés.

3) Banques d’affaires : investissent dans les entreprises les fonds empruntés au public ou aux banques de prêts.

Indexation
obligatoire de tous les engagements sur l’avenir : prêts, emprunts,
salaires, etc. aussi bien entre particuliers, entreprises et État.

Interdire le financement des opérations boursières et de la spéculation par la création de moyens de paiement ex nihilo.

Augmenter les garanties en liquidités à 100 %, afin d’éviter les créations privées de monnaie ou quasi-monnaie ex nihilo.

Supprimer
la cotation en continu et la remplacer par une seule cotation par jour
pour chaque place financière et pour chaque valeur.

Supprimer les programmes d’achat/vente automatiques. Interdire la spéculation sur les indices et les produits dérivés.

Abandonner
le système de changes flottants pour un système de taux de changes
fixes mais révisables par une commission indépendante.

Interdire toute dévaluation compétitive.

Abandonner le dollar US $ comme monnaie de compte, d’échange et de réserve.

Etablir progressivement une unité de compte commune sur le plan international avec  un système approprié d’indexation.
 
Interdire la spéculation aux banques sur les changes, les actions, obligations et produits dérivés.

Aucune
puce, RFID ou un quelconque moyen de traçage ne peut être dissimulé
dans la monnaie, quelque soit la forme de la monnaie( métallique,
papier…).

Les
méthodes alternatives de création monétaire (wir, jazz, reka, talents,
billes, sels, etc.) sont admises si leur seigneuriage bénéficie à tous
les utilisateurs de manière proportionnelle et égalitaire et sans nuire
aux familles.


Conclusions :

 «
Il s’agit de réformes fondamentales qui intéressent la vie de tous les
jours de millions de citoyens. Ces réformes indispensables n’ont été
réalisées, ni même envisagées, ni par les libéraux justement préoccupés
de favoriser l’efficacité de l’économie, ni par les socialistes
justement attachés à l’équité de la distribution des revenus… Les uns et
les autres n’ont cessé d’être aveuglés par la répétition incessante de
toutes parts de pseudo vérités et par des préjugés erronés. »
               

Maurice Allais, prix Nobel d’économie.


Si vous voulez changer le système pour le meilleur, alors coopérez à cette Initiative.


Pour des personnes courageuses et pour donner de la lumière aux “jouets” utilisés par certaines forces obscures. 

Pour
une lutte organisée et efficace contre les sociétés secrètes qui sont
les parasites de l’économie, de la justice et de la politique. Ce sont
elles qui provoquent la violence, le terrorisme, les crises et les
guerres…

Merci.


 

Le Dividende Universel, la nouvelle société



Remarque liminaire:
Les
machines, robots, ordinateurs rendent le “travail humain rémunéré ” de
plus en plus rare, c’est un fait. Promettre des emplois classiques est
un gigantesque mensonge, une promesse impossible à tenir au niveau
mondial, et une cause de guerres économiques impitoyables  mondialisées.
Ce sont des gaspillages stupides. La seule solution est de promettre
des revenus de base et la liberté de créer des emplois nouveaux payés de
plus en plus par des robots et des machines.
Le
dividende universel n’est pas financé par les impôts ni par des
versements patronaux. Il vient de la création monétaire actuellement
volée (sic) par le système bancaire.




  1. François de Siebenthal: Disparition de Maurice Allais

    12 oct. 2010
    – Soutenez une initiative constitutionnelle suisse urgente encore en
    projet et modifiable, déjà amendée selon les conseils de M. Maurice Allais et 

  2. François de Siebenthal: Maurice Allais prophétique.

    desiebenthal.blogspot.com/…/maurice-allais-prophetique.ht…

    31 mars 2010
    – Par Philippe Bourcier de Carbon [1] Président de l’AIRAMA, Alliance
    Internationale pour la Reconnaissance des Apports de Maurice Allais en 

  3. François de Siebenthal: Les faits donnent raison à M. Allais.

    3 avr. 2010 – Mais qui connaît Maurice Allais, à part ceux qui ont tout fait pour le faire taire ? On savait que la pensée unique n’avait jamais été aussi 

  4. François de Siebenthal: Bilderberg en Suisse…Destruction Discrète 

    15 mai 2011 – François de Siebenthal: Maurice Allais par Hugues de Blignières. 19 oct. 2010 … Création et destruction des moyens de paiement par le .

  5. François de Siebenthal: Débat: un revenu de base de 2500 francs 

    7 mai 2012 – François de Siebenthal. “D’abord ils nous  http://desiebenthal.blogspot.com/2010/10/disparition-de-maurice-allais.html « Un revenu, c’est 

  6. François de Siebenthal: Dettes US, images

    13 juin 2012 –  sont des tigres en papier, du vol pur et simple par astuce selon le prix Nobel Maurice Allais Posted by François de Siebenthal at 13:36:00 

  7. Famille de Siebenthal

    www.de-siebenthal.com/

    La vie de Jean de Siebenthal …. A Zurich se présenta Lucie, celle que j’allais épouser, sans apparence universitaire, mais qui allait déterminer une orientation 

  8. Veritas in Caritate: Hommages au Prof. M. Allais, ce samedi 16

    13 oct. 2010 – M. Allais, ce samedi 16. Hommages au Prof. Maurice Allais, ce samedi 16.10.2010 à 10 heures  Publié par François de Siebenthal à 04:51 

  9. The interest kills children, kills nations

    Here are excerpts from a text written in 1995 by Mr. François de Siebenthal, from  Maurice Allais, 1988 Nobel Prize winner in Economics, wrote that the present 

Ailleurs dans le monde…

“Pour un revenu de base inconditionnel partout”

Le
dividende universel n’est pas financé par les impôts ni par des
versements patronaux. Il vient de la création monétaire actuellement
volée (sic) par le système bancaire.
 


Le Revenu de Base – Quelques explications

Qu’est-ce que le Revenu de Base ?

Le Revenu de Base (aussi appelé allocation universelle) est un revenu :
– Accordé à toutes et tous, dès la naissance et jusqu’à la mort ;
– Versé périodiquement à titre individuel ;
– Accordé sans condition, sans prise en compte de l’existence
d’autres revenus et sans dépendre des obligations actuelles des
organismes de contrôle (Pôle Emploi…).
Le revenu de base vise à permettre à chacun et chacune de mener une vie digne et de participer à la vie en société sous toutes ses formes.
Le revenu de base est une idée qui séduit de plus en plus de personnes
désireuses de penser un nouveau modèles de société. Il fait d’ailleurs
l’objet cette année d’une Initiative Citoyenne Européenne (ICE) :
une récolte de signatures est en cours pour demander à la Commission
Européenne une étude quand aux possibilités de financement d’un revenu
de base.
Un Revenu de Base, pourquoi ?
Il y a probablement des centaines de raisons de soutenir la mise en place d’un revenu de base. Certains y voit une solution très pragmatique aux problèmes actuels (chômage, précarité…), d’autres le pensent davantage comme une réponse à la question du sens de nos actions au sein de notre société.
Quoi qu’il en soit voici quelques arguments souvent évoqués :
Tirer profit de la fin du plein emploi au lieu d’en souffrir – et donc redonner un réel sens à nos activités ;
Libérer la créativité et stimuler l’entrepreneuriat ;
Rééquilibrer le pouvoir de négociation entre employés et employeurs ;
– Se tourner moins vers la production liée à l’argent, mais davantage
vers celle liée au durable, à l’éthique ou à l’environnement ;
Réduire les inégalités et donc favoriser l’égalité des chances, tout en défendant la liberté individuelle des citoyens ;
Favoriser les activités non-rémunérées (faire du bénévolat, militer, faire grandir ses enfants, aider ses proches, faire ou reprendre des études…) ;
– Cesser la stigmatisation des pauvres, chômeurs, « inactifs »… ;
– Plus jamais 0€/mois en cas de pépin : une vie digne est un minimum ;
Renforcer la démocratie et inciter la participation de chacun à la vie en société !
De quel montant parle-t-on ?
Il existe plusieurs modèles, qui seront étudiés suite à l’Initiative
Citoyenne Européenne (expliquée ci-après) et portés au débat
démocratique. Néanmoins, tous les groupes s’accordent sur trois
principes : l’inconditionnalités, l’universalité et l’individualité de
ce revenu. Ce montant doit être suffisant pour permettre une vie
décente.
Mais qui voudra encore travailler ?
Le revenu de base ne supprime pas le travail rémunéré. Il lui enlève
simplement son monopole et nous libère de la dépendance salariale.

