Mexico deepwater spills, swiss solutions.


To Mr. President BARACK HUSSEIN OBAMA,
To BP Directors

Here’s our NEW open letter urgent, because our various written
proposals and phones calls of May and June have been rejected without serious analysis.

OUR FAST SOLUTIONS:

The nuclear project is not a solution. The evil would be infinitely
worse, the terrible and irreversible breached leaking for years.

Try at least the Swiss solution, it does not cost so much.

Recovery systems and blockage of oil submarines spills.

Armies are able to drop tanks with big parachutes.

We use such parachutes in the first phase, given the urgency drama.
They are dropped above the wells from the air. Once arrived at the
open sea surface, they are kept deployed by elastic poles or any other means a few meters below the water.

Every zenithal hole (top) is equipped with pipes to several layers of
Goretex type material, riveting first emergency phase and led via
submarine or cables fixed on concrete blocks above the wells spilling.

Parachutes are brought into open water and attached to the seabed
(concrete blocks or ground anchors with cables, pulleys or rings) above or
adjacent wells on the run. The flow of oil is recovered by adjusting
the slope of the parachutes, sausage-like tubes filled with air,
attached to parachutes or elastic curved poles.

A part or stretch of parachutes can even stand on the
soil of the sea to raise near 100% of pollution.

The pipes are several layers of fabric, made rigid by braces and
vertical annular tubes of elastic plastic or filled with air as necessary rigidity.

The goretex pipes and parachutes will be calibrated based on the sizes
of the molecules of methane, ethane, propane, butane, hydrogen
sulfide, benzene, methylene chloride and methylene chloride etc and
large molecules of oil, in order to miss the gas but keep the most
toxic and oil, followed by a second phase Velcro.

We are improving.

Given the high gas pressure, these new improved “parachutes” are made
of Kevlar and Goretex, with carbon fiber reinforcement and textile
pipes can be filled with air or plastic elastic poles.
Loads of air are already here, ready to
be triggered. The hole is also equipped at its summit and is
reinforced with Velcro, to avoid leaks in the pipes.

You can superimpose several parachutes on each other to collect all
the leaks, like a waterfall in reverse. Indentations working remotely,
including remote controlled air-filled textile pipes on Velcro,
connections are made on the sides of parachutes to maximize the
harvest. Altitude are remotely controlled according to the currents.
This could even be monitored by cameras, sensors and motors to follow currents and events.

The oil can be sucked to accelerate the process.

The pipes are layered and can be opened or closed all the way like
curtains to several segments, horizontal or vertical, to regulate the
flow and the internal pressure of gas and fluid flow. The pressure of
water is less a problem because the system is open from below.
The various gases  highly toxic can be sorted by vertical pipes done as
Russian dolls, by the dimensions of the small holes in the gore-tex coats.

Hydrogen sulphide (rate accepted: 8 ppb = parts per one billion = parts per
billion, measured rate: 1200 ppb), benzene (rate listed: 4 ppb; rates
measured 3000 ppb), and methylene chloride (rate allowed : 61 ppb,
measured rate: 3000-3400 ppb). These gases can kill men inflicting
every sort of damage to blood and heart, and the deformation of babies
before birth. In addition, the last gas (methylene chloride) is
flammable … so under water harvesting and neutralizing should be
agreed with the chemists.

In case of typhoon, everything is harvested in large containers
underwater a few feet under water to be emptied as soon as weather
permits.

Blocking of wells, judo technique, using the HIGH pressure control.

A package of flexible segments directed by pantographs open to
multiple directions of alignment is threaded through the base pipe of
the well. The mounting pressure will bring the device automatically
upwards.
The pressure effect aligns the train made flexible and steerable in
the axis of the upper directional system.
From the first segment, while the train is fitted in the center of a
rod slightly conical controllable remotely by a hydraulic axis stepper
ratchet.

The central stem taper remotely pushes upward and runs up and depart
the train pipe to the desired depth for maximum strength. The pipe
walls made of pliable but resilient (e.g. hard lead or cast lead ) and / or
stainless-steel slotted for a central segment will therefore be
pressed firmly against the other outer pipe already in place.

On this conical stem growing from the bottom-up, is disposed a
screw-type propeller helicoidal Archimedes screw, which initially
is blocked but let the high pression fluids pass,

Then, when desired by remote control, the big screw is released.

Under the effect of pressure, this will rise by departing along the axis of
cone rotation and will automatically block the well. The walls of
pliable but durable stainless steel or cracked and will definitely
locked and sealed. The extreme pressures require extreme metals.

An open valve connectable to the recovery pipe is among the top of the
train segments. It may help fine-tune the flow and recovery of the
well.

A finer adjustment can be made by remotely controlling the central
conical axis along all segments, as many as necessary to resist to the high pressure
all along the first fixed old pipe already in place.

If the old pipe is horizontal, we need to fix roller bearings on the
perimeter of the first new segment entering and also fix metal rolls on the floor
at the entrance to facilitate the horizontal introduction of the new
train of segments.


Copyright: www.suisse-plus.com , Lausanne, Switzerland.
Patent pending
Patented.

More Facts:
You ask questions about what is happening in the Gulf of Mexico near
the U.S. coast?
You’re not alone.
We investigated.

They hide the truth!

… These ‘leaks’ of oil in the Gulf of Mexico. This is not a leak,
it’s a disaster.

According to Pastor Lindsey Williams of the USA (see video DailyMotion
referenced at the end of the article), who interviewed several sources
within BP, operator of the platform that capsized in the Gulf of
Mexico, this is a well drilling at great depths. Already the Russians
began their drilling program SG3 from 1970, digging some 12,000 m
deep, but on earth. Today they run some 310 oil wells of this type,
since 2009 the Russian firm Yukos has exceeded the production of Saudi
Arabia, becoming the largest supplier of oil in the world. It is an
oil ‘abiotic’, that is to say that does not come from the biological
field, but is the result of a chemical process occurring within the
earth, with reservations virtually unlimited reserves of Saudi Arabia,
Africa and Mexico being ‘fed’ by the very deep layer of oil similar in
shape to a huge batholith, actually a kind of huge subterranean sea
similar to the groundwater. The Russians were careful enough to begin
drilling on the land, not by sea as recently oil group BP’s Gulf of
Mexico, where security conditions are much harder to the pressures
encountered in these very deep reservations. BP casting platform in
the Gulf of Mexico was in deep sea of 1600 m, and drilling was below
10,000 m! The drilling of oil normally encounters pressures around 100
bar. But here in the Gulf of Mexico, we speak – but the figures are
never published until now – of pressures ranging from 1400 bar to 4800
bar. By comparison car tires have a pressure of 2.4 bar, 6.9 bar
trucks. No safety valve resists such pressures, and that’s exactly
what happened in the Gulf of Mexico. It dropped, and an explosion
occurred that blew all instrumentation BP submarine, burned the
platform at sea and eventually overwhelms the entire facility.
According to inside information, BP had noticed the malfunction of the
safety valve, but would not stop operating under the pretext: “we have
no time, there continues!”. Then it was fire, explosion and exhaust
underwater oil. At first we talked about a few hundred thousand liters
per day, now we’re 14 million gallons per day (also hidden)! In
addition, the subsea pipeline – under tremendous pressure released by
the safety valve exploded – is cracked in several places, approaching
oil spills up to 12 km away from the American side, according to the
NOA (National Oceanic and Atmospheric Administration Athmospheric ).
Now the U.S. EPA (Environmental Protection Agency) started talking
about gas escaping along with oil, and that their impact could be more
disastrous than those of oil. This highly toxic gas hydrogen sulphide
(rate accepted: 8 ppb = parts per one billion = parts per billion,
measured rate: 1200 ppb), benzene (rate listed: 4 ppb; rates measured
3000 ppb) and methylene chloride (admission rate: 61 ppb; rate
measured: 3000-3400 ppb). These gases may cause death of men by any
kind of damage, including blood and heart, and deformation of babies
before birth. In addition, the latter gas (methylene chloride) is
flammable … These clouds are present to Louisiana, Mississippi and
so on. And no one fails to prevent the population, nor Obama, nor any
member or governor or mayor. The hurricane may bring less now a major
disaster by transporting these massive clouds of gas to the coast, and
even the east coast of the United States. The worst part is that now
discussing with BP, as the ultimate solution, a nuclear explosion
close to the source of less controllable by any other means. Nuclear
power could well block the channel for oil in the best cases, but it
could also open a huge crater directly linking this batholithic oil
into the sea in the Gulf, with incalculable consequences … Of
course, we checked the source this information, the Reverend Lindsey
Williams, and she seemed reliable. He is chaplain for 25 years with
the oil community, including Canada, and has excellent informants in
this environment. His books – often prophetic – are serious and have
not been contradicted by the facts. It was then that we talk about
these things, anxiously awaiting more. God told Noah he would not
destroy the world by water, but it could well allow the world to
destroy itself, by stupidity, if greed and pride of men.
(Cf http://www.dailymotion.com/video/xdnq3n_partie-1-lindsey-williams-explicati_news
from = embed #? start = 2   ).

USA (ru, June 23, 2010): Our new UK are not here to scare anyone, but
when there are serious realities that are intentionally obscured by
the secret powers, if there are no Christians for crying out loud
these truths, who says? This is the truth that will set us free.
Without it, no human action has no sound basis.

Riki Ott confirms certain about Lindsey Williams. People are already
beginning to be sick.

http://www.dailymotion.com/video/xdqs98_maree-noire-golfe-du-mexique-bp- . ..

BP NEW REVELATIONS Overwhelmed
This is an internal document released to the BP group on Sunday who
set fire to the powder. It shows that the amount of oil leaking from
damaged wells in the Gulf of Mexico could eventually reach 100,000
barrels per day.

! Black Tide Gulf Of Mexico: BP Cache Proofs!

Riki Ott confirms certain about Lindsey Williams (see
http://www.dailymotion.com/video/xdnq3n_partie-1-lindsey-williams-explicati_news )
.
The workers, divers and surfers are already scheduled to be sick.

We hope that this new message will finally reach you. We are at your disposal for any question. Please, tell us all the facts, we will find a good solution.

We present to you, your family and your staff, Mr. President, our respectful greetings.

Yes, we can do it.

Francis von Siebenthal

‘Leakage’ of oil in the Gulf of Mexico. The facts, the non-nuclear solutions.

Recovery systems and blockage of oil submarines Deepwater.

As souvenir:

http://www.thepilotnews.com/content/view/113334/86/

Deepwater in Mexico. SOLUTIONS.

Monsieur le Président

Voici notre NOUVELLE lettre ouverte urgente, vu que nos diverses propositions du mois de mai ont été refusées sans analyse sérieuse par BP.

NOS SOLUTIONS RAPIDES:

Le projet nucléaire n’est pas une solution. Le mal serait infiniment pire, la brèche terrible et irréversible.

Essayez au moins la solution suisse, elle ne coûte pas cher.

Systèmes de récupération et de blocages des puits de pétrole sous-marins.

Les militaires sont capables de parachuter des tanks.

Nous utilisons de tels parachutes dans une première phase, vu l’urgence dramatique.
Ils sont lâchés au-dessus des puits, dans l’air. Une fois arrivés ouverts à la surface de la mer, ils restent déployés à quelques mètres sous l’eau et les trous zénithaux ( au sommet) sont équipés de tuyaux à plusieurs couches en tissu du type Goretex, par rivetage en première phase  d’urgence puis amené par des sous-marins au-dessus des puits en fuite.

Les parachutes sont amenés ouverts dans l’eau et fixés au fond de la mer ( blocs de bétons au sol ou ancres avec des poulies ou anneaux ) au-dessus ou à côté des puits en fuite. Les flux de pétrole sont récupérés en réglant la pente des parachutes, par des boudins plus ou moins remplis d’air préfixé aux parachutes. Un pan des parachutes peut même reposer au fond afin de récolter 100 % de la pollution.

Les tuyaux sont à plusieurs couches de tissus, rendus rigides par des corsets annulaires et verticaux de tuyaux remplis d’air en fonction des besoins de rigidité.

Le goretex des tuyaux et des parachutes sera calibré en fonction des molécules de méthane, éthane, propane, butane Sulfure d’hydrogène, de benzène, de chlorure de méthylène et de chlorure de méthylène et des grosses molécules du pétrole, afin de laisser échapper les gaz mais de conserver les plus toxiques et le pétrole,  puis par velcro dans une 2ème phase.

Nous les améliorons ainsi.

Vu la haute pression des gaz, ces nouveaux parachutes sont fabriqués en kevlar et goretex, avec des armatures en fibre de carbone et des boudins pouvant être remplis d’air. Les charges d’air sont déjà là, prêtes à être déclenchées. Le trou somital en est aussi équipé et est renforcé de velcro, ainsi que les tuyaux de fuite.

On peut superposer plusieurs parachutes les uns sur les autres afin de récolter toutes les fuites, comme une cascade à l’envers. Des échancrures ouvrables à distance, notamment par boudins d’air télécommandées sur des liaisons velcro, sont faites sur les côtés des parachutes pour maximiser la récolte.

Le pétrole peut être aspiré pour accélérer le processus.

Les tuyaux sont à plusieurs couches et peuvent être ouverts ou fermés tout du long comme des rideaux à plusieurs segments, horizontaux ou verticaux, afin de régler le débit et la pression interne des gaz et la fluidité du débit. La pression n’est un problème vu que le système est ouvert par en bas.
Les différents gaz hautement toxiques sont triés par les tuyaux en poupées russes verticaux, par les dimensions des trous gore-tex de chaque couche. Sulfure d’hydrogène (taux admis : 8 ppb = parts per billion = particules par milliard ; taux mesuré : 1200 ppb), de benzène (taux admis : 4 ppb ; taux mesuré : 3000 ppb), et de chlorure de méthylène (taux admis : 61 ppb ; taux mesuré : 3000 à 3400 ppb). Ces gaz peuvent causer la mort des hommes par toute sorte de dommages, notamment sanguins et cardiaques, et la déformation des bébés avant naissance. En plus, le dernier gaz (chlorure de méthylène) est inflammable…donc récolte sous l’eau et neutralisation sous l’eau, à définir avec les chimistes.

En cas de typhon, tout est récolté dans de grands conteneurs sous-marins à quelques mètres sous l’eau qui seront vidés dès que le temps le permettra.

Blocage des puits, technique du judoka, utilisation de la FORTE pression pour la contrôler.

