Des milliards ont disparus des impôts…Clearstream 3 – Ferraye : Les données occultées. Qui est vraiment Imad Lahoud ?

CLEARSTREAM Les données occultées juillet 2006

Le 7 juillet dernier, au cour d'une confrontation judiciaire de trois heures, Imad Lahoud a de nouveau nié avoir ajouté le nom de Nicolas Sarkozy sur le listing de Clearstream, faisant du ministre de l'Intérieur et chef de l'UMP un suspect dans les affaires financières. " On n'avance pas, " ont dit énervés les juges Henri Pons et Jean-Marie d'Huy, sortant du bureau. Dans l'article " Des corbeaux sur la France, " nous évoquions déjà cette affaire. Pas du tout convaincus par la thèse officielle, nous soupçonnions une opération menée par un pays étranger afin de promouvoir Sarkozy en tendant un piège à Dominique de Villepin. Nous estimions ce dernier le jouet de manipulateurs, qui se sont servi de son différend avec Sarkozy et de sa faiblesse pour les intrigues à la OSS 117. Nous rappelions à ce propos l'épopée brésilienne de Villepin pour tirer Ingrid Betancourt des griffes des FARC. Depuis, nous avons pris connaissance de nouveaux éléments. Imad Lahoud, semble-t-il, a été lui même instrumentalisé.

Il faut d'abord se pencher sur la personnalité d'Imad Lahoud. Né au Liban le 7 octobre 1967, chrétien, il appartient à la communauté maronite. A l'âge de 15 ans, en 1982, avec son père officier de l'armée libanaise, la famille s'enfuit en France et s'installe à Paris. La vie n'est pas facile. On veut paraître, mais les enfants reçoivent une bourse pour poursuivre leurs études.

Marwan, le frère d'Imad, se révèle brillant et fait Polytechnique. Imad, lui, intelligent, mais moins ardu à la tâche, n'obtient son bac que de peu. En " prépa " au lycée Janson-de-Sailly, il rencontre une jeune fille. Elle s'appelle Anne-Gabrielle Heilbronner et appartient à une famille juive fortunée. Son père, François Heilbronner, est le patron du GAN et un proche de Jacques Chirac dont il a été à plusieurs reprises directeur-adjoint puis directeur de cabinet. Imad épouse Anne-Gabrielle en juillet 1991, apprend l'hébreu, renonce à sa foi chrétienne et se convertit au judaïsme. Après la fille, il a du génie pour séduire son beau-père et sa vie va être désormais portée par son mariage. Il y avait pourtant des raisons de se méfier de lui. Il a pris l'habitude de se présenter comme un neveu d'Émile Lahoud, le Président du Liban, quand aucun lien de sang n'existe entre son père et le leader libanais. Il prétend aussi l'auteur de ses jours fondateur des services de renseignements libanais. Un autre mensonge. La tendance à la mythomanie se doublait chez Imad d'une singulière fascination pour les arcanes du monde du renseignement. En attendant, il essaye d'autres sentiers. Il se fait embaucher chez Merrill Lynch à Londres et effectue un séjour chez Salomon Brothers, autre banque d'affaire de la City. Son talent de hâbleur lui a permis de gagner beaucoup d'argent. De retour à Paris, au bout de quatre ans, il se montre en Ferrari. Sa femme a suivi son propre itinéraire. En dépit de ses grossesses, elle a fait l'ENA et dirigé ses pas sur l'Inspection des finances. Il veut voler de ses propres ailes et, en 1998 crée le fonds de placement Volter. Les 40 millions d'euros collectés sont hébergés aux Îles Vierges, un paradis fiscal. Retraité, le beau-père, François Heilbronner, s'embarque dans l'affaire. Au cours de l'été 2000, le fonds Volter fait faillite. Avec son beau-père, Lahoud est mis en examen pour escroquerie. Sans doute les protections du beau-papa évitent-elles le pire. Celui-ci échappe du reste à la prison. Pas Lahoud qui doit purger 108 jours à la Santé. Un moindre mal, on en conviendra. Confirmant son penchant pour l'escroquerie, avant même son emprisonnement, et quelques semaines après l'effondrement du fonds Volter, il se lance dans une nouvelle aventure. A la fin de l'année 2000, il rencontre une équipe de journalistes et leur promet de l'argent pour relancer un périodique consacré au golf, " Golf et tourisme. " En fait, il ne met pas un sou, empoche le plus gros des recettes de publicité et vole les journalistes sur leurs salaires. Ces derniers portant plainte aux prud'homme, il les poursuit au pénal. Affirmant ne rien savoir de la publication, il accuse les journalistes de chercher à l'escroquer. Le comble. Il gagne du temps, certes, mais finit par perdre devant la Justice. Cette dernière le cueillera à nouveau quelques mois après la faillite de la publication. Pour un actif de 41 000 euros, celle-ci affichait 776 000 euros de passif. Résultat, depuis, Lahoud s'est vu interdit de gestion pour cinq ans. Le chef de l'équipe des journalistes rapporte des faits étonnants. " Il se baladait flanqué d'un garde du corps, raconte-t-il. Le type pesait 150 kilos et mesurait deux mètres de haut. Lahoud le présentait comme un membre du Mossad chargé de sa protection. En fait, son gorille n'avait de commun avec les officiers du Mossad que sa confession juive. C'était un agent immobilier, qui avait fait faillite. " La victime de Lahoud de poursuivre : " Il était fasciné par le Mossad et par les affaires secrètes les plus tordues. Il prétendait vivre selon les principes du service israélien. Une véritable obsession " On sent là une personnalité étrange. Lahoud sort de prison en octobre 2002. Le couple a tenu le coup. A son crédit, Anne-Gabrielle n'a pas flanché. Menant sa double vie de femme de détenu et de carriériste, elle n'a pas cessé d'enchaîner les postes de responsabilité dans les cabinets de ministres et travaille encore aujourd'hui aux côtés de Philippe Douste-Blazy, aux Affaires étrangères. Les Heilbronner-Lahoud sont néanmoins endettés. Il faut à Imad trouver le moyen de s'en sortir. Il déjeune avec son frère, Marwan. Celui-ci, grâce à son mérite, est depuis janvier 2003 le patron de MBDA, une entreprise produisant des missiles pour EADS. Echaudé par les incartades de son frère, Marwan hésite. Il finit néanmoins par se laisser convaincre et organise une rencontre avec Jean-Louis Gergorin, le patron d'EADS. Dès juin 2003, Imad se retrouve consultant en stratégie d'EADS. Un an plus tard, il est embauché au centre de recherche du groupe, chargé de la sécurité informatique. Au coeur de notre industrie de Défense. De plus, contrairement aux affirmations répandues dans la grande presse, il n'a que deux DEA, l'un en mathématiques, l'autre en physique, mais aucun diplôme informatique. Il fallait un sacré coup de main, pour passer du statut de détenu, en outre toujours inculpé dans une autre affaire, à celui de responsable de l'une des instances les plus sensibles de notre pays. Nous avons appris : Lahoud a échappé aux contrôles obligatoires pour occuper sa fonction. On le voulait dans la place. Uniquement par bonté d'âme, dans une sorte de programme de reclassement des droits communs issus de la bonne société ? Nous en doutons. En tout cas, à la même époque, on note un étrange ballet entre Lahoud et deux autres hommes : Denis Robert, journaliste enquêtant sur Clearstream, et Florian Bourges, auteur d'un " audit " dans la même entreprise, qui cherche à arrondir ses fins de mois en vendant les petits secrets de son enquête. " Par hasard, " comme le note ironique Eric Decouty, dans " Le Figaro " des 17 et 18 juin derniers, Robert présente Bourges à Lahoud en juillet 2003. D'abord, il faut savoir : Robert est le neveu du général Philippe Rondot, maître espion lui-même mouillé dans l'affaire Clearstream. Ensuite, en juillet 2003, Lahoud travaille depuis un mois pour EADS. Un officier de renseignement, un journaliste, un escroc aux dents longues, un " auditeur " qui trahit ses clients et un capitaine d'industrie, Gergorin. On assiste à une concentration d'hommes étranges vibrionnant autour de Clearstream. Survolant rapidement le dossier, on peut avoir le sentiment d'une bande de " Pieds Nickelés " oeuvrant dans la confusion. Mais, soupesant les données de l'affaire, on est étonné par l'accumulation de hasards et le manque de professionnalisme des uns et des autres. Jusqu'à la caricature, cette affaire ressemble à un mauvais scénario de film. Comme si quelqu'un, manipulant ces gens, en avait écrit le texte. Mais qui ? Gergorin occupe une place centrale dans les événements : il fait entrer Lahoud chez EADS, au détriment des règles de sécurité, et est un ami personnel de Dominique de Villepin. Il est aussi le " corbeau, " auteur de la dénonciation mettant en cause Sarkozy auprès du juge Renaud Van Ruymbeke. Serait-il le maître d'oeuvre ? Il n'en a pas la carrure. Surprenant chez un homme dans sa position, on observe même chez lui un comportement peu en rapport avec les usages. Il croit dur comme fer son ancien patron, Jean-Luc Lagardère, mort le 14 mars 2003, assassiné par les services russes. Pourquoi pas ? Mais au poste qu'il occupe, Gergorin n'est pas censé s'épancher dans la presse sur un tel sujet. Comme nous avons repéré chez Villepin les failles de son caractère qui ont pu donner prise à une manipulation, nous faisons les mêmes constats chez Gergorin, lui aussi fasciné par les activités " secrètes, " ou Robert. Lahoud présente sans doute le profil le plus apte à se laisser piéger. Amateur de complots et groupie du Mossad israélien, habile en escroquerie, il est de plus un pion idéal. Pour repérer, enrôler et pousser une pareille équipe, il fallait un esprit supérieur. Quelqu'un qui n'apparaîtra jamais sur le devant de la scène. En attendant, la France est ridiculisée, ses grands commis réduits à l'état de guignols. Quant à Sarkozy, le candidat d'Israël et des Etats-Unis, il en ressort confortablement installé dans les sondages. Nous voilà confortés dans nos soupçons.
Alain Chevalériashttp://ferraye.blogspot.com/