Certes, il modifierait radicalement les rapports employeurs/employés
(car chacun serait libre de choisir, en toute conscience) mais pourquoi
craindre que le revenu de base corrompe la société du travail ? Et
d’ailleurs, quel danger y a-t-il, dans un État de droit, à laisser les
citoyens libres et maîtres de leurs choix ?
De plus, un certain nombre d’études montre que les gens n’ont pas envie
d’arrêter complètement de travailler. Souvent, ils aimeraient plutôt
travailler moins pour avoir plus de temps pour soi, ou changer de
travail : est-ce vraiment un mal dans une société qui atteint un taux de
chômage structurel largement supérieur à 10% ? De plus, cela
revaloriserait des travaux et des activités aujourd’hui déconsidérés ou
non rentables immédiatement (la recherche, l’art, la création
d’entreprise…).
Comment financer un Revenu de Base ?
Le financement du revenu de base n’est pas un problème : il est acquis.
En effet, des études montrent que cela serait tout à fait possible.
Voici les principaux moyens évoqués par les défenseurs d’un revenu de
base. Ils peuvent également être combinés selon les cas :
– Énormes économies administratives grâce au caractère
inconditionnel du revenu (selon les choix européens, ce revenu pourrait
remplacer les allocations familiales, le RSA, les pensions…) ;
TVA sociale (sur la consommation) ;
Impôt sur le revenu (au-delà d’un certain montant) ;
Réforme monétaire, via la réappropriation de la création monétaire, le développement de monnaies complémentaires…
L’Initiative Citoyenne Européenne, c’est quoi ?
Elle permet aux citoyens de l’UE de soumettre un projet aux institutions
européennes. Une fois la proposition acceptée, ses défenseurs doivent
réunir 1 million de signatures avant janvier 2014 dans au moins 7 pays
de l’Union. En l’occurrence, nous sommes 15 pays à l’origine de cette
ICE. L’ICE sur le revenu de base consiste à demander à la Commission
Européenne d’étudier en profondeur cette initiative au sein du Parlement
Européen, en auditionnant le Comité de Citoyens Organisateurs. Elle a
pour titre « Le Revenu de Base Inconditionnel (RBI) – Explorer les voies
vers les conditions sociales émancipatrices dans l’UE ».
Pour en savoir plus :
– Le documentaire « Le revenu de base, une impulsion culturelle », disponible librement en 23 langues sur le site www.basicincome2013.eu ;
– « Le Monde Diplomatique », Mai 2013 (dossier spécial) ;
– Le site internet revenudebase.info référence une grande quantité d’articles et d’opinions diverses à ce sujet ;
– Le groupe facebook fr-fr.facebook.com/RevenudeBase.
Comment participer ?
Les choses toutes simples :
– En vous informant et en parlant du revenu de base autour de vous ;
– En vous abonnant à la newsletter (revenudebase.info) ;
– En suivant les pages facebook, twitter (@revenudebaseFr, hashtag #RevenuDeBase), Linkedln ou Newmanity ;
– Et bien sûr en signant et faisant signer la pétition !

Le
dividende universel n’est pas financé par les impôts ni par des
versements patronaux. Il vient de la création monétaire actuellement
volée (sic) par le système bancaire.




Signification des armoiries:chapelle de Gstaad, St Niklaus.
Mettons le dragon qui est en chacun de nous sous 7 verrous.


http://www.youtube.com/watch?v=5enljAk_FlQ


Etienne Chouard explique pourquoi il faut libérer les Hommes de la quête
nécessaire de l’argent par le travail marchand, facteur de soumission
du peuple à ceux qui détiennent l’argent. Avec un revenu de base
inconditionnel, on libérerait ainsi la créativité humaine, et on
permettrait aux citoyens de se consacrer à ce qui leur semble bon et
juste.



Voir l’interview complète : http://youtu.be/WKBj8rtiL6Q

https://docs.google.com/open?id=1LULZl8uEZTZ1XOjSSBpopgN1KfmueeVa2PBVxGeKMu5lPf_0tGphrfmKYbpF

Madagascar, images

http://desiebenthal.blogspot.ch/2012/06/congo-experiences.html
Chaque année, une semaine d’étude a lieu à Rougemont
au Canada en 4 langues fin août suivie du congrès international début
septembre (fête du travail au Canada), avec des pèlerinages facultatifs offerts. Repas, pèlerinages ( not. St Joseph, N-D du Cap et St Anne) et couchers gratuits
pour tous nos invités des pays hors du Canada. Autre période de
formation en mai chaque année, en 2013 du 9 au 18 mai pour les études et du 19 au 26 mai pour le Jéricho

.
Invitation to join us, every year, two periods, either May or August-September..

Week of study  held in Rougemont, Canada in four languages end of August or in May followed by the Congress beg. of September or in May 2013, 9 au 18 May, week of studies and Jericho 19 up to 26 May with free pilgrimages.

 

Free meals, free pilgrimages ( St Joseph, N-D du Cap et St Anne )and free rooms for all our guests from countries outside of Canada.


http://desiebenthal.blogspot.com/2011/05/pour-un-capital-social-local-le.html


http://pavie.ch/articles.php?lng=fr&pg=711


http://www.union-ch.com/file/Speeches_and_workshops_of_the_03_04_.pdf


https://docs.google.com/document/d/1MRXDMGi4zbTYwFiKI8qpqFeAg3ayEkLaufWq4OrlQ0o/edit?hl=fr&authkey=CLrT-IwK




Comment créer et partager les surplus:
https://docs.google.com/viewer?a=v&pid=explorer&chrome=true&srcid=1Kxlo32UKwGx0fVhNYmkul1mr0oKs6RyIIdzKOUAlcWVv6n83Z-Cnr8lc-EHs&hl=fr


Avec mes meilleurs voeux notamment pour une bonne santé


Une
bonne idée reçue. A l’origine de tout message,  il y a un homme ou une
femme, qui a pris le temps et la peine de nous écrire. Il nous est très
agréable de lui confirmer l’avoir bien reçu. Autrefois, cela se faisait
par une poignée de main ou un sourire de remerciement.



François de Siebenthal
Economiste HEC Lausanne et lic. és sc. iur.

23, av. ed. Dapples

CH 1006 Lausanne
Suisse, Switzerland
https://www.facebook.com/desiebenthal https://www.facebook.com/desiebenthal
skype: siebenthal
Tel. en Suisse: 021 616 88 88
Fax en Suisse:  021 616 88 81
Intern. 00 41 21 616 88 88
Fax intern. : 00 41 21 616 88 81


Jean-Paul II a notamment comparé le rapport sexuel chaste entre les époux chrétiens à l’adoration eucharistique.

Admiration.
http://www.union-ch.com/file/portrait.wmv
http://desiebenthal.blogspot.com/2011/05/le-rapport-sexuel-est-comparable.html



Krach ? Solutions…


Local Exchange Systems in 6 languages
www.easyswap.org
http://pavie.ch/?lng=en
http://michaeljournal.org
http://desiebenthal.blogspot.com/


http://m-c-s.ch et  www.pavie.ch
http://ktotv.com/
Please, subscribe to be kept informed.
Un
abonnement nous encourage.  Pour la Suisse, 5 numéros par année de 16
pages par parution: le prix modique de l’abonnement est de 16 Sfr.- par
année (envois prioritaires)

Nous vous prions de nous envoyer votre adresse postale pour l’abonnement au journal.
http://www.michaeljournal.org/abonnement.htm
merci.
www.familiaplus.com


à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.





http://desiebenthal.blogspot.com/2009/10/emprunt-avec-un-taux-dinteret-zero.html

Le Dividende Universel, le DU


Le socle d’un nouveau projet de société.
Les robots doivent devenir nos serviteurs et non les hommes esclaves de financiers cupides…

Les bouleversements
économiques et sociologiques posent à nouveau de façon aiguë la question
de la répartition des richesses et de la sécurisation des personnes
face au risque d’exclusion. Le principe du Dividende Universel répond à
cette demande, à la fois comme ultime filet de sécurité pour les plus
démunis, mais aussi comme reconnaissance de la participation de chacun à
la richesse nationale.

De 1949 à 1998, la part des prestations sociales est passée de 12 à 30% du PIB.
Le travail rémunéré ne concerne que 40% de la population : moins de 25 millions d’actifs sur 60 millions d’habitants, le phénomène s’accentuant avec l’allongement de la vie.
60% du travail productif échappe au salariat (travail au noir, travail domestique, éducation, autoproduction, bénévolat, etc).