Un train de segments  flexibles dirigés par des cardans pantographes ouverts à de multiples directions d’alignement est enfilé dans le tuyau de base du puits. La pression montante alignera le dispositif automatiquement sur le flux montant.
La pression aligne en effet ce train rendu souple et dirigeable dans l’axe par le système directionel supérieur.
Dès le premier segment, tout le train est équipé en son centre d’une tige légèrement conique commandable à distance par un axe hydraulique pas à pas à cliquet.

La tige centrale conique  commandée à distance exerce une pression de bas en haut et fait monter et s’écarter le train de tuyaux à la profondeur voulue pour avoir le maximum de résistance.. Ce tuyau faits de parois malléables mais résistantes ( plomb durci ) et/ou en acier-inox fendu pour un segment central va donc se plaquer fortement contre l’autre tuyau extérieur déjà en place.

Sur cette tige conique de plus en plus large de bas en haut, est disposé en plus une vis hélice écartable de type Archimède sans fin, qui, au début, est bloquée, puis, dès que désiré et par télécommande, est libérée et, sous l’effet de la pression, va monter  en s’écartant le long de l’axe conique à cliquet. Les parois malléables mais résistantes ou en acier-inox fendu seront ainsi définitivement bloquées et étanches. Les pressions extrêmes demandent des métaux extrêmes.

Une vanne ouverte connectable au tuyau de récupération fait partie du haut de ce train de segments. Elle pourra permettre de régler plus finement le débit du puits ainsi récupéré.

Un réglage encore plus fin peut-être effectué par la tige centrale conique commandée à distance.

Si le tuyau est horizontal, on y rajoute des roulements à billes sur le pourtour au premier segment et des rouleaux fixes sur le sol, à l’entrée pour faciliter l’introduction horizontale .
Copyright: www.familiaplus.com , Lausanne Suisse.
Patent pending
Patented.




Les faits:

Vous vous posez des questions au sujet de ce qui se passe actuellement dans le Golfe de Mexique, près des côtes américaines ?
Vous n’êtes pas les seuls.
Nous avons enquêté.

On vous cache la vérité !

… Il s’agit des ‘fuites’ de pétrole dans le Golfe de Mexique. Ce n’est pas une fuite, c’est un désastre.

Selon le Pasteur Lindsey Williams des Etats Unis (cf. vidéo DailyMotion référencée en fin d’article) qui a interviewé plusieurs sources à l’intérieur de BP, exploitant de la plateforme qui a chaviré dans le Golfe de Mexique, il s’agit là d’un puits de forage à très grande profondeur. Déjà les Russes avaient commencé leur programme de forage SG3 à partir de 1970, creusant à quelques 12.000 m de profondeur, mais sur terre. Aujourd’hui ils exploitent quelques 310 puits de pétrole de ce type, et depuis 2009 la firme IOUKOS russe a dépassé la production de l’Arabie Saoudite, devenant ainsi le plus grand fournisseur de pétrole du monde. Il s’agit d’un pétrole ‘abiotique’, c’est-à-dire qui ne provient pas du domaine biologique, mais qui est le résultat d’un processus chimique se produisant à l’intérieur de la terre, avec des réserves quasiment illimitées, les réserves d’Arabie Saoudite, d’Afrique et du Mexique étant ‘alimentées’ par cette strate très profonde de pétrole de forme similaire à un énorme batholite, en réalité une sorte d’immense mer souterraine similaire à la nappe phréatique. Les Russes étaient assez prudents pour entreprendre ces forages sur terre, en non pas en mer comme l’a récemment fait le groupe pétrolier BP au Golfe de Mexique où les conditions de sécurité sont beaucoup plus difficiles face aux pressions rencontrées dans ces réserves très profondes. La plateforme BP coulée dans le Golfe de Mexique se trouvait en mer profonde de 1600 m, et le forage au-dessous était de 10.000 m ! Les forages de pétrole rencontrent normalement des pressions autour de 100 bar. Mais ici, au Golfe de Mexique, on parle – mais ce sont des chiffres jamais publiés jusqu’aujourd’hui – de pressions variant entre 1400 bar à 4800 bar. Par comparaison les pneus des voitures ont une pression de 2,4 bar, les camions 6,9 bar… Aucune valve de sûreté résiste à de telles pressions, et c’est exactement ce qui s’est passé dans le Golfe de Mexique. Elle a lâché, et une explosion s’est produite qui a soufflé tout l’appareillage BP sous-marin, incendié la plateforme sur mer et finalement fait chavirer toute l’installation. Selon des informations intérieures, BP avait remarqué le dysfonctionnement de la valve de sûreté, mais n’aurait pas arrêté l’exploitation sous le prétexte : « on n’a pas le temps, on continue ! ». Ensuite c’était l’incendie, l’explosion et l’échappement sous-marin du pétrole. Au début on parlait de quelques centaines de milliers de litres par jour, aujourd’hui nous sommes à 14 millions de litres par jour (également dissimulés) ! En plus, le pipeline sous-marin – sous cette pression énorme libérée par la valve de sûreté explosée – est fissuré à plusieurs endroits, approchant les fuites de pétrole jusque 12 km seulement de la côté américaine, selon la NOA (National Oceanic and Athmospheric Administration).
Maintenant la EPA américaine (Environmental Protection Agency) commence à parler de gaz qui s’échappent en même temps avec le pétrole, et que leur impact pourrait être plus désastreux encore que ceux du pétrole. Il s’agit des gaz hautement toxiques Sulfure d’hydrogène (taux admis : 8 ppb = parts per billion = particules par milliard ; taux mesuré : 1200 ppb), de benzène (taux admis : 4 ppb ; taux mesuré : 3000 ppb), et de chlorure de méthylène (taux admis : 61 ppb ; taux mesuré : 3000 à 3400 ppb). Ces gaz peuvent causer la mort des hommes par toute sorte de dommages, notamment sanguins et cardiaques, et la déformation des bébés avant naissance. En plus, le dernier gaz (chlorure de méthylène) est inflammable… Ces nuages vont actuellement vers la Louisiane, le Mississipi etc., sans que personne ne prévienne la population, ni le président Obama, ni aucun gouverneur ou député ou maire. Le moindre ouragan pourra amener désormais un désastre majeur en transportant ces nuages de gaz massivement vers les côtes, et même jusqu’à la côte est des Etats Unis. Le pire, c’est qu’on discute maintenant chez BP, comme ultime solution, d’une explosion nucléaire pour fermer la source de moins en moins contrôlable par tout autre moyen. La puissance nucléaire pourrait parfaitement boucher le canal de pétrole, dans le meilleur des cas, mais il pourrait aussi ouvrir un cratère énorme reliant directement ce batholite de pétrole à la mer du Golfe, avec des conséquences incalculables… Bien sûr, nous avons vérifié la source de ces informations, le Révérend Lindsey Williams, et elle nous a paru fiable. Il est depuis 25 ans aumônier auprès des milieux du pétrole, notamment ceux du Canada, et dispose d’excellents informateurs dans ce milieu. Ses livres – souvent prophétiques – sont sérieux et n’ont pas été contredits par la réalité des faits. Il fallait donc que nous vous parlions de ces choses-là, en attendant avec inquiétude la suite. Dieu a dit à Noé qu’il ne ferait pas périr le monde par l’eau, mais Il pourrait parfaitement permettre que le monde se détruise par lui-même, par la bêtise, sinon la cupidité et l’orgueil des hommes.


Riki Ott confirme certains propos de Lindsey Williams. Les gens commencent déjà à être malades.

“BP NOUVELLES REVELATIONS ACCABLANTES
C’est un document interne au groupe BP rendu public ce dimanche qui a mis le feu aux poudres. Il révèle que la quantité de pétrole qui s’échappe du puits endommagé dans le golfe du Mexique pourrait en définitive atteindre 100 000 barils par jour.

!! Marée Noire Golfe Du Mexique : BP Cache Les Preuves !!

Riki Ott confirme certains propos de Lindsey Williams (voir http://www.dailymotion.com/video/xdnq3n_partie-1-lindsey-williams-explicati_news).
Les travailleurs, surfers et plongeurs réguliers commencent déjà à être malades.

Nous espérons que ce nouveau message vous atteindra enfin.

Une NOUVELLE ET MEILLEURE traduction suivra.

Nous vous présentons, Monsieur le Président, nos salutations respectueuses.

François de Siebenthal


++ 41 21 616 88 88

‘Fuites’ de pétrole dans le Golfe de Mexique. Les faits, les solutions non-nucléaires.

Systèmes de récupération et de blocages des puits de pétrole sous-marins deepwater.

http://www.thepilotnews.com/content/view/113334/86/

Driving in Rain: Some Lifesavers –

Driving in the rain — this may save lifes.    
  

How to achieve good vision while driving during a heavy downpour.

We are not sure why it is so effective; just try this method when it rains heavily. This method was given me by a Police friend who had experienced and confirmed it. It is useful….even driving at night. One method used by Canadian Military Drivers for years.

Most of the motorists would turn on HIGH or FASTEST SPEED of the wipers during heavy downpour, yet the visibility in front of the windshield is still bad……

In the event you face such a situation, just try your SUN GLASSES (any model will do), and miracle! All of a sudden, your visibility in front of your windshield is perfectly clear, as if there is no rain.

Make sure you always have a pair of SUN GLASSES in your car, as you are not only helping yourself to drive safely with good vision, but also might save your friend's life by giving him this idea..

Try it yourself and share it with your friends! Amazing, you still see the drops on the windshield, but not the sheet of rain falling.

You can see where the rain bounces off the road. It works to eliminate the "blindness" from passing semi's spraying you too.

Or the "kickup" if you are following a semi or car in the rain. They ought to teach that little tip in driver's training. It really does work..
And for a similar reason, why "Fog" lights must make WHITE light, or else are useless in FOG
Those YELLOW "FOG"lights are great in those blinding night SNOWstorms, and those big snowflakes become virtually invisible.
But YELLOW is useless in RAIN, FOG.

This next warning is a another good one! I wonder how many people know about this:

A 36 year old female had an accident several weeks ago and totaled her car. A resident of Kinburn, Ontario was traveling between Kinburn & Ottawa. It was raining, though not excessively, when her car suddenly began to hydro-plane and literally flew through the air.. She was not seriously injured but very stunned at the sudden occurrence!

When she explained to the OPP Officer what had happened he told her something that every driver should know – NEVER DRIVE IN THE RAIN WITH YOUR CRUISE CONTROL ON . She thought she was being cautious by setting the cruise control and maintaining a safe consistent speed in the rain. But the Officer told her that if the cruise control is on when your car begins to hydro-plane and your tires lose contact with the pavement, your car will accelerate to a higher rate of speed making you take off like an airplane. She told the OPP Officer that was exactly what had occurred.

The Officer said this warning should be listed, on the driver's seat
sun-visor – NEVER USETHE CRUISE CONTROL WHEN
THE PAVEMENT IS WET OR ICY, along with the airbag warning. We tell our teenagers to set the cruise control and drive a safe speed – but we don't tell them to use the cruise control only when the pavement is dry.

The only person the accident victim found, who knew this (besides the officer), was a man who had a similar accident, totaled his car and sustained severe injuries.

NOTE: Some vehicles (like the Toyota Sienna Limited XLE) will not allow you to set the cruise control when the windshield wipers are on. If you send this to 15 people and only one of them doesn't know about this, then it was all worth it.. You might have saved a life. 

‘Fuites’ de pétrole dans le Golfe de Mexique. Les faits, les solutions non-nucléaires.

Vous vous posez des questions au sujet de ce qui se passe actuellement dans le Golfe de Mexique, près des côtes américaines ?
Vous n’êtes pas les seuls.
Nous avons enquêté.

… Il s’agit de la ‘fuites’ de pétrole dans le Golfe de Mexique. Ce n’est pas une fuite, c’est un désastre. Selon le Pasteur Lindsey Williams des Etats Unis (cf. vidéo DailyMotion référencée en fin d’article) qui a interviewé plusieurs sources à l’intérieur de BP, exploitant de la plateforme qui a chaviré dans le Golfe de Mexique, il s’agit là d’un puits de forage à très grande profondeur. Déjà les Russes avaient commencé leur programme de forage SG3 à partir de 1970, creusant à quelques 12.000 m de profondeur, mais sur terre. Aujourd’hui ils exploitent quelques 310 puits de pétrole de ce type, et depuis 2009 la firme IOUKOS russe a dépassé la production de l’Arabie Saoudite, devenant ainsi le plus grand fournisseur de pétrole du monde. Il s’agit d’un pétrole ‘abiotique’, c’est-à-dire qui ne provient pas du domaine biologique, mais qui est le résultat d’un processus chimique se produisant à l’intérieur de la terre, avec des réserves quasiment illimitées, les réserves d’Arabie Saoudite, d’Afrique et du Mexique étant ‘alimentées’ par cette strate très profonde de pétrole de forme similaire à un énorme batholite, en réalité une sorte d’immense mer souterraine similaire à la nappe phréatique. Les Russes étaient assez prudents pour entreprendre ces forages sur terre, en non pas en mer comme l’a récemment fait le groupe pétrolier BP au Golfe de Mexique où les conditions de sécurité sont beaucoup plus difficiles face aux pressions rencontrées dans ces réserves très profondes. La plateforme BP coulée dans le Golfe de Mexique se trouvait en mer profonde de 1600 m, et le forage au-dessous était de 10.000 m ! Les forages de pétrole rencontrent normalement des pressions autour de 100 bar. Mais ici, au Golfe de Mexique, on parle – mais ce sont des chiffres jamais publiés jusqu’aujourd’hui – de pressions variant entre 1400 bar à 4800 bar. Par comparaison les pneus des voitures ont une pression de 2,4 bar, les camions 6,9 bar… Aucune valve de sûreté résiste à de telles pressions, et c’est exactement ce qui s’est passé dans le Golfe de Mexique. Elle a lâché, et une explosion s’est produite qui a soufflé tout l’appareillage BP sous-marin, incendié la plateforme sur mer et finalement fait chavirer toute l’installation. Selon des informations intérieures, BP avait remarqué le dysfonctionnement de la valve de sûreté, mais n’aurait pas arrêté l’exploitation sous le prétexte : « on n’a pas le temps, on continue ! ». Ensuite c’était l’incendie, l’explosion et l’échappement sous-marin du pétrole. Au début on parlait de quelques centaines de milliers de litres par jour, aujourd’hui nous sommes à 14 millions de litres par jour (également dissimulés) ! En plus, le pipeline sous-marin – sous cette pression énorme libérée par la valve de sûreté explosée – est fissuré à plusieurs endroits, approchant les fuites de pétrole jusque 12 km seulement de la côté américaine, selon la NOA (National Oceanic and Athmospheric Administration). Maintenant la EPA américaine (Environmental Protection Agency) commence à parler de gaz qui s’échappent en même temps avec le pétrole, et que leur impact pourrait être plus désastreux encore que ceux du pétrole. Il s’agit des gaz hautement toxiques Sulfure d’hydrogène (taux admis : 8 ppb = parts per billion = particules par milliard ; taux mesuré : 1200 ppb), de benzène (taux admis : 4 ppb ; taux mesuré : 3000 ppb), et de chlorure de méthylène (taux admis : 61 ppb ; taux mesuré : 3000 à 3400 ppb). Ces gaz peuvent causer la mort des hommes par toute sorte de dommages, notamment sanguins et cardiaques, et la déformation des bébés avant naissance. En plus, le dernier gaz (chlorure de méthylène) est inflammable… Ces nuages vont actuellement vers la Louisiane, le Mississipi etc., sans que personne ne prévienne la population, ni le président Obama, ni aucun gouverneur ou député ou maire. Le moindre ouragan pourra amener désormais un désastre majeur en transportant ces nuages de gaz massivement vers les côtes, et même jusqu’à la côte est des Etats Unis. Le pire, c’est qu’on discute maintenant chez BP, comme ultime solution, d’une explosion nucléaire pour fermer la source de moins en moins contrôlable par tout autre moyen. La puissance nucléaire pourrait parfaitement boucher le canal de pétrole, dans le meilleur des cas, mais il pourrait aussi ouvrir un cratère énorme reliant directement ce batholite de pétrole à la mer du Golfe, avec des conséquences incalculables… Bien sûr, nous avons vérifié la source de ces informations, le Révérend Lindsey Williams, et elle nous a paru fiable. Il est depuis 25 ans aumônier auprès des milieux du pétrole, notamment ceux du Canada, et dispose d’excellents informateurs dans ce milieu. Ses livres – souvent prophétiques – sont sérieux et n’ont pas été contredits par la réalité des faits. Il fallait donc que nous vous parlions de ces choses-là, en attendant avec inquiétude la suite. Dieu a dit à Noé qu’il ne ferait pas périr le monde par l’eau, mais Il pourrait parfaitement permettre que le monde se détruise par lui-même, par la bêtise, sinon la cupidité et l’orgueil des hommes. (Cf : http://www.dailymotion.com/video/xdnq3n_partie-1-lindsey-williams-explicati_news#from=embed?start=2  ).
SOLUTIONS:
Le nucléaire n'est pas une solution. Le mal serait infiniment pire et la brèche terrible.