    Imad Lahoud                                                             Dominique de Villepin                                                                       Nicolas Sarkozy

Centre de Recherches sur le Terrorisme Depuis le 11 Septembre 2001

 www.recherches-sur-le-terrorisme.com

  Lire aussi: Clearstream, des corbeaux sur la France Retour Menu Retour Page d'Accueil




Avec mes meilleures salutations.

François de Siebenthal
Invitation:

http://www.union-ch.com/articles.php?lng=fr&pg=267
In english: http://www.union-ch.com/articles.php?lng=en&pg=267
http://desiebenthal.blogspot.com/
http://ferraye.blogspot.com/
www.de-siebenthal.com

skype siebenthal
00 41 21 652 54 83
021 652 55 03
FAX: 652 54 11
CCP 10-35366-2

Présent :
La femme est, comme toujours, l'avenir de l'homme, et réciproquement. Si qua fata sinant…:-)
http://www.union-ch.com/file/portrait.wmv

www.suisse-plus.com
http://www.non-tridel-dioxines.com/
http://www.m-c-s.ch/ et
www.pavie.ch/mobile
www.pavie.ch
http://ktotv.com/

Non, l’affaire Clearstream n’est pas encore terminée | Rue89

– Le général Émile Lahoud a été le président du Liban.
– Imad Lahoud de Clearstream a utilisé le nom de la famille d’Emile Lahoud.
– Son frère est un grand PDG d' EADS missiles….

– Chirac est un grand ami des plus richissimes citoyens Libanais…
Victor Lahoud père d’Imad fut avec Pierre Rondot le chef d’orchestre des services de renseignement libanais.
Le général Pierre Rondot est le père de Philippe Rondot, agent secret français impliqué dans l’Affaire Ferraye, libanais grugé de millions de $ par le même réseau français…
– Imad Lahoud est lié par sa femme à un membre éminent de l’entourage de Jacques Chiracinspiré et résumé dehttp://ferraye.blogspot.com/  et




Avec mes meilleures salutations.

François de Siebenthal
Invitation:

http://www.union-ch.com/articles.php?lng=fr&pg=267
In english: http://www.union-ch.com/articles.php?lng=en&pg=267
http://desiebenthal.blogspot.com/
http://ferraye.blogspot.com/
www.de-siebenthal.com

skype siebenthal
00 41 21 652 54 83
021 652 55 03
FAX: 652 54 11
CCP 10-35366-2

Présent :
La femme est, comme toujours, l'avenir de l'homme, et réciproquement. Si qua fata sinant…:-)
http://www.union-ch.com/file/portrait.wmv

www.suisse-plus.com
http://www.non-tridel-dioxines.com/
http://www.m-c-s.ch/ et
www.pavie.ch/mobile
www.pavie.ch
http://ktotv.com/

Où sont passés les milliards du Koweït ? Clearstream 3 et le général Rondot ? LE GÉNOCIDE IRAQUIEN

AFFAIRE CLEARSTREAM: LES LIENS ENTRE LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE FRANÇAIS, LE SCANDALE DU KOWAïT-GATE ET LE 'SCANDALE PÉTROLE CONTRE NOURRITURE', LE GÉNOCIDE IRAQIEN

Où sont passés les milliards du  Koweït ?

Le Capitaine Paul Barril, co-fondateur du GIGN et ancien responsable de la cellule anti-terroriste de l'Elysée, par l'intermédiaire d'un ami à lui, qu'il connaît bien, a réalisé une enquête approfondie notamment sur les détectives Daniel Levavasseur (ancien agent de la DST qui a été retrouvé pendu à 15 mètres du sol le 2 février 2003) et Michel Veneau (détective privé). La conclusion de son rapport d'investigation du 7 juin 1997 est très intéressante : " Avec ces originaux, nous vous (Christian Basano) donnons la possibilité de vous retourner, tant au plan pénal qu'au plan civil, contre les notaires et les banques qui ont tenté d'usurper votre identité sur un dossier qui n'existe pas légalement. " Ce qui amène à conclure, en toute logique, que ce dossier (Kuwait Gate) existe bien, … mais illégalement.

10 jours plus tard, le 17 juin 1997, Monsieur Paul Colne a été incarcéré à la prison de Nice par le Juge Renard (jugement N° 3789 / 97). Que faisait ce jour-là le Général Rondot dans les coulisses du Tribunal de Nice ? Dès son emprisonnement Paul Colne a été malade et transporté à l’Hôpital Pasteur à Nice. Il est mort le 20 décembre 1997 dans l’ambulance qui le ramenait chez lui. 

Paul Colne avait signé un contrat de mandat et de mission de recherche de comptes bancaires notamment à la Barclays Nairobi pour 28 millions d’US $ avec les intérets, le 28 mai 1990 avec le Cabinet Fave représenté par Michel Veneau (l’associé de Daniel Levavasseur). Il déposera plainte contre Michel Veneau le 18 décembre 1990 pour escroquerie (P 91 / 76). Elle sera classée sans suite au mois de juillet 1991 par le Parquet du Tribunal de Nice. Début 1997, l’associé de Paul Colne obtiendra la condamnation de la Barclays par le Tribunal de Commerce de Montpellier. Il perdra en Appel et en Cassation. Il sera même condamné à 18 mois de prison ferme. En prison, il saisira la Cour Européenne des Droits de l’Homme. Ernest Backes (ancien employé de Clearstream) et André Strabel (ancien banquier) ont même témoigné à son procès. Après 7 mois de prison, il sortira au mois d’août 2005. Qui a volé les 28 millions d’US $ représentant les commissions de 5 contrats pétroliers accordés en 1979 et 1980 (échéance 1991 – 1992) par l’Arabie Saoudite à Paul Colne ?

D’après son associé, Paul Colne était également bien introduit au Koweït car il connaissait Victor Gebrane (Directeur de la Kuwait Air Lines) un des intermédiaires libanais que Joseph Ferrayé avait rencontré début mars 1991 et qui a été désigné ADER de plusieurs comptes bancaires. Paul Colne se serait même occupé de loger dans la région niçoise la famille de l’Emir après l’invasion du Koweït.

Paul Colne signera un contrat au Koweït sur le système révolutionnaire (Brevets Ferrayé) d’extinction des puits de pétrole en feu. L'analyse de ce contrat est surprenante :
–          à l'article 6, les noms de Christian Basano ainsi que celui d' Etienne Tillié, François Colonna, Mustapha AL Adasani (représentant Victor Gébrane, Serge Rebour et Fouad HOBEICH) et Aramco en qualité de " Shareholders " (actionnaires) y sont mentionnés.

–         Contrat signé, lu et approuvé, à Paris, le 26 juillet 1989, par un certain Adel M.K. Kharafi, General Manager et le représentant de la P.B.E. OIL SA, Paul Colne. Or, en juillet 1989, le Koweït n’était pas encore envahi et JF n'avait pas encore déposé ses brevets à l'INPI…

–         Article 1 : Exploitation d’un procédé « Blocking robot for high pressure oil wells », (un des procédés Ferraye)

–         Article 8 pour une période de 9 ans, à compter du 30 avril 1990. Or, le 30 avril 1990, Christian Basano, Tillie et Colonna n’avaient jamais encore entendu parler ni de Ferraye, que nous avons rencontré pour la première fois le 24 mai 1991, ni « a fortiori » de ses procédés…

–         Enregistrement par la chambre du commerce de Koweït City sous le Certificat N° 15512 / 17701 / F, le 15 novembre 1991. C’est à dire : une dizaine de jours après l’extinction du dernier puits de pétrole…

–           Légalisation de la signature apposée par M.Majid AL SAMHAN, M.A.E du Koweït, par l'Ambassade de France au Koweït en la personne de R.Pratt, Attaché Commercial.

Pour information, la société  P.B.E. OIL SA a été immatriculée le 21 octobre 1986 au registre du commerce d'Epinal (Vosges – France). Par jugement du 10 janvier 1989, le Tribunal de Commerce d'Epinal, a prononcé le Redressement Judiciaire de la société  P.B.E. OIL SA. Par jugement du 17 mars 1989, il convertit le Redressement Judiciaire en Liquidation Judiciaire. La société  P.B.E. OIL SA cesse son activité le 7 avril 1989 !

Paul Colne a-t-il signé le vrai-faux contrat ou bien a-t-on utilisé son nom et celui de sa société qui avait cessé son activité plus de trois mois plutôt ? Qui a volé les 28 millions US $ ? Ses commanditaires notamment le Général Rondot, connaissent la réponse. (à suivre…)

signera un contrat au Koweït sur le système révolutionnaire (Brevets Ferrayé) d’extinction des puits de pétrole en feu. L'analyse de ce contrat est surprenante :-          à l'article 6, les noms de Christian Basano ainsi que celui d' Etienne Tillié, François Colonna, Mustapha AL Adasani (représentant Victor Gébrane, Serge Rebour et Fouad HOBEICH) et Aramco en qualité de " Shareholders " (actionnaires) y sont mentionnés.




Avec mes meilleures salutations.

François de Siebenthal
Invitation:

http://www.union-ch.com/articles.php?lng=fr&pg=267
In english: http://www.union-ch.com/articles.php?lng=en&pg=267
http://desiebenthal.blogspot.com/
http://ferraye.blogspot.com/
www.de-siebenthal.com

skype siebenthal
00 41 21 652 54 83
021 652 55 03
FAX: 652 54 11
CCP 10-35366-2

Présent :
La femme est, comme toujours, l'avenir de l'homme, et réciproquement. Si qua fata sinant…:-)
http://www.union-ch.com/file/portrait.wmv

www.suisse-plus.com
http://www.non-tridel-dioxines.com/
http://www.m-c-s.ch/ et
www.pavie.ch/mobile
www.pavie.ch
http://ktotv.com/

LES LEÇONS DU PASSé NE PROFITENT JAMAIS A NOS ÉLUS- les dioxines

LES LEÇONS DU PASSé NE PROFITENT JAMAIS A NOS ÉLUS

Sur le long terme, je suis préoccupé par la biologie. Les armes nucléaires nécessitent de grandes usines, alors qu’on peut faire des manipulations génétiques dans un petit laboratoire. Le danger est que, par accident ou volontairement, nous créions un virus qui nous détruira.
Stéphen Hawking – (Astrophysicien) –  Daily Télégraph, 16 Octobre 2001.

Nos gouvernants ne cessent de répéter qu’ils tirent toujours les leçons du passé. Or rien n’est plus faux, car ils oublient ces leçons au fur et à mesure qu’ils les reçoivent.

Au fil des ans, les catastrophes sanitaires connaissent toutes les mêmes phases de déroulement. Un nouveau produit arrive sur le marché et, grâce à un matraquage publicitaire, il suscite l’enthousiasme général. Plus ou moins tard, des chercheurs indépendants constatent les dégâts et demandent aux autorités d’intervenir. C’est alors que l’industrie nous abreuve d’informations venant de scientifiques corrompus qui produisent des contre-expertises truquées. Alors que les rapports de maladie ou de décès se multiplient, notre “gouvernance” persiste à se référer aux expertises sécurisantes, à nier toute relation entre le produit et ses effets délétères, et interdit aux scientifiques contestataires de s’exprimer en public, n’hésitant pas à discréditer leurs travaux.

Il en a été ainsi du médicament Thalidomide, qui fit des milliers de victimes dont les handicaps et déformations des survivants se transmettaient à leurs propres enfants par le truchement de l’ADN modifié, ainsi que l’amiante, dont les lobbies industriels et nombre de scientifiques eet fonctionnaires se sont évertués à dissimuler les dangers mortels entre 1972 et la révélation du scandale en juin 1996. Tous les ministres de la Santé de cette période ont prétendu ne pas avoir été prévenus de ces problèmes, et les mesures “d’urgence” annoncées le 3 juillet 1996 par le ministre des Affaires sociales, ne sont entrées en vigueur qu’en janvier 1997.

Il en fut de même pour les PCB* qui se sont progressivement accumulés dans les sols à cause de leur très lente décomposition, des hormones dans l’élevage, de l’encéphalopathie spongiforme bovine (vache folle) qui fut longtemps occultée puis on nous certifia qu’elle ne passerait jamais la barrière d’espèce, ce qu’elle a fait contre l’avis “unanime des experts”, du scandale de l’Arc nié par plus de six cents médecins et chercheurs qui ont mis en avant leur position “scientifique” pour prendre partie en faveur de l’association.

Ce processus s’est renouvelé pour le sang contaminé transfusé jusqu’à l’épuisement des stocks et pour lequel personne ne sera vraisemblablement condamné à de la prison ferme, le Vioxx considéré comme le médicament le plus “performant” de l’année, les antibiotiques administrés dans discernement pendant des lustres, et qui ont ainsi perdu leur efficacité.

Tous ces scandales ont eu de nombreux points communs et une même origine : l’appât du gain au détriment de la santé. Cependant après chaque scandale, d’éminents “spécialistes” nantis de l’absolution générale nous ont expliqué avec des trémolos dans la voix que les décisions incriminées étaient justifiés par les “données actuelles de la science”, d’autant quà présent, à la notion de “responsable mais non coupable” s’est ajoutée celle de “coupable mais pas condamnable”.

De toute manière, tant que les rares responsables condamnés ne le seront qu’à des amendes, si importantes soient-elles, ils récidiveront car le risque est loin d’égaler le bénéfice. Le seul moyen de les empêcher de nuire est de les emprisonner dans le quartier des criminels.

NOS POUVOIRS PERSISTENT ET SIGNENT

Nous récidivons avec les dioxines hautement cancérigènes et principalement produites dans les incinérateurs des usines de retraitement des déchets, les œstrogènes que l’on trouve en fortes concentrations dans les rivières et qui provoquent une diminution draconienne des fonctions reproductives chez les poissons mâles, et le Cruiser insecticide vendu en France et qui appartient à la même famille que les substances du Gaucho et du Regent incriminés pour leur impact néfaste sur les abeilles, alors que l’Allemagne a suspendu son autorisation !.

Nous pratiquons la même politique de l’autruche avec les nombreuses antennes-relais de téléphonie mobile sources de nombreuses pathologies qui vont des maux de tête et troubles auditifs et visuels aux cancer, et le déploiement de réseaux WI-fi pour l’internet sans fil à travers la France, et surtout dans les établissements scolaires, alors qu’aucune étude sérieuse sur leur impact sanitaire n’a été effectuée et qu’il ne sera pas possible de détecter leurs effets délétères avant plusieurs années.

La manipulation continue avec la vaccination contre l’hépatite B dont on refuse d’admettre les milliers de victimes ou l’autisme généré par les vaccins qui préoccupent enfin les trois candidats aux élections américaines, mais pas nos députés.

*Les PCB, ou PolyChloroBiphényles, et PCT ou PolyChloroTerphényles sont des dérivés chimiques chlorés plus connus en France sous le nom de pyralènes. Depuis les années 1930, les PCB étaient utilisés dans l’industrie pour leurs qualités d’isolation électrique, de lubrification et de d’ininflammabilité. On les retrouvait comme isolants dans les transformateurs électriques et les condensateurs, comme lubrifiants dans les turbines et les pompes ou comme composants d’huiles, de soudures, d’adhésifs, de peintures et de papiers autocopiants.

Commentaires

La conscience professionnelle d'un artisan qui a des obligations de résultats n'est pas de mise pour nos élus.

Il faut faire voter une loi qui interdit les cumuls de mandat et qui rend responsable l'élu qui investit avec les deniers du peuple sur ses propres deniers et ceux de sa famille.

Pour une vraie démocratie faire que le vote blanc ne soit pas nul.

Mais tout ça est un rêve qui n'arrivera qu'après une révolution ou une guerre, je fais confiance à la bêtise humaine comme vous pouvez le voir. Ecrit par : miam miam | 02.08.2008

LES LECONS DU PASSE NE PROFITENT JAMAIS A NOS ELUS
Action Santé Libertés – Paris,France
Nous récidivons avec les dioxines hautement cancérigènes et principalement produites dans les incinérateurs des usines de retraitement des déchets,


Avec mes meilleures salutations.

François de Siebenthal
Invitation:

http://www.union-ch.com/articles.php?lng=fr&pg=267
In english: http://www.union-ch.com/articles.php?lng=en&pg=267
http://desiebenthal.blogspot.com/
http://ferraye.blogspot.com/
www.de-siebenthal.com

skype siebenthal
00 41 21 652 54 83
021 652 55 03
FAX: 652 54 11
CCP 10-35366-2

Présent :
La femme est, comme toujours, l'avenir de l'homme, et réciproquement. Si qua fata sinant…:-)
http://www.union-ch.com/file/portrait.wmv

www.suisse-plus.com
http://www.non-tridel-dioxines.com/
http://www.m-c-s.ch/ et
www.pavie.ch/mobile
www.pavie.ch
http://ktotv.com/

Expositions aux agents toxiques par nano particules PM1, Les incinéra “tueurs” trop dangereux…

Ces nano particules, dans près d'un milliard de m3 d'air pollué par année pour un seul incinéra-tueurs, passent des poumons au sang, puis aux organes (dont le cerveau) qui tombent alors gravement malades et qui provoque une mort horrible ou même de l'Alzheimer.

La question de la filtration des fumées est très délicate et actuellement trop négligée. Les filtres perdent en efficacité lorsque la taille de nanomatériaux est comprise entre 100 et 1.000 nanomètres (nm), l'efficacité la plus basse se situant entre 200 et 300 nm. On constate un regain d'efficacité pour les très petites particules (entre 2 et 100 nm). Les masques filtrants, eux, sont qualifiés pour des particules de l'ordre de 150 nm. Il faudrait les qualifier pour des tailles inférieures, car la fraction la plus pénétrante se situe vers 30 nm.

 imprimer le document Envoyer ce document

Zoom sur le contenu Augmenter la taille du texte Diminuer la taille du texte

Nanomatériaux: «Les entreprises ne savent pas forcément qu'elles en utilisent»

01/08/2008 11:03
David Vernez est adjoint au chef du département des expertises en santé-environnement-travail de l'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail (Afsset), et s'occupe de la partie «expologie» (1) du département. Il revient pour le JDLE sur l'avis rendu la semaine dernière par l'Afsset sur les nanomatériaux et sur la sécurité au travail (2).

Analyser

dans le JDLE Nanomatériaux: un avis sur la santé des travailleurs
 
Pourquoi les nanomatériaux constituent-ils une source de risque particulier pour les travailleurs? En réalité, les nanomatériaux concernent tout le monde. On en trouve déjà dans les produits d'utilisation courante (plastique, papeterie, cosmétique, alimentation…). Au niveau du grand public, les nanomatériaux se trouvent principalement dans des matrices solides et liquides, par exemple à l'intérieur d'une crème solaire ou d'un pneu. Les risques d'aérosolisation sont donc moins grands. L'exposition est potentiellement plus importante lors de la production et concernant les usages industriels, car les quantités sont plus importantes et l'on peut retrouver cette fois des nanomatériaux sous forme de poudre. Or, l'inhalation est la voie principale d'exposition à ces produits. Il est donc logique -et important- que l'exposition des travailleurs ait été traitée en priorité. La question de l'exposition du grand public fera l'objet d'une prochaine expertise de l'Afsset. Quels sont les risques encourus par les travailleurs? L'avis conclut à des risques potentiels. Il n'est pas simple de quantifier les risques. Un même nanomatériau, par exemple l'oxyde de titane, notamment utilisé dans les crèmes solaires, peut avoir plusieurs structures et morphologies possibles et donc des réactivités différentes. Il va falloir examiner la toxicité des nanomatériaux au cas par cas. C'est un travail extrêmement important, et en l'état actuel des connaissances et en l'absence du recul nécessaire, nous n'avons pas de certitudes sur leurs effets à long terme. Des études et des résultats d'expérimentation animale sortent, mais qui concernent chaque fois un seul nanomatériau, ce qui n'augure en rien des autres. Ce que l'on sait actuellement avec certitude, c'est que certains nanomatériaux sont capables de franchir les barrières naturelles de l'organisme, et ce principalement par voie d'inhalation. Il est donc préférable par précaution de prendre toutes les mesures nécessaires pour supprimer ou réduire les expositions. C'est l'objet des bonnes pratiques du rapport. Pourquoi seuls 39 entreprises et laboratoires de recherche, sur 219 questionnaires envoyés, ont-ils répondu à votre questionnaire visant à connaître leurs manières de réduire l'exposition de leurs employés ? Les grosses productions se limitent à quelques familles de nanomatériaux –dioxyde de titane, carbonate de silicium, silice et alumine– associées à de grandes entreprises qui ont répondu au questionnaire. En termes de tonnage, les 39 entreprises et laboratoires qui ont répondu représentent la majorité de la production. Le faible taux de réponse s'explique sans doute par la forte concurrence qui règne dans le domaine du développement des nanomatériaux. Le questionnaire, relativement précis, a peut-être rebuté les entreprises qui ne souhaitaient pas dévoiler leurs procédés.
Des questions de définition sont aussi en cause. Les entreprises qui manipulent des agglomérats ont tendance à considérer qu'il ne s'agit pas de nanomatériaux, et de ce fait ne se sentent pas concernées par ce questionnaire, alors que l'Afsset considère les agrégats comme faisant partie des nanomatériaux. Ce qui est important, c'est que nous avons eu la réponse des entreprises produisant de gros tonnages, et que les résultats ne sont pas discordants entre les bonnes pratiques internationales et nationales. Le nombre relativement faible de réponses n'affecte donc pas la qualité des recommandations proposées.