Le FORUM considère qu’une crise profonde ébranle les 4 piliers indispensables au renforcement du lien social :

  • Crise du sens de l’existence individuelle,

  • Crise de la reconnaissance des personnes et de leur rôle social,

  • Crise de la complexification des relations et des démarches institutionnelles,

  • Crise de l’appartenance à une communauté et un projet commun.
La proposition du Dividende Universel vise à répondre à cette crise générale en revalorisant symboliquement et matériellement :

  • tous les temps de la vie (l’âge adulte mais aussi les jeunes et les personnes âgées)

  • toutes les formes d’activité (le salariat mais aussi le bénévolat),

  • toutes les situations de vie (les valides mais aussi tous les handicaps).




Le DU rassemble la communauté autour d’un projet commun

  • Ni une allocation, ni un revenu minimum,
    mais la traduction dans la réalité économique de la part de l’héritage
    en partage pour tous les citoyens

  • Un nouveau droit civique, signe de l’appartenance à une communauté.

  • Donne la possibilité de libérer du temps pour des activités autres que l’activité salariée, comme le bénévolat.
Le FRS est le premier parti politique
français à vouloir mettre en œuvre ce concept théorisé par nombre
d’économistes et philosophes depuis Thomas More, toutes écoles
confondues (libérale, Keynésienne, collectiviste).
Des dispositifs similaires sont déjà
appliqués ( Alaska ), mis progressivement en place (Brésil), ou à
l’étude au sein de partis et de gouvernements, comme en Afrique du Sud,
en Irlande et en Belgique.
Le dividende du fonds souverain Alaska permanent corporation.
En 1976, l’Alaska, 49e Etat
américain, peuplé de 543.000 habitants, créa un compte d’épargne public.
Ce compte fut alimenté par 25 % de tous les revenus pétroliers dont la
gestion fut confiée à un établissement parapublic, l’Alaska permanent
corporation. Le capital de ce fonds mutuel géré par l’Etat.
Depuis cette date, les habitants en
reçoivent chaque année un dividende. Celui-ci s’élevait à 1130,68
dollars en 1996. Le fonds rapporta globalement 1,8 Milliards de dollars
la même année. Cependant, une partie seulement des revenus de ce fonds
mutuel était distribuée à tous les habitants, actifs ou non actifs, avec
le Permanent Fund Dividend Program. 
Des études ont démontré depuis que ce
dividende permettait de stabiliser les populations dans cette région
particulièrement austère et a fortement réduite l’émigration.


Financement

Après 5 ans de mise en place
progressive, le coût annuel du DU, déjà réduit par la suppression des
allocations inférieures à son montant (environ 60 milliards) est
autofinancé par l’augmentation mécanique des rentrées fiscales (de
l’ordre de 50 milliards) provenant de l’augmentation de la consommation
et du produit national.




Le DU est directement versé à ceux
seulement qui ne l’ont pas déjà ni dans leurs revenus, ni dans leurs
allocations. Pour les autres, qui le perçoivent déjà dans leurs
revenus, il est explicitement formalisé sur leur fiche de paye,
symbolisant fortement cette cohésion sociale.
Les principales objections au Dividende Universel



1. Une rémunération ne doit-elle pas être la contrepartie d’un travail ?
Le DU rappelle d’une part, que la dignité d’une personne existe en soi et non pas du fait de son seul travail rémunéré. D’autre part, le DU rappelle qu’il existe d’autres activités que le seul salariat, tout aussi honorables et profitables à l’ensemble de la société et pourtant en déficit de reconnaissance sociale, jusqu’à présent.



D’autant que le travail salarié n’est plus aujourd’hui une garantie d’intégration sociale et économique, comme le montre le phénomène des « travailleurs pauvres », tandis que la reconnaissance de toutes les formes d’activité, même bénévole, en est une.
2. Cette réforme ne risque-t-elle pas de conforter la logique d’assistanat ?
Le montant du DU reste modeste (330€) et tout juste suffisant pour survivre. Les personnes qui le perçoivent en dehors de tout autre revenu sont naturellement incitées à travailler pour obtenir davantage que le minimum vital.
3. Le DU ne va-t-il pas susciter une immigration non maîtrisée ?
Tout citoyen n’a droit qu’à l’héritage
de son pays d’origine. L’immigration n’est donc pas spécifiquement
encouragée par cette mesure. Cependant, des aménagements peuvent être
envisagés, au prorata du temps de séjour d’un étranger en France, par
exemple.

Par contre, le principe du DU est exportable dans tous les pays. Il peut donc devenir facteur de développement, comme c’est le déjà le cas au Brésil.
4. Ce projet n’est-il pas incompatible avec la réduction de la dette de l’État et la baisse des impôts ?
Au contraire, la mise en œuvre
progressive du DU sur cinq ans, non seulement entraîne la suppression
d’une partie des revenus de transferts, mais engendre une augmentation
mécanique du PIB par la relance de la consommation. A partir de la 6ème
année, les ressources fiscales suffisent à le financer, à taux égal de
prélèvement.

Imprimer  Recommander à un ami 


Monsieur Luiz Inacio Lula da Silva
                    Palacio do Planalto
                  70150-900 Brasilia-DF
BRASIL

Paris, le 6 octobre 2006

Monsieur le Président de la République,

Par cette lettre, je
tiens à vous adresser mes plus vifs encouragements ainsi que tous mes
voeux de réussite lors du prochain tour des élections présidentielles du
Brésil.
Sachez que je suis
particulièrement sensible à la politique économique et familiale que
vous avez su mettre en oeuvre dans votre pays, attentif au plus faible
et néanmoins en phase avec les réalités de notre temps.
A cet égard, outre le
système des ” bourses aux familles “, la mise en place d’une allocation
universelle a retenu toute mon attention : je porte en effet depuis
longtemps ce projet pour la France, baptisé Dividende Universel. A
l’occasion d’un colloque au sujet de la Solidarité financière que
j’avais organisé en juin 2005, j’avais eu la grande joie de rencontrer
Monsieur le Sénateur SUPPLICY, spécialiste de cette question. En effet,
toute mon action politique se fonde sur la protection de la personne, de
sa conception à sa mort naturelle, et c’est en ce sens que j’ai choisi
de placer cette mesure au coeur du programme du FORUM des républicains
sociaux, parti que j’ai créé en 2002.
Dans l’espoir d’une
politique véritablement humaniste, je vous prie de croire, Monsieur le
Président de la République, à l’expression de ma très haute
considération.

Christine BOUTIN








Monsieur Eduardo SUPLICY
Sénateur du Brésil
Gabinete do Senador Eduardo Suplicy
Praça dos Três Poderes
Senado Federal
Edifício Principal – Térreo
Brasília – DF

Monsieur le Sénateur,

Par cette lettre, je
tiens à vous faire part de ma très grande joie suite à la réélection de
Monsieur Luiz Inacio Lula DA SILVA à la Présidence de la République. En
effet, vous savez combien j’attache de l’importance aux conditions
d’existence de toute personne ; à ce titre, je suis persuadée que le
critère d’efficacité de toute politique se trouve dans sa réussite
auprès des plus pauvres et que cette attention aux plus fragiles ne
porte absolument pas atteinte à la croissance économique, bien au
contraire.
C’est en ce sens que je
suis particulièrement sensible à la politique mise en place au Brésil,
et notamment à la mise en place d’une allocation universelle, projet
politique que je porte personnellement pour la France au sein du FORUM
des républicains sociaux, parti que j’ai créé en 2002. A cet égard, en
juin 2004 vous nous faisiez l’honneur de prendre part au colloque sur le
Dividende Universel sur la question fondamentale de l’exemple des pays
étrangers pour engager le processus politique de ce projet de société.
Votre intervention portait sur l’adoption au Brésil d’une loi sur le
revenu citoyen et je tiens à vous remercier une nouvelle fois de la
vivacité et de la hauteur de vos propos qui ont ajouté à la réflexion.
Heureuse de pouvoir
continuer notre collaboration, je vous prie de croire, Monsieur le
Sénateur, à l’assurance de ma respectueuse considération.
Christine Boutin
 Le
dividende universel n’est pas financé par les impôts ni par des
versements patronaux. Il vient de la création monétaire actuellement
volée (sic) par le système bancaire.


Traduction »
Aller à la barre d’outils