Systèmes de récupération et de blocages des puits de pétrole sous-marins deepwater.

 Systèmes de récupération et de blocages des puits de pétrole sous-marins.

Les militaires sont capables de parachuter des tanks.

Nous utilisons de tels parachutes dans une première phase, vu l'urgence dramatique. Ils sont lâchés au-dessus des puits, dans l'air. Une fois arrivés ouverts à la surface de la mer, ils restent déployés à quelques mètres sous l'eau et les troux somitaux sont équipés de tuyaux à plusieurs couches en tissu du type Goretex, par rivetage en première phase  d'urgence puis amené par des sous-marins au-dessus des puits en fuite.

Les parachutes sont amenés ouverts dans l'eau et fixés au fond de la mer ( blocs de bétons au sol ou ancres avec des poulies ou anneaux ) au-dessus ou à côté des puits en fuite. Les flux de pétrole sont récupérés en réglant la pente des parachutes, par des boudins plus ou moins remplis d'air préfixé aux parachutes. Un pan des parachutes peut même reposer au fond afin de récolter 100 % de la pollution.

Les tuyaux sont à plusieurs couches de tissus, rendus rigides par des corsets annulaires et verticaux de tuyaux remplis d'air en fonction des besoins de rigidité.

Le goretex des tuyaux et des parachutes sera calibré en fonction des molécules de méthane, éthane, propane ou butanes et des grosses molécules du pétrole, afin de laisser échapper les gaz mais de conserver les toxiques et le pétrole,  puis par velcro dans une 2ème phase.

Nous les améliorons ainsi.

Vu la haute pression des gaz, ces nouveaux parachutes sont fabriqués en kevlar et goretex, avec des armatures en fibre de carbone et des boudins pouvant être remplis d'air. Les charges d'air sont déjà là, prêtes à être déclenchées. Le trou somital en est aussi équipé et est renforcé de velcro, ainsi que les tuyaux de fuite.

On peut superposer plusieurs parachutes les uns sur les autres afin de récolter toutes les fuites, comme une cascade à l'envers. Des échancrures ouvrables à distance, notamment par boudins d'air télécommandées sur des liaisons velcro, sont faites sur les côtés des parachutes pour maximiser la récolte.

Le pétrole peut être aspiré pour accélérer le processus.

Les tuyaux sont à plusieurs couches et peuvent être ouverts ou fermés tout du long comme des rideaux à plusieurs segments, horizontaux ou verticaux, afin de régler le débit et la pression interne des gaz et la fluidité du débit. La pression n'est un problème vu que le système est ouvert par en bas.Les différents gaz hautement toxiques sont triés par les tuyaux en poupées russes verticaux, par les dimensions des trous gore-tex de chque couche. Sulfure d’hydrogène (taux admis : 8 ppb = parts per billion = particules par milliard ; taux mesuré : 1200 ppb), de benzène (taux admis : 4 ppb ; taux mesuré : 3000 ppb), et de chlorure de méthylène (taux admis : 61 ppb ; taux mesuré : 3000 à 3400 ppb). Ces gaz peuvent causer la mort des hommes par toute sorte de dommages, notamment sanguins et cardiaques, et la déformation des bébés avant naissance. En plus, le dernier gaz (chlorure de méthylène) est inflammable…donc récolte sous l'eau et neutralisation sous l'eau, à définir avec les chimistes.

En cas de typhon, tout est récolté dans de grands conteneurs sous-marins à quelques mètres sous l'eau qui seront vidés dès que le temps le permettra.

Blocage des puits, technique du judoka, utilisation de la pression pour la contrôler.

Un train de segments étanches flexibles dirigés par des cardans panthographes ouverts à de multiples directions d'alignement est enfilé dans le tuyau de base du puit. La pression montante alignera le dispositif automatiquement sur le flux montant.
La pression aligne en effet ce train rendu souple et dirigeable dans l'axe par le système directionel supérieur.
Dès le premier segment, tout le train est équipé en son centre d'une tige lègèrement conique commandable à distance par un axe hydraulique pas à pas à cliquet.

La tige centrale conique  commandée à distance exerce une pression de bas en haut et fait monter et s'écarter le train de tuyaux à la profondeur voulue pour avoir le maximum de résistance.. Ce tuyau faits de parois malléables mais résistantes ( plomb durci ) et/ou en acier-inox fendu pour un segment central va donc se plaquer fortement contre l'autre tuyau extérieur déjà en place.

Sur cette tige conique de plus en plus large de bas en haut, est disposé en plus une vis hélice écartable de type Archimède sans fin, qui, au début, est bloquée, puis, dès que désiré et par télécommande, est libérée et, sous l'effet de la pression, va monter  en s'écartant le long de l'axe conique à cliquet. Les parois malléables mais résistantes ou en acier-inox fendu seront ainsi définitivement bloquées et étanches. Les pressions extrêmes demandent des métaux extrêmes.

Une vanne ouverte connectable au tuyau de récupération fait partie du haut de ce train de segments. Elle pourra permettre de régler plus finement le débit du puit ainsi récupéré.

Un réglage encore plus fin peut-être effectué par la tige centrale conique commandée à distance.

Si le tuyau est horizontal, on y rajoute des roulements à billes sur le pourtour au premier segment et des rouleaux fixes sur le sol, à l'entrée pour faciliter l'introduction horizontale .

Copyright: suisse-plus.com, Lausanne Suisse.
Patent pending
Patented.

USA (ru, 23 juin 2010) : Nos nouvelles RU ne sont pas là pour faire peur à qui que ce soit, mais quand il y a des réalités graves qui sont volontairement obscurcies par les pouvoirs secrets, s’il n’y a pas les Chrétiens pour crier haut et fort ces vérités, qui les dira ? C’est la vérité qui nous libérera. Sans elle, aucune action humaine n’a de fondement sûr.

Riki Ott confirme certains propos de Lindsey Williams. Les gens commencent déjà à être malades.
http://www.dailymotion.com/video/xdqs98_maree-noire-golfe-du-mexique-bp-...
"BP NOUVELLES REVELATIONS ACCABLANTES
C’est un document interne au groupe BP rendu public ce dimanche qui a mis le feu aux poudres. Il révèle que la quantité de pétrole qui s’échappe du puits endommagé dans le golfe du Mexique pourrait en définitive atteindre 100 000 barils par jour.

!! Marée Noire Golfe Du Mexique : BP Cache Les Preuves !!

Riki Ott confirme certains propos de Lindsey Williams (voir http://www.dailymotion.com/video/xdnq3n_partie-1-lindsey-williams-explicati_news).
Les travailleurs, surfers et plongeurs réguliers commencent déjà à être malades.

Il faut se dire que les produits chimiques sont encore assez éloignés des côtes mais que les gens commencent déjà à être malades ça fait peur…

Elle confirme également le fait que BP est engagé dans une opération massive pour dissimuler toute information ou toute image qui pourrait avérer l'étendue de la catastrophe… c'est peu dire !

FAITES TOURNER L'INFO ! MERCI !

Systèmes de récupération et de blocages des puits de pétrole sous-marins deepwater.

 Systèmes de récupération et de blocages des puits de pétrole sous-marins.

Les militaires sont capables de parachuter des tanks.

Nous utilisons de tels parachutes dans une première phase, vu l'urgence dramatique. Ils sont lâchés au-dessus des puits, dans l'air. Une fois arrivés ouverts à la surface de la mer, ils restent déployés à quelques mètres sous l'eau et les troux somitaux sont équipés de tuyaux à plusieurs couches en tissu du type Goretex, par rivetage en première phase  d'urgence puis amené par des sous-marins au-dessus des puits en fuite.

Les parachutes sont amenés ouverts dans l'eau et fixés au fond de la mer ( blocs de bétons au sol ou ancres avec des poulies ou anneaux ) au-dessus ou à côté des puits en fuite. Les flux de pétrole sont récupérés en réglant la pente des parachutes, par des boudins plus ou moins remplis d'air préfixé aux parachutes. Un pan des parachutes peut même reposer au fond afin de récolter 100 % de la pollution.

Les tuyaux sont à plusieurs couches de tissus, rendus rigides par des corsets annulaires et verticaux de tuyaux remplis d'air en fonction des besoins de rigidité.

Le goretex des tuyaux et des parachutes sera calibré en fonction des molécules de méthane, éthane, propane ou butanes et des grosses molécules du pétrole, afin de laisser échapper les gaz mais de conserver les toxiques et le pétrole,  puis par velcro dans une 2ème phase.

Nous les améliorons ainsi.

Vu la haute pression des gaz, ces nouveaux parachutes sont fabriqués en kevlar et goretex, avec des armatures en fibre de carbone et des boudins pouvant être remplis d'air. Les charges d'air sont déjà là, prêtes à être déclenchées. Le trou somital en est aussi équipé et est renforcé de velcro, ainsi que les tuyaux de fuite.

On peut superposer plusieurs parachutes les uns sur les autres afin de récolter toutes les fuites, comme une cascade à l'envers. Des échancrures ouvrables à distance, notamment par boudins d'air télécommandées sur des liaisons velcro, sont faites sur les côtés des parachutes pour maximiser la récolte.

Le pétrole peut être aspiré pour accélérer le processus.

Les tuyaux sont à plusieurs couches et peuvent être ouverts ou fermés tout du long comme des rideaux à plusieurs segments, horizontaux ou verticaux, afin de régler le débit et la pression interne des gaz et la fluidité du débit. La pression n'est un problème vu que le système est ouvert par en bas.

En cas de typhon, le pétrole est récolté dans de grands conteneurs sous-marins à quelques mètres sous l'eau qui seront vidés dès que le temps le permettra.

Blocage des puits, technique du judoka, utilisation de la pression pour la contrôler.

Un train de segments étanches flexibles dirigés par des cardans panthographes ouverts à de multiples directions d'alignement est enfilé dans le tuyau de base du puit. La pression montante alignera le dispositif automatiquement sur le flux montant.
La pression aligne en effet ce train rendu souple et dirigeable dans l'axe par le système directionel supérieur.
Dès le premier segment, tout le train est équipé en son centre d'une tige lègèrement conique commandable à distance par un axe hydraulique pas à pas à cliquet.

La tige centrale conique  commandée à distance exerce une pression de bas en haut et fait monter et s'écarter le train de tuyaux à la profondeur voulue pour avoir le maximum de résistance.. Ce tuyau faits de parois malléables mais résistantes ( plomb durci ) et/ou en acier-inox fendu pour un segment central va donc se plaquer fortement contre l'autre tuyau extérieur déjà en place.

Sur cette tige conique de plus en plus large de bas en haut, est disposé en plus une vis hélice écartable de type Archimède sans fin, qui, au début, est bloquée, puis, dès que désiré et par télécommande, est libérée et, sous l'effet de la pression, va monter  en s'écartant le long de l'axe conique à cliquet. Les parois malléables mais résistantes ou en acier-inox fendu seront ainsi définitivement bloquées et étanches.

Une vanne ouverte connectable au tuyau de récupération fait partie du haut de ce train de segments. Elle pourra permettre de régler plus finement le débit du puit ainsi récupéré.

Un réglage encore plus fin peut-être effectué par la tige centrale conique commandée à distance.

Si le tuyau est horizontal, on y rajoute des roulements à billes sur le pourtour au premier segment et des rouleaux fixes sur le sol, à l'entrée pour faciliter l'introduction horizontale .

Copyright: suisse-plus.com, Lausanne Suisse.
Patent pending
Patented.

 

Quel parti défendra la démocratie directe ?

Quel parti défendra la démocratie directe ?

Depuis que l’UDC a fait en sorte que l’accord USA-UBS ne soit pas soumis au référendum facultatif (voir ici), il est évident que la défense de la démocratie directe n’est prioritaire pour aucun parti gouvernemental. Ces partis prétendront soutenir la démocratie directe, mais leurs actes parlent plus fort que leurs discours. Le fossé entre le peuple et ses représentants va conduire à l’émergence d’un nouveau parti.

Une situation pire qu’en 1992

La situation actuelle rappelle la votation de 1992 sur l’espace économique européen où le fossé entre le peuple et les élus a conduit au renforcement massif de l’UDC. Sauf que la situation actuelle est pire. En effet, le peuple a pu trancher la question de l’adhésion à l’espace économique européen, alors qu’il n’a pas pu s’exprimer sur l’accord USA-UBS, ni d’ailleurs sur aucune des péripéties de l’affaire UBS qui pourtant a conduit à mettre en jeu plus de 60 milliards de francs et à violer le principe de non-rétroactivité. De plus, un parti gouvernemental partageait à l’époque le point de vue du peuple, alors qu’aujourd’hui la défense de la démocratie directe n’est prioritaire pour aucun d’entre eux.

L’UDC s’est définitivement disqualifiée

L’UDC continuera vraisemblablement à défendre la démocratie directe avec davantage de conviction que les autres partis gouvernementaux actuels. Mais le peuple ne peut plus compter sur lui pour cette tâche. Ce parti continuera de jouer un rôle utile en évoquant des problèmes que les autres partis feignent de ne pas voir, mais il ne pourra plus être le parti de la démocratie directe.

Le parti socialiste n’a pas vocation à défendre les droits populaires

Le parti socialiste a été le seul parti gouvernemental à vouloir que l’accord USA-UBS soit soumis au référendum facultatif. Mais cette situation est due au hasard et ne reflète pas un attachement particulier aux droits populaires : le parti socialiste aurait sacrifié le référendum si les autres partis avaient accepté d’accorder les concessions exigées sur les bonus et le « too big to fail ». Par ailleurs, les socialistes ont un problème avec la démocratie directe parce qu’elle n’est pas eurocompatible. De plus, ils sont susceptibles de chercher à faire annuler le résultat d’une votation populaire (initiative anti-minarets), d’en pervertir la mise en œuvre ou carrément de vouloir interdire au peuple de se prononcer. Ils ont aussi tendance à vouloir empêcher leurs adversaires de s’exprimer (interdire certaines affiches ou certains arguments), alors que la liberté d’expression est une condition nécessaire au débat public. Le parti socialiste joue un rôle crucial face aux pouvoirs économiques surreprésentés par les autres partis gouvernementaux. Je me réjouis donc de voir le parti socialiste devenir le premier parti suisse aux prochaines élections fédérales. Mais il ne sera pas le parti de la démocratie directe.

Les partis libéral radical, démocrate chrétien et bourgeois démocratique ont prouvé leur mépris pour la démocratie directe

Le parti radical a été jadis le parti de la démocratie directe. Ce temps est révolu depuis longtemps. Il est désormais le parti des prédateurs. Il n’y avait donc rien d’étonnant à ce que ce parti ait bâillonné le peuple à propos de l’accord USA-UBS. Il n’y avait pas non plus de quoi être étonné que le parti démocrate chrétien et le parti bourgeois démocratique aient voté comme les libéraux radicaux. Avec l’UDC, ces partis constituent une représentation surdimensionnée des pouvoirs économiques, et n’ont pas vocation à défendre la démocratie directe.

Les verts et verts libéraux ? Possible, mais peu probable

A priori, pour les mêmes raisons que les socialistes, les verts ne sont pas destinés à devenir le parti de la démocratie directe. Mais le parti vert étant moins rigidifié que le parti socialiste, une mutation n’est pas exclue, même si elle n’est pas très vraisemblable. Pour les même raisons que le parti libéral radical, je vois également mal les verts libéraux considérer la défense de la démocratie directe comme un objectif prioritaire, même si on peut espérer qu’une mutation serait encore plus vraisemblable dans ce parti neuf que chez les verts. Les verts et les verts libéraux jouent un rôle utile pour défendre l’environnement. Il paraît par contre peu probable que l’un d’eux considère comme prioritaire de défendre la démocratie directe.

Les autres partis sont trop faibles et n’ont pas vocation à jouer un rôle de rassembleur

Il reste encore plusieurs petits partis représentés au Parlement. Chacun de ces partis est vraisemblablement trop faible pour pouvoir devenir le parti de la démocratie directe. Il n’est certes pas exclu qu’un tel parti grandisse. Cela pourrait notamment se produire sous l’impulsion d’un leader charismatique qui profite du fossé entre les élus et leurs représentants. Mais ces partis défendent souvent des idéaux peu susceptibles d’emporter l’adhésion d’une grande partie de la population. Il est certes utile que ces voix puissent s’exprimer, mais ces partis n’ont à priori pas vocation à jouer un rôle de rassembleur.

C’est vraisemblablement un nouveau parti qui prendra la défense de la démocratie directe

Le scénario qui me paraît le plus probable est la création d’un nouveau parti dont le nom pourrait être « Démocratie directe ». On dira que la scène politique suisse est déjà passablement encombrée. Mais les rangs des défenseurs de la démocratie directe sont loin d’être encombrés. Pour que ce parti puisse devenir rapidement fort, il faut qu’il attire des personnalités déjà connues. Il faut aussi qu’il rassemble des membres ayant en commun de considérer la défense de la démocratie directe comme prioritaire, mais pouvant avoir des visions divergentes sur la façon de résoudre les autres problèmes auxquels la Suisse fait face. Ainsi, un parlementaire qui ne s’est pas battu jusqu’au bout contre le court-circuitage du peuple lors de l’accord USA-UBS ne devrait pas pouvoir entrer dans ce parti. …

Qui détient les dettes mondiales ?

La question à des milliers de trilliards : qui détient les dettes mondiales ?

Exemple:

La question à plus de 2 000 milliards : qui détient cette nouvelle dette de l’Europe ?

Jack Ewing, The New York Times
18/06/2010 | Mise à jour : 16:27

Les banques ne se font plus confiance, car personne ne sait lesquelles sont le plus exposées au risque de défaut de la Grèce, de l’Espagne et du Portugal.

FRANCFORT — C’est un mystère à 2 000 milliards d’euros.

Ce chiffre représente la somme prêtée par des banques étrangères et autres établissements financiers à des institutions publiques et privées de Grèce, d’Espagne et du Portugal. Ces trois pays sont dans un tel bourbier économique qu’analystes et investisseurs estiment qu’une portion importante de cette dette ne sera jamais remboursée.

Le problème est malheureusement que personne — ni les investisseurs, ni les régulateurs, ni même les banquiers euxmêmes — ne sait quelles sont les banques assises sur les plus grosses montagnes de ces créances douteuses. Cette incertitude, comme toujours en temps de crise économique, a parfois semblé geler un système financier européen déjà fragilisé. Au début du mois de mai, les banques du Vieux Continent, qui détiennent apparemment la moitié de cette dette pharaonique, ont quasiment cessé de se prêter de l’argent. C’est un signe de l’extrême dangerosité de la situation.

Aujourd’hui, alors que les États voient leurs ressources grevées et que les économies européennes inspirent de moins en moins confiance, certains estiment que la meilleure chose à faire pour les banques du continent est de mesurer l’étendue des dégâts avec rigueur et transparence. Tant que cela n’aura pas été fait, personne ne pourra s’attaquer avec efficacité aux problèmes croissants de l’Europe.

Avant le déferlement de la crise grecque, les investisseurs se préoccupaient peu des sommes prêtées par les établissements financiers européens à l’étranger. Leur vulnérabilité face à des économies aussi faibles que celles de la Grèce et du Portugal a donc créé la surprise.

“Tout le monde savait que les dettes étaient très importantes”, déclare Nick Matthews, économiste en chef pour l’Europe de la Royal Bank of Scotland et coauteur du rapport qui établit le montant des sommes dues par les trois pays incriminés “Mais la plupart des gens n’imaginaient pas que les banques étaient à ce point exposées.”

L’inquiétude s’est rapidement propagée au-delà des obligations souveraines émises par ces trois États, ainsi que par l’Irlande et l’Italie, elles aussi gravement endettées. Désormais, la dette privée de ces pays soulève aussi des interrogations, car, lorsque les taux d’intérêts augmentent pour l’État, ils grimpent aussi pour les entreprises. Le 31 mai, la Banque centrale européenne (BCE) a lancé un avertissement : la récession et la hausse du montant des traites peuvent conduire à l’insolvabilité des entreprises.

L’institution de Francfort estime que les plus grandes banques du continent vont passer 123 milliards d’euros de provision pour créances douteuses cette année, puis 105 milliards l’an prochain. Ces sommes seront toutefois compensées par des plus-values réalisées ailleurs.

Selon les analystes de la Royal Bank of Scotland, sur les 2 200 milliards d’euros prêtés par les banques et établissements financiers étrangers à la Grèce, au Portugal et à l’Espagne, 567 milliards constituent la dette souveraine, tandis que 534 autres milliards correspondent à des emprunts des entreprises privées hors secteur bancaire. Les 1 000 milliards restants sont des prêts interbancaires. La crise a débuté en Grèce, mais l’Espagne et son secteur privé ont emprunté bien davantage.

Hormis ces éléments, on connaît très mal le détail de ces emprunts, qui représentent 22 % du PIB européen.

Le 7 mai, le coût, pour les banques européennes, de l’assurance contre le défaut de remboursement a atteint un niveau supérieur à celui constaté après l’effondrement de Lehman Brothers aux États- Unis. Les dirigeants de la BCE ont souligné que la flambée des primes de risque mettait en péril leur capacité à contrôler les taux d’intérêt.

Trois jours plus tard, l’UE et le Fonds monétaire international adoptaient un plan de secours de 750 milliards d’euros. Dans le même temps, et pour la première fois de son histoire, la BCE achetait des bons du trésor pour éviter une liquidation des dettes souveraines, grecque, espagnole et autre.

Il demeure presque impossible de savoir quels établissements sont les plus concernés par les difficultés d’Athènes et éventuellement d’autres pays.

Leurs autorités de régulation respectives savent quels actifs sont détenus par quelles banques dans leur pays. Mais elles rechignent à partager l’information au-delà des frontières. Lucas Papademos, vice-président de la BCE, a déclaré le 31 mai qu’un petit nombre de banques “s’appuyaient excessivement” sur ses lignes de crédit d’urgence.

Mais M. Papademos, dont le mandat s’est achevé le 1er juin, a refusé d’en dire davantage. “Le marché ne sait pas vraiment où se situe le risque réel”, explique Nicolas Véron, économiste à Bruxelles. “Tant qu’il n’y aura pas un semblant de transparence, la confiance dans le système bancaire ne sera pas restaurée.”

Raphael Minder a contribué à ce reportage depuis Madrid.

Mais qui est vraiment derrière tout ce système fou et absurde ?

http://michaeljournal.org/images/Boeuf2.gif
  L'Argent Dette 2 : Promesses Chimériques

 
                        Renflouements, plans de relance, dettes empilées sur d'autres dettes.
                Quand tout cela prendra-t-il fin ?

                Comment sommes-nous arrivés à une situation où il n'y a jamais eu autant de richesse matérielle ni de productivité, et où pourtant tout le monde est endetté

                auprès des banquiers ?

                Et voilà que soudain les banquiers n'ont plus d'argent et que nous, les contribuables, devons les renflouer en nous endettant encore d'avantage !

                L'Argent Dette II (LAD2) explore l'arithmétique déroutante, frauduleuse et destructrice du système monétaire qui nous tient en otages par une dette

                constamment grandissante…

                … et envisage des systèmes novateurs d'avenir.

                        L'Argent Dette 2 : Promesses Chimériques

                        (Paul Grignon 2010 / 90 min / à visionner intégralement et gratuitement en lowfi sur http://www.vimeo.com/8088058 ou http://www.dailymotion.com/video/xbqww7 ).
                        L'Argent Dette : La révision
                        (Paul Grignon 2010 / 53 min / à visionner intégralement et gratuitement en lowfi sur vimeo.com/8116254 ).

                        http://www.moneyasdebt.net (Site officiel Paul Grignon / Anglais)
                        http://www.bankster.tv (Version DVD haute qualité de L'Argent Dette 2 en précommande, disponibilité 2-3 semaines)

                ———————————-

                        « À travers les âges, avec leurs manigances, les hommes rusés ont fait de l'argent un outil pour parvenir à leurs vils objectifs.
                        Avec l'apparition de l'entreprise privée, l'argent utilisé comme moyen de repousser les limites du troc a permis au tricheur d'exploiter l'honnête homme qui,

                        pour se protéger, a fait appel à la protection du gouvernement,
                        mais a vite découvert qu'il faisait face à deux voleurs : le courtier et le pilleur politique qui travaillaient main dans la main contre lui. Avec cette combine,
                        le courtier a acquis le prestige de l'approbation politique accordée en vertu de la loi et l'État a obtenu un moyen douteux d'imposer des impôts aux citoyens
                        (par le biais d'un impôt caché appelé l'inflation). C'est une alliance vicieuse, qui reste vicieuse. »

                        E.C. Reigel (1879-1953) théoricien monétaire et défenseur des consommateurs

               —————————————————————
                        A maintenant 98 ans, notre seul prix Nobel d'économie Français vous invite à vous interroger, peut-être soulevera-t-il chez vous ces sentiments d'injustice et

                        de révolte qui ont animé et animent toujours le coeur de ceux qui participent à l'éveil économique massif par et pour le peuple.

                        « Cette ignorance et surtout la volonté de la cacher grâce à certains médias dénotent un pourrissement du débat et de l'intelligence, par le fait d'intérêts

                        particuliers souvent liés à l'argent.
                        Des intérêts qui souhaitent que l'ordre économique actuel, qui fonctionne à leur avantage, perdure tel qu'il est. Parmi eux se trouvent en particulier
                        les multinationales qui sont les principales bénéficiaires, avec les milieux boursiers et bancaires, d'un mécanisme économique qui les enrichit,
                        tandis qu'il appauvrit la majorité de la population française mais aussi mondiale.

                        Question clé : quelle est la liberté véritable des grands médias ? Je parle de leur liberté par rapport au monde de la finance tout autant qu'aux sphères de la politique.

                        Deuxième question : qui détient de la sorte le pouvoir de décider qu'un expert est ou non autorisé à exprimer un libre commentaire dans la presse ?

                        Dernière question : pourquoi les causes de la crise telles qu'elles sont présentées aux Français par ces personnalités invitées sont-elles souvent le signe

                        d'une profonde incompréhension de la réalité économique ?
                        S'agit-il seulement de leur part d'ignorance ? C'est possible pour un certain nombre d'entre eux, mais pas pour tous. Ceux qui détiennent ce pouvoir de décision
                        nous laissent le choix entre écouter des ignorants ou des trompeurs.»

                        • Maurice Allais. Prix Nobel d'économie.
                        Extrait de "Lettre aux Français : Contre les tabous indiscutés" Marianne n°659, 5 Décembre 2009 

                        Article complet et discussion à suivre ici: etienne.chouard.free.fr/forum/viewtopic.php?pid=8049#p8049

                A consulter également: lacrisedesannees2010.com/article-la-crise-scenario-pour-2010-42124131.html

et www.pavie.ch

Le problème des dettes publiques

English  

(Article d’Alain Pilote, paru dans Vers Demain de juin-juillet 1986.) Tous les pays du monde sont actuellement aux prises avec un problème d'endettement. En 2004, la dette du gouvernement canadien dépasse les 500 milliards $, et celle des Etats-Unis dépasse les 7000 milliards $. Pourquoi tous les pays sont-ils endettés? C'est bien simple: c'est que dans le système actuel, tout argent vient au monde sous forme de dette, et qu'il est impossible de rembourser la dette totale du pays. Cela peut facilement être démontré de façon mathématique, comme le démontre l'exemple qui suit. L'Ile des Naufragés Dans toute société, le système économique peut être divisé en deux: système producteur et système financier. C'est l'exemple de la parabole de L'Ile des Naufragés, de Louis Even: d'un côté, cinq naufragés sur une île, qui produisent les différentes choses nécessaires à la vie; et de l'autre, un banquier qui leur prête de l'argent. Pour simplifier notre example, disons qu'il y a un seul; emprunteur au nom de toute la communauté, que nous appellerons Paul. Paul décide, au nom de la communauté, d'emprunter du banquier un montant suffisant pour faire marcher l'économie sur l'île, disons 100 $, à 6% d'intérêt. A la fin de l'année, Paul doit rembourser l'intérêt de 6% à la banque, soit 6 $. $100 moins 6 $ = 94 $, il reste donc 94 $ en circulation sur l'île. Mais la dette de 100 $ demeure. Le prêt de 100 $ est donc renouvelé, et un autre 6 $ doit être payé à la fin de la deuxième année. 94 $ moins 6 $, il reste 88 $ en circulation. Si Paul continue ainsi à payer 6 $ d'intérêt à chaque année, au bout de 17 ans, il ne restera plus d'argent sur l'île. Mais la dette de 100 $ demeurera, et le banquier sera autorisé à saisir toutes les propriétés des habitants de l'île. La production de l'île avait augmenté, mais pas l'argent. Ce ne sont pas des produits que le banquier exige, mais de l'argent. Les habitants de l'île fabriquaient des produits, mais pas d'argent. Quand bien même les cinq habitants de l'île travailleraient jour et nuit, cela ne fera pas apparaître un sou de plus en circulation. Seul le banquier a le droit de créer l'argent. Il semblerait donc que pour la communauté, il n'est pas sage de payer l'intérêt annuellement. Reprenons donc notre exemple au début. A la fin de la première année, Paul choisit donc de ne pas payer l'intérêt, mais de l'emprunter de la banque, augmentant ainsi le prêt à 106 $. (C'est ce que nos gouvernements font, puisqu'ils doivent emprunter pour payer seulement l'intérêt sur la dette.) «Pas de problème, dit le banquier, cela ne représente que 36¢ de plus d'intérêt, c'est une goutte sur le prêt de 106 $!» La dette à la fin de la deuxième année est donc: 106 $ plus l'intérêt à 6% de 106 $ — 6,36 $ — pour une dette totale de 112,36 $. Au bout de 5 ans, la dette est de 133,82 $, et l'intérêt est de 7,57 $. «Pas si mal, se dit Paul, l'intérêt n'a grossi que de 1,57 $ en 5 ans.» Mais quelle sera la situation au bout de 50 ans? croissance de la dette Dette impayable La dette augmente relativement peu les premières années, mais augmente ensuite très rapidement. A remarquer, la dette augmente à chaque année, mais le montant original emprunté (argent en circulation) demeure toujours le même: 100 $. En aucun temps la dette ne peut être payée, pas même à la fin de la première année: seulement 100 $ en circulation et une dette de 106 $. Et à la fin de la cinquantième année, tout l'argent en circulation (100 $), n'est même pas suffisant pour payer l'intérêt sur la dette: 104,26 $. Tout l'argent en circulation est un prêt, et doit retourner à la banque grossi d'un intérêt. Le banquier crée l'argent et le prête, mais il se fait promettre de se faire rapporter tout cet argent, plus d'autre qu'il ne crée pas. Seul le banquier crée l'argent: il crée le capital, mais pas l'intérêt (Dans l'exemple plus haut, il crée 100 $, mais demande 106 $). Le banquier demande de lui rapporter, en plus du capital qu'il a créé, l'intérêt qu'il n'a pas créé, et que personne n'a créé. La dette publique est faite d'argent qui n'existe pas, qui n'a jamais été mis au monde, mais que le gouvernement s'est tout de même engagé à rembourser. C'est un contrat impossible, que les financiers représentant comme un «contrat saint» à respecter, même si les humains dussent en crever. L'intérêt composé L'augmentation soudaine de la dette après un certain nombre d'années s'explique par l'effet de l'intérêt composé. A la différence de l'intérêt simple, qui est payé seulement sur le capital original emprunté, l'intérêt composé est l'intérêt payé à la fois sur le capital et sur l'intérêt non payé, qui s'additionne au capital. En mettant sur un graphique la dette cumulative des cinq habitants de l'île, où la ligne horizontale est graduée en années, et la ligne verticale graduée en dollars, et en joignant tous les points obtenus pour chaque année par une ligne, nous obtenons une courbe qui permet de mieux voir l'effet de l'intérêt composé et la croissance de la dette: La pente de la courbe augmente peu durant les premières années, mais s'accentue rapidement après 30 ou 40 ans. Les dettes de tous les pays du monde suivent le même principe et augmentent de la même manière. Etudions par exemple la dette du Canada. La dette du Canada La dette fédérale est la somme de tous les déficits budgétaires depuis que le Canada existe (Confédération de 1867). Ainsi, le déficit pour l'année 1996, 32,7 milliards $, s'ajoute à la dette de 1995, 543 milliards $, pour une dette totale de 575 milliards $ en 1996. (Si la dette fédérale a diminué depuis ce temps, c'est que cette dette a été transférée aux provinces, car la dette totale ne peut que continuer d'augmenter.) dette du CanadaLa dette a augmenté sensiblement à la fin des deux guerres mondiales de 1914-1918 et 1939-1945, ce qui peut s'expliquer par le fait que le gouvernement dut emprunter de grandes sommes d'argent pour sa participation à ces deux guerres. Mais ces augmentations de la dette n'ont rien de comparable à la hausse phénoménale des vingt dernières années, alors que la dette passait de 24 milliards $ en 1975 à 224 milliards $ en 1986, puis à 575 milliards $ en 1996, alors que le Canada était en temps de paix et n'a pas eu à emprunter pour la guerre. C'est l'effet de l'intérêt composé, comme dans l'exemple de l'Ile des Naufragés. Dans cet exemple, le taux d'intérêt demeurait à 6%; si ce taux augmente, la dette augmentera encore plus rapidement (on se souviendra qu'en 1981, les taux d'intérêts avaient atteint un sommet de 22%).  Il existe une grande différence entre des taux de 6%, 10%, ou 20%, quand on parle d'intérêt composé. Ainsi, si vous empruntez $1.00 à intérêt composé, voici ce que vous aurez à payer au bout de 100 ans: à 1%………………………..2,75 $
à 2%………………………19,25 $
à 3%…………………….340,00 $
à 10%……………….13 809,00 $
à 12%…………..1 174 405,00 $
à 18%………….15 145 207,00 $
à 24%………..251 799 494,00 $
A 50%, il n'y aurait pas assez d'argent dans le monde entier pour payer votre emprunt d'un dollar! Un autre exemple de l'intérêt composé: un sou (1¢) emprunté à 1% au temps du Christ (1er janvier de l'an 1) aurait donné en 1986 une dette de 3,8 millions $. A 2%, on devrait, non pas le double seulement, mais 314 millions de fois ce montant: 1,2 suivi de 12 zéros (un milliard de millions!). Il existe une formule pour savoir dans combien de temps un montant double à intérêt composé, c'est la «Règle de 72»: Vous divisez 72 par le taux d'intérêt choisi, et cela vous donne le nombre d'années. Par exemple, à 10%, ça prend 7,2 ans pour que le montant double (72 divisé par 10).  Dans son rapport de novembre 1993, le vérificateur général du Canada disait que sur la dette nette de 423 milliards $ accumulée par le gouvernement canadien de 1867 à 1992, seulement 37 milliards $ avaient été dépensés pour des biens et services, alors que le reste (386 milliards $, ou 91% de la dette) consistait en frais d'intérêt, ce qu'il a coûté au gouvernement pour emprunter ce 37 milliards $ (c'est comme si le gouvernement avait emprunté ce 37 milliards $ à un taux de 1043%!). En novembre 1995, une étude du Mouvement Desjardins arrivait à la même conclusion: sur la dette fédérale de 543 milliards $ en date du 31 mars 1995, 487 milliards $ (ou 90%) sont le résultat d'intérêts composés. En d'autres mots, le capital dépensé pour des biens et services a déjà été remboursé plus de dix fois! Tout cela pour démontrer que tout intérêt demandé sur de l'argent créé, même à un taux de 1%, est de l'usure, un vol, une injustice. dette des Etats-UnisLa dette des Etats-Unis suit la même courbe que celle du Canada, mais avec des nombres dix fois plus gros: Comme c'était le cas pour le Canada, les premières hausses significatives de la dette publique des Etats-Unis ont eu lieu durant les périodes de guerre: Guerre Civile américain (1861-65), Première et Deuxième Guerres mondiales. De 1975 à 1986, la dette est passée de 533 milliards $ à 2073 milliards $. En 2004, cette dette atteint les 7000 milliards $. Pour la même période, 1975-1986, la dette du Canada a donc augmenté plus rapidement que celle des Etats-Unis (9,3 fois pour le Canada, contre 3,8 fois pour les Etats-Unis). L'explication: les taux d'intérêts étaient plus hauts au Canada durant la même période. Qu'est-ce qu'un milliard? Quand nous parlons de millions et de milliards, nous parlons de très grosses sommes, qui sont peut-être difficiles à se représenter: Il y a un milliard de secondes, la première bombe atomique n'avait pas encore fait explosion. Il y a un milliard de minutes, le Christ était encore sur la terre. Et pour dépenser un milliard de dollars, un client devrait dépenser 100 $ à la minute pendant 19 ans. Mais quand nous parlons de la dette des Etats-Unis, ce n'est pas de milliards qu'il faut parler, mais de milliers de milliards, ou trillions (1 suivi de 12 zéros). En 1986, la dette des Etats-Unis était de 2 trillions $. 2 trillions de billets de 1 $ placés bout à bout feraient 186 millions de milles de long (300 millions de kilomètres), soit de la terre au soleil aller-retour. Si une personne avait à dépenser 2 trillions $ à un taux de 1900 $ à la minute, cela lui prendrait 2000 ans. En 1981, lorsque la dette des Etats-Unis atteignit le cap du premier trillion de dollars, le Président Reagan illustra ce chiffre par cette comparaison: «Si vous aviez dans votre main une pile de billets de 1000 $ de seulement 4 pouces (10 cm) de hauteur, vous seriez millionnaire. Un trillion de dollars représente une pile de billets de 1000 $ de 67 milles (107 kilomètres) de hauteur.» La pointe de l'iceberg Si les dettes des gouvernements représentent des sommes énormes, elles ne représentent que la pointe de l'iceberg: en plus des dettes publiques, il existe aussi les dettes privées (individus et compagnies)! Ainsi, en 1994, la dette totale du Canada était de 2800 milliards $, avec moins de 600 milliards $ d'argent en circulation. Et et 1992, aux Etats-Unis, la dette publique était de 4000 milliards $ (4 trillions $), et la dette totale, 16 trillions $, avec seulement 950 milliards $ d'argent en circulation. service de la detteLe service de la dette En 1996, le gouvernement canadien a dépensé 49 milliards $ pour payer l'intérêt sur la dette, soit environ un tiers des revenus du gouvernement. Pour financer cette dette, le gouvernement émet des obligations, dont la très grande partie est achetée par les banques et autres institutions financières.  Concernant la vente de ces obligations aux banques, le gouvernement est un vendeur imbécile: il ne vend pas ses obligations aux banques, il en fait cadeau, puisque ces obligations ne coûtent absolument rien aux banques, car elles créent l'argent pour les acheter. Non seulement les banques obtiennent ces obligations pour rien, mais elles en retirent de l'intérêt (payé par les taxes des contribuables). Marriner EcclesWright PatmanEst révélateur sur ce sujet l'échange qui eut lieu entre M. Wright Patman (photo de gauche), Président du Comité de la Chambre des Représentants des Etats-Unis sur la Banque et le Numéraire, et M. Marriner Eccles (photo de droite), Président de la «Federal Reserve Board» (Banque centrale des Etats-Unis), le 30 septembre 1941, au sujet de la création de 2 milliards $ par la «Réserve Fédérale»: Patman: «Où avez-vous pris l'argent pour acheter ces 2 milliards $ d'obligations du gouvernement?» Eccles: «Nous les avons créés.» Patman: «Avec quoi?» Eccles: «Avec le droit d'émettre du crédit, de l'argent.» Patman: «Et il n'y a rien d'autre en arrière, sauf le crédit du gouvernement.» Eccles: «Nous avons les obligations du gouvernement.» Patman: «C'est exact, le crédit du gouvernement.»  La solution: un argent sans dette créé par la société Cela nous met sur la piste de la solution au problème de la dette: si les obligations sont basées sur le crédit du gouvernement, pourquoi le gouvernement a-t-il besoin de passer par les banques pour faire usage de son propre crédit?  voir aussi: Thomas Edison Ce n'est pas le banquier qui donne la valeur à l'argent, mais le crédit du gouvernement, de la société. La seule chose que fait le banquier dans cette transaction, c'est d'apporter une écriture, des chiffres, qui permettent au pays d'utiliseer sa propre capacité de production, de faire usage de ses propres richesses. L'argent n'est pas autre chose que cela: un chiffre. Un chiffre qui donne droit aux produits. L'argent n'est qu'un signe, une création de la loi (Aristote). L'argent n'est pas la richesse, mais le signe qui donne droit à la richesse. Sans produits, l'argent n'a aucune valeur. Alors, pourquoi payer pour des chiffres? Pourquoi payer pour ce qui ne coûte rien à fabriquer? Et puisque cet argent est basé sur la capacité de production de la société, cet argent appartient aussi à la société. Alors, pourquoi la société devrait-elle payer les banquiers pour l'usage de son propre argent? Pourquoi payer pour l'usage d'un bien qui nous appartient? Pourquoi le gouvernement n'émet-il pas directement son argent, sans passer par les banques?  Pas d'inflation «Oui mais, de l'argent fait par le gouvernement, ça va faire de l'inflation!» s'empresseront de dire les économistes. Pour qu'il y ait inflation, il faut qu'il y ait plus d'argent émis que de produits. C'est ce qui est arrivé dans le cas des marks allemands en 1923 et des assignats français de Law en 1790, juste avant la Révolution française (deux exemples que les économistes aiment bien citer pour prouver que l'argent fait par le gouvernement serait cause d'inflation). Ces gouvernements savaient parfaitement bien qu'il y avait plus d'argent que de produits, et que cela allait causer de l'inflation, mais ils ont continué d'émettre de l'argent quand même. C'était une mauvaise comptabilité, et ce n'est pas du tout ce que le Crédit Social propose. Quand le Crédit Social parle d'argent fait par le gouvernement, cela ne veut pas dire que l'argent doit être émis n'importe comment, selon les caprices des hommes au pouvoir: cela veut dire que l'Etat (par un organisme indépendant, qui pourrait très bien être la Banque du Canada), agirait vis-à-vis du volume de l'argent comme un comptable de la production totale du pays.  Ce que le Crédit Social propose, c'est une comptabilité juste, une expression financière exacte des réalités économiques: exprimer la production par un actif, et la destruction, la consommation par un passif, soit garder un équilibre, une relation constante entre l'argent et les produits: ce rapport étant toujours le même, l'argent garderait toujours sa même valeur, et l'inflation serait impossible. Autant d'argent que de produits: c'est la règle d'or pour éviter l'inflation. Et puisque l'argent n'est qu'une affaire de comptabilité, c'est un résultat très facile à obtenir, il n'y a qu'à ajuster les chiffres au niveau de la production. Point n'est besoin de contrôles du gouvernement sur la production pour atteindre ce but, le gouvernement n'a qu'à agir selon les statistiques de la production: créer l'argent au rythme de la production, et le retirer de la circulation au rythme de la consommation. (Ce retrait de l'argent se ferait par un mécanisme d'escompte sur les prix, qui est l'opposé de l'inflation, ou hausse des prix.) Le comptable n'est pas propriétaire de l'argent qu'il compte, il tient les livres. Il ne crée pas les faits, il les relève: l'Etat n'aurait donc rien à avoir avec les choix des citoyens, avec ce que les producteurs font ou ne font pas, ni avec ce que les consommateurs choisissent ou rejettent. En soi, l'argent émis par le gouvernement n'est pas plus inflationniste que celui des banques, car c'est le même argent, garanti par le même gouvernement, basé sur la même capacité de production du pays pour répondre aux besoins des mêmes citoyens de ce pays. Au contraire, la première cause d'inflation, c'est justement l'argent créé sous forme de dette par les banques: l'inflation, ce sont les prix qui augmentent. Or, l'obligation pour les compagnies et gouvernements qui empruntent de ramener à la banque plus d'argent qu'il en est sorti oblige les compagnies à gonfler leurs prix, et les gouvernements à gonfler leurs taxes. Les gouvernements essaient de combattre l'inflation en haussant les taux d'intérêt, ce qui fait hausser les prix… et hausser l'inflation… Si on admet que la création de l'argent est possible à une autorité inférieure (les banques), pourquoi ne serait-elle pas possible à l'autorité souveraine du pays? Qu'est-ce qui empêche, qui interdit au gouvernement de le faire? On accepte que les banques créent l'argent, mais on refuse ce droit au gouvernement. Le gouvernement se refuse un privilège qu'il accorde lui-même aux banques: c'est le comble de l'imbécilité. Rembourser ou effacer la dette? Certains diront que si on ne veut pas s'endetter, on n'a qu'à ne pas emprunter. Mais comme on l'a vu au début de cet article, si personne n'empruntait d'argent de la banque, il n'y aurait tout simplement pas un sou en circulation, puisque tout l'argent est créé par les banques sous forme de prêt. Seulement pour maintenir le même niveau d'argent en circulation, il faut s'endetter à perpétuité. D'ailleurs, il n'existe même pas assez d'argent dans la pays pour payer la dette fédérale… sans tenir comptes des dettes des provinces, des compagnies, et des consommateurs! Comment espérer se sortir de dette lorsque tout l'argent pour payer la dette est créé en créant une dette? Dans le système actuel, faire des coupures pour réduire le déficit et tenter de rembourser la dette, c'est absurde et même criminel, puisque cela ne fait que rendre l'argent plus rare. Loin d'apporter la prospérité, cela amènerait une crise économique sans précédent. L'argent pouvant être considéré comme étant la sang de la vie économique, ça serait comme vider l'organisme économique de son sang, et entraîner la mort à brève échéance. Citons encore l'échange entre MM. Patman et Eccles, au Comité de la Chambre des Représentants des Etats-Unis sur la Banque et le Numéraire, le 30 septembre 1941: Patman: «Vous avez déclaré que les gens devraient payer leurs dettes au lieu de dépenser leur argent. Vous vous rappelez de cette déclaration, je suppose?» Eccles: «C'était en rapport avec les achats à crédit.» Patman: «Croyez-vous que les gens devraient payer leurs dettes quand ils le peuvent, généralement?» Eccles: «Je pense que cela dépend en grande partie de l'individu; mais, bien sûr, s'il n'y avait pas de dette dans notre système monétaire…» Patman: «C'est la question que je voulais vous demander.» Eccles: «Il n'y aurait plus du tout d'argent.» Patman: “Supposons que tout le monde paie ses dettes, il n'y aurait plus d'argent pour faire marcher les affaires?» Eccles: «C'est exact.» Patman: «En d'autres mots, notre système est basé entièrement sur la dette.» S'acquitter d'une dette est simple justice si la dette est juste. Dans le cas de la dette publique, la justice est de ne point faire de dette, tout en développant le pays. Premièrement, cesser de bâtir des dettes, et pour la dette existante, les seules obligations à reconnaître seraient celles des épargnants, de ceux qui n'ont pas le pouvoir de créer l'argent. La dette diminuerait au cours des années, au fur et à mesure que les obligations viendraient à échéance. Le gouvernement honorerait intégralement les seules dettes dont l'origine représente un déboursé réel de la part du créancier: obligations acquises par les individus, et non pas les obligations acquises par l'argent créé par les banquiers, qui ne sont que des dettes fictives, créées d'un trait de plume. Ces dettes dues aux banquiers, le gouvernement n'aurait qu'à les effacer, ce qui signifierait l'effacement immédiat de la plus grande partie des dettes du Canada et des autres pays développés, et pratiquement la totalité des dettes des pays du Tiers-Monde). Les banques ne perdraient absolument rien, puisque c'est elles-mêmes qui avaient créé cet argent, qui n'existait pas avant. On voit donc que le Pape Jean-Paul II a tout à fait raison de demander l'abolition des dettes publiques pour le Jubilé de l'an 2000. Dans sa lettre apostolique sur la préparation de ce Jubilé, le Saint-Père dit que, dans l'esprit du Livre du Lévitique (25, 8-28), il faut penser à «une réduction importante, sinon à un effacement total, de la dette internationale qui pèse sur le destin de nombreuses nations.» Dans ce livre de l'Ancien Testament, il est fait mention de l'année du jubilé qui était célébrée par les Israélites à tous les cinquante ans, et où toutes les dettes étaient effacées. *       *       * Les gouvernements, malgré leurs déclarations souvent stupides, sont parfaitement au courant de l'iniquité de la création de l'argent par des compagnies privées, mais ils n'osent pas faire face à cette puissance, par manque d'appui du peuple. La seule chose qui manque, c'est l'éducation du peuple, pour lui démontrer la fausseté, l'absurdité et l'injustice du système financier actuel, et l'urgence pour le gouvernement de créer lui-même son argent, au lieu de l'emprunter des banques. Seul Vers Demain dénonce le système actuel et apporte la solution; c'est donc Vers Demain que la population doit étudier. Et pour cela, il faut abonner tout le monde à Vers Demain.

IRS, le vol légalisé..UBS, USA, tricheries démocratiques et bancaires.

Complots contre la Suisse.

L' IRS est une "créature" illégale et très dangereuse, pire que la mafia.

 Qu' est ce que vraiment l'IRS ? L' "Internal" Revenue Service, le "fisc" des USA ? Un pur mensonge, ni interne, ni revenus US mais collectés pour des étrangers et aucun service mais que des devoirs iniques extorqués par au moins 2800 agents armés et inquisiteurs).
L'IRS N'EST PAS UNE AGENCE DU GOUVERNEMENT US, mais une "créature" illégale, basée au Puerto Rico, pour le profits de sociétés secrètes, avec une "filiale" au USA, au Delaware, l'état le pire au monde pour le blanchissement des fonds sales ( sic ). Qui sont les comploteurs qui veulent prendre le pouvoir mondial absolu ?

Quelles sont ces puissances cachées qui veulent asservir la Suisse à leurs plans ?

Les bras armés financiers sont souvent la FED ( Federal Reserve Board des USA…) et le fisc fédéral américain, l'IRS, ( Internal Revenue Service des USA ). On considère désormais que l'œil de Washington est en droit de fouiller partout dans le monde, notamment avec ses logiciels espions, par exemple " Promis ".

Or, comme la FED, l'IRS N'EST PAS UNE AGENCE DU GOUVERNEMENT US, mais une "créature" illégale, comme Tigris et Tiago en Suisse, basée théoriquement à Puerto Rico et surtout esclave de Banquiers privés, la plupart basés à Londres ou à Paris.

Dans un silence ahurissant (coupable, lire complice et sans jamais utiliser l'arme de la simple vérité, qui "porte" pourtant sur Internet et souvent de manière efficace…), le Conseil fédéral, l'UBS (de fait le cheval de Troie de la famille Warburg qui était des deux côtés de la table du Traité de Versailles ), les journalistes et les autres responsables " initiés " se taisent, ferment les yeux et les oreilles, comme les 3 petits singes… Mais pourquoi tant d'acharnement contre un pays pourtant réputé pour sa neutralité, si ce n'est son pacifisme ?
Encore une fois, le coupable officiel est tout trouvé : la crise.
Mais les vraies raisons sont ailleurs.http://www.believe.com.au/Who%20or%20What%20Influences%20your%20Mind.swf http://desiebenthal.blogspot.com/2009/04/le-complot-contre-la-suisse-et-laffaire.html
http://www.michaeljournal.org/sign51.htm
http://ferraye.blogspot.com/2009/05/pierre-beregovoy-execute-explications.html
 l'IRS N'EST PAS UNE AGENCE DU GOUVERNEMENT US, mais une "créature" illégale, http://www.supremelaw.org/sls/31answers.htm http://www.tdg.ch/actu/economie/cow-boys-americains-vont-espionner-banques-2009-06-03 http://www.prisonplanet.com/irs-moves-to-ban-tax-returns-filed-by-all-but-%E2%80%98experts%E2%80%99.html http://www.youtube.com/watch?v=1y3pHdY8LFA http://www.wsaw.com/money/headlines/17692109.html http://www.sweetliberty.org/index.shtml  http://desiebenthal.blogspot.com/2009/06/la-destruction-voulue-et-planifiee-de.html  http://ferraye.blogspot.com/2009/02/plus-de-10000-milliards-de-dollars-ont.html

http://www.paynoincometax.com/ ….. The Federal Mafia exposes every facet of the government's illegal enforcement of the income tax – and will convince you that Organized Crime in America begins with The Federal Government – which is why the federal government has enjoined me from selling the book, so now I'm posting it for FREE! The government doesn't want you to know what's in this book, so now you can download it for FREE! Just right click the button below, to save it on your computer. Please share it with everyone you know who will read it. http://video.google.com/videop…..8446177859 …. Irwin Schiff's Secrets of Living an Income Tax-Free Life – 1:57:40 – Nov 16, 2006 http://video.google.com/videop…..2700134771 …. Irwin Schiff speaks out on the war – 52:14 – Jun 9, 2006 http://www.believe.com.au/Who%20or%20What%20Influences%20your%20Mind.swf

Full Page USA Today Ad On Illegality Of Income Tax From Robert Schulz <acta@capital.net> 7-7-00 [For questions call (518) 656-3578;  Bob Schulz, the chairman of the Foundation that ran the ad.] vvvvvvvvvvv              Dear We The People:              MOST CITIZENS ARE NOT REQUIRED TO FILE AN INCOME TAX RETURN               THE 16TH (“INCOME TAX”) AMENDMENT TO THE CONSTITUTION IS A FRAUD              IF YOU FILE, YOU WAIVE YOUR 5th AMENDMENT RIGHTS  These are the major points expressed in a Remonstrance, that was hand delivered to leaders of the three branches of the federal government on April 13, 2000, by a group of citizen-delegates representing all 50 states. These grievances concern alleged  illegal operations of the federal income tax system and the IRS.   The Remonstrance was signed by thousands of citizens, and was delivered as part of an event sponsored by We The People Foundation for Constitutional Education, a not-for-profit  corporation dedicated to research and education in matters of taxation & governance. The main propositions of the Remonstrance are:                   1) The 16th amendment to the U.S. Constitution (the "income tax amendment") was fraudulently and illegally proclaimed to be ratified in 1913. Exhaustive legal research from both state and national archives documented conclusively that the amendment did not even come close to being legally approved by the required number of states. The Courts have refused to hear this issue.               "[Defendant] Stahl's claim that ratification of the 16th Amendment was fraudulently certified constitutes a political question , because we could not undertake independent resolution of this issue without expressing lack of respect due coordinate branches of  government?."U.S. v Stahl (1986), 792 F2d 1438               2) Filing a federal income tax return is, in fact, voluntary,  because there is no statute or regulation that requires the vast majority  of U.S. citizens to file and pay income taxes — or to have taxes withheld from the money they earn.  Neither the IRS nor the Congress can cite an authorizing law or regulation.               3) Citizens cannot "voluntarily" file a federal income tax return without surrendering their 5th amendment right not to bear witness against themselves.  You can be criminally prosecuted for your "voluntary" return.   Robert Schulz, chairman of the Foundation, and Joseph Banister, a former special agent of the Criminal Investigation Division of  the IRS (accompanied by a videographer) delivered copies of the Remonstrance to designated officials of the three branches.                At the White House and the Capitol, the delegates had the opportunity to explain and discuss the contents of the Remonstrance, and to ask that the government send experts representing the three branches to a conference to be held in June, where those experts could debate the tax issues with a group of researchers invited by the Foundation.                The officials agreed to the idea of having such a conference, and the Foundation scheduled the meeting for June 29th.            The officials the delegates delivered the Remonstrance to were: At the White House-Jason Furman, Senior Director and Senior Economic Advisor of the National Economic Council; at the Capitol-Dr. William Koetzle, Legislative Director for Speaker Hastert, and Keith Hennessey, Policy Director for Senate Majority Leader Lotte.            However, on June 2nd the White House reneged on the promises it made during the April 13th meeting. As with three previous conferences, the government has again refused to debate the grievances. Jason Furman told Robert Schulz, "The legality of the income tax is not a high priority item at the White House, and we will not participate in any conference on the subject."  WE HAVE NOW REACHED THE POINT WHERE THE GOVERNMENT'S EVASION MUST BE REGARDED AS AN ADMISSION.   If the government had valid counter-arguments to the Remonstrance, it should be a simple matter to clarify the law, provide the appropriate regulatory references and promptly settle the matter.  Our government's repeated avoidance of these debates should speak volumes. On this, the 224th birth celebration of our one Nation under God, the We The People Foundation offers the following facts, internet links and a challenge for each American: Read the facts for yourself. Judge what is truth. Pass it on.            We hope you will join many who now believe that the time has come for our government and our nation to begin a long-overdue process of public debates concerning the economic, political and constitutional problems posed by the true legal restrictions upon our current system of taxation.            As a nation of justice and due process, we cannot tolerate a tax system, or a government, that seizes our property, sends us to prison and induces fear in our hearts — while refusing to provide us basic proof of their legal authority, clearly written tax codes and unambiguous legal rulings on Constitutional and legal issues concerning the income tax.            We pray that you be convinced that nothing less than our freedoms, our property and our Republic are at stake. The Soul of America needs illumination. Please join us.               Legal Facts & Did You Know               Proposition #1   The issue of the fraudulent ratification of the 16th amendment has never been decided by a court of law. The courts have instead tossed the issue into the lap of Congress as a "political question," even though fraud is a clear issue for judicial review, not a political question.            A brief report printed by the Congressional Research Service in 1985 states up front that, "The report does not attempt to rebut specific factual allegations?." It then goes on to make the astonishing assertion that the actions of a government official must be presumed to be correct and cannot be judged or overturned by the courts!   (John Ripy, "Ratification of the Sixteenth Amendment." CRS, 1985.)            An attorney speaking for Senator Orin Hatch in 1984 offered to pay former tax investigator William Benson a fortune not to publish his research proving that the 16th amendment did not even come close to being legally ratified by the required number of states in 1913.            Philander Knox, Secretary of State from 1909 to 1913 during the Taft administration, proclaimed the 16th amendment to be ratified just a few days before he left office in 1913, to make way for the Wilson administration, even though he knew it had not been legally ratified.  Philander Knox had for many years been the primary attorney for the richest men in America, including Carnegie, Rockefeller, Morgan and the Vanderbilts. He had created for them the largest cartel in the world, then was appointed, at their request, as Attorney General in the McKinley/Roosevelt administrations, where he refused to enforce the Sherman anti-trust laws against the cartel he had just created.            The income tax amendment was pushed through Congress in 1909 by Sen. Nelson Aldrich, father-in-law of John D. Rockefeller, Jr. and grandfather and namesake of Nelson A. Rockefeller, and would not have been ratified if Knox had not fraudulently proclaimed it so.                Example: Kentucky's legislature rejected the amendment, but Knox counted Kentucky as having approved it. Example: Oklahoma's legislature changed the amendment's wording so that it meant just the opposite of what was submitted to the states by Congress, but Knox counted Oklahoma as approving the amendment. Minnesota did not submit any results or copy of their vote to Knox, yet he counted Minnesota as approving the amendment.            Legal scholars have agreed that if any state violated provisions of its own state constitution in the ratification process, its approval would be null and void. At least 20 states were guilty of serious violations of their constitutions. For example, Tennessee's constitution provided that the state legislature could not act upon any proposed amendment to the U.S. Constitution submitted by Congress until after the next state legislative elections. Yet the Tennessee legislature acted on the proposed 16th amendment the same month it was received and before any elections.            Judges have been extraordinarily unwilling to allow defendants in "failure to file" cases to present evidence or testimony of expert researchers regarding the constitutionality of the 16th amendment.               Proposition #2   Juries have been acquitting defendants in failure-to-file income tax return cases due to lack of demonstrable evidence that there is any law or regulation that requires it.            An increasing number of employers have stopped withholding taxes from their workers, and stopped filing W-2s and 1099s for the same reason.            Unless one is a foreigner working in the U.S., or a U.S. citizen earning money abroad, one is not liable for the federal income tax.            The OMB Number on Form 1040 is cross-referenced in the Code of Federal Regulations to the section covering taxes by resident aliens, which, therefore, doesn't apply to most Americans.            Responding to an inquiry by a constituent who was a tax consultant, Sen. Daniel Inouye told him that based on research performed by the Congressional Research Service, no provision of the Internal Revenue Code requires an individual to pay income taxes. He then went on to warn that Section 7201 sets forth numerous penalties for not paying income taxes owed. However —            The failure-to-file law applies to alcohol-tobacco-firearms taxes, (Section 7201), not to income taxes, and convictions are based on the mis-application of the alcohol-tobacco- firearm regulations.            No law requires employees to provide a Social Security Number to an employer, nor for an employer to demand one from an employee.               Proposition #3   The 10th Circuit Court of Appeals has ruled that the filing of an income tax return (Form 1040) and the information on the 1040 is not compelled, and, therefore, the principle that no one may be forced to waive their 5th amendment rights in order to comply with a law is not applicable to federal income tax returns.           "The [5th Amendment] privilege protects against compelled testimonial communications?." U.S. v Conklin (1994), WL 504211 (10th Cir. Colo.)            No one has been able to collect the $50,000 reward offered by William Conklin (www.anti-irs.com) to anyone who can:                1) show how to file a federal income tax return without waiving one's 5th amendment rights, and                 2) identify what statute in the Internal Revenue Code makes a typical worker liable to pay an income tax.   The Internet Sites To Start Your Education –                    <www.givemeliberty.org>  A huge source of up-to-date information.                 <www.thelawthatneverwas.com>  Bill Benson's detailed legal research exposing the FRAUDULENT RATIFICATION of the 16th Amendment. * Buy his 2-volume report!                   <www.taxableincome.net>  Free download of "Taxable Income" report.                   <www.freedomabovefortune.com>   Ex-IRS agent quits, in 1999, because the IRS refused to rebut his research showing the illegal status of the income tax system *Free viewing of report.                  A case in Federal Court of Appeals proves you cannot file a return without waiving the 5th. * Free download of his book.   (formerly at anti-irs.com)                 <www.taxgate.com>  Comprehensive research on tax, constitutional issues. {The website is now under federal court injunction, which they proudly display! — see below.}                 The Free Enterprise Society, 1-800-794-1791                   Resource for federal and CA tax issues. Runs a criminal legal defense fund.                   <www.devvy.com>   Info on the Federal Reserve, money, taxes, Constitutional issues, etc.                   <www.freedomlaw.org>  Educates Americans about U.S. and CA tax law.                    <www.paynoincometax.com>  Irwin Schiff's site. Author & Lecturer on income taxes.   {Their federal court order was suspended!  Is this a great country or what?}                 <www.eddiekahn.com>   Income tax resource site.                    *** Special Site for Bankers & Economists!  <www.gostickinyourear.org>   THIS ADVERTISEMENT IS OUR "CALL TO ACTION." IF WHAT YOU HAVE JUST READ MADE YOU ANGRY (WITH THEM OR WITH US), OR IF YOU JUST WANT TO KNOW MORE, CONTACT US. WE'LL SEE THAT YOU ARE UPDATED REGULARLY ON THIS IMPORTANT ISSUE. GO TO <www.givemeliberty.org> AND CLICK ON " UPDATE ME ON INCOME TAX ISSUE." THOMAS JEFFERSON SAID IT BEST:  "WHEN THE GOVERNMENT FEARS THE PEOPLE, YOU HAVE LIBERTY. WHEN THE PEOPLE FEAR THE GOVERNMENT, YOU HAVE TYRANNY." Sponsored by the "We The People Foundation for Constitutional Education, Inc." <www.givemeliberty.org>     Infernal Revenue Service         Crisis in American Government Forward to: IRS Agent         HR 2525         The Federal Reserve                           

                                                                                      The Library of ialexandriah       

Esprit suisse. Redonner un visage humain à la mondialisation

Redonner un visage humain à la mondialisation ?

7 juin 2010 – VINCENT PELLEGRINI  –  Il y a 1 commentaire

ZERMATT SUMMITDe nombreuses personnalités du monde entier se sont retrouvées durant trois jours au pied du Cervin pour changer l'esprit et les coeurs des acteurs de l'économie et de la finance. Christopher Wasserman, président du Zermatt Summit, et le cardinal  Peter Kodwo Tukson, président du Conseil pontifical Justice et Paix,  plantent un arbre sous le regard du président de Zermatt Christoph  Bürgin afin de montrer le caractère durable du congrès.  joe  condron/rockzermatt«Humaniser la globalisation, changer les coeurs et les esprits», tel était le programme titre du 1er Zermatt Summit qui a réuni durant trois jours au pied du Cervin, au Grand Hôtel Zermatterhof, de nombreuses et éminentes personnalités venues de tous les continents. Professeurs d'économie dans des grandes écoles, chefs d'entreprises, artistes, et même ecclésiastiques ont mis en commun leurs savoirs transversaux pour réfléchir à la manière de remettre la finance au service de l'économie et celle-ci au service du bien commun. Le but ultime étant de replacer la personne humaine et sa dignité au centre du système économique et financier. Dans la ligne de la dernière encyclique de Benoît XVI qui appelle à un changement de l'état d'esprit des acteurs économiques en préambule à toute restauration et réhumanisation du marché mondialisé. Dans son discours de bienvenue aux congressistes à l'église de Zermatt, le ministre valaisan des Finances Maurice Tornay a bien mis en valeur la tonalité à la fois économique et spirituelle de ce rendez-vous original. Il a notamment déclaré: «Je suis, avec vous, persuadé que l'ordre technique, l'ordre économique, l'ordre politique et l'ordre culturel ne peuvent trouver unité et cohérence sans un cinquième ordre qui est l'ordre spirituel.» Le Zermatt Summit ( www.zermattsummit.org ) est en fait un processus qui doit déboucher sur des propositions concrètes pour remettre l'ordre économico-financier sur les rails. Rendez-vous est d'ores et déjà donné à Zermatt pour le 2e sommet agendé du 16 au 18 juin 2011. A noter enfin que la Zermatt Summit Foundation qui a organisé le congrès est présidée par Christopher Wasserman et que deux Valaisans font partie de son comité directeur: le conseiller aux Etats Jean-René Fournier et le Père Nicolas Buttet qui a donné samedi la conclusion du congrès au nom de l'Institut Philanthropos.

Polyarchie ou dictocratie et démocrature

La mondialisation réclame certainement une autorité, puisqu'est en jeu le problème du bien commun qu'il faut poursuivre ensemble; cependant cette autorité devra être exercée de manière subsidiaire et polyarchique [138] pour, d'une part, ne pas porter atteinte à la liberté et, d'autre part, pour être concrètement efficace.

Définition de la polyarchie

Etymologie : du grec poly, plusieurs, et arkhê, pouvoir, commandement, autorité.

Une polyarchie est un régime politique ou une organisation dans laquelle le pouvoir est détenu par plusieurs organes.

Le concept de polyarchie a été créé par Robert Dahl (né en 1915), politologue américain, afin de décrire le fonctionnement politique des sociétés démocratiques occidentales. La polyarchie se caractérise par des sources du pouvoir dispersées, le droit pour tous les citoyens de désigner les autorités politiques et une tendance au règlement pacifique des conflits.

Pour Robert Dahl, un fort pluralisme social et de multiples organisations disposant d'une grande autonomie favorisent la formation d'élites concurrentielles et de dirigeants rivaux mais devant coopérer parce que solidaires du système tout entier. En outre, "les citoyens ordinaires contrôlent leurs leaders immédiats et sont contrôlés par eux. Ces leaders contrôlent à leur tour d'autres leaders et sont aussi contrôlés par eux. On a une société avec un ensemble de relations réciproques permettant de contrôler la politique gouvernementale."

Définition de dictocratie et démocrature

Etymologie : ces deux mots sont formés par l'association et condensation de dictature et de démocratie.

La dictocratie (ou démocrature) désigne un régime qui, sous l'apparence d'une démocratie, fonctionne en réalité comme une dictature. Une constitution est en place, des élections ont lieu régulièrement, la liberté d'expression est garantie dans les textes, cependant les élites en place manipulent ces institutions afin de conserver leurs privilèges. Cela peut être aussi le cas lorsqu'il existe une collusion entre les médias et le pouvoir en place.

Exemples de pays ou systèmes politiques pour lesquels le terme "dictocratie" (ou "démocrature") est parfois utilisé :

>>> Terme connexe : Démocratie

>>> Terme connexe : Dictature

Définition de la démocratie directe

La démocratie directe est l'une des formes premières de la démocratie dans laquelle le peuple exerce directement le pouvoir politique, alors que dans une démocratie représentative, il l'exerce de manière indirecte.

Dans l'Antiquité et en particulier au VIe siècle avant notre ère, des cités ou des groupes sociaux étaient organisés en démocratie directe.

Les Etats démocratiques modernes qui se sont construits à partir de la fin du XVIIIe siècle, sont caractérisés par une démocratie représentative. La seule exception notable est la Suisse, dotée d'une forme originale de démocratie directe.

La démocratie représentative est critiquée sur le fait qu'elle dépossède le peuple souverain de son pouvoir. La démocratie directe devient alors une alternative. Certains pays ont ainsi intégré des éléments de démocratie directe dans leurs institutions pour que les citoyens soient davantage impliqués dans les décisions politiques.

Exemples d'institutions ou de mécanismes qui relèvent de la démocratie directe ou semi-directe :

Participation politique

Les Suisses et les Suissesses peuvent non seulement élire les membres des différents parlements au niveau communal, cantonal et fédéral et voter sur les objets qui leur sont soumis, ils peuvent aussi s'engager dans la politique et faire des propositions de modifications des dispositions légales.

Modes de participation à la politique

Au niveau fédéral, les Suissesses et les Suisses peuvent faire usage de deux instruments de démocratie directe : l'initiative populaire et le référendum. De plus, toute personne peut adresser une pétition aux autorités. Sur le plan cantonal et communal, il existe encore d'autres instruments au service de la démocratie directe.

Droit d'initiative

Les citoyens peuvent demander par une initiative qu'une proposition de modification de la Constitution fédérale soit soumise à votation populaire. Pour que l'initiative aboutisse elle doit recueillir les signatures de 100 000 citoyens actifs dans un délai de 18 mois. Les initiatives populaires n'émanent ni du Parlement ni du Gouvernement mais directement des citoyens et des citoyennes. Le droit d'initiative est reconnu également sur le plan cantonal et communal.

Droit de référendum

Si une partie de la population n'est pas d'accord avec une loi du Parlement fédéral, elle peut déposer une demande de référendum. La législation en question sera soumise au vote du peuple si 50 000 citoyens signent la demande de référendum en l'espace de 100 jours. C'est ce qu'on appelle le référendum facultatif. Seule la majorité du peuple est requise. Toute modification de la Constitution fédérale, de même que l'adhésion de la Suisse à une organisation supranationale, doit faire l'objet d'un référendum obligatoire. Elle est donc nécessairement soumise au vote du peuple. Ces projets requièrent la double majorité, du peuple et des cantons (États membres de la Confédération suisse).

Droit de pétition

Toute personne capable de discernement , qui n'est donc pas nécessairement citoyen ou citoyenne en possession des droits civiques, peut adresser une pétition écrite à une autorité L'autorité est tenue de prendre acte des pétitions mais pas d'y répondre. Cependant, en règle générale, les autorités traitent les pétitions et y répondent. L'objet d'une pétition peut concerner n'importe quelle activité de l'État et peut prendre la forme d'une requête, d'une réclamation ou d'une suggestion.

Engagement politique

Les personnes qui souhaitent s'engager en politique peuvent adhérer à une association, un mouvement ou un parti. Les partis sont des groupements d'opinion à caractère politique dont les membres partagent une même vision de l'État, de la société, de l'économie. Ils se situent à mi-chemin entre l'intérêt général et les intérêts de groupes et sont un lien entre le peuple et l'État. Tous les habitants de Suisse peuvent adhérer à un parti, généralement à la section du parti de la région où ils sont domiciliés. Il existe sur le plan fédéral une liste des partis enregistrés.


Retour au sommaire Démocratie

  Importance de communes très libres…

Prix Nobel. Consortages suisses ou Commons.

Consortages suisses, exemples pour la crise mondiale selon les prix Nobel 2009, Mme Elinor Ostrom et M. Oliver E. Williamson.

    Il existe un capital privé et un capital appartenant à tout le monde, l'allmend territorial par exemple, les régies fédérales, cantonales, communales…contrôlés par des corps intermédiaires et sous le principe de subsidiarité.

  1. Les produits communs sont distribués selon une juste clé mutuellement définie au plus bas niveau, selon le vrai principe de subsidiarité, et pas celui de l'UE qui est exactement une inversion néfaste (contrats de consortage, d'alpage, de fermages, baisses de prix, PTT, Swisscom, profits en milliards de la Banque Nationale Suisse, contrairement à la FED ou à la BCE qui restent en mains privées (sic…).

  2. Les conflits sont réglés localement par arbitrage, sans juges étrangers…La bonne foi personnelle et la sécurité des contrats prime.

http://econoclaste.org.free.fr/dotclear/images/octobre-d%C3%A9cembre%202009/nobel09.jpg 

Prix Nobel d'Economie – "La gouvernance économique"

L'Américaine Elinor Ostrom (Indiana University Bloomington, USA) est co-lauréate du Prix Nobel d'Economie 2009 avec l'Américain Oliver E. Williamson (University of California Berkeley, USA) pour leurs travaux sur la gouvernance économique. Elinor Ostrom est la première femme à remporter le Prix, depuis sa création en 1969. Les études des deux lauréats portent essentiellement sur l'utilisation raisonnée des ressources par les collectivités et les institutions publiques, plutôt que sur la gestion de ces questions dans l'entreprise.

 

Principes historiques suisses :

  1. Il existe un capital privé et un capital appartenant à tout le monde, l'allmend territorial par exemple, les régies fédérales, cantonales, communales…contrôlés par des corps intermédiaires et sous le principe de subsidiarité.

  2. Les produits communs sont distribués selon une juste clé mutuellement définie (contrats de consortage, d'alpage, de fermages, baisses de prix, PTT, Swisscom, profits en milliards de la Banque Nationale Suisse, contrairement à la FED ou à la BCE qui restent en mains privées (sic…).

  3. Les conflits sont réglés localement par arbitrage, sans juges étrangers…La bonne foi personnelle et la sécurité des contrats prime.

  4. La notion des 7 sabbats festifs, des 7 jours (dimanche), des 7 semaines (vacances scolaires), des 7 mois (vacances patates), des 7 années ( année sabbatique et remise des dettes), des 3 fois 7 ans ( fête des vignerons) et des 7 fois 7 années ( 49 ans, Jubilé des 50 années avec remise des dettes et surtout hypothèque divine sur les propriétés agricoles et leur retour aux familles endettées, ou 10 lustres) et celui des 7 siècles après la mort et la résurrection de NSJC ( St Gall en Suisse, 732 Poitiers; 1432, St Nicolas de Flüe en Suisse, fin de la guerre de 100 ans, 2132 ?) est plus ou moins respecté en Suisse, à notre connaissance, le mieux au monde, surtout par les péréquations confédérales et les redistributions locales ( autonomie communale, Banque Nationale Suisse qui redistribue tous les profits de l'or après 50 ans, assurances mutuelles, banques cantonales, locales, Raiffeisen, Wir…).

  5. Il est indispensable de définir socialement ces remises à zéro périodiques ( 7 périodes) des compteurs économiques, comme demandé dans le Lévitique et ainsi de réparer l'erreur de Charlemagne du 23 mars 789 qui a condamné le taux d'intérêt pour 1'000 ans, mais qui a oublié la remise en cause des propriétés, au moins tous les 50 ans…

  6. Il existe un système de création monétaire local communal ou cantonal ou fédéral sans taux d'intérêt (monnaies locales, cantonales, création par les crédits des banques cantonales et système wir)

  7. La recherche de la paix prime, par convention collective. Les péchés publics, selon St Nicolas de Flüe, provoquent les guerres, en fomentant le vice dans les coeurs des confédérés, et sont donc à dénoncer publiquement. La paix est à ce prix…

La Suisse est un des seuls pays qui redistribue les profits de sa banque centrale, pourquoi ?

Parce que sa constitution commence encore avec une invocation divine:

La constitution Suisse a toujours été rédigée Au nom de Dieu Tout-Puissant, Im Namen Gottes des Allmächtigen, In nome di Dio Onnipotente, En num da Dieu il tutpussent ! Elle reprend le début du pacte fédéral : In nomine Domini.
        Elle a été acceptée en votation populaire du 18 avril 1999, très probablement par tricheries électorales, notamment dans les cantons de Vaud, Lucerne et du Tessin, pour faire passer en cachette des articles honteux…

http://www.lexilogos.com/declaration/suisse_pacte_tableau.htm

Faiblesses suisses et internationales :

La monnaie est un bien commun, il est incroyable que les banquiers gagnent plus de US $­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ 15'000.- par heure…ou 18'000 $­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ ou même plus par bonus…?

Solutions pratiques rapides et immédiates (Vix, à peine…) :

Pourquoi ce lien entre Jubilé et "justice sociale" ? La réponse se trouve dans l'Ancien Testament, au chapitre 25 du livre du Lévitique. Nous y lisons que Dieu invite son peuple à célébrer, tous les 50 ans, une " année sainte"au cours de laquelle il doit libérer les esclaves, remettre les dettes, permettre à chacun de retrouver sa terre. Car il est impossible d'honorer Dieu sans rendre à chacun de ses fils leur dignité, sans restaurer entre les humains des relations justes. Le système actuel fait exactement le contraire, ce qui provoque notamment les hausses infernales de prix, de taxes, d'impôts, de primes…et les guerres, conflits…Le pire vol, celui de la création monétaire par des banquiers sans scupules…Un autre forme d'usure dévorante…qui tue les plus faibles, par millions…
Voilà ci-dessous reproduite l'encyclique Vix pervenit adressée au clergé italien mais par la suite étendue à l'Église tout entière par Grégoire XVI… La traduction donnée n'est pas d'une lecture très facile, aussi, n'hésitez pas à m'en communiquer une autre meilleure qui si vous en connaissez. Il s'agit là d'une condamnation de l'intérêt exigé par celui qui prête une somme d'argent. En effet, à l'époque de rédaction, le terme usure n'est pas réservé aux intérêts qui seraient supérieurs à un taux maximal "acceptable". Christophe

http://www.union-ch.com/articles.php?lng=fr&pg=337

Démographie : la chute a commencé

Courbe sans tenir compte d'une pandémie.
par simple application mathématique des taux de fertilité ( TR, Taux de Renouvelllement en dessous de 2 ) qui sont à la baisse.
[Europe-hiver.jpg]
La chute commence déjà dans les pays "riches" et en Russie…
Tout peut s'effondrer très vite…en quelques mois…

La seule solution:

http://www.union-ch.com/file/Speeches_and_workshops_of_the_03_04_.pdf
Opening Speech Christopher  Wasserman Christopher Wasserman
Welcome address
June 3rd, 2010
   
His Eminence Cardinal Peter Turkson, His Imperial and Royal Highness Archduke Rudolf of Austria, His Royal Highness the Prince Guillaume of Luxembourg, Honourable Ambassadors, Ladies and Gentlemen, Dear friends, In the name of the Zermatt foundation board and organizers, I thank you whole heartedly for being with us for this first edition of the Zermatt Summit. We thank you for coming all the way to be with us today. Some of you have come from many corners of the world. I thank you. We are confident that this is not going to be just another economic forum. Indeed, you have all understood that the goal of the Zermatt Summit is about meaning, about globalization and about the human person. At the end of these 3 days, our aim is to issue a call for action to business leaders around the world to transform the economy and companies so that they can serve the Common Good better than they have been doing. It is also my hope that you will use the opportunity while you are here in these beautiful surroundings to share and build relationships with one another. We have designed the program specifically to allow time for discussions and exchange of ideas. The competitive market economy has many advantages: creativity, productivity, growth potential, flexibility and job creation… For a long time, we have operated under the assumption that business and free market forces will automatically serve the Common Good. Today, whilst the global economic crisis has created unprecedented levels of wealth, we are also seeing more injustice, more poverty, and more exclusion than we have ever seen before. I dream of a world which would no longer be exclusive, in which everyone would have access to jobs, education, health, and shelter etc. I dream of a world which would be altogether inclusive, in which fragility would be accepted and in which every individual could find his place and develop his talents. We are indeed facing the greatest crisis the world has ever encountered. A crisis of purpose, a crisis of confidence, a crisis of indebtedness, a social crisis, a systemic crisis but should we NOT be asking ourselves is it not also a personal crisis for each human being; because of the lack of vision, the lack of purpose, the lack of motivation, the lack of respect for each other? For economic stability to be restored and sustained, we need to radically transform the minds and behaviours of our business leaders, and this will ultimately feed through into a change in corporate culture. Leaders must assume their responsibility towards the Common Good. More and more regulations alone will not be sufficient; we need a change hearts and minds. At the heart of the Zermatt Summit vision is the mission to inspire this transformation process by encouraging business leaders and policy makers to revisit three core areas:

– Redefining the raison d’être of the firm to create economic and societal progress in a locally and globally responsibly sustainable way

– Placing ethics at the heart of leadership

– Corporate statesmanship by companies actively participating in the political debate translating into regulations and world governance.   One of the limits of the existing approaches is that they tackle the problems from a strictly legalistic and technical angle and do not identify the root causes of the problem from which the world suffers. These roots are found in the heart of the human person (pride, self importance, greed). The new economic models must take into account both aspects, in other words, new governance structures and regulations but also the hearts and minds of leaders. And this is the unique contribution of the Zermatt Summit. This gathering would not be complete without considering our spiritual dimension; Recent research in management and economics shows that people can only properly and fully flourish when the spiritual aspects of their lives are fully engaged. We are fortunate to bring together for this first edition of the Zermatt Summit, some of the most progressive thinkers of our time. We also thank warmly our main international partner the Globally Responsible Leadership Initiative who represents a unique global network of corporations and business schools with 1 million employees and 300’000 students worldwide. We also thank warmly all our partners from the worlds of business, politics, NGO’s, performing arts, academia as well as the Banque Cantonale du Valais without whom the Summit would not have been a success. What shall we do after the Summit ? On a practical note, we don’t have all the answers but we are counting on your suggestions to produce the final recommendations of the Zermatt Summit 2010. Our Advisory Board headed by Professor Henri-Claude de Bettignies will then publish the recommendations and campaign for their implementation by business leaders and governments. We shall continue to work relentlessly to inspire change and help create more stable foundations for the globalization process without excluding the weakest. Some practical examples are: –      the existing Ecophilos local business circles but also through specific actions in France, Belgium and Switzerland such as sponsoring the Entrepreneur Dream Festival with the CJD. –      Films such as Doing Virtuous Business which will be premiered at the summit. Ladies and Gentlemen, as leaders your presence here is not a coincidence; you are participating to the birth of a new responsible humanity. This is a call not only for engagement but actually a call for Action !!! Before having the pleasure to introduce the State Councillor of Valais, Maurice Tornay and the Mayor of Zermatt Christoph Burgin, A last word on music: Yehudi Menuhin, the famous violinist who played in Zermatt once said that if music cannot cure humanity, it can certainly reinforce our faith in eternal values commonly shared by us all such as love, beauty and peace.

http://zermattsummit.org/index.php?option=com_content&view=article&id=115&Itemid=80

Traduction »