Comment protéger les travailleurs ? On peut utiliser des moyens similaires à ceux employés contre l'exposition aux poussières et particules fines. Les solutions proposées sont simples. Toute forme de renouvellement d'air ou d'aspiration à la source est efficace, ainsi que le cloisonnement. La question de la filtration de l'air, elle, est plus délicate. Les filtres perdent en efficacité lorsque la taille de nanomatériaux est comprise entre 100 et 1.000 nanomètres (nm), l'efficacité la plus basse se situant entre 200 et 300 nm. On constate un regain d'efficacité pour les très petites particules (entre 2 et 100 nm). Les masques filtrants, eux, sont qualifiés pour des particules de l'ordre de 150 nm. Il faudrait les qualifier pour des tailles inférieures, car la fraction la plus pénétrante se situe vers 30 nm. Quelles autres solutions peut-on appliquer pour réduire l'exposition? Cette famille de composés est complètement nouvelle. Par conséquent, si certains produits ne sont pas identifiés comme nanomatériaux, les entreprises en aval de la production ne sauront pas qu'elles en manipulent. Une des difficultés réside dans la traçabilité des nanomatériaux, d'où notre insistance sur la création d'une base de données recensant tous les produits qui en contiennent.

Concernant l'exposition de la population, le domaine est relativement peu évalué, notamment du fait des difficultés métrologiques que cela pose. Il est déjà difficile d'évaluer le risque au niveau industriel, ce le sera encore plus au niveau de l'environnement car les nanomatériaux sont difficiles à distinguer du bruit de fond. A la demande de l'Afsset, l'Ineris conduit une étude sur l'exposition des riverains à proximité des sites industriels. Par ailleurs, l'Afsset a été saisie, le 28 juillet dernier, pour évaluer les risques concernant la population générale d'ici la mi-2009.

Vous refaites des recommandations déjà exprimées dans votre premier avis, comme la création d'une base de données et le regroupement à l'échelle nationale des experts. Cela peut paraître décevant… La première expertise a eu des retombées très positives, elle a largement contribué à la forte mobilisation actuelle des acteurs publics. Une bonne partie des recommandations du premier rapport ont été suivies: implication de l'Etat français dans la rédaction d'une norme Iso, dans les groupes de travail de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Ce n'est pas le cas de toutes les recommandations évidemment, même si certaines font encore l'objet de discussions. Nous avons repris dans ce rapport celles qui nous semblaient toujours d'actualité.

(1) L'expologie est la science de l'évaluation des expositions aux agents toxiques

(2) Voir l'article du JDLE «Nanomatériaux: un avis sur la santé des travailleurs»




Avec mes meilleures salutations.

François de Siebenthal
Invitation:

http://www.union-ch.com/articles.php?lng=fr&pg=267
In english: http://www.union-ch.com/articles.php?lng=en&pg=267
http://desiebenthal.blogspot.com/
http://ferraye.blogspot.com/
www.de-siebenthal.com

skype siebenthal
00 41 21 652 54 83
021 652 55 03
FAX: 652 54 11
CCP 10-35366-2

Présent :
La femme est, comme toujours, l'avenir de l'homme, et réciproquement. Si qua fata sinant…:-)
http://www.union-ch.com/file/portrait.wmv

www.suisse-plus.com
http://www.non-tridel-dioxines.com/
http://www.m-c-s.ch/ et
www.pavie.ch/mobile
www.pavie.ch
http://ktotv.com/

Des oeufs contaminés par des dioxines

Des oeufs contaminés par des dioxines.

En mars 2008, une concentration anormale de dioxine dans les oeufs de certaines poules élevées en plein air, aux alentours de Roeulx et Mastaing, est constatée. Une étude met aujourd’hui en évidence le rôle du passé industriel.

Des oeufs contaminés par des résidus industriels
Nord Eclair.fr – Roubaix,France
Les dioxines en question sont des PCB, dérivés chimiques chlorés plus connus sous le nom de pyralènes, interdits en France depuis 20 ans mais qui peuvent

Avec mes meilleures salutations.

François de Siebenthal
Invitation:

http://www.union-ch.com/articles.php?lng=fr&pg=267
In english: http://www.union-ch.com/articles.php?lng=en&pg=267
http://desiebenthal.blogspot.com/
http://ferraye.blogspot.com/
www.de-siebenthal.com

skype  siebenthal
00 41 21 652 54 83
021 652 55 03
FAX: 652 54 11
CCP 10-35366-2

Présent :
La femme est, comme toujours, l'avenir de l'homme, et réciproquement. Si qua fata sinant…:-)
http://www.union-ch.com/file/portrait.wmv

www.suisse-plus.com
http://www.non-tridel-dioxines.com/
http://www.m-c-s.ch/   et
www.pavie.ch/mobile
www.pavie.ch
http://ktotv.com/

Traduction »