Plus rien de “secret”. Banquiers sur les dents. On peut “casser” une clé de sécurité de 768 bits

EPFL: des chercheurs ont cassé une clé de sécurité de 768 bits

Le décryptage franchit une nouvelle étape

08 Janvier 2010

Des chercheurs de l’EPFL, l’INRIA (France), NTT (Japon), l’Université de Bonn (Allemagne) et CWI (Pays-Bas) ont mis en commun leurs capacités de calcul et sont parvenus à « casser » une clé de sécurité. Ils démontrent ainsi que les standards de cryptage actuels demeurent solides, mais que les utilisateurs devront migrer à moyen terme vers des systèmes plus sûrs et conformes aux nouveaux standards recommandés.  

Les systèmes cryptographiques garantissent la sécurité des échanges de données sur Internet et ils sont au cœur du commerce électronique, que ce soit sur les sites « htpp » ou « https ». S’assurer de leur fiabilité est dès lors crucial. Une équipe internationale de scientifiques est parvenue à « casser » la clé RSA de 768 bits, en extrayant les facteurs premiers de ses 232 chiffres. Grâce notamment à la puissance de traitement des processeurs modernes, ce nouveau record a été atteint en moins de deux ans et demi de travaux.

Des calculs du même type ont permis de montrer la vulnérabilité des clés RSA de 512 bits en 1999, puis des 663 bits en 2005 et enfin maintenant des 768 bits. On peut déjà s’attendre à ce que la clé RSA de 1024 bits perde son inviolabilité …. Pour Arjen Lenstra, du Laboratoire de cryptologie algorithmique à l’EPFL, « ce résultat doit nous inciter à utiliser de plus hauts niveaux de sécurité que ceux offerts par la clé RSA de 1024 bits». Mais, rassure le professeur, « les utilisateurs ne courent pas de grands risques à conserver ce système de chiffrement durant ces prochaines années de transition ».
 
Pour cette expérience, le Laboratoire de cryptologie algorithmique, à l’EPFL, a joué le rôle de coordinateur et de centre de collecte des données. Quant aux logiciels utilisés, ils se sont largement basés sur un développement effectué au début des années 2000 par l’Institut de mathématiques, à l’Université de Bonn.
 
 
Pour plus d’informations, veuillez contacter :
Thorsten Kleinjung, EPFL
Tél : +41(0)21 693 25 80

  journaliste: Florence Luy
Cryptographie |

Une équipe de scientifiques sont parvenus à "casser" une clé de sécurité de 768 bits sur internet, battant ainsi un record mondial.

They used various PCs and clusters at BSI, CWI, EPFL, INRIA (Institut
National de Recherche en Informatique et en Automatique, France),
NTT (Nippon Telegraph & Telephone, Japan), the University of Bonn,
EGEE (Enabling Grids for E-sciencE), AC3 (The Australian Centre for
Advanced Computing and Communications), and PCs in the United Kingdom.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »