Plus bête, tu meurs, la France dans toute son horreur.

La France sous influence…qui veut augmenter les factures EDF de 30 % et empêcher d'économiser…(sic)

Au nom du nucléaire
Et bien faut bien payer les erreurs de l'engagement français dans le nucléaire !! Le modèle économique d'EDF est basé sur la gaspillage énergétique et le pillage des consommateurs (on ne dit plus des usagés, c'est trop soviétique).Une décision « injuste et partiale ». Voilà comment Pierre Bivas, PDG de Voltalis, opérateur énergétique spécialisé dans la de l’énergie pour les entreprises et les particuliers, qualifie la décision de la Commission de régulation de l’énergie (CRE). Selon nos informations, celle-ci vient de donner raison à qui réclamait une « taxe » pour compenser le manque à gagner résultant des économies d’énergie réalisées par les clients de Voltalis.

Cette entreprise, créée en 2007, a en effet mis au point un boîtier qui se fixe entre le compteur EDF et le tableau électrique et permet de réaliser des économies d’énergie, déclenchées en temps réel par Internet, en stoppant par exemple le chauffage ou la climatisation. Des économies d’énergie qui allègent la facture des clients, au détriment d’EDF.
Le fournisseur d’électricité demandait ainsi « une rémunération de l’énergie effacée » par Voltalis. « Ceci signifie que, si un ensemble de clients d’EDF acceptent de réduire leur consommation, EDF exige d’être payé comme s’ils avaient consommé ! » précise Pierre Bivas. Cette taxe serait de l’ordre de 70 à 80 % des revenus de Voltalis, autant dire une ponction qui pourrait se révéler fatale pour l’entreprise. Les autres fournisseurs d’énergie (Poweo, Direct Energie…) se sont joints à EDF tout en réclamant une taxe d’un montant bien inférieur.

Une décision surprenante

Pierre Bivas estime qu’EDF cherche à freiner la généralisation de ce système car elle ne possède pas encore la technologie pour la développer elle-même. S’il ne s’étonne pas du lobbying effectué par l’opérateur historique, il regrette que la CRE s’en soit fait l’intermédiaire. « C’est une décision contraire à la mission de la CRE de servir les intérêts du consommateur, contraire au Grenelle de l’environnement et contraire aux lois du car elle constitue une entrave à la concurrence », s’indigne Pierre Bivas.
Une décision d’autant plus surprenante que le 18 juin, la Ferc, l’équivalent américain de la CRE, encourageait au développement d’un système analogue qui permettrait d’économiser 20 % de l’énergie électrique consommée aux heures de pointe. Pierre Bivas ne compte toutefois pas en rester là : « Voltalis se réserve la possibilité de recourir à toutes les voies de droit pour faire rétablir la prééminence des consommateurs sur l’intérêt des fournisseurs, et au-delà de l’intérêt général comme de la protection de notre planète, tous menacés par cette décision. » Contactée hier, EDF n’a pas souhaité faire de commentaire.

Quand EDF combat les économies d’énergie – Economie – 18/07/2009 – leParisien.fr

Et là que fait l'Etat ? Le ministère de l'écologie?
Le gouvernement participe aux Grenelles de l'environnement, Il incite à réduire la consommation, Il impose les ampoules à basse consommation,… Je verrai donc d'un oeil suspect, témoin d'une complicité qui ne dit pas son nom avec EDF, le fait qu'il ne réagisse pas avec force contre cette ABERRATION qui vise pour un groupe comme EDF à conserver son chiffre d'affaires, et qu'importe l'écologie et la planète !
Si le lien ne fonctionne pas, copiez dans la barre d'adresse de votre navigateur le lien : http://www.leparisien.fr/economie/quand-edf-combat-les-economies-d-energie-18-07-2009-583726.php?xtor=EREC-109

